Return to Video

Le dilemme éthique des bébés sur mesure

  • 0:01 - 0:03
    Que se passerait-il
    si je pouvais vous fabriquer
  • 0:03 - 0:05
    un bébé sur mesure ?
  • 0:06 - 0:08
    Et si vous, futurs parents,
  • 0:08 - 0:12
    et moi, scientifique,
    coopérions pour le faire ?
  • 0:14 - 0:15
    Et si nous ne le faisions pas ?
  • 0:15 - 0:18
    Et si nous pensions :
    « C'est une mauvaise idée »,
  • 0:18 - 0:21
    mais que la plupart de notre famille,
    de nos amis et de nos collègues
  • 0:22 - 0:23
    avaient fait ce choix ?
  • 0:24 - 0:28
    Avançons un peu dans le temps,
    disons 15 ans.
  • 0:28 - 0:31
    Imaginez donc l'année 2030
  • 0:31 - 0:32
    et vous êtes parent.
  • 0:33 - 0:36
    Vous avez une fille, Marianne,
    assise à côté de vous
  • 0:36 - 0:39
    et en 2030, elle serait désignée
    comme « naturelle »
  • 0:39 - 0:42
    car elle n'a subi
    aucune modification génétique.
  • 0:43 - 0:47
    Et le fait de prendre cette décision
    délibérément avec votre partenaire,
  • 0:47 - 0:51
    induit que beaucoup dans votre cercle
    social vous prennent de haut.
  • 0:51 - 0:54
    Ils pensent que vous êtes une sorte
    de Luddite ou de technophobe.
  • 0:56 - 0:58
    La meilleure amie de Marianne,
    Jenna, qui vit juste à côté,
  • 0:59 - 1:00
    a une histoire bien différente.
  • 1:01 - 1:07
    Elle est née génétiquement modifiée
    et avec de nombreuses améliorations.
  • 1:09 - 1:10
    Oui. Des améliorations.
  • 1:11 - 1:14
    Et ces améliorations ont été apportées
  • 1:14 - 1:16
    par une nouvelle technologie
    de modification génétique
  • 1:16 - 1:19
    qui porte le drôle de nom de CRISPR,
  • 1:19 - 1:21
    Comme quelque chose
    qui croustille,
  • 1:21 - 1:22
    il s'agit de CRISPR.
  • 1:24 - 1:27
    Le scientifique engagé
    par les parents de Jenna
  • 1:27 - 1:29
    contre plusieurs millions de dollars
  • 1:30 - 1:33
    a introduit CRISPR dans un panel
    d'embryons humains.
  • 1:34 - 1:36
    Après des tests génétiques,
  • 1:36 - 1:40
    ils ont prédit que ce tout petit embryon,
    l'embryon de Jenna,
  • 1:40 - 1:42
    serait le meilleur
    parmi tout le panel.
  • 1:43 - 1:47
    Et maintenant, Jenna
    est une personne bien réelle.
  • 1:47 - 1:50
    Elle est assise sur le tapis
    de votre salon
  • 1:50 - 1:52
    en train de jouer
    avec votre fille Marianne.
  • 1:53 - 1:56
    Vos familles se connaissent
    depuis des années
  • 1:56 - 1:59
    et il est devenu très clair pour vous
  • 1:59 - 2:01
    que Jenna est extraordinaire.
  • 2:01 - 2:03
    Elle est incroyablement intelligente.
  • 2:03 - 2:06
    Pour être honnête,
    elle est même plus intelligente que vous
  • 2:07 - 2:08
    et elle a cinq ans.
  • 2:09 - 2:13
    Elle est belle, grande, athlétique
  • 2:13 - 2:15
    et la liste continue encore et encore.
  • 2:16 - 2:19
    Et en fait, il y a une génération entière
  • 2:19 - 2:21
    de ces enfants génétiquement
    modifiés comme Jenna.
  • 2:22 - 2:24
    Et il semblerait
  • 2:24 - 2:26
    qu'ils soient en meilleure santé
    que leurs parents,
  • 2:26 - 2:28
    en meilleure santé que vous.
  • 2:28 - 2:30
    Leurs coûts de santé sont plus faibles.
  • 2:32 - 2:35
    Ils sont immunisés contre beaucoup
    de problèmes de santé,
  • 2:35 - 2:38
    y compris le VIH/SIDA
    et les maladies génétiques.
  • 2:39 - 2:41
    Tout semble vraiment super,
  • 2:41 - 2:45
    mais vous ne pouvez pas vous empêcher
    d'avoir l'impression,
  • 2:45 - 2:50
    une sorte d'instinct,
    que quelque chose cloche chez Jenna,
  • 2:50 - 2:55
    et vous avez la même impression
    sur les autres enfants GM rencontrés.
  • 2:55 - 2:58
    Plus tôt cette semaine,
    vous avez également lu dans le journal
  • 2:59 - 3:02
    une étude sur ces enfants
    nés sur mesure
  • 3:02 - 3:04
    qui indique qu'ils peuvent être
  • 3:04 - 3:08
    plus agressifs et plus narcissiques.
  • 3:10 - 3:11
    Mais immédiatement,
  • 3:11 - 3:15
    vous vous rappelez des dernières nouvelles
    à propos de Jenna.
  • 3:15 - 3:17
    Elle est si intelligente
  • 3:17 - 3:20
    qu'elle va maintenant aller
    dans une école spécialisée,
  • 3:20 - 3:22
    une école différente
    de celle de votre fille Marianne.
  • 3:22 - 3:26
    Et cela a mis votre famille
    un peu dans le désarroi.
  • 3:26 - 3:27
    Marianne a pleuré
  • 3:27 - 3:31
    et la nuit dernière, quand vous êtes
    allé lui dire bonne nuit,
  • 3:31 - 3:35
    elle a dit : « Papa, est-ce que Jenna
    sera toujours mon amie ? »
  • 3:36 - 3:40
    Maintenant, en racontant
    cette histoire imaginaire de 2030,
  • 3:40 - 3:43
    j'ai le sentiment
    d'avoir entraîné certains d'entre vous
  • 3:43 - 3:45
    dans un cadre de science-fiction,
    n'est-ce pas ?
  • 3:45 - 3:48
    Vous pensez lire
    un livre de science-fiction.
  • 3:48 - 3:51
    Ou peut-être que
    ça vous fait penser à Halloween.
  • 3:51 - 3:53
    Mais c'est vraiment
    une réalité possible pour nous
  • 3:53 - 3:55
    dans seulement 15 ans.
  • 3:55 - 3:58
    Je suis chercheur en biologie
    cellulaire et en génétique
  • 3:58 - 4:01
    et je peux voir cette nouvelle
    technologie CRISPR
  • 4:01 - 4:03
    et son impact potentiel.
  • 4:04 - 4:07
    Et on pourrait se retrouver
    nous-mêmes dans cette réalité
  • 4:07 - 4:08
    et cela dépendra beaucoup
  • 4:08 - 4:11
    de ce que nous décidons
    de faire aujourd'hui.
  • 4:12 - 4:14
    Et si vous êtes toujours
    en mode science-fiction,
  • 4:14 - 4:19
    considérez que le monde de la science
    a connu un énorme choc cette année
  • 4:19 - 4:22
    et que la plus grande partie
    des gens n'en savent rien.
  • 4:22 - 4:25
    Il y a quelques mois,
    des chercheurs en Chine
  • 4:25 - 4:29
    ont annoncé la création
    d'embryons humains génétiquement modifiés.
  • 4:29 - 4:32
    C'était la première fois dans l'histoire.
  • 4:32 - 4:35
    Et ils l'ont fait en utilisant
    cette nouvelle technologie CRISPR.
  • 4:36 - 4:37
    Ça n'a pas fonctionné parfaitement,
  • 4:37 - 4:41
    mais je pense toujours
    qu'ils ont entrouvert la porte
  • 4:41 - 4:43
    d'une boîte de Pandore.
  • 4:44 - 4:47
    Et je pense que des gens
    vont utiliser cette technologie
  • 4:47 - 4:49
    et essayer de créer des bébés sur mesure.
  • 4:50 - 4:53
    Mais, avant que je continue,
    certains pourraient dire :
  • 4:53 - 4:56
    « Attends une minute, Paul.
  • 4:56 - 4:57
    Ça n'est pas illégal ?
  • 4:57 - 5:01
    Tu ne peux pas juste t'enflammer
    et créer un bébé sur mesure. »
  • 5:02 - 5:04
    Et en fait, vous avez en partie raison.
  • 5:04 - 5:06
    Dans certains pays,
    vous ne pourriez pas le faire.
  • 5:07 - 5:10
    Mais dans beaucoup d'autres,
    y compris dans mon pays, les États-Unis,
  • 5:10 - 5:14
    il n'y a en fait aucune loi sur cela
    donc en théorie, vous pouvez le faire.
  • 5:15 - 5:19
    Et il y a eu un autre développement
    cette année qui résonne dans ce domaine
  • 5:19 - 5:22
    et c'est arrivé, pas si loin d'ici,
    au Royaume-Uni.
  • 5:22 - 5:26
    Et le Royaume-Uni, traditionnellement,
    était le pays le plus strict
  • 5:26 - 5:28
    concernant la modification
    génétique humaine.
  • 5:28 - 5:30
    C'était illégal là-bas,
  • 5:30 - 5:32
    mais il y a quelques mois,
  • 5:32 - 5:34
    ils ont introduit
    une exception à cette règle.
  • 5:34 - 5:36
    Une nouvelle loi a été adoptée
  • 5:36 - 5:39
    permettant la création d'humains
    génétiquement modifiés
  • 5:40 - 5:44
    avec l'objectif d'essayer de prévenir
    un type rare de maladie génétique.
  • 5:44 - 5:48
    Mais je pense que cette combinaison
    d'événements nous pousse
  • 5:48 - 5:51
    encore plus loin vers l'acceptation
  • 5:51 - 5:53
    de la modification génétique humaine.
  • 5:54 - 5:57
    J'ai parlé de cette technologie CRISPR.
  • 5:57 - 5:59
    Qu'est réellement CRISPR ?
  • 5:59 - 6:03
    Pensez aux OGM
    qui nous sont plus familiers,
  • 6:03 - 6:06
    comme les tomates OGM, le blé OGM,
  • 6:06 - 6:08
    et les choses de ce genre,
  • 6:08 - 6:11
    cette technologie est
    similaire aux technologies
  • 6:11 - 6:12
    utilisées pour ces OGM
    plus familiers,
  • 6:12 - 6:15
    mais c'est considérablement mieux,
  • 6:15 - 6:17
    moins cher et plus rapide.
  • 6:18 - 6:20
    Alors qu'est-ce que c'est ?
  • 6:20 - 6:22
    C'est en fait comme
    un couteau suisse génétique.
  • 6:22 - 6:24
    On peut prétendre
    que c'est un couteau suisse
  • 6:24 - 6:26
    composé d'outils différents
  • 6:26 - 6:29
    et un de ces outils
    est une sorte de loupe
  • 6:29 - 6:31
    ou un GPS pour notre ADN
  • 6:32 - 6:34
    qui permet de se diriger
    vers un certain point.
  • 6:34 - 6:36
    Il y a aussi une paire de ciseaux
  • 6:36 - 6:39
    qui peut couper l'ADN
    juste au bon endroit.
  • 6:39 - 6:41
    Et enfin on a un stylo
  • 6:41 - 6:46
    avec lequel on peut littéralement
    réécrire le code génétique.
  • 6:46 - 6:47
    C'est aussi simple que ça.
  • 6:48 - 6:51
    Et cette technologie, qui est apparue
    il y a seulement trois ans,
  • 6:51 - 6:53
    a pris la science d'assaut.
  • 6:54 - 6:58
    Ça évolue si vite et c'est si excitant
    pour les scientifiques,
  • 6:58 - 7:02
    et j'admets que ça me fascine,
    nous l'utilisons dans mon laboratoire,
  • 7:03 - 7:07
    que je pense que quelqu'un
    va aller plus loin,
  • 7:07 - 7:09
    continuer de modifier
    génétiquement l'embryon humain
  • 7:09 - 7:12
    et peut-être pouvoir fabriquer
    des bébés sur mesure.
  • 7:13 - 7:15
    C'est présent partout maintenant.
  • 7:15 - 7:17
    Cela fait juste trois ans que c'est sorti.
  • 7:17 - 7:21
    Aujourd'hui, des milliers de laboratoires
    l'ont littéralement dans leurs mains
  • 7:22 - 7:24
    et font d'importantes recherches.
  • 7:24 - 7:27
    La plupart ne sont pas intéressés
    par les bébés GM.
  • 7:27 - 7:29
    Ils étudient les maladies humaines
  • 7:29 - 7:32
    et d'autres éléments
    scientifiques importants.
  • 7:32 - 7:35
    Il y a donc un tas de bonnes recherches
    en cours grâce à CRISPR.
  • 7:35 - 7:38
    Et le fait qu'on puisse maintenant faire
    des modifications génétiques
  • 7:38 - 7:42
    qui prenaient des années
    et coûtaient des millions de dollars
  • 7:42 - 7:45
    en quelques semaines
    pour quelques milliers de dollars,
  • 7:45 - 7:47
    pour moi, scientifique, c'est fantastique,
  • 7:47 - 7:50
    mais, encore une fois,
    en même temps,
  • 7:50 - 7:53
    cela ouvre la porte à des gens
    qui vont trop loin.
  • 7:53 - 7:55
    Et je pense que pour certains,
  • 7:55 - 7:58
    l'objectif n'est pas tellement la science.
  • 7:58 - 8:00
    Ce n'est pas ce qui les guide.
  • 8:00 - 8:03
    C'est plutôt une idéologie
    ou la chasse au profit.
  • 8:04 - 8:07
    Et ils s'intéresseront
    à la conception génétique de bébés.
  • 8:08 - 8:12
    Alors pourquoi devrions-nous
    nous inquiéter à propos de ça ?
  • 8:12 - 8:15
    Nous savons grâce à Darwin,
    si on retourne deux siècles en arrière,
  • 8:15 - 8:19
    que l'évolution et la génétique
    ont profondément impacté l'humanité
  • 8:20 - 8:22
    et ce que nous sommes aujourd'hui.
  • 8:22 - 8:26
    Et certains pensent qu'un darwinisme
    social est à l’œuvre dans notre monde
  • 8:26 - 8:28
    et peut-être même un eugénisme aussi.
  • 8:29 - 8:32
    Imaginez ces tendances, ces forces,
  • 8:32 - 8:35
    avec un propulseur comme
    cette technologie CRISPR
  • 8:35 - 8:38
    qui est si puissante et si omniprésente.
  • 8:39 - 8:43
    En fait, on peut simplement retourner
    un siècle en arrière
  • 8:43 - 8:46
    pour voir le pouvoir qu'a l'eugénisme.
  • 8:47 - 8:49
    Mon père, Peter Knoepfler,
  • 8:49 - 8:52
    est en réalité né ici à Vienne.
  • 8:52 - 8:57
    Il était Viennois et est né ici en 1929.
  • 8:57 - 9:00
    Et quand mes grands-parents
    ont eu leur petit bébé Peter,
  • 9:01 - 9:02
    le monde était très différent, non ?
  • 9:02 - 9:04
    Vienne était différente.
  • 9:04 - 9:05
    Les États-Unis étaient différents.
  • 9:05 - 9:06
    Le monde était différent.
  • 9:06 - 9:09
    Il y a eu une montée de l'eugénisme
  • 9:09 - 9:11
    et mes grands-parents ont réalisé,
  • 9:11 - 9:13
    assez vite, je pense,
  • 9:13 - 9:16
    qu'ils étaient du mauvais côté
    de l'équation eugénique.
  • 9:17 - 9:19
    Et malgré le fait que c'était leur maison
  • 9:19 - 9:21
    et celle de toute la famille,
  • 9:21 - 9:26
    que cet endroit était leur maison
    de famille depuis des générations,
  • 9:26 - 9:29
    ils ont décidé, à cause de l'eugénisme,
  • 9:29 - 9:30
    qu'ils devaient partir.
  • 9:31 - 9:33
    Ils ont survécu,
    mais ils avaient le cœur brisé,
  • 9:33 - 9:37
    et je ne suis pas sûr que mon père se soit
    jamais remis d'avoir quitté Vienne.
  • 9:37 - 9:39
    Il avait seulement huit ans
    quand il est parti
  • 9:39 - 9:41
    en 1938.
  • 9:43 - 9:46
    Et maintenant, je vois
    un nouvel eugénisme
  • 9:46 - 9:48
    qui fait peu à peu surface.
  • 9:48 - 9:53
    C'est supposé être un eugénisme
    plus agréable, plus doux, plus positif,
  • 9:53 - 9:55
    différent de celui du passé.
  • 9:56 - 10:01
    Mais je pense que même vu à travers
    l'objectif d'améliorer les gens,
  • 10:01 - 10:03
    il peut y avoir
    des conséquences négatives
  • 10:03 - 10:05
    et ça m'inquiète vraiment
  • 10:05 - 10:07
    que certains des adeptes
    de ce nouvel eugénisme
  • 10:07 - 10:11
    pensent que CRISPR
    est le moyen d'arriver à leurs fins.
  • 10:12 - 10:14
    Je dois reconnaître, vous savez,
  • 10:14 - 10:17
    l'eugénisme, on parle
    de fabriquer des gens meilleurs.
  • 10:17 - 10:19
    La question est difficile.
  • 10:19 - 10:22
    Qu'est-ce qui est meilleur
    quand on parle d'un être humain ?
  • 10:22 - 10:25
    Je pense que, peut-être,
    beaucoup d'entre nous
  • 10:25 - 10:28
    seraient d'accord pour dire
    que les êtres humains
  • 10:28 - 10:30
    pourraient bénéficier d'améliorations.
  • 10:30 - 10:32
    Regardez nos politiciens
  • 10:32 - 10:34
    ici ou aux États-Unis --
  • 10:34 - 10:38
    n'en parlons pas maintenant.
  • 10:38 - 10:40
    Rien qu'en nous regardant dans un miroir,
  • 10:40 - 10:43
    on peut penser à plusieurs
    points d'amélioration.
  • 10:43 - 10:47
    Honnêtement, je souhaiterais avoir un peu
    plus de cheveux et pas cette calvitie.
  • 10:47 - 10:50
    Certaines personnes
    souhaiteraient être plus grandes,
  • 10:50 - 10:53
    avoir un poids différent,
    un visage différent.
  • 10:54 - 10:57
    Si on parvenait à faire ces choses,
    on pourrait alors les réaliser
  • 10:57 - 11:00
    ou faire en sorte
    qu'elles arrivent à nos enfants,
  • 11:00 - 11:02
    ça serait très séduisant.
  • 11:02 - 11:05
    Et pourtant, avec cela,
    il y a ces risques.
  • 11:05 - 11:07
    J'ai parlé d'eugénisme,
  • 11:07 - 11:10
    mais il y aurait également
    des risques pour les individus.
  • 11:10 - 11:12
    Oublions la partie amélioration des gens
  • 11:12 - 11:17
    et essayons de les rendre en meilleure
    santé grâce à la modification génétique,
  • 11:17 - 11:19
    cette technologie est tellement nouvelle
  • 11:19 - 11:21
    et si puissante
  • 11:21 - 11:24
    que par accident, nous pourrions
    les rendre plus malades.
  • 11:25 - 11:26
    Ça pourrait arriver facilement.
  • 11:27 - 11:28
    Et il y a un autre risque :
  • 11:28 - 11:33
    celui que toutes les recherches majeures
    et légitimes en modification génétique
  • 11:33 - 11:34
    ont lieu seulement en laboratoire --
  • 11:34 - 11:37
    encore une fois, sans intérêt
    pour les bébés sur mesure --
  • 11:37 - 11:40
    si quelques personnes
    prennent la voie des bébés
  • 11:40 - 11:42
    et que les choses dérapent,
  • 11:42 - 11:45
    cela pourrait nuire au domaine entier.
  • 11:45 - 11:48
    Je pense aussi que ce n'est pas improbable
  • 11:48 - 11:52
    que les gouvernements commencent à
    s'intéresser à la modification génétique.
  • 11:53 - 11:58
    Par exemple, notre enfant imaginaire Jenna
  • 11:58 - 11:59
    avec une meilleure santé,
  • 11:59 - 12:03
    si toute une génération lui ressemble,
    leurs coûts de santé seront plus faibles,
  • 12:03 - 12:07
    il est possible que les gouvernements
    commencent à contraindre leurs citoyens
  • 12:07 - 12:09
    à prendre la voie des humains GM.
  • 12:09 - 12:11
    Pensez à la politique
    de l'enfant unique.
  • 12:11 - 12:17
    On pense que cela a empêché la naissance
    de 400 millions d'êtres humains en Chine.
  • 12:18 - 12:21
    Donc c'est du domaine du possible
  • 12:21 - 12:25
    que la modification génétique
    soit poussée par les gouvernements.
  • 12:25 - 12:29
    Et si les bébés sur mesure
    deviennent populaires
  • 12:29 - 12:31
    dans notre ère du digital --
  • 12:31 - 12:33
    les vidéos virales,
    les réseaux sociaux --
  • 12:33 - 12:36
    et si les bébés sur mesure
    étaient à la mode
  • 12:36 - 12:38
    et devenaient un genre
    de nouvelles célébrités
  • 12:38 - 12:40
    comme les Kardashians
    ou que sais-je ?
  • 12:40 - 12:41
    (Rires)
  • 12:41 - 12:45
    Pourrions-nous vraiment
    contrôler ces tendances ?
  • 12:45 - 12:48
    Je ne suis pas convaincu que l'on puisse.
  • 12:49 - 12:52
    Donc une nouvelle fois,
    aujourd'hui, c'est Halloween
  • 12:52 - 12:54
    et quand on parle
    de modification génétique,
  • 12:54 - 12:57
    il y a un personnage associé à Halloween
  • 12:57 - 13:00
    dont on parle ou qu'on évoque
    plus que les autres,
  • 13:00 - 13:02
    c'est Frankenstein.
  • 13:03 - 13:07
    Le plus souvent, on parle d'aliments
    Frankenstein ou des choses de ce genre.
  • 13:07 - 13:12
    Mais si on réfléchit à ça maintenant
    et qu'on le remet dans le contexte humain
  • 13:12 - 13:13
    un jour comme Halloween,
  • 13:13 - 13:18
    si les parents peuvent créer
    génétiquement le costume de leurs enfants,
  • 13:18 - 13:23
    allons-nous parler d'un genre
    de situation Frankenstein 2.0 ?
  • 13:24 - 13:27
    Je ne le pense pas. Je ne pense pas
    qu'on ira jusqu'à cet extrême.
  • 13:27 - 13:31
    Mais quand nous allons
    hacker le code humain,
  • 13:31 - 13:35
    je pense que tous les paris sont ouverts
    sur ce qui va en découler.
  • 13:35 - 13:36
    Il y aura toujours des dangers.
  • 13:38 - 13:39
    On peut regarder le passé,
  • 13:39 - 13:42
    les autres éléments
    des sciences de la transformation
  • 13:42 - 13:46
    et voir comment elles peuvent
    être hors de contrôle
  • 13:46 - 13:47
    et se répandre dans la société.
  • 13:48 - 13:51
    Je vais vous donner un exemple,
    celui de la fécondation in vitro.
  • 13:52 - 13:56
    Il y a presque exactement 40 ans,
  • 13:56 - 14:00
    le premier bébé éprouvette
    Louise Brown naissait,
  • 14:00 - 14:01
    c'est super,
  • 14:01 - 14:07
    et depuis, cinq millions de bébés
    sont nés grâce aux FIV
  • 14:07 - 14:08
    amenant un bonheur incommensurable.
  • 14:08 - 14:11
    Beaucoup de parents
    peuvent maintenant aimer ces enfants.
  • 14:12 - 14:14
    Mais en y réfléchissant,
    en quatre décennies,
  • 14:14 - 14:18
    cinq millions de bébés sont nés
    d'une nouvelle technologie
  • 14:18 - 14:19
    c'est plutôt remarquable
  • 14:19 - 14:22
    et ce genre de choses
    pourrait se reproduire
  • 14:22 - 14:25
    avec la modification génétique humaine
    et les bébés sur mesure.
  • 14:25 - 14:28
    Selon les décisions que nous prendrons
    dans les prochains mois,
  • 14:28 - 14:30
    l'année prochaine ou après,
  • 14:30 - 14:33
    si le bébé sur mesure numéro un naît,
  • 14:33 - 14:34
    en moins de quelques décennies,
  • 14:34 - 14:38
    il pourrait y avoir des millions
    d'humains génétiquement modifiés.
  • 14:38 - 14:42
    Et il y a une différence ici aussi,
    car si nous, vous le public, ou moi,
  • 14:42 - 14:45
    si nous décidons
    d'avoir un bébé sur mesure,
  • 14:45 - 14:49
    alors, leurs enfants seront eux aussi
    génétiquement modifiés et ainsi de suite,
  • 14:49 - 14:51
    car c'est héréditaire.
  • 14:51 - 14:52
    Voilà la grande différence.
  • 14:54 - 14:55
    Alors, avec tout ça à l'esprit,
  • 14:56 - 14:57
    que devrions-nous faire ?
  • 14:58 - 15:00
    En fait, il va y avoir une réunion
  • 15:00 - 15:03
    dans 1 mois et un jour, à Washington,
  • 15:03 - 15:05
    à l'Académie nationale des sciences
  • 15:05 - 15:07
    pour aborder exactement cette question.
  • 15:07 - 15:11
    Quelle voie doit-on suivre en termes
    de modification génétique humaine ?
  • 15:12 - 15:14
    Je crois qu'à l'heure actuelle
  • 15:14 - 15:16
    un moratoire est nécessaire.
  • 15:16 - 15:17
    Nous devons interdire cela.
  • 15:17 - 15:21
    Nous ne devrions pas permettre la création
    d'humains génétiquement modifiés
  • 15:21 - 15:24
    parce que c'est trop dangereux
    et trop imprévisible.
  • 15:25 - 15:27
    Mais il y a beaucoup de gens --
  • 15:27 - 15:28
    (Applaudissements)
  • 15:28 - 15:29
    Merci.
  • 15:29 - 15:33
    (Applaudissements)
  • 15:36 - 15:38
    Je dois dire, qu'en tant que scientifique,
  • 15:38 - 15:41
    c'est un peu effrayant pour moi
    de dire ça en public,
  • 15:41 - 15:46
    car la science en général n'aime pas
    l'auto-régulation et les choses comme ça.
  • 15:47 - 15:50
    Donc je pense
    que nous devrions arrêter ça.
  • 15:50 - 15:53
    Il y a beaucoup de gens qui sont
    non seulement en désaccord avec moi,
  • 15:53 - 15:55
    mais qui pensent tout le contraire.
  • 15:55 - 15:58
    Ils suggèrent plutôt
    d'appuyer sur l'accélérateur et foncer,
  • 15:58 - 16:00
    de fabriquer des bébés sur mesure.
  • 16:00 - 16:03
    Et donc, à la réunion en décembre
  • 16:03 - 16:06
    et aux autres réunions qui vont sûrement
    suivre dans les mois d'après,
  • 16:06 - 16:09
    c'est très probable
    qu'il n'y ait pas de moratoire.
  • 16:09 - 16:12
    Et je pense que le problème
    vient en partie du fait que
  • 16:12 - 16:14
    toute cette tendance,
  • 16:14 - 16:19
    cette révolution dans la modification
    génétique qui s'applique aux humains,
  • 16:19 - 16:20
    le public ne l'a pas su.
  • 16:20 - 16:22
    Personne n'a dit :
  • 16:22 - 16:26
    « Écoutez, c'est quelque chose
    de très important, c'est une révolution,
  • 16:26 - 16:28
    et ça pourrait vous affecter
    personnellement. »
  • 16:28 - 16:31
    Donc mon but est en partie de changer ça,
  • 16:31 - 16:34
    d'éduquer et de nouer
    un dialogue avec le public
  • 16:34 - 16:37
    et aussi de vous permettre d'en discuter.
  • 16:38 - 16:41
    Donc j'espère qu'il y aura un rôle
    pour le public dans ces réunions,
  • 16:41 - 16:44
    que les gens puissent s'exprimer.
  • 16:46 - 16:51
    Donc si refermait le cercle en retournant
    en 2030 et à cette histoire imaginée,
  • 16:51 - 16:54
    selon les décisions
    que nous allons prendre aujourd'hui --
  • 16:54 - 16:56
    nous n'avons pas
    beaucoup de temps --
  • 16:56 - 16:58
    dans les prochains mois,
    l'année prochaine,
  • 16:58 - 17:01
    parce que ces technologies
    se propagent comme un feu de forêt.
  • 17:02 - 17:04
    Prétendons, que nous sommes
    de retour dans cette réalité.
  • 17:05 - 17:06
    On est au parc
  • 17:06 - 17:10
    et notre enfant se balance
    sur la balançoire.
  • 17:11 - 17:13
    Est-ce que cet enfant
    est un enfant ordinaire
  • 17:13 - 17:17
    ou avons-nous décidé
    d'avoir un bébé sur mesure ?
  • 17:17 - 17:20
    Et disons que nous avons choisi
    de prendre la route traditionnelle
  • 17:20 - 17:23
    et voici nos enfants,
    jouant sur la balançoire,
  • 17:23 - 17:26
    franchement, ils sont
    dans un état désastreux.
  • 17:26 - 17:28
    Leurs cheveux sont ébouriffés
    comme les miens.
  • 17:28 - 17:30
    Ils ont le nez qui coule,
  • 17:31 - 17:33
    ils ne sont pas
    les meilleurs élèves du monde.
  • 17:33 - 17:35
    Ils sont adorables et vous les aimez,
  • 17:35 - 17:37
    mais sur la balançoire d'à côté,
  • 17:37 - 17:40
    leur meilleur ami
    est un enfant génétiquement modifié
  • 17:40 - 17:43
    et les deux enfants
    sont en train de se balancer,
  • 17:43 - 17:45
    Difficile de ne pas les comparer.
  • 17:45 - 17:47
    L' autre enfant se balance plus haut,
  • 17:47 - 17:50
    est beaucoup plus beau, plus brillant,
  • 17:50 - 17:53
    il n'a pas ce nez qui coule
    que vous devez essuyer.
  • 17:53 - 17:55
    Comment vous sentirez-vous
  • 17:55 - 17:58
    et quelle décision prendriez-vous
    la prochaine fois ?
  • 17:59 - 18:00
    Merci.
  • 18:00 - 18:06
    (Applaudissements)
Title:
Le dilemme éthique des bébés sur mesure
Speaker:
Paul Knoepfler
Description:

La création de personnes génétiquement modifiées n'est plus un fantasme de science-fiction ; c'est probablement le scénario du futur. Le biologiste Paul Knoepfler estime que dans moins de 15 ans, les scientifiques pourront utiliser une technologie de modification génétique CRISPR, pour apporter certaines « améliorations » aux embryons humains -- de la transformation de l'apparence physique à l'élimination du risque de maladie auto-immune. Dans cette conférence qui fait réfléchir, Knoepfler nous prépare pour la révolution des bébés sur mesure qui est en train d'arriver, ainsi que ses conséquences très personnelles et imprévisibles.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDTalks
Duration:
18:19

French subtitles

Revisions