YouTube

Got a YouTube account?

New: enable viewer-created translations and captions on your YouTube channel!

French subtitles

← Les lieux fascinants que les scientifiques n'explorent pas

Get Embed Code
26 Languages

Showing Revision 10 created 10/08/2019 by eric vautier.

  1. Il y a quelque chose
    que je suis un peu gênée d'admettre.
  2. A l'âge de 17 ans,
  3. j'étais créationniste et
  4. j'ai décidé d'aller à l'université
    pour étudier l'évolution
  5. afin de pouvoir démolir cette idée.
  6. (Rires)

  7. J'ai échoué.

  8. J'ai échoué de façon si spectaculaire que
    je suis devenue biologiste de l'évolution.
  9. (Applaudissements)

  10. Je suis paléoanthropologue,
    exploratrice pour National Geographic,

  11. spécialisée dans la chasse
    aux fossiles des grottes
  12. dans des territoires instables,
    hostiles et disputés.
  13. Nous savons tous
    que si j'étais un mec et pas une fille,
  14. ce ne serait pas une description de poste,
    mais une technique de drague.
  15. (Rires)

  16. Venons-en donc aux faits,
    je ne souhaite pas mourir.

  17. Je ne suis pas accro à l'adrénaline.
  18. J'ai juste regardé une carte.
  19. La recherche de terrain a rarement lieu

  20. dans les territoires
    politiquement instables.
  21. Voici une carte où le ministère
    britannique des affaires étrangères
  22. a placé des zones rouges, oranges
  23. et des endroits où
    une menace a été répertoriée.
  24. Je vais prendre le risque
    de dire que c'est une tragédie
  25. de ne pas conduire de recherches de
    terrain sur une vaste part de la planète.
  26. La recherche a un problème de géographie.
  27. Pour une paléoanthropologue,

  28. c'est aussi la carte de certains
    des lieux les plus importants
  29. de l'aventure humaine.
  30. Il y a assurément des fossiles
    fascinants à y découvrir.
  31. Mais les cherchons-nous ?
  32. Quand j'étais étudiante, on me répétait
  33. que les hominidés – qu'il s'agisse de nous
    homo sapiens ou des espèces précédentes –
  34. ont quitté l'Afrique
    par le Sinaï égyptien.
  35. Je suis anglaise, comme vous l'entendez
    probablement à mon accent,

  36. mais je suis d'origine arabe.
  37. Je dis toujours que je suis
    très arabe de l'extérieur.
  38. Je peux être très passionnée :
  39. « Tu es formidable ! Je t'adore ! »
  40. Mais de l'intérieur, je suis très anglaise
    et tout le monde m'exaspère.
  41. (Rires)

  42. C'est vrai.

  43. Ma famille est arabe du Yémen

  44. et je savais que traverser ce détroit,
  45. celui de Bab-el-Mandeb,
  46. n'est pas un grand exploit.
  47. Je me posais constamment
    cette question simple :
  48. si les ancêtres des singes d'Amérique
    ont pu traverser l'océan Atlantique,
  49. pourquoi les hominidés n'ont-ils pas pu
    traverser cette petite étendue d'eau ?
  50. Mais le Yémen,
  51. en comparaison avec l'Europe par exemple,
  52. était si peu étudié
  53. qu'on aurait pu le comparer
    à un territoire presque vierge.
  54. En plus de son emplacement, c'est
    ce qui a rendu son potentiel de découverte
  55. si prometteur
  56. et j'avais tellement de questions.
  57. Quand avons-nous commencé
    à traverser Bab-el-Mandeb ?
  58. Et aussi, quelles espèces d'hominidés
    à part nous étaient arrivées au Yémen ?
  59. Pourrions-nous trouver une espèce
    encore inconnue de la science ?
  60. Il s'est avéré que je n'étais pas la seule
    à avoir remarqué le potentiel du Yémen.
  61. Il y avait en fait
    quelques universitaires là-bas.
  62. Hélas, à cause de l'instabilité politique,
    ils sont partis et je suis arrivée.
  63. Je cherchais des grottes :
  64. des grottes car elles étaient
    les premiers biens immobiliers.
  65. Mais également car si vous cherchez
    des fossiles sous cette chaleur,
  66. une grotte sera toujours le meilleur
    endroit pour en trouver un bien préservé.
  67. Mais la situation du Yémen
    a pris une très mauvaise tournure

  68. et quelques jours avant
    que je ne m'envole pour le Yémen,
  69. la guerre civile a dégénéré
    en conflit régional,
  70. l'aéroport de la capitale a été bombardé
  71. et le Yémen est devenu
    une zone d'exclusion aérienne.
  72. Mes parents ont pris cette décision
    avant ma naissance :

  73. je naîtrais Anglaise.
  74. Je n'avais rien à voir
    avec la meilleure décision de ma vie.
  75. Et maintenant...
  76. Les chanceux de ma famille se sont enfuis
  77. et les autres, ils se font bombarder
  78. et envoient des messages à vous faire
    détester votre propre existence.
  79. Cette guerre a lieu depuis quatre ans.
  80. Elle a lieu depuis plus de quatre ans
    et a conduit à une crise humanitaire.
  81. Il y a une famine,
  82. une famine créée par les humains.
  83. C'est une famine créée par les humains,
    pas une famine naturelle,
  84. une famine créée par les humains
    et l'ONU a prévenu
  85. qu'elle pourrait être la pire famine
    que le monde ait connue en cent ans.
  86. Cette guerre m'a montré
    plus clairement que jamais
  87. qu'aucun lieu, qu'aucun peuple
    ne mérite d'être laissé pour compte.
  88. J'ai donc rejoint d'autres équipes
    et j'ai collaboré avec elles

  89. dans d'autres régions instables.
  90. Mais je voulais désespérément
    retourner au Yémen,
  91. car pour moi, le Yémen,
    c'est une affaire personnelle.
  92. J'ai continué à réfléchir à un projet
    que je pourrais réaliser au Yémen
  93. qui aiderait à mettre en lumière
    ce qu'il s'y passait.
  94. Toutes les idées que j'avais échouaient
  95. ou les risques étaient trop élevés,
    car soyons honnêtes,
  96. la majeure partie du Yémen est trop
    dangereuse pour une équipe occidentale.
  97. Mais on m'a alors dit qu'à Socotra,
    une île du Yémen,

  98. on était en sécurité,
    une fois qu'on l'avait atteinte.
  99. Il s'est avéré que quelques universitaires
    yéménites et internationaux
  100. y travaillaient encore.
  101. Cela m'a vraiment enthousiasmée,
  102. parce que regardez la proximité
    de Socotra avec l'Afrique.
  103. Et pourtant nous ne savons pas quand
    les humains sont arrivés sur cette île.
  104. Mais Socotra, pour ceux qui connaissent,
  105. vous la connaissez probablement
    pour une tout autre raison.
  106. Vous la connaissez sans doute comme
    les Galapagos de l'océan Indien,
  107. car c'est l'un des endroits les plus
    riches en biodiversité sur cette Terre.
  108. Mais nous recevions aussi des informations
  109. indiquant que cet environnement
    incroyablement fragile et son peuple
  110. étaient menacés
  111. car ils étaient en première ligne
    des conflits au Moyen-Orient
  112. et du changement climatique.
  113. Et peu à peu, j'ai réalisé que Socotra
    était mon projet au Yémen.
  114. J'ai voulu réunir une grande
    équipe multidisciplinaire.

  115. Nous voulions traverser l'archipel
    à pied, à dos de chameau et en boutre
  116. pour faire l'état des lieux de l'île.
  117. Cela n'avait été tenté qu'une seule fois
    auparavant, en 1999.
  118. Mais ce n'est pas quelque chose
    de facile à réaliser.
  119. Nous avions terriblement besoin
    d'une mission de reconnaissance.
  120. D'une étude de terrain.
  121. Je dis souvent qu'une grande expédition
    sans mission de reconnaissance,
  122. c'est comme un premier rendez-vous sans
    avoir espionné la personne sur Facebook.
  123. (Rires)

  124. C'est faisable, mais est-ce judicieux ?

  125. (Rires)

  126. Il y en a trop qui savent
    dans cette salle.

  127. Notre équipe de reconnaissance

  128. était heureusement habituée
    aux régions instables,
  129. ce qui est plutôt important
  130. car nous cherchions à nous rendre
    entre le Yémen et la Somalie.
  131. Après avoir demandé ce qui nous a semblé
    un million de faveurs,
  132. y compris de la part du sous-gouverneur,
  133. nous nous sommes enfin mis en marche,
  134. sur un cargo cimentier en bois
  135. voguant sur des eaux infestées de pirates
    au milieu de l'océan Indien
  136. avec ceci pour toilettes.
  137. (Rires)

  138. Vous voyez ça ?

  139. Vous connaissez la pire expérience
    que vous pouvez avoir aux toilettes ?
  140. Je n'avais jamais nagé
    avec des dauphins auparavant,
  141. je leur ai fait directement caca dessus.
  142. (Rires)

  143. J'ai aussi vraiment découvert
    que je suis moins stressée

  144. par des eaux infestées de pirates
  145. que par une invasion de cafards
  146. si nombreux
  147. qu'à un moment je suis allée
    sur le pont inférieur
  148. et le sol était noir et mouvant.
  149. (Gémissements du public)

  150. La nuit, il n'y avait que trois
    plateformes surélevées pour dormir

  151. mais il y avait seulement –
    nous étions quatre membres dans l'équipe.
  152. Si vous aviez une plateforme
    surélevée pour dormir,
  153. vous n'étiez aux prises
    qu'avec quelques cafards durant la nuit
  154. alors que si vous étiez sur le pont,
    bon courage à vous.
  155. J'étais la seule fille de l'équipe
    et pendant tout le voyage,
  156. je m'en suis sortie
    sans dormir sur le pont.
  157. Et puis la quatrième
    ou la cinquième nuit :
  158. Martin Edström m'a regardé et a dit :
    « Ella, Ella, je crois en l'égalité. »
  159. (Rires)

  160. Nous avons voyagé sur ce cargo cimentier
    pendant trois jours

  161. puis nous avons commencé à voir la terre.
  162. Après trois ans d'échecs,
  163. je voyais enfin le Yémen.
  164. Il n'y a pas de sensation comparable
    au début d'une expédition.

  165. C'est le moment où vous sautez d'une jeep
  166. ou que vous levez les yeux
    depuis un bateau
  167. et vous savez qu'il y a la possibilité,
  168. faible mais réelle,
  169. que vous trouviez quelque chose
  170. qui puisse s'ajouter ou changer
    ce que nous savons
  171. sur qui nous sommes et d'où nous venons.
  172. Il n'y a pas de sensation comparable
  173. et c'est une sensation
    que tellement de scientifiques ressentent,
  174. mais rarement dans des lieux
    politiquement instables.
  175. Car les scientifiques occidentaux
    sont dissuadés ou ont l'interdiction
  176. de travailler dans des régions instables.
  177. Mais voici le problème :

  178. certains scientifiques se spécialisent
    dans l'étude de la jungle,
  179. d'autres travaillent
    dans des systèmes de cavités profondes,
  180. d'autres encore montent dans des fusées
    et s'envolent vers l'espace.
  181. Mais, apparemment,
    travailler dans une région instable
  182. est jugé trop risqué.
  183. C'est complètement arbitraire.
  184. Qui ici n'a pas grandi en entendant
    des récits d'aventures ?
  185. La plupart de nos héros étaient
    des scientifiques et des universitaires.
  186. La science, c'était partir vers l'inconnu.
  187. C'était l'exploration planétaire,
    même s'il y avait des risques.
  188. Quand est-il devenu acceptable
    d'interdire la science
  189. dans les régions instables ?
  190. Je ne dis pas que tous
    les scientifiques devraient aller

  191. travailler dans des régions instables.
  192. Ce n'est pas un appel
    enthousiaste et naïf.
  193. Mais voilà :
  194. pour ceux qui ont conduit des recherches,
    qui suivent le protocole de sécurité
  195. et sont entraînés,
  196. arrêtez de stopper les personnes motivées.
  197. De plus,
  198. si la guerre fait rage
    dans seulement une partie du pays
  199. tout le pays n'est pas forcément concerné.
  200. Je ne dis pas que nous devrions aller
    dans des zones de guerre.
  201. Mais le Kurdistan irakien
    est très différent de Falloujah.
  202. Quelques mois après mon échec
    à entrer au Yémen,

  203. une autre équipe m'a adoptée.
  204. L'équipe du professeur Grame Barker
    travaillait au Kurdistan irakien
  205. où ils exploraient la grotte de Shanidar.
  206. Quelques décennies auparavant,
    la grotte de Shanidar
  207. avait révélé un homme de Néandertal
    connu sous le nom de Shanidar I.
  208. Pour une série télévisée de la BBC et PBS,
    nous avons redonné vie à Shanidar I
  209. et je veux vous faire rencontrer Ned,
    l'homme de Néandertal.
  210. Et voici le truc le plus cool
    à propos de Ned.
  211. Ned, ce gars-là,
  212. vous le rencontrez
    avant qu'il soit blessé.
  213. Il s'avère que Ned
    était gravement handicapé.
  214. Il était tellement handicapé
    qu'il ne peut avoir survécu
  215. que grâce à l'aide
    d'autres hommes de Néandertal.
  216. C'était la preuve que,
  217. au moins pour cette population
    d'hommes de Néandertal de cette époque,
  218. les hommes de Néandertal
    étaient comme nous
  219. et prenaient parfois soin de ceux qui
    ne pouvaient pas être autonomes.
  220. Ned est un homme de Néandertal irakien.

  221. Que nous manque-t-il d'autre ?
  222. Quelles autres formidables
    découvertes scientifiques
  223. ne faisons-nous pas
    car nous ne cherchons pas ?
  224. D'ailleurs, ces régions méritent
    des récits empreints d'espoir
  225. et la science et la recherche
    peuvent y participer.
  226. J'avancerais qu'elles peuvent aider
    le développement de façon tangible
  227. car ces découvertes deviennent
    une grande source de fierté locale.
  228. C'est la seconde raison pour laquelle
    la recherche a un problème de géographie.

  229. Nous ne donnons pas les moyens
    aux universitaires locaux, n'est-ce pas ?
  230. Cela ne m'a pas échappé
  231. que dans le domaine en particulier
    de la paléoanthropologie,
  232. nous étudions les origines humaines,
  233. bien que nous ayons si peu
    de scientifiques d'origines différentes.
  234. Et pourtant, ces régions sont remplies
    d'étudiants et d'universitaires
  235. qui veulent désespérément
    travailler avec nous
  236. et en vérité,
  237. pour eux,
  238. il y a moins de problèmes
    de sécurité que pour nous.
  239. Nous oublions toujours que, pour eux,
    ce n'est pas un environnement hostile,
  240. c'est chez eux.
  241. Je vous le dis,
  242. les recherches réalisées dans des régions
    instables avec des collaborateurs locaux
  243. peuvent mener
    à des découvertes incroyables
  244. et c'est ce que nous espérons
    plus que tout accomplir à Socotra.
  245. On dit de Socotra

  246. que c'est le lieu
    le plus exotique sur Terre.
  247. Leon McCarron, Rhys Thwaites-Jones, Martin
    Edström et moi-même l'avons remarqué.
  248. Regardez cet endroit.
  249. Ces endroits ne sont pas des bouges,
    ils ne sont pas à abandonner,
  250. ils sont la pointe de la science
    et de la recherche du futur.
  251. 90% des reptiles de cette île et
  252. 37% de ses espèces végétales n'existent
    nulle part ailleurs sur Terre,
  253. y compris cette espèce
    de Dragonnier de Socotra
  254. dont on extrait une résine rouge.
  255. Il y a autre chose.

  256. Les gens sur Socotra,
    certains vivent encore dans des grottes,
  257. et c'est passionnant
  258. car si une grotte y est
    un logement prisé à notre siècle,
  259. ce l'était peut-être
    il y a des milliers d'années.
  260. Mais nous avons besoin de données pour le
    prouver, de fossiles, d'outils en pierre.
  261. Alors notre équipe de reconnaissance
    a fait équipe avec d'autres scientifiques,
  262. des anthropologues et des chroniqueurs,
  263. internationaux autant locaux,
    comme Ahmed Alarqbi,
  264. et nous voulons désespérément
    faire connaître cet endroit
  265. avant qu'il ne soit trop tard.
  266. Maintenant, nous devons trouver
    comment y retourner

  267. pour cette grande expédition
  268. car la recherche,
  269. la recherche a un problème de géographie.
  270. Vous avez été un public adorable.

  271. Merci.
  272. (Applaudissements)