Return to Video

Tout ce qu’on entend au cinéma est pur mensonge

  • 0:01 - 0:03
    Commençons par faire une expérience.
  • 0:05 - 0:08
    Je vais vous montrer
    trois vidéos où il pleut.
  • 0:09 - 0:13
    Mais sur l'une des vidéos,
  • 0:13 - 0:15
    j'ai remplacé le son de la pluie
  • 0:15 - 0:18
    par le son du bacon qui frit.
  • 0:19 - 0:23
    Je veux que vous réfléchissiez bien pour
    déterminer quel clip a le son de bacon.
  • 0:24 - 0:26
    (Bruit de pluie)
  • 0:27 - 0:29
    (Bruit de pluie)
  • 0:32 - 0:34
    (Bruit de pluie)
  • 0:41 - 0:42
    Bon.
  • 0:43 - 0:46
    En fait, j'ai menti.
  • 0:46 - 0:47
    Le bacon est partout.
  • 0:47 - 0:49
    (Bruit de bacon qui frit)
  • 0:52 - 0:54
    (Applaudissements)
  • 0:57 - 1:00
    Je n'essaie pas de vous donner faim
  • 1:01 - 1:02
    à chaque scène de pluie.
  • 1:02 - 1:08
    Je veux montrer que nos cerveaux sont
    conditionnés à croire des mensonges.
  • 1:09 - 1:11
    Nous ne cherchons pas l'exactitude.
  • 1:12 - 1:15
    Sur le sujet de la supercherie,
  • 1:15 - 1:18
    je voudrais citer
    l'un de mes auteurs préférés.
  • 1:18 - 1:25
    Dans « Le Déclin du mensonge »,
    Oscar Wilde établit
  • 1:25 - 1:31
    que tout art qui est mauvais
    copie la nature et cherche le réalisme,
  • 1:31 - 1:36
    alors que le grand art vient
    du mensonge et de la supercherie,
  • 1:37 - 1:40
    d'une narration belle et fausse.
  • 1:40 - 1:44
    Quand vous regardez un film
  • 1:45 - 1:46
    où le téléphone sonne,
  • 1:46 - 1:48
    en vérité il ne sonne pas.
  • 1:49 - 1:53
    Le son a été ajouté après coup
    dans un studio de post-production.
  • 1:53 - 1:56
    Tous les sons que vous entendez sont faux.
  • 1:56 - 1:58
    Tout, à part les dialogues,
  • 1:58 - 1:59
    est faux.
  • 1:59 - 2:03
    Quand vous voyez un oiseau
    battre des ailes dans un film,
  • 2:03 - 2:05
    (Battement d'ailes)
  • 2:06 - 2:08
    l'oiseau n'a pas été enregistré.
  • 2:08 - 2:13
    Le son est beaucoup plus réaliste
    si on enregistre une feuille de papier
  • 2:13 - 2:15
    ou des gants de cuisine.
  • 2:15 - 2:17
    (Gants de cuisine qu'on agite)
  • 2:19 - 2:22
    Le bruit d'une cigarette qui brûle
  • 2:22 - 2:24
    (Bruit de cigarette qui brûle)
  • 2:25 - 2:28
    semble en fait beaucoup plus réel
  • 2:28 - 2:31
    si l'on prend un morceau
    de cellophane froissé
  • 2:31 - 2:32
    et qu'on le relâche.
  • 2:32 - 2:35
    (Bruit de cellophane)
  • 2:36 - 2:37
    Et les coups de poing ?
  • 2:37 - 2:39
    (Coup de poing)
  • 2:39 - 2:41
    Attendez, je le rejoue.
  • 2:41 - 2:42
    (Coup de poing)
  • 2:43 - 2:46
    On obtient souvent ce son en plantant
    un couteau dans un légume
  • 2:46 - 2:48
    comme le chou.
  • 2:49 - 2:50
    (Bruit de couteau dans un chou)
  • 2:51 - 2:54
    Le prochain son : des os brisés.
  • 2:54 - 2:56
    (Bruit d'os brisés)
  • 2:57 - 2:59
    Personne n'a été blessé.
  • 2:59 - 3:00
    Il s'agit en fait...
  • 3:01 - 3:04
    d'un céleri ou d'une laitue
    congelée qu'on casse.
  • 3:04 - 3:06
    (Bruit de céleri ou de laitue congelée)
  • 3:07 - 3:08
    (Rires)
  • 3:09 - 3:14
    Pour créer les bons sons,
    il ne suffit pas toujours
  • 3:14 - 3:16
    de se rendre au supermarché
  • 3:16 - 3:19
    au rayon Primeurs.
  • 3:19 - 3:21
    C'est souvent bien plus compliqué que ça.
  • 3:21 - 3:24
    Déconstruisons ensemble
  • 3:24 - 3:26
    la création d'un effet sonore.
  • 3:26 - 3:30
    Frank Serafine raconte
    l'une des mes anecdotes préférées.
  • 3:30 - 3:32
    Il contribue à notre bibliothèque.
  • 3:32 - 3:35
    C'est un grand ingénieur du son,
    sur Tron et Star Trek entre autres.
  • 3:36 - 3:42
    Il a fait partie de l'équipe Paramount
    qui a reçu l'Oscar du Meilleur Son
  • 3:42 - 3:44
    pour A la poursuite d'Octobre rouge.
  • 3:44 - 3:47
    Dans ce classique
    de la guerre froide des années 90,
  • 3:47 - 3:52
    ils devaient créer le son
    d'une hélice de sous-marin.
  • 3:52 - 3:53
    Il y avait un problème :
  • 3:53 - 3:57
    impossible de trouver un sous-marin
    à Hollywood.
  • 3:57 - 4:00
    Alors voici ce qu'ils ont fait :
  • 4:00 - 4:04
    ils sont allés dans la piscine d'un ami
  • 4:04 - 4:08
    et Frank a fait la bombe dans l'eau.
  • 4:09 - 4:11
    Ils ont mis un micro sous l'eau
  • 4:11 - 4:14
    et un micro aérien
    à l'extérieur de la piscine.
  • 4:14 - 4:17
    Voici le son enregistré
    par le micro sous l'eau.
  • 4:17 - 4:19
    (Son de plongeon sous l'eau)
  • 4:20 - 4:21
    Avec en plus l'autre micro,
  • 4:21 - 4:23
    voici ce que ça donne.
  • 4:23 - 4:25
    (Bruit de plongeon)
  • 4:26 - 4:30
    Ensuite ils ont diminué le son
    d'une octave.
  • 4:30 - 4:32
    C'est comme si on ralentissait un disque.
  • 4:33 - 4:35
    (Bruit de plongeon une octave plus bas)
  • 4:36 - 4:39
    Puis ils ont enlevé la plupart
    des hautes fréquences.
  • 4:39 - 4:41
    (Bruit de plongeon)
  • 4:41 - 4:43
    Ils l'ont encore diminué d'une octave.
  • 4:44 - 4:47
    (Bruit de plongeon une octave plus bas)
  • 4:47 - 4:49
    Et ils ont ajouté un peu du son
  • 4:49 - 4:51
    enregistré par le micro aérien.
  • 4:51 - 4:55
    (Bruit de plongeon)
  • 4:55 - 4:57
    Et en répétant le son en boucle,
  • 4:57 - 4:58
    ils ont obtenu ceci :
  • 4:58 - 5:01
    (Bruit d'hélice en marche)
  • 5:04 - 5:11
    Le mariage de la créativité
    et de la technologie nous donne l'illusion
  • 5:11 - 5:14
    que nous sommes dans un sous-marin.
  • 5:15 - 5:18
    Une fois que vous avez créé vos sons
  • 5:18 - 5:21
    et que vous les avez associés aux images,
  • 5:21 - 5:25
    vous voulez qu'ils fassent
    partie prenante à la narration.
  • 5:25 - 5:29
    L'un des meilleurs moyens de faire ça
    est d'ajouter de la réverbération.
  • 5:30 - 5:33
    Voici le premier outil sonore
    dont je veux parler.
  • 5:33 - 5:38
    La réverbération
    est la persistance d'un son
  • 5:38 - 5:40
    après l'interruption de la source sonore.
  • 5:40 - 5:43
    C'est un peu comme
  • 5:43 - 5:46
    la réflexion des matériaux,
  • 5:46 - 5:49
    des objets et des murs autour du son.
  • 5:49 - 5:51
    Prenons un son de coup de feu,
    par exemple.
  • 5:51 - 5:54
    Le son d'origine prend
    moins d'une seconde.
  • 5:56 - 5:57
    (Coup de feu)
  • 5:58 - 5:59
    En ajoutant de la réverbération,
  • 5:59 - 6:03
    on peut faire croire qu'il a été
    enregistré dans une salle de bain.
  • 6:03 - 6:06
    (Coup de feu dans une salle de bain)
  • 6:06 - 6:09
    Ou bien dans une chapelle ou une église.
  • 6:09 - 6:10
    (Coup de feu dans une église)
  • 6:11 - 6:13
    Ou bien dans un canyon.
  • 6:14 - 6:16
    (Coup de feu dans un canyon)
  • 6:16 - 6:19
    La réverbération donne
    beaucoup d'informations
  • 6:19 - 6:24
    sur l'espace entre l'auditeur
    et la source sonore.
  • 6:24 - 6:26
    Si le son est le goût,
  • 6:26 - 6:30
    alors la réverbération est
    en quelque sorte l'odeur du son.
  • 6:30 - 6:32
    La réverbération peut même
    faire bien plus.
  • 6:32 - 6:36
    Entendre un son avec
    beaucoup moins de réverbération
  • 6:36 - 6:39
    que l'action dans le film
  • 6:39 - 6:42
    va nous faire savoir tout de suite
  • 6:42 - 6:44
    que nous sommes en train d'écouter
    un commentateur,
  • 6:44 - 6:49
    un narrateur extérieur à l'action.
  • 6:50 - 6:55
    Les moments d'intimité
    et d'émotion au cinéma
  • 6:55 - 6:57
    n'ont souvent pas de réverbération :
  • 6:57 - 7:01
    c'est comme ça que sonnent
    les mots dits à notre oreille.
  • 7:01 - 7:03
    En revanche,
  • 7:03 - 7:06
    ajouter beaucoup
    de réverbération à une voix
  • 7:06 - 7:09
    nous fait penser
    que nous écoutons un souvenir,
  • 7:10 - 7:13
    que nous sommes
    dans la tête d'un personnage
  • 7:14 - 7:16
    ou encore que nous écoutons
    une voix divine.
  • 7:16 - 7:19
    Ou bien, ce qui est
    encore plus fort au cinéma :
  • 7:19 - 7:20
    Morgan Freeman.
  • 7:20 - 7:22
    (Rires)
  • 7:22 - 7:23
    Bon.
  • 7:23 - 7:25
    (Applaudissements)
  • 7:26 - 7:29
    Quels sont les autres outils et astuces
  • 7:29 - 7:31
    qu'utilisent les ingénieurs du son ?
  • 7:32 - 7:34
    En voilà un très important.
  • 7:40 - 7:41
    C'est le silence.
  • 7:42 - 7:45
    Quelques instants de silence,
    et nous prêtons l'oreille.
  • 7:46 - 7:48
    En Occident,
  • 7:48 - 7:50
    on n'a pas l'habitude du silence verbal.
  • 7:50 - 7:54
    Le silence dans une conversation
    est malpoli ou inconfortable.
  • 7:55 - 7:58
    Le silence au début d'un échange verbal
  • 7:59 - 8:01
    peut créer beaucoup de tension.
  • 8:01 - 8:05
    Imaginez un film hollywoodien
    à gros budget,
  • 8:05 - 8:09
    plein d'explosions
    et d'armes automatiques.
  • 8:10 - 8:14
    Les bruits trop forts perdent
    de leur impact au bout d'un moment.
  • 8:14 - 8:16
    A la manière du yin et yang,
  • 8:16 - 8:19
    le silence a besoin du bruit
    et le bruit du silence
  • 8:19 - 8:22
    pour avoir un effet quelconque.
  • 8:22 - 8:24
    Et c'est quoi, le silence ?
  • 8:24 - 8:27
    Ça dépend de son utilisation
    dans chaque film.
  • 8:27 - 8:31
    Le silence peut nous placer
    dans la tête d'un personnage
  • 8:31 - 8:32
    ou nous faire réfléchir.
  • 8:32 - 8:35
    On associe souvent le silence avec
  • 8:37 - 8:38
    la contemplation,
  • 8:39 - 8:40
    la méditation,
  • 8:41 - 8:43
    la réflexion profonde.
  • 8:45 - 8:48
    Mais en plus d'avoir
    une signification particulière,
  • 8:48 - 8:50
    le silence devient une toile blanche
  • 8:50 - 8:54
    où le spectateur est invité à peindre
    ses propres pensées.
  • 8:55 - 8:59
    Mais soyons clairs :
    le silence n'existe pas.
  • 8:59 - 9:04
    J'ai l'air de faire la déclaration
    la plus prétentieuse de l'histoire de TED.
  • 9:05 - 9:10
    Mais même dans une salle
    sans réverbération
  • 9:10 - 9:12
    et aucun son extérieur,
  • 9:12 - 9:15
    on peut toujours entendre
    son propre sang circuler.
  • 9:16 - 9:20
    Traditionnellement, au cinéma,
    il n'y a jamais eu de silence
  • 9:20 - 9:22
    à cause du son du projecteur.
  • 9:23 - 9:25
    Et même à notre époque de son Dolby,
  • 9:26 - 9:29
    il n'y a pas vraiment de silence,
    si vous écoutez vraiment.
  • 9:30 - 9:33
    Il y a toujours un bruit quelconque.
  • 9:33 - 9:36
    Comme le silence n'existe pas,
  • 9:36 - 9:39
    qu'utilisent donc les cinéastes
    et les ingénieurs du son ?
  • 9:39 - 9:44
    Ils utilisent souvent ce qu'on appelle
    des ambiances sonores.
  • 9:44 - 9:48
    Les ambiances sonores
    sont des sons d'arrière-plan
  • 9:48 - 9:51
    qui sont spécifiques à chaque lieu.
  • 9:51 - 9:53
    Chaque lieu a son propre son
  • 9:53 - 9:55
    et chaque pièce a un son unique
  • 9:55 - 9:57
    qui est son ambiance sonore.
  • 9:57 - 9:59
    Voici un enregistrement
    d'un marché au Maroc.
  • 9:59 - 10:02
    (Voix, musique)
  • 10:05 - 10:08
    Et voici un enregistrement
    de Times Square à New York.
  • 10:09 - 10:13
    (Bruits de circulation, klaxons, voix)
  • 10:15 - 10:19
    L'ambiance sonore d'une pièce est
    l'addition de tous les sons de la pièce :
  • 10:19 - 10:21
    ventilation, chauffage, réfrigérateur.
  • 10:22 - 10:24
    Voici un enregistrement
    de mon appartement à Brooklyn.
  • 10:24 - 10:29
    (Ventilation, chauffe-eau, réfrigérateur
    et bruits de circulation)
  • 10:35 - 10:40
    Les ambiances sonores sont intuitives.
  • 10:41 - 10:44
    Elles parlent directement
    et inconsciemment à notre cerveau.
  • 10:45 - 10:50
    Le chant des oiseaux à votre fenêtre
    dénote la normalité,
  • 10:51 - 10:54
    peut-être parce que, en tant qu'espèce,
  • 10:54 - 10:58
    nous sommes habitués à ce son
    depuis des millénaires.
  • 10:58 - 11:02
    (Chant des oiseaux)
  • 11:06 - 11:09
    A l'inverse, les sons industriels
    ont été introduits dans nos vies
  • 11:10 - 11:11
    plus récemment.
  • 11:12 - 11:14
    Je les apprécie, personnellement.
  • 11:14 - 11:16
    L'un des mes héros,
    David Lynch, s'en est servi
  • 11:16 - 11:18
    avec son ingénieur du son, Alan Splet.
  • 11:18 - 11:21
    Mais ils ont en général
    des connotations négatives.
  • 11:21 - 11:24
    (Bruits de machines)
  • 11:28 - 11:33
    Les effets sonores peuvent jouer
    sur votre mémoire émotionnelle.
  • 11:35 - 11:37
    Parfois, ils ont tant d'importance
  • 11:37 - 11:40
    qu'ils sont comme un personnage du film.
  • 11:41 - 11:45
    Le bruit du tonnerre peut signifier
    une intervention divine ou la colère.
  • 11:46 - 11:49
    (Bruit de tonnerre)
  • 11:52 - 11:56
    Des cloches d'église peuvent
    rappeler le passage du temps
  • 11:56 - 11:58
    ou notre propre finitude.
  • 12:00 - 12:03
    (Son de cloches)
  • 12:08 - 12:12
    Et du verre qui se brise peut indiquer
    la rupture d'une relation d'amour
  • 12:12 - 12:14
    ou d'amitié.
  • 12:14 - 12:16
    (Bruit de verre brisé)
  • 12:17 - 12:20
    Les scientifiques pensent
    que les sons dissonants
  • 12:20 - 12:25
    comme les cuivres ou les instruments
    à vent joués très fort
  • 12:26 - 12:31
    peuvent nous rappeler les hurlements
    d'animaux sauvages
  • 12:31 - 12:34
    et peuvent donc provoquer
    l'irritation ou la peur.
  • 12:35 - 12:37
    (Instruments à vent et cuivres)
  • 12:41 - 12:44
    Nous avons parlé des sons
    dont l'origine est visible à l'écran.
  • 12:44 - 12:49
    Mais parfois l'origine du son
    n'est pas visible.
  • 12:49 - 12:51
    On appelle ça les sons hors champ
  • 12:52 - 12:53
    ou « acousmatiques ».
  • 12:54 - 12:55
    Les sons acousmatiques...
  • 12:56 - 13:01
    Le terme « acousmatique » vient
    de Pythagore qui, dans la Grèce antique,
  • 13:01 - 13:05
    a enseigné pendant des années
    à ses disciples
  • 13:05 - 13:08
    caché derrière un rideau.
  • 13:08 - 13:11
    Ce philosophe et mathématicien
    pensait sans doute que,
  • 13:12 - 13:13
    comme ça,
  • 13:14 - 13:18
    ses disciples se concentreraient
    davantage sur sa voix
  • 13:18 - 13:20
    et sur le sens de ses mots
  • 13:20 - 13:23
    plutôt que sur son apparence.
  • 13:23 - 13:26
    Un peu comme avec le magicien
    du Magicien dOz
  • 13:26 - 13:30
    ou Big Brother dans 1984,
  • 13:30 - 13:34
    il y a séparation
    entre la voix et sa source,
  • 13:34 - 13:36
    entre la cause et l'effet.
  • 13:36 - 13:40
    Cela crée une impression d'ubiquité
    et d'omniscience oppressante,
  • 13:40 - 13:42
    et donc d'autorité.
  • 13:43 - 13:46
    Il y a une grande tradition
    de sons hors champ.
  • 13:47 - 13:54
    Les monastères de Rome et Venise
    avaient des nonnes qui chantaient
  • 13:54 - 13:58
    dans des galeries en hauteur,
    près du plafond,
  • 13:58 - 14:02
    pour donner l'impression
    qu'on entendait des anges dans le ciel.
  • 14:02 - 14:06
    Richard Wagner est connu
    pour avoir créé l'orchestre invisible
  • 14:06 - 14:10
    placé dans une fosse
    entre la scène et le public.
  • 14:10 - 14:15
    Et mon héros Aphex Twin se cachait
    dans les recoins sombres des clubs.
  • 14:15 - 14:20
    Tous ces grands maîtres savaient
    que cacher la source du son
  • 14:20 - 14:22
    crée une dimension de mystère.
  • 14:22 - 14:24
    On a vu ça au cinéma à maintes reprises
  • 14:24 - 14:27
    avec Hitchcock
    ou Ridley Scott dans Alien.
  • 14:27 - 14:29
    Entendre un son sans en voir la source
  • 14:29 - 14:33
    crée de la tension.
  • 14:35 - 14:40
    Ça peut aussi atténuer les contraintes
    qui s'imposent au réalisateur
  • 14:40 - 14:44
    en faisant entendre quelque chose
    qui n'était pas là pendant le tournage.
  • 14:44 - 14:46
    Tout cela semble un peu théorique
  • 14:46 - 14:48
    alors regardons cette petite vidéo.
  • 14:49 - 14:52
    (Bruit de jouet qui couine)
  • 14:52 - 14:55
    (Bruit de machine à écrire)
  • 14:56 - 14:58
    (Bruit de percussions)
  • 14:59 - 15:01
    (Bruit de match de ping pong)
  • 15:02 - 15:05
    (Bruit de couteaux qu'on affûte)
  • 15:06 - 15:09
    (Bruit de scratch de DJ)
  • 15:09 - 15:11
    (Bruit de scie)
  • 15:11 - 15:12
    (Cri de femme)
  • 15:13 - 15:16
    J'essaie de vous montrer
  • 15:18 - 15:20
    que le son est un langage.
  • 15:21 - 15:24
    Il peut nous tromper en nous faisant
    voyager géographiquement.
  • 15:25 - 15:26
    Le son peut changer une ambiance.
  • 15:27 - 15:28
    Il peut imposer un rythme.
  • 15:29 - 15:33
    Il peut nous faire rire
    ou nous faire peur.
  • 15:35 - 15:38
    Personnellement,
    je suis amoureux de ce langage
  • 15:38 - 15:39
    depuis des années
  • 15:39 - 15:44
    et j'ai réussi à en faire mon métier.
  • 15:45 - 15:48
    A travers notre travail
    pour la bibliothèque du son,
  • 15:49 - 15:54
    nous essayons d'élargir
    le vocabulaire de ce langage.
  • 15:56 - 15:59
    De cette manière, nous voulons
    offrir les bons outils
  • 15:59 - 16:01
    aux ingénieurs du son,
  • 16:01 - 16:02
    aux réalisateurs
  • 16:02 - 16:04
    et aux concepteurs de jeux vidéo
  • 16:05 - 16:08
    pour qu'ils nous racontent
    des histoires toujours meilleures
  • 16:08 - 16:11
    et qu'ils créent des mensonges
    toujours plus beaux.
  • 16:11 - 16:12
    Merci de m'avoir écouté.
  • 16:12 - 16:16
    (Applaudissements)
Title:
Tout ce qu’on entend au cinéma est pur mensonge
Speaker:
Tasos Frantzolas
Description:

Les effets sonores sont une supercherie : quand vous regardez un film ou un programme télé, presque tous les sons que vous entendez sont faux. Dans ce discours riche en sons, Tasos Frantzolas explore le rôle du son dans la narration et démontre à quel point il est facile de manipuler nos cerveaux grâce à lui.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDTalks
Duration:
16:35

French subtitles

Revisions