Return to Video

Le comportement moral chez les animaux | Frans de Waal | TEDxPeachtree

  • 0:01 - 0:04
    Hôte : Ce matin, notre premier
    intervenant est le docteur Frans de Waal.
  • 0:04 - 0:07
    Il est en charge du Living Links Center
  • 0:07 - 0:09
    au Yerkes National Primate
    Research Center
  • 0:09 - 0:10
    à l'université Emory.
  • 0:10 - 0:12
    Son travail de primatologue
  • 0:12 - 0:15
    l'a mené à l'idée d'aujourd'hui
    très intéressante,
  • 0:15 - 0:18
    à savoir la morale sans religion.
  • 0:18 - 0:22
    Je vous invite donc à accueillir
    le docteur Frans de Waal avec moi.
  • 0:22 - 0:29
    (Applaudissements)
  • 0:29 - 0:31
    Frans de Waal : Bonjour.
  • 0:31 - 0:34
    C'est un peu un sujet délicat
    avec lequel débuter -
  • 0:34 - 0:35
    la morale et la religion...
  • 0:36 - 0:40
    Je travaille avec des animaux, et je vais
    donc vous donner mon point de vue.
  • 0:40 - 0:44
    Ce serait la meilleure chose à dire
    dans un zoo, je pense.
  • 0:44 - 0:47
    Laissez-moi d'abord vous parler
    un peu de moi.
  • 0:47 - 0:49
    Je suis né à Bois-le-Duc,
  • 0:49 - 0:52
    près de Maastricht,
    qui vient d'être mentionné -
  • 0:52 - 0:55
    où le peintre Hieronymus Bosch
    s'est inspiré pour son nom.
  • 0:55 - 0:57
    J'ai toujours apprécié ce peintre
  • 0:57 - 1:00
    qui a vécu et travaillé au XVe siècle.
  • 1:00 - 1:03
    Ce qui le rend intéressant
    vis-à-vis de la morale
  • 1:03 - 1:06
    est qu'il a vécu alors que
    la religion perdait de son influence,
  • 1:06 - 1:08
    et il se demandait donc, je pense,
  • 1:08 - 1:11
    ce qui arriverait à la société
    sans aucune religion,
  • 1:11 - 1:12
    ou moins.
  • 1:12 - 1:16
    Il a peint le célèbre
    « Le Jardin des délices »
  • 1:16 - 1:21
    qui a été interprété par certains
    comme l'Humanité avant la chute,
  • 1:21 - 1:24
    ou bien l'Humanité sans la chute.
  • 1:24 - 1:26
    Cela pousse à réfléchir :
    que serait-il arrivé
  • 1:26 - 1:29
    si nous n'avions pas goûté
    le fruit de l'arbre de la connaissance
  • 1:29 - 1:31
    et quel type de morale aurions-nous ?
  • 1:32 - 1:35
    Plus tard, étudiant, je suis allé
    dans un jardin bien différent,
  • 1:35 - 1:40
    un jardin zoologique à Arnhem
    où se trouvaient des chimpanzés.
  • 1:40 - 1:43
    Me voici plus jeune
    avec un bébé chimpanzé.
  • 1:43 - 1:46
    (Rires)
  • 1:46 - 1:48
    J'ai découvert là-bas
  • 1:48 - 1:52
    que les chimpanzés sont avides de pouvoir,
    et j'en ai écrit un livre -
  • 1:52 - 1:53
    « La politique du chimpanzé »,
  • 1:53 - 1:56
    toujours édité 25 ans plus tard.
  • 1:56 - 1:58
    À cette époque, la recherche animale
    se focalisait sur
  • 1:58 - 2:01
    l'agressivité et la compétition.
  • 2:01 - 2:03
    J'ai dépeint le royaume animal
  • 2:03 - 2:08
    ainsi que l'humanité, et tous deux
    sont des compétiteurs, ils sont agressifs,
  • 2:09 - 2:12
    ils appliquent simplement la règle
    du chacun pour soi.
  • 2:12 - 2:14
    C'est le lancement de mon livre.
  • 2:14 - 2:16
    Je ne suis pas sûr que les
    chimpanzés l'aient lu,
  • 2:16 - 2:19
    mais ils avaient l'air
    d'être intéressés en tout cas.
  • 2:19 - 2:21
    (Rires)
  • 2:21 - 2:24
    Lors de mes recherches
  • 2:24 - 2:27
    sur le pouvoir, la domination,
    l'agressivité et autres,
  • 2:27 - 2:30
    j'ai appris que les chimpanzés
    se réconcilient après les querelles.
  • 2:30 - 2:33
    Ce que vous voyez ici sont
    deux chimpanzés qui se battent.
  • 2:33 - 2:37
    Ils ont fini dans un arbre, et
    l'un d'entre eux tend la main à l'autre.
  • 2:37 - 2:39
    Quelques secondes après
    avoir pris la photo,
  • 2:39 - 2:41
    ils se sont rendus dans
    le creux d'un arbre,
  • 2:41 - 2:42
    puis ils se sont embrassés.
  • 2:42 - 2:44
    Ceci est très intéressant
  • 2:44 - 2:47
    car seules la compétition et
    l'agressivité comptaient à ce moment,
  • 2:47 - 2:49
    donc cela avait peu de sens.
  • 2:49 - 2:51
    La seule chose qui compte
    est la victoire ou la défaite.
  • 2:51 - 2:54
    Pourquoi se réconcilier après un
    combat ? Ça n'a aucun sens.
  • 2:54 - 2:57
    Les bonobos procèdent ainsi.
    Ils font tout à travers le sexe.
  • 2:57 - 2:59
    Ils se réconcilient à travers le sexe.
  • 2:59 - 3:01
    Le principe reste le même.
  • 3:01 - 3:05
    Vous avez une relation importante
  • 3:05 - 3:09
    qui est endommagée par un conflit,
    donc il faut y faire quelque chose.
  • 3:09 - 3:14
    Ma vision du royaume animal,
    les humains y compris,
  • 3:14 - 3:15
    a commencé à changer
    à ce moment.
  • 3:17 - 3:21
    Il y a cette image en sciences politiques,
    en économie, en sciences humaines,
  • 3:21 - 3:25
    mais aussi en philosophie,
    que l'homme est un loup pour l'homme.
  • 3:25 - 3:27
    Au fond, nous avons
    une mauvaise nature.
  • 3:28 - 3:31
    Je pense que c'est une
    mauvaise image du loup.
  • 3:31 - 3:34
    Après tout, il s'agit d'un animal
    très coopératif.
  • 3:34 - 3:36
    C'est pourquoi vous avez
    un chien chez vous,
  • 3:36 - 3:39
    qui possède lui aussi
    ces caractéristiques.
  • 3:39 - 3:41
    C'est injuste envers l'humanité,
  • 3:41 - 3:44
    car l'humanité est bien plus
    coopérative et empathique
  • 3:44 - 3:46
    qu'on ne le pense.
  • 3:47 - 3:49
    J'ai donc commencé à m'intéresser
    à ces enjeux
  • 3:49 - 3:51
    et à étudier d'autres animaux.
  • 3:51 - 3:53
    Ce sont les fondations de la morale.
  • 3:53 - 3:57
    Si vous demandez à quelqu'un :
    « Sur quoi se base la morale ? »,
  • 3:57 - 3:59
    il y aura deux facteurs
    qui sortiront du lot.
  • 3:59 - 4:01
    L'un est la réciprocité,
  • 4:01 - 4:04
    auquel est associé un sens de la
    justice et de l'équité.
  • 4:04 - 4:06
    L'autre est l'empathie et la compassion.
  • 4:06 - 4:11
    La morale humaine est plus que cela,
    mais si vous retirez ces piliers,
  • 4:12 - 4:14
    il y aurait peu de restes, je pense.
  • 4:14 - 4:15
    Ils sont donc indispensables.
  • 4:15 - 4:17
    Je vais vous donner quelques exemples.
  • 4:17 - 4:20
    Voici une vidéo très vieille
    au Yerkes Primate Center,
  • 4:20 - 4:22
    où ils ont dressé des chimpanzés
    à coopérer.
  • 4:23 - 4:25
    Cela fait déjà près d'un siècle,
  • 4:25 - 4:27
    près d'un siècle,
  • 4:27 - 4:30
    que nous expérimentons
    sur la coopération.
  • 4:30 - 4:33
    Vous pouvez voir ici deux jeunes
    chimpanzés avec une boîte,
  • 4:33 - 4:36
    mais la boîte est trop lourde
    pour un seul chimpanzé.
  • 4:36 - 4:38
    Bien sûr, de la nourriture est en jeu.
  • 4:38 - 4:40
    Autrement, ils n'essaieraient
    pas autant.
  • 4:40 - 4:42
    Ils prennent donc la boîte.
  • 4:42 - 4:45
    Vous pouvez voir qu'ils
    sont synchronisés.
  • 4:45 - 4:48
    Ils travaillent ensemble pour
    la tirer au même moment.
  • 4:48 - 4:51
    Ceci est déjà un grand pas
    par rapport à beaucoup d'animaux
  • 4:51 - 4:53
    qui ne pourraient agir ainsi.
  • 4:53 - 4:55
    Désormais, voici une image
    plus intéressante,
  • 4:55 - 4:58
    car maintenant l'un des deux
    chimpanzés a été nourri.
  • 4:58 - 5:01
    L'un des deux n'est donc
    plus tellement intéressé par la boîte.
  • 5:03 - 5:06
    (Rires)
  • 5:10 - 5:15
    (Rires)
  • 5:21 - 5:24
    (Rires)
  • 5:24 - 5:29
    [- et semble parfois exprimer
    ses souhaits et leur sens par les gestes.]
  • 5:37 - 5:39
    Regardez ce qui se passe
    à la fin.
  • 5:43 - 5:45
    (Rires)
  • 5:54 - 5:55
    Essentiellement, il prend tout.
  • 5:56 - 5:58
    (Rires)
  • 5:59 - 6:01
    Deux choses sont
    intéressantes à ce propos.
  • 6:01 - 6:02
    Un : le chimpanzé à droite
  • 6:02 - 6:05
    comprend qu'il a besoin
    d'un partenaire...
  • 6:05 - 6:07
    et donc saisit le besoin
    de coopérer.
  • 6:07 - 6:09
    L'autre est que le partenaire
    accepte de coopérer
  • 6:10 - 6:12
    bien que la nourriture
    ne l'intéresse pas.
  • 6:12 - 6:13
    Pourquoi cela ?
  • 6:13 - 6:15
    Cela est probablement dû
    à la réciprocité.
  • 6:15 - 6:18
    À vrai dire, les primates
    et d'autres animaux
  • 6:18 - 6:20
    rendent la faveur.
  • 6:20 - 6:22
    On la lui rendra plus tard.
  • 6:22 - 6:24
    C'est ainsi que cela fonctionne.
  • 6:25 - 6:27
    Nous étudions aussi les éléphants.
  • 6:27 - 6:30
    Il est très dangereux de travailler
    auprès d'éléphants.
  • 6:30 - 6:33
    Un autre problème est qu'il est impossible
    de créer un dispositf
  • 6:33 - 6:35
    assez lourd pour un seul éléphant.
  • 6:35 - 6:37
    Cela est réalisable,
  • 6:37 - 6:40
    mais cela ne sera pas
    très fiable, je pense.
  • 6:40 - 6:42
    Et donc, ce que nous avons fait...
  • 6:42 - 6:44
    Ces recherches en Thaïlande,
    au nom de Josh Plotnik,
  • 6:44 - 6:48
    consistent en un dispositif avec
    une corde autour, une seule corde.
  • 6:48 - 6:52
    Si vous tirez un côté de cette corde,
    elle disparaît de l'autre côté.
  • 6:52 - 6:55
    Deux éléphants doivent donc ramasser
    la corde et la tirer en même temps.
  • 6:55 - 6:58
    Sinon, rien ne se passe,
    et la corde disparaît.
  • 6:58 - 7:01
    La première vidéo que vous allez voir
  • 7:01 - 7:05
    est de deux éléphants relâchés
    en même temps que le dispositif.
  • 7:05 - 7:08
    Le dispositif se trouve à gauche,
    avec de la nourriture.
  • 7:08 - 7:11
    Ils viennent ensemble,
    arrivent ensemble,
  • 7:11 - 7:13
    le ramassent ensemble,
    et tirent dessus ensemble.
  • 7:13 - 7:16
    Donc c'est assez simple pour eux.
  • 7:17 - 7:19
    Les voilà.
  • 7:26 - 7:28
    Voilà comment ils font.
  • 7:28 - 7:30
    Mais maintenant, on va
    compliquer les choses.
  • 7:30 - 7:32
    Après tout, le but de cette expérience
  • 7:32 - 7:34
    est de voir leur approche
    de la coopération.
  • 7:34 - 7:37
    Comprennent-ils ce concept
    aussi bien que les chimpanzés ?
  • 7:37 - 7:41
    La prochaine étape consiste à relâcher
    un éléphant avant l'autre
  • 7:41 - 7:43
    et celui-ci a besoin d'être assez malin
  • 7:43 - 7:45
    pour attendre et ne pas tirer
    sur la corde...
  • 7:45 - 7:49
    Car, s'il tire sur la corde,
    elle disparaît et le test est terminé.
  • 7:49 - 7:52
    L'éléphant va donc faire une chose
    que nous ne lui avons pas appris.
  • 7:52 - 7:54
    Cela montre néanmoins son intelligence,
  • 7:54 - 7:57
    car il pose son énorme patte sur la corde,
  • 7:57 - 7:59
    se tient dessus et attend
    l'arrivée de l'autre,
  • 7:59 - 8:02
    et ce dernier va faire tout le
    travail à sa place.
  • 8:02 - 8:04
    C'est ce que nous appelons un parasite.
  • 8:04 - 8:07
    (Rires)
  • 8:07 - 8:10
    Mais cela montre à quel point
    cet animal est intelligent.
  • 8:10 - 8:13
    Ils ont développé plusieurs
    autres techniques
  • 8:13 - 8:15
    que nous n'avons pas
    forcément approuvées.
  • 8:15 - 8:16
    (Rires)
  • 8:16 - 8:18
    Donc, l'autre éléphant s'approche...
  • 8:21 - 8:23
    et il va tirer la corde.
  • 8:41 - 8:44
    Regardez bien l'autre,
    il n'oublie pas de manger, évidemment.
  • 8:44 - 8:46
    (Rires)
  • 8:47 - 8:50
    C'était la partie sur
    la coopération et la réciprocité.
  • 8:50 - 8:51
    Passons à l'empathie.
  • 8:51 - 8:54
    L'empathie est mon
    sujet de recherche actuel.
  • 8:54 - 8:55
    L'empathie a deux avantages.
  • 8:55 - 8:57
    D'une, la compréhension de l'autre.
  • 8:57 - 8:59
    C'est la définition de base :
  • 8:59 - 9:02
    parvenir à comprendre et partager
    les sentiments d'autrui.
  • 9:02 - 9:03
    De deux, l'émotion.
  • 9:03 - 9:07
    L'empathie a deux moyens d'expression :
    le premier est le corps.
  • 9:07 - 9:09
    Si vous parlez avec quelqu'un de triste,
  • 9:09 - 9:12
    vous allez adopter une expression
    et une posture tristes,
  • 9:13 - 9:14
    et soudainement, vous êtes triste.
  • 9:14 - 9:19
    Ceci est le moyen d'expression
    de l'empathie émotionnelle par le corps,
  • 9:19 - 9:20
    beaucoup d'animaux l'ont.
  • 9:20 - 9:21
    Votre chien aussi la ressent.
  • 9:21 - 9:23
    Ainsi, les gens préfèrent les mammifères
  • 9:23 - 9:26
    aux tortues, serpents et
    autres animaux voisins,
  • 9:26 - 9:28
    qui eux n'ont pas cette empathie.
  • 9:28 - 9:29
    Vient ensuite le moyen cognitif,
  • 9:29 - 9:32
    qui est le fait de pouvoir se mettre
    dans la position d'autrui.
  • 9:32 - 9:34
    Ceci est plus rare.
  • 9:34 - 9:38
    Peu d'animaux, peut-être les éléphants
    et les singes, en sont capables.
  • 9:39 - 9:41
    La synchronisation,
  • 9:41 - 9:43
    qui fait partie de ce mécanisme
    de l'empathie,
  • 9:43 - 9:45
    remonte à longtemps
    dans le royaume animal.
  • 9:45 - 9:48
    Chez l'Homme, on peut étudier
    cela avec la propagation du bâillement.
  • 9:48 - 9:50
    L'Homme bâille quand un autre bâille.
  • 9:50 - 9:52
    Ceci est lié à l'empathie.
  • 9:52 - 9:54
    Les mêmes régions du cerveau s'activent.
  • 9:54 - 9:57
    Nous savons aussi que les gens
    qui en pâtissent
  • 9:57 - 9:58
    sont très empathiques.
  • 9:58 - 10:01
    Les gens qui ont du mal avec l'empathie,
    comme les jeunes autistes,
  • 10:01 - 10:03
    ne font pas face à cela.
  • 10:03 - 10:04
    Tout est donc lié.
  • 10:04 - 10:08
    Nous étudions cela chez nos chimpanzés
    en leur présentant une tête animée.
  • 10:08 - 10:12
    C'est ce que vous voyez en haut à gauche,
    une tête animée qui bâille.
  • 10:12 - 10:13
    Un chimpanzé la regarde,
  • 10:13 - 10:16
    un vrai chimpanzé qui regarde
    un écran d'ordinateur
  • 10:16 - 10:18
    sur laquelle nous lançons ces animations.
  • 10:24 - 10:26
    (Rires)
  • 10:26 - 10:29
    La propagation du bâillement
    avec lequel vous êtes familiers,
  • 10:29 - 10:32
    peut-être allez-vous d'ailleurs
    bientôt bâiller,
  • 10:33 - 10:36
    est quelque chose que nous
    partageons avec d'autres animaux.
  • 10:36 - 10:39
    Tout ceci est lié à la synchronisation
    par le moyen corporel
  • 10:39 - 10:41
    qui est à la base de l'empathie,
  • 10:41 - 10:44
    et qui est essentiellement universel
    chez les mammifères.
  • 10:45 - 10:48
    Nous étudions des expressions plus
    complexes comme la consolation.
  • 10:48 - 10:51
    Voici un chimpanzé mâle
    qui a perdu un combat et crie,
  • 10:51 - 10:54
    un jeune vient alors jusqu'à lui,
    l'entoure de ses bras
  • 10:54 - 10:55
    et le calme.
  • 10:55 - 10:56
    C'est la consolation.
  • 10:56 - 10:58
    Elle est similaire à celle de l'Homme.
  • 10:58 - 11:00
    Et au comportement qui y est lié...
  • 11:00 - 11:01
    (Rires)
  • 11:01 - 11:03
    l'empathie en est à l'origine.
  • 11:03 - 11:06
    Par ailleurs, le moyen d'étudier
    l'empathie chez les enfants
  • 11:06 - 11:09
    est de demander à un proche
    d'agir bouleversé,
  • 11:09 - 11:11
    et voir ensuite comment l'enfant réagit.
  • 11:11 - 11:13
    C'est donc lié à l'empathie,
  • 11:13 - 11:15
    et ce sont ces expressions
    qui nous intéressent.
  • 11:15 - 11:18
    Nous avons publié une étude
    qui vous est peut-être familière.
  • 11:18 - 11:20
    L'altruisme et les chimpanzés,
  • 11:20 - 11:25
    la question est : les chimpanzés
    s'intéressent-ils au bien-être d'autrui ?
  • 11:25 - 11:29
    Pendant plusieurs décennies, l'Homme
    pensait qu'il était le seul capable de ça,
  • 11:29 - 11:32
    le fait de se préoccuper
    du bien-être d'autrui.
  • 11:32 - 11:35
    Nous avons effectué une expérience simple.
  • 11:35 - 11:37
    Elle porte sur des chimpanzés
    à Lawrenceville,
  • 11:37 - 11:39
    à la station de recherche de Yerkes.
  • 11:39 - 11:41
    C'est leur vie.
  • 11:41 - 11:44
    Nous les faisons venir dans une pièce
    et les étudions.
  • 11:44 - 11:46
    Ici, nous plaçons deux chimpanzés
    côte à côte,
  • 11:46 - 11:50
    l'un avec un seau plein de jetons,
    chacun avec une signification différente.
  • 11:50 - 11:52
    Un type de jeton nourrit juste
    celui qui choisit,
  • 11:52 - 11:54
    tandis que l'autre nourrit les deux.
  • 11:55 - 11:57
    Regardez donc cette petite vidéo.
  • 11:58 - 12:00
    Voici l'étude effectuée
    avec Vicki Horner.
  • 12:02 - 12:04
    Ici, il y a deux couleurs pour les jetons.
  • 12:04 - 12:06
    Ils ont donc un seau plein de jetons.
  • 12:07 - 12:10
    Ils doivent choisir entre les deux
    types de jetons.
  • 12:10 - 12:12
    Voyez un peu.
  • 12:13 - 12:15
    Si le chimpanzé fait un choix égoïste,
  • 12:16 - 12:19
    à savoir le jeton rouge ici,
  • 12:19 - 12:20
    il doit nous le donner,
  • 12:21 - 12:24
    nous le prenons, le posons sur une table
    où sont posés deux friandises,
  • 12:24 - 12:26
    mais alors seul celui à droite
    obtient à manger.
  • 12:26 - 12:29
    L'autre à gauche s'éloigne
    car elle sait déjà
  • 12:29 - 12:31
    que ce test n'est pas pour elle.
  • 12:31 - 12:34
    L'autre jeton est le pro-social.
  • 12:34 - 12:37
    Celui qui fait un choix, et c'est
    ce qui est intéressant,
  • 12:37 - 12:40
    cela n'a aucune importance
    pour lui.
  • 12:40 - 12:43
    Elle nous donne un jeton pro-social
    et les deux peuvent manger.
  • 12:43 - 12:46
    Celui qui choisit obtient
    toujours une récompense.
  • 12:46 - 12:48
    Donc cela n'a pas de conséquence.
  • 12:48 - 12:50
    En fait, elle devrait même choisir
    au hasard.
  • 12:51 - 12:54
    Mais nous avons noté qu'elle préfère
    le jeton pro-social.
  • 12:54 - 12:57
    Il existe la ligne des 50 %,
    c'est la variable aléatoire.
  • 12:57 - 13:01
    Lorsque l'autre chimpanzé attire
    l'attention, ils choisissent davantage.
  • 13:01 - 13:03
    Si celui-là lui met la pression,
  • 13:03 - 13:06
    par exemple en crachant de l'eau
    et en l'intimidant,
  • 13:06 - 13:08
    alors ça diminue.
  • 13:08 - 13:09
    (Rires)
  • 13:10 - 13:12
    C'est comme s'ils disaient :
  • 13:12 - 13:15
    « Si tu ne te comportes pas bien,
    je ne vais pas être social. »
  • 13:15 - 13:17
    C'est ce qui se passe sans partenaire,
  • 13:17 - 13:19
    lorsqu'il n'y en a aucun.
  • 13:19 - 13:23
    Nous avons découvert que les chimpanzés
    se préoccupent du bien-être d'autrui,
  • 13:23 - 13:26
    surtout lorsqu'il s'agit de membres
    de leur groupe.
  • 13:26 - 13:28
    La dernière expérience dont
    je vais vous parler
  • 13:28 - 13:30
    est notre étude de l'équité.
  • 13:30 - 13:33
    C'est notre étude la plus connue.
  • 13:33 - 13:34
    On la retrouve souvent,
  • 13:34 - 13:37
    car après qu'on l'a faite
    il y a 10 ans,
  • 13:37 - 13:38
    elle s'est beaucoup répandue.
  • 13:39 - 13:41
    À la base, on l'a effectuée
    avec des capucins.
  • 13:41 - 13:44
    Je vais donc vous montrer
    notre première expérience.
  • 13:44 - 13:47
    Elle a depuis été réalisée
    avec des chiens, des oiseaux,
  • 13:47 - 13:48
    et des chimpanzés.
  • 13:50 - 13:53
    Avec Sarah Brosnan,
    nous avons commencé avec des capucins.
  • 13:54 - 13:57
    Nous avons mis deux capucins
    l'un à côté de l'autre.
  • 13:57 - 14:00
    À l'état sauvage, ils vivent en groupe
    et se connaissent.
  • 14:00 - 14:02
    Nous les déplaçons de leur groupe
    vers la salle de test.
  • 14:03 - 14:06
    Ils doivent effectuer une tâche
    très simple.
  • 14:07 - 14:10
    Si vous leur donnez à chacun
    un concombre,
  • 14:10 - 14:11
    les deux singes côte à côte,
  • 14:11 - 14:14
    ils sont tout à fait disposés
    à faire cela 25 fois de suite.
  • 14:14 - 14:18
    Le concombre, bien que ce ne soit
    que de l'eau selon moi,
  • 14:18 - 14:21
    leur convient entièrement.
  • 14:21 - 14:23
    Cela change si on donne à l'un
    du raisin.
  • 14:23 - 14:25
    Les préférences alimentaires
    des capucins
  • 14:25 - 14:29
    correspondent aux prix
    dans les supermarchés.
  • 14:29 - 14:32
    Si vous leur donnez du raisin,
    de la meilleure nourriture,
  • 14:32 - 14:34
    alors vous créez un conflit entre eux.
  • 14:35 - 14:37
    C'est notre expérience.
  • 14:37 - 14:40
    Je vais vous montrer une vidéo.
  • 14:40 - 14:42
    Nous les avons filmés
    avec d'autres singes
  • 14:42 - 14:44
    qui n'ont jamais participé.
  • 14:44 - 14:46
    On pensait qu'ils allaient
    réagir plus fortement,
  • 14:46 - 14:48
    et on avait raison.
  • 14:48 - 14:51
    Celui à gauche est le singe
    qui a le concombre.
  • 14:51 - 14:53
    Celui à droite est le singe
    qui a le raisin.
  • 14:53 - 14:55
    Celui qui a le concombre...
  • 14:55 - 14:57
    Remarquez que le premier est concombre
    est en bon état.
  • 14:57 - 14:59
    Elle mange le premier.
  • 15:00 - 15:03
    Ensuite, elle voit l'autre avoir
    du raisin. Regardez bien.
  • 15:05 - 15:07
    Elle nous donne une roche.
    C'est ça la tâche.
  • 15:07 - 15:10
    Nous lui donnons du concombre,
    et elle le mange.
  • 15:10 - 15:12
    L'autre nous donne aussi une roche.
  • 15:14 - 15:16
    Comme vous pouvez le voir.
  • 15:16 - 15:18
    Elle obtient donc du raisin...
  • 15:19 - 15:20
    et le mange.
  • 15:20 - 15:22
    L'autre voit cela.
  • 15:22 - 15:23
    Elle nous donne une roche,
  • 15:23 - 15:24
    et obtient encore du concombre.
  • 15:28 - 15:35
    (Rires)
  • 15:41 - 15:43
    (Fin des rires)
  • 15:43 - 15:46
    Elle essaie de mettre la roche
    contre le mur.
  • 15:46 - 15:48
    Elle doit nous le donner.
  • 15:49 - 15:51
    Et elle obtient le concombre.
  • 15:53 - 15:59
    (Rires)
  • 16:02 - 16:05
    Vous assistez en fait à
    Occupy Wall Street.
  • 16:05 - 16:08
    (Rires)
  • 16:08 - 16:12
    (Applaudissements)
  • 16:13 - 16:15
    Il me reste encore deux minutes...
  • 16:15 - 16:17
    Je vais vous raconter
    une histoire drôle.
  • 16:17 - 16:20
    L'étude s'est fait connaître
    et nous avons reçu des commentaires,
  • 16:20 - 16:24
    de la part d'anthropologues,
    d'économistes, de philosophes.
  • 16:24 - 16:25
    Elle n'était pas à leur goût,
  • 16:25 - 16:28
    car ils s'étaient convaincus, je pense,
  • 16:28 - 16:32
    que l'équité est un sujet complexe,
    et que les animaux n'y ont pas accès.
  • 16:32 - 16:34
    Un philosophe nous a même écrit
  • 16:34 - 16:37
    que les singes n'avaient pas
    le sens de l'équité,
  • 16:37 - 16:40
    cela aurait été inventé durant
    la Révolution française.
  • 16:40 - 16:42
    (Rires)
  • 16:42 - 16:45
    Un autre a écrit un chapitre entier
  • 16:45 - 16:49
    expliquant que cela aurait
    été bien lié de l'équité
  • 16:49 - 16:51
    si celui avec le raisin
    avait refusé le raisin.
  • 16:51 - 16:55
    Ce qui est drôle est que Sarah Brosnan,
    qui a étudié les chimpanzés,
  • 16:55 - 16:57
    avait des couples
    de chimpanzés
  • 16:57 - 17:00
    où, en effet, celui avec
    le raisin
  • 17:00 - 17:02
    refusait le raisin jusqu'à ce que
    l'autre en ait également.
  • 17:02 - 17:05
    On se rapproche alors grandement
    de notre équité humaine.
  • 17:05 - 17:09
    Je pense que les philosophes
    doivent revoir leurs idées.
  • 17:09 - 17:11
    Je vais donc résumer.
  • 17:11 - 17:13
    Je pense qu'il y a une morale évoluée.
  • 17:13 - 17:16
    Je pense que la morale est bien plus
    que ce dont on a parlé.
  • 17:16 - 17:19
    Il serait impossible sans
    ces éléments présents
  • 17:19 - 17:20
    chez d'autres primates,
  • 17:20 - 17:22
    à savoir l'empathie,
    la consolation,
  • 17:22 - 17:26
    la tendance au social, la réciprocité,
    et un sens de l'équité.
  • 17:26 - 17:28
    Nous avons travaillé autour de cela
  • 17:28 - 17:31
    pour voir si nous pouvions créer
    la morale à partir de rien,
  • 17:31 - 17:34
    sans forcément impliquer
    Dieu ou la religion,
  • 17:34 - 17:36
    et donc voir comment
    atteindre une morale évoluée.
  • 17:37 - 17:39
    Je vous remercie.
  • 17:39 - 17:50
    (Applaudissements)
Title:
Le comportement moral chez les animaux | Frans de Waal | TEDxPeachtree
Description:

L'empathie, la coopération, l'équité et la réciprocité -- se préoccuper du bien-être d'autrui semble être un trait propre à l'Homme. Mais Frans de Waal partage plusieurs vidéos de tests comportementaux effectués avec des primates et autres mammifères qui nous montrent les différents que nous partageons tous.

Cette présentation a été donnée lors d'un événement TEDx local utilisant le format des conférences TED mais organisé indépendamment. En savoir plus : http://ted.com/tedx

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDxTalks
Duration:
18:15

French subtitles

Revisions