French subtitles

← La course au décodage d'une langue mystérieuse - Susan Lupac

Get Embed Code
25 Languages

Showing Revision 6 created 07/30/2020 by eric vautier.

  1. Au début des années 1900
    sur l'île de Crète,
  2. l'archéologue britannique Arthur Evans
    découvrit près de 3 000 tablettes
  3. gravées avec d'étranges symboles.
  4. Il pensa que ces symboles représentaient
    la langue parlée
  5. par la plus ancienne civilisation
    d'Europe.
  6. Leur signification échapperait
    aux savants pendant 50 ans.
  7. Evans découvrit ces tablettes
    au milieu des fresques colorées

  8. et des couloirs labyrinthiques
    du palais de Cnossos.
  9. Il appela cette civilisation :
    Mycénienne --
  10. d'après le mythique souverain crétois,
    le Roi Minos.
  11. Il pensa que le manuscrit, surnommé
    Linéaire B, était en langue mycénienne
  12. et les savants du monde entier
    proposèrent leurs propres théories.
  13. Était-ce la langue oubliée des Étrusques ?
  14. Ou peut-être
    une forme primitive du basque ?
  15. Le mystère s'intensifia parce qu' Evans
    conservait de très près les tablettes -

  16. seulement 200 écritures furent
    publiées de son vivant -
  17. mais il ne pouvait pas
    décrypter le manuscrit.
  18. Cependant, il fit
    deux observations précises :
  19. les tablettes étaient
    des registres administratifs
  20. et le manuscrit était un syllabaire
  21. où chaque symbole représentait à la fois
    une consonne et une voyelle
  22. mélangées à des caractères
    qui représentaient un mot entier.
  23. Evans travailla sur Linéaire B
    durant trois décennies

  24. avant qu'une universitaire de Brooklyn,
    Alice Kober,
  25. ne tente de résoudre le mystère.
  26. Kober était professeure de Lettres
    Classiques à l'Université de Brooklyn
  27. à une époque où peu de femmes
    occupaient de tels postes.
  28. Pour aider sa recherche, elle apprit
    plusieurs langues par elle-même -
  29. sachant qu'elle en aurait besoin
    pour décrypter Linéaire B.
  30. Durant les deux décennies suivantes,
    elle analysa les symboles.
  31. Travaillant sur le peu d'écritures
    disponibles,

  32. elle nota la fréquence à laquelle
    chaque symbole apparaissait,
  33. puis la fréquence de chaque symbole
    à côté d'un autre.
  34. Elle conserva ses découvertes
    sur du papier brouillon
  35. dans des paquets de cigarettes
  36. car les fournitures d'écriture étaient
    rares pendant la Seconde Guerre mondiale.
  37. En analysant ces récurrences,

  38. elle découvrit que Linéaire B
    s'appuyait sur la fin des mots
  39. pour déterminer la grammaire des phrases.
  40. À partir de là, elle commença à construire
    une charte des relations entre les signes
  41. et s'approcha le plus
    du décryptage de Linéaire B.
  42. Mais elle mourut, probablement du cancer,
    en 1950 à l'âge de 43 ans.
  43. Pendant que Kober analysait
    les tablettes de Cnossos,

  44. un architecte du nom de Michael Ventris
    tentait aussi de décrypter Linéaire B.
  45. Il devint obsédé par Linéaire B
    alors qu'il était étudiant
  46. après avoir entendu Evans en parler.
  47. Il travailla dessus en même temps qu'il
    participait à la Seconde Guerre mondiale.
  48. Après la guerre, Ventris utilisa
    le modèle de Kober

  49. sur de nouvelles écritures Linéaire B
    publiées,
  50. excavées d'un autre site archéologique,
    celui de Pylos, en Grèce continentale.
  51. Sa véritable trouvaille surgit
    lorsqu'il compara les tablettes de Pylos
  52. avec celle provenant de Cnossos
  53. et vit que des mots apparaissaient sur les
    tablettes d'un site mais pas sur l'autre.
  54. Il se demanda si ces mots représentaient
    des noms de lieux
  55. spécifiques à chaque endroit.
  56. Il savait qu'au fil des siècles, les noms
    de lieux, en général, ne changeaient pas

  57. et il décida de comparer Linéaire B
  58. avec un ancien syllabaire de Chypre.
  59. Le manuscrit chypriote avait été utilisé
    des centaines d'années après Linéaire B
  60. mais des symboles étaient similaires.
  61. Il se demanda si les sons
    seraient, eux aussi, similaires.
  62. Lorsque Ventris rapprocha
    les sons du syllabaire chypriote
  63. avec les écritures de Linéaire B,
  64. il découvrit le mot Cnossos,
  65. le nom de la ville où Evans avait
    découvert ses tablettes.
  66. Par un effet domino, Ventris découvrit
    que Linéaire B,
  67. à mesure que les mots étaient mis à jour
    de manière plus claire,
  68. n'était pas du mycénien mais du grec.
  69. Ventris mourut dans un accident de voiture
    quatre ans plus tard, à l'âge de 34 ans.

  70. Mais sa découverte a réécrit
    un chapitre de l'Histoire.
  71. Evans avait assuré que les Mycéniens
    avaient vaincu les Grecs
  72. et que c'était pour ça que des extraits
    de Linéaire B avaient été trouvés.
  73. Mais la découverte que Linéaire B
    était du grec et non du mycénien,
  74. démontra que c'était le contraire
    qui avait eu lieu :
  75. les Grecs continentaux envahirent la Crète
    et firent du mycénien leur propre langue.
  76. Mais l'histoire ne s'arrête pas là.

  77. La langue actuelle des Mycéniens
  78. représentée dans l'autre manuscrit
    appelé Linéaire A
  79. n'a pas encore été décryptée.
  80. Elle demeure un mystère -
    enfin pour le moment.