Return to Video

Carl Safina : Victimes et responsables insoupçonnés de la marée noire

  • 0:01 - 0:04
    Voici l’océan tel que je l’ai connu.
  • 0:04 - 0:06
    Depuis que je suis allé
  • 0:06 - 0:08
    quelques fois dans le golfe du Mexique,
  • 0:08 - 0:10
    je crois que ça m’a un peu traumatisé.
  • 0:10 - 0:13
    Parce qu’à présent, chaque fois que je regarde l’océan,
  • 0:13 - 0:15
    peu importe où je me trouve,
  • 0:15 - 0:17
    et même si je sais que
  • 0:17 - 0:19
    la marée noire n’a pas atteint cet endroit,
  • 0:19 - 0:21
    je vois comme du pétrole sur l’eau.
  • 0:21 - 0:23
    Et je me rends compte que
  • 0:23 - 0:25
    cela m’obsède vraiment.
  • 0:26 - 0:28
    Aujourd’hui, je veux vous parler
  • 0:28 - 0:30
    de plusieurs sujets pour tenter
  • 0:30 - 0:32
    de remettre les choses en contexte;
  • 0:32 - 0:35
    je parlerai de la fuite de pétrole mais aussi
  • 0:35 - 0:38
    de sa signification et de pourquoi c'est arrivé.
  • 0:38 - 0:40
    D’abord quelques mots à mon sujet.
  • 0:40 - 0:42
    Je suis avant tout un type qui aime aller à la pêche.
  • 0:42 - 0:44
    J’y allais déjà, tout petit.
  • 0:44 - 0:46
    Et, de fil en aiguille,
  • 0:46 - 0:48
    je me suis retrouvé à étudier les oiseaux marins -
  • 0:48 - 0:51
    afin de rester près des habitats côtiers que j’aimais tant.
  • 0:51 - 0:53
    À présent, j’écris des livres
  • 0:53 - 0:55
    sur les changements que subit l’océan.
  • 0:55 - 0:58
    Des changements qui s’opèrent très rapidement, en ce moment.
  • 0:58 - 1:01
    Nous avons vu ce genre d’illustration plus tôt,
  • 1:01 - 1:04
    où l’on voit que nous vivons sur gros caillou
  • 1:04 - 1:06
    quelque peu mouillé
  • 1:06 - 1:08
    par endroits.
  • 1:08 - 1:10
    Comme une bille qu'on aurait trempée dans l'eau.
  • 1:10 - 1:12
    Et la même chose avec l’atmosphère :
  • 1:12 - 1:14
    si vous prenez toute l’atmosphère
  • 1:14 - 1:16
    et la roulez en boule,
  • 1:16 - 1:18
    vous obtenez la petite sphère de gaz qu’on voit à droite.
  • 1:18 - 1:20
    Voilà, notre vie repose sur
  • 1:20 - 1:23
    la plus fragile des bulles de savon que l’on puisse imaginer.
  • 1:23 - 1:25
    Une bulle de savon sacrée
  • 1:25 - 1:28
    et à la fois extrêmement sensible.
  • 1:28 - 1:31
    La combustion du pétrole, du charbon, du gaz,
  • 1:31 - 1:33
    de tous ces combustibles fossiles,
  • 1:33 - 1:35
    a beaucoup fait changer l’atmosphère.
  • 1:35 - 1:38
    Les niveaux de dioxyde de carbone n’ont fait que grimper.
  • 1:38 - 1:41
    Nous réchauffons le climat.
  • 1:41 - 1:43
    Ainsi, l’éruption de ce puits dans le golfe du Mexique
  • 1:43 - 1:45
    ne représente qu’une petite partie
  • 1:45 - 1:48
    d’un problème bien plus vaste qui vient
  • 1:48 - 1:51
    de la consommation d’énergie qu’impose notre civilisation.
  • 1:51 - 1:53
    En plus du réchauffement,
  • 1:53 - 1:56
    nous avons le problème des océans qui s’acidifient;
  • 1:56 - 1:58
    un phénomène déjà mesurable
  • 1:58 - 2:01
    et dont la faune commence à se ressentir.
  • 2:01 - 2:03
    En laboratoire, si vous plongez
  • 2:03 - 2:05
    une palourde dans de l’eau dont le pH
  • 2:05 - 2:07
    n’est pas de 8,1 --
  • 2:07 - 2:09
    le pH normal de l’eau de mer --
  • 2:09 - 2:11
    mais plutôt de 7,5,
  • 2:11 - 2:14
    la palourde se dissout en trois jours.
  • 2:14 - 2:16
    Lorsqu'une larve d'oursin est prélevée
  • 2:16 - 2:18
    d’un milieu à pH de 8,1
  • 2:18 - 2:20
    et immergée en pH de 7,7 --
  • 2:20 - 2:22
    ce qui n’est pas un énorme écart --
  • 2:22 - 2:25
    elle se déforme et meurt.
  • 2:25 - 2:28
    De même pour le naissain d’huître,
  • 2:28 - 2:30
    dont de grandes quantités se perdent
  • 2:30 - 2:32
    dans certains bancs d'huîtres commerciaux.
  • 2:32 - 2:34
    Ailleurs, les récifs coralliens croissent
  • 2:34 - 2:36
    plus lentement à cause de cette acidification.
  • 2:36 - 2:38
    C’est donc un réel problème.
  • 2:38 - 2:40
    A présent, allons faire un tour
  • 2:40 - 2:42
    dans le golfe du Mexique.
  • 2:42 - 2:45
    Une chose qui m’impressionne, chez les gens de cette région,
  • 2:45 - 2:48
    c’est qu’ils sont vraiment très “aquatiques”.
  • 2:48 - 2:50
    Ils savent comment gérer l’eau.
  • 2:50 - 2:52
    Ils peuvent affronter le passage d’un ouragan
  • 2:52 - 2:55
    et quand le niveau d’eau baisse, ils savent quoi faire.
  • 2:55 - 2:57
    Mais lorsqu'il s'agit d'autre chose que de l’eau,
  • 2:57 - 2:59
    et que leur habitat aquatique est perturbé,
  • 2:59 - 3:01
    ils n’ont pas beaucoup d’options.
  • 3:01 - 3:03
    En fait, ces collectivités entières
  • 3:03 - 3:05
    se retrouvent dans un cul-de-sac.
  • 3:05 - 3:08
    Car ces gens ne peuvent rien faire d’autre.
  • 3:08 - 3:10
    Ils ne peuvent pas se recycler
  • 3:10 - 3:12
    dans l’industrie hôtelière locale
  • 3:12 - 3:15
    car il n’y en a pas dans leur région.
  • 3:16 - 3:18
    Si vous allez dans le Golfe, regardez autour de vous
  • 3:18 - 3:20
    et vous verrez énormément de pétrole.
  • 3:20 - 3:22
    On en voit beaucoup dans l’océan.
  • 3:22 - 3:25
    On en voit beaucoup le long du littoral.
  • 3:25 - 3:27
    Sur les lieux mêmes de l’éruption,
  • 3:27 - 3:29
    vous n’en croiriez pas vos yeux.
  • 3:29 - 3:32
    C’est comme si vous aviez vidé le carter d’huile de votre voiture
  • 3:32 - 3:34
    et jeté ce contenu dans l’océan.
  • 3:34 - 3:37
    Et ce qui me semble le plus incroyable,
  • 3:37 - 3:39
    c’est qu'il n’y a personne en train
  • 3:39 - 3:41
    d’essayer de ramasser le pétrole
  • 3:41 - 3:44
    là où la nappe est la plus dense.
  • 3:44 - 3:46
    À certains endroits, là-bas, l'océan
  • 3:46 - 3:49
    offre un tableau vraiment apocalyptique.
  • 3:50 - 3:52
    En longeant le rivage,
  • 3:52 - 3:54
    on en voit partout.
  • 3:54 - 3:56
    C’est vraiment sale.
  • 3:56 - 3:58
    Sur les côtes où les nappes commencent à s’échouer,
  • 3:58 - 4:01
    dans la partie est du Golfe, en Alabama,
  • 4:01 - 4:03
    certains profitent encore de la plage
  • 4:03 - 4:05
    pendant que d’autres s’affairent à la nettoyer.
  • 4:05 - 4:08
    Et ils s’y prennent très curieusement pour nettoyer la plage :
  • 4:08 - 4:10
    on leur interdit de mettre plus de 4,5 kg de sable
  • 4:10 - 4:12
    dans un sac en plastique de 190 litres.
  • 4:12 - 4:14
    Et on leur fournit des milliers de sacs en plastique.
  • 4:14 - 4:16
    Je me demande ce qu'ils vont faire de tout cela.
  • 4:16 - 4:18
    Pendant ce temps, certains baigneurs vont encore à la plage.
  • 4:18 - 4:20
    Ils ne voient pas le petit panneau discret
  • 4:20 - 4:22
    où il est inscrit : "baignade interdite".
  • 4:22 - 4:24
    Leurs enfants ressortent de l’eau leurs vêtements
  • 4:24 - 4:27
    et sandales recouverts de goudron. C’est dégoûtant.
  • 4:27 - 4:29
    Aux endroits déjà souillés de pétrole depuis un moment,
  • 4:29 - 4:31
    c’est encore pire.
  • 4:31 - 4:34
    Il n’y a pratiquement plus personne, à part
  • 4:34 - 4:36
    de rares utilisateurs
  • 4:36 - 4:38
    qui s’obstinent.
  • 4:38 - 4:40
    Les gens là-bas sont vraiment traumatisés.
  • 4:40 - 4:42
    C’est une communauté de travailleurs.
  • 4:42 - 4:44
    Toute leur vie, ils se sont levés le matin
  • 4:44 - 4:47
    et quand le moteur démarrait, ils partaient en mer.
  • 4:47 - 4:50
    Ils pensaient pouvoir toujours compter sur
  • 4:50 - 4:52
    les ressources que leur prodiguait la Nature
  • 4:52 - 4:54
    dans l’écosystème du golfe du Mexique.
  • 4:54 - 4:57
    Ils voient maintenant tout leur monde s’écrouler.
  • 4:57 - 5:00
    Et ils affichent littéralement
  • 5:00 - 5:03
    leur bouleversement,
  • 5:05 - 5:08
    leur indignation,
  • 5:10 - 5:13
    leur colère
  • 5:17 - 5:20
    et leur détresse.
  • 5:20 - 5:23
    Tout cela est très visible.
  • 5:25 - 5:27
    Par contre, il y a bien des choses
  • 5:27 - 5:29
    qu’on ne peut pas voir, sous l’eau.
  • 5:29 - 5:31
    Que se passe-t-il au juste sous l’eau?
  • 5:31 - 5:33
    Certains disent qu’il y a
  • 5:33 - 5:35
    des traînées de pétrole.
  • 5:35 - 5:38
    D’autres affirment qu’il n’y a pas de traînée de pétrole.
  • 5:38 - 5:41
    Mr. Markey, membre du Congrès, a même demandé
  • 5:41 - 5:44
    s’il ne faudrait pas aller voir en sous-marin
  • 5:44 - 5:47
    si ces traînées de pétrole existent vraiment.
  • 5:47 - 5:49
    Comme je n’ai pas pu prendre de sous-marin --
  • 5:49 - 5:52
    en particulier depuis que j’ai été invité à venir ici --,
  • 5:52 - 5:54
    j’ai dû réaliser moi-même
  • 5:54 - 5:56
    une petite expérience
  • 5:56 - 5:58
    pour voir s’il y a du pétrole dans le golfe du Mexique.
  • 5:58 - 6:01
    Nous voyons ici le golfe du Mexique,
  • 6:01 - 6:04
    ses eaux étincelantes et poissonneuses.
  • 6:04 - 6:06
    Je répands un petit peu de pétrole
  • 6:06 - 6:08
    dans le golfe du Mexique,
  • 6:08 - 6:10
    et je découvre, ou plutôt je confirme cette hypothèse :
  • 6:10 - 6:13
    l’eau et l’huile ne se mélangent pas
  • 6:13 - 6:16
    à moins qu’on ajoute un dispersant.
  • 6:18 - 6:21
    À ce moment,
  • 6:21 - 6:23
    elles commencent à se mélanger.
  • 6:23 - 6:25
    Créez un peu de mouvement
  • 6:25 - 6:27
    avec du vent et des vagues,
  • 6:27 - 6:30
    et vous obtenez une saloperie.
  • 6:30 - 6:32
    Une grosse saloperie
  • 6:32 - 6:34
    impossible à nettoyer
  • 6:34 - 6:37
    car on ne peut ni la toucher, ni l’extraire
  • 6:37 - 6:40
    et, surtout -- c’est surtout cela qui compte, selon moi --,
  • 6:40 - 6:42
    on ne peut pas la voir.
  • 6:42 - 6:45
    Je crois qu’on cherche à dissimuler tout cela.
  • 6:45 - 6:48
    Bien sûr, vu l’ampleur de la catastrophe et des dégâts,
  • 6:48 - 6:51
    il est impossible de diffuser tous les éléments d'information.
  • 6:51 - 6:53
    Mais, comme beaucoup l’ont fait observer,
  • 6:53 - 6:56
    on s’efforce par tous les moyens d’étouffer l’affaire.
  • 6:56 - 6:58
    Je crois personnellement
  • 6:58 - 7:00
    que les dispersants ne sont
  • 7:00 - 7:03
    qu’un stratagème pour "cacher le cadavre",
  • 7:03 - 7:05
    puisque nous avons confié au meurtrier
  • 7:05 - 7:07
    le soin de nettoyer la scène du crime.
  • 7:07 - 7:09
    Toutefois, on n’a qu’à ouvrir les yeux.
  • 7:09 - 7:11
    On peut très bien voir les endroits où
  • 7:11 - 7:13
    le pétrole s’accumule à la surface.
  • 7:13 - 7:16
    Et lorsqu'on s'en prend à ces nappes,
  • 7:16 - 7:19
    c’est parce qu’on ne veut laisser aucune preuve, selon moi.
  • 7:19 - 7:21
    OK.
  • 7:21 - 7:23
    Il paraît que les bactéries mangent du pétrole?
  • 7:23 - 7:25
    Les tortues marines aussi.
  • 7:25 - 7:27
    Le pétrole qui se décompose
  • 7:27 - 7:29
    doit subir un long processus
  • 7:29 - 7:31
    avant d’être disponible pour les bactéries.
  • 7:31 - 7:34
    Les tortues en mangent. Ça se loge dans les branchies des poissons
  • 7:34 - 7:36
    qui doivent nager au beau milieu de cette horreur.
  • 7:36 - 7:39
    J’ai entendu une histoire dingue dans
  • 7:39 - 7:42
    le train aujourd’hui, en me rendant ici.
  • 7:42 - 7:44
    L’auteur Ted Williams m’a appelé
  • 7:44 - 7:46
    pour me poser quelques questions
  • 7:46 - 7:48
    sur ce que j’avais vu,
  • 7:48 - 7:50
    parce qu’il rédige un article pour le magazine Audubon.
  • 7:50 - 7:53
    Il est lui-même allé dans le golfe du Mexique récemment --
  • 7:53 - 7:55
    il y a environ une semaine --
  • 7:55 - 7:58
    et un homme, un guide de pêche, l’a emmené
  • 7:58 - 8:01
    en mer pour lui montrer ce qui se passe.
  • 8:01 - 8:04
    Pour la prochaine année, l’agenda du guide
  • 8:04 - 8:06
    n’affiche que des annulations.
  • 8:06 - 8:08
    Il n’a plus de réservation.
  • 8:08 - 8:11
    Les gens veulent récupérer leur dépôt, puis merci, bonsoir!
  • 8:11 - 8:13
    C’est comme ça pour des milliers de gens.
  • 8:13 - 8:16
    Mais il a dit a Ted
  • 8:16 - 8:18
    que la dernière fois qu’il était sorti en mer,
  • 8:18 - 8:20
    un grand dauphin s’est soudain
  • 8:20 - 8:23
    montré le nez à côté du bateau.
  • 8:23 - 8:25
    Et il crachait du pétrole
  • 8:25 - 8:28
    par son évent.
  • 8:28 - 8:30
    Le guide s’en est éloigné
  • 8:30 - 8:32
    parce que c’était
  • 8:32 - 8:34
    sa dernière sortie de pêche,
  • 8:34 - 8:36
    et puisque les dauphins effraient les poissons.
  • 8:36 - 8:38
    Alors il s’en est éloigné et,
  • 8:38 - 8:40
    en se retournant quelques minutes plus tard,
  • 8:40 - 8:42
    il a vu le dauphin de retour à côté du bateau.
  • 8:42 - 8:44
    Le guide a dit qu’en 30 ans de pêche,
  • 8:44 - 8:46
    il n’avait jamais vu un dauphin faire ça.
  • 8:46 - 8:49
    Et il a eu l’impression...
  • 8:49 - 8:51
    l’impression que ce dauphin
  • 8:51 - 8:54
    venait lui demander de l’aide. Désolé.
  • 8:57 - 9:00
    Lors du déversement de l’Exxon Valdez,
  • 9:00 - 9:02
    environ 30 pour cent des épaulards
  • 9:02 - 9:05
    sont morts au cours des mois qui ont suivi.
  • 9:05 - 9:07
    La population ne s'en est jamais remise.
  • 9:07 - 9:09
    Ici, les espèces touchées vont commencer
  • 9:09 - 9:11
    à se rétablir plus ou moins vite.
  • 9:11 - 9:14
    Pour certaines, ça prendra plus de temps
  • 9:14 - 9:16
    tandis que d’autres, je crois,
  • 9:16 - 9:18
    s’en remettront un peu plus rapidement.
  • 9:18 - 9:21
    Autre facteur important, dans le cas du golfe du Mexique,
  • 9:21 - 9:23
    c’est que beaucoup d'animaux
  • 9:23 - 9:25
    s’y retrouvent à certaines
  • 9:25 - 9:28
    périodes de l’année.
  • 9:28 - 9:30
    Le Golfe est donc un plan d’eau d’une grande importance --
  • 9:30 - 9:33
    plus important que n’importe quel volume d’eau
  • 9:33 - 9:36
    semblable situé au grand large de l’Atlantique.
  • 9:36 - 9:38
    Ces thons traversent l’Océan.
  • 9:38 - 9:40
    Ils empruntent le Gulf Stream et vont jusqu’en Europe.
  • 9:40 - 9:42
    Quand arrive la saison du frai, ils pénètrent dans le Golfe.
  • 9:42 - 9:44
    Voici deux thons qui ont été marqués.
  • 9:44 - 9:47
    On les retrouve dans des frayères situées
  • 9:47 - 9:49
    en plein dans la marée noire.
  • 9:49 - 9:52
    Les thons connaissent une saison de reproduction
  • 9:52 - 9:55
    pour le moins désastreuse cette année.
  • 9:55 - 9:57
    J’espère que les adultes évitent
  • 9:57 - 9:59
    le plus possible cette eau souillée.
  • 9:59 - 10:01
    Généralement, ils n’aiment pas l’eau
  • 10:01 - 10:03
    trop turbide, de toute façon.
  • 10:03 - 10:05
    Ces poissons sont vraiment des athlètes
  • 10:05 - 10:07
    de haut niveau.
  • 10:07 - 10:10
    Je ne sais pas quel effet cette pollution aura sur leurs branchies.
  • 10:10 - 10:12
    Est-ce que les adultes en seront affectés?
  • 10:12 - 10:14
    Peut-être que non; toutefois,
  • 10:14 - 10:16
    leurs oeufs et leurs larves, oui, certainement.
  • 10:16 - 10:19
    Regardez cette courbe qui va toujours en descendant.
  • 10:19 - 10:21
    C’est ce que nous faisons à cette espèce
  • 10:21 - 10:24
    depuis des décennies de surpêche.
  • 10:24 - 10:26
    Certes, la marée noire,
  • 10:26 - 10:28
    la fuite et les traînées de pétrole,
  • 10:28 - 10:30
    tout ça est un désastre;
  • 10:30 - 10:32
    mais je pense qu’il nous faut reconnaître
  • 10:32 - 10:34
    que nos activités perturbent fortement la vie océanique,
  • 10:34 - 10:36
    et ce, depuis très longtemps.
  • 10:36 - 10:38
    Ce n’est pas comme si, au départ, la situation
  • 10:38 - 10:40
    avait été acceptable.
  • 10:40 - 10:42
    Ces milieux subissaient déjà beaucoup de stress
  • 10:42 - 10:44
    et avaient bien des problèmes, dès le départ.
  • 10:44 - 10:46
    Prenons par exemple les oiseaux.
  • 10:46 - 10:48
    Beaucoup d’oiseaux viennent dans le golfe
  • 10:48 - 10:51
    du Mexique à certains moments de l’année,
  • 10:51 - 10:53
    mais ils repartent ensuite.
  • 10:53 - 10:56
    Leurs aires de distribution sont bien plus vastes.
  • 10:56 - 10:58
    Ainsi, la plupart
  • 10:58 - 11:01
    des oiseaux sur cette photo sont des migrateurs.
  • 11:01 - 11:03
    Ils étaient tous dans le Golfe au mois de mai
  • 11:03 - 11:06
    quand le pétrole a commencé à salir certains rivages.
  • 11:07 - 11:09
    En bas à gauche, on peut voir
  • 11:09 - 11:11
    le Tourne-pierre à collier et le Bécasseau sanderling.
  • 11:11 - 11:13
    Ces oiseaux nichent dans le Haut-Arctique
  • 11:13 - 11:15
    et ils hivernent dans le sud de l’Amérique du Sud.
  • 11:15 - 11:17
    Mais ils convergent tous vers le Golfe
  • 11:17 - 11:20
    avant de se disperser dans l'Arctique.
  • 11:20 - 11:22
    J'ai vu ici des oiseaux qui se reproduisent
  • 11:22 - 11:24
    au Groenland.
  • 11:25 - 11:28
    C’est donc un problème à l'échelle de l'hémisphère.
  • 11:28 - 11:30
    Il a des répercussions économiques
  • 11:30 - 11:33
    au moins nationales, à bien des égards,
  • 11:33 - 11:36
    mais ses effets biologiques sont hémisphériques.
  • 11:38 - 11:40
    Je pense qu’on a ici un exemple
  • 11:40 - 11:43
    de manque total de préparation
  • 11:43 - 11:45
    des plus ahurissants
  • 11:45 - 11:47
    auquel je puisse penser.
  • 11:47 - 11:50
    Même quand les Japonais ont bombardé Pearl Harbor,
  • 11:50 - 11:52
    on a au moins riposté!
  • 11:52 - 11:54
    Tandis que là, il semble
  • 11:54 - 11:56
    qu’on ne sache absolument pas quoi faire.
  • 11:56 - 11:59
    Rien n'avait été prévu.
  • 12:00 - 12:02
    Il faut bien le constater, à voir
  • 12:02 - 12:04
    ce qu’ils font –– soit essentiellement
  • 12:04 - 12:06
    mettre des barrières flottantes et des dispersants.
  • 12:06 - 12:09
    Ces barrières ne sont absolument pas faites pour l’eau libre.
  • 12:09 - 12:12
    Et ils n’essaient même pas de collecter
  • 12:12 - 12:15
    le pétrole là où la nappe est la plus dense.
  • 12:15 - 12:17
    ils travaillent près des côtes. Regardez ces deux bateaux.
  • 12:17 - 12:20
    Celui à droite s’appelle "Fishing Fool" (le pêcheur dupe).
  • 12:20 - 12:22
    À mon avis, c’est un nom génial, quand on songe
  • 12:22 - 12:25
    que ces bateaux vont faire tout ce qu’ils peuvent
  • 12:25 - 12:28
    pour réduire les dégâts en remorquant une barrière flottante,
  • 12:28 - 12:30
    alors que la nappe de pétrole s’étend sur
  • 12:30 - 12:32
    des centaines de milliers de mètres carrés
  • 12:32 - 12:34
    à la surface des eaux du Golfe.
  • 12:34 - 12:37
    À cause des dispersants, le pétrole passe dessous les barrières.
  • 12:37 - 12:39
    Celles-ci ne mesurent que
  • 12:39 - 12:41
    30 cm de diamètre.
  • 12:42 - 12:45
    C’est totalement insensé.
  • 12:45 - 12:47
    Voici les crevettiers qu’on emploie.
  • 12:47 - 12:50
    Ils sont des centaines de crevettiers à remorquer des barrières au lieu de filets.
  • 12:50 - 12:52
    On les voit ici à l’œuvre.
  • 12:52 - 12:54
    Il est facile de voir
  • 12:54 - 12:57
    que l’eau souillée se retrouve derrière la barrière flottante.
  • 12:57 - 13:00
    Ils ne font que la remuer.
  • 13:00 - 13:02
    C’est tout simplement ridicule.
  • 13:02 - 13:05
    Près des côtes où on a installé des barrières --
  • 13:05 - 13:07
    sur des centaines et des centaines de kilomètres --
  • 13:07 - 13:09
    juste à côté de ces rivages, donc,
  • 13:09 - 13:12
    se trouvent d’autres rivages qu’aucune barrière ne protège.
  • 13:12 - 13:14
    Ainsi, il y a de fortes chances que
  • 13:14 - 13:17
    l’eau souillée pénètre derrière les barrières.
  • 13:17 - 13:20
    La photo du bas montre une colonie d’oiseaux qu’on tente de protéger.
  • 13:20 - 13:23
    Tout le monde veut protéger
  • 13:23 - 13:25
    les colonies d’oiseaux là-bas.
  • 13:25 - 13:28
    Eh bien, en tant qu’ornithologue,
  • 13:28 - 13:31
    je peux vous dire que les oiseaux… volent, et que --
  • 13:31 - 13:33
    (rires)
  • 13:35 - 13:38
    pour les colonies d’oiseaux, les barrières flottantes
  • 13:38 - 13:41
    ne sont pas une solution; ça ne marche pas.
  • 13:41 - 13:44
    Ces oiseaux se nourrissent en plongeant dans l’eau.
  • 13:45 - 13:48
    En fait, je pense que
  • 13:48 - 13:51
    ce qu’ils devraient faire, tant qu’à faire quelque chose --
  • 13:51 - 13:54
    ils font tellement d'efforts pour protéger ces nids --
  • 13:54 - 13:57
    en réalité, s’ils détruisaient tous les nids,
  • 13:57 - 13:59
    certains oiseaux s’en iraient
  • 13:59 - 14:02
    et ce serait mieux pour eux cette année.
  • 14:02 - 14:05
    Pour ce qui est de les nettoyer,
  • 14:05 - 14:08
    je ne veux surtout pas critiquer
  • 14:08 - 14:10
    ces gens qui nettoient les oiseaux.
  • 14:10 - 14:12
    Il est vraiment important
  • 14:12 - 14:14
    d’exprimer notre compassion.
  • 14:14 - 14:16
    Je crois que la plus précieuse qualité que les gens possèdent
  • 14:16 - 14:18
    est la compassion.
  • 14:18 - 14:20
    C’est très important de capter ces images
  • 14:20 - 14:22
    et de les diffuser.
  • 14:22 - 14:25
    Mais dites-moi, où seront relâchés tous ces oiseaux?
  • 14:25 - 14:27
    C’est comme si on vous sauvait de votre maison en flammes,
  • 14:27 - 14:29
    qu’on vous soignait pour inhalation de fumée puis
  • 14:29 - 14:32
    qu’on vous retournait chez vous -- tant que la fuite n’est pas colmatée...
  • 14:33 - 14:35
    Je refuse de le voir
  • 14:35 - 14:38
    comme un accident ou quelque chose de cet ordre.
  • 14:38 - 14:41
    C’est plutôt la conséquence d’une grande négligence.
  • 14:41 - 14:46
    (Applaudissemnts)
  • 14:46 - 14:48
    Pas juste B.P.
  • 14:48 - 14:50
    Si BP a pu faire preuve
  • 14:50 - 14:53
    d’autant d’insouciance et de témérité,
  • 14:53 - 14:55
    c’est que rien de l’en empêchait.
  • 14:55 - 14:57
    Elle a pu agir ainsi à cause
  • 14:57 - 15:00
    de la surveillance totalement inefficace
  • 15:00 - 15:03
    exercée par ce gouvernement, qui est censé être
  • 15:03 - 15:06
    notre gouvernement et nous protéger.
  • 15:08 - 15:10
    Figurez-vous que
  • 15:10 - 15:13
    presque tous les navires commerciaux aux États-Unis portent cette inscription --
  • 15:13 - 15:15
    si vous laissez échapper quelques litres de pétrole,
  • 15:15 - 15:17
    vous pouvez avoir de sérieux problèmes.
  • 15:17 - 15:19
    Ainsi, il faut vraiment se demander
  • 15:19 - 15:22
    pour qui sont faites ces lois,
  • 15:22 - 15:25
    et qui échappe désormais aux lois.
  • 15:25 - 15:27
    À l’avenir, nous pourrions faire certaines choses.
  • 15:27 - 15:30
    Comme nous doter de certains équipements essentiels en cas de besoin.
  • 15:30 - 15:32
    Ce ne serait pas si difficile
  • 15:32 - 15:34
    de prévoir
  • 15:34 - 15:36
    qu’en réalisant 30 000 forages
  • 15:36 - 15:39
    au fond du golfe du Mexique pour y chercher du pétrole,
  • 15:39 - 15:41
    du pétrole pourrait éventuellement jaillir d’un de ces puits!
  • 15:41 - 15:44
    On aurait alors une idée de la conduite à adopter.
  • 15:44 - 15:47
    C'est sûrement une des choses qu’on devrait faire.
  • 15:47 - 15:49
    Mais je pense qu’il nous faut comprendre
  • 15:49 - 15:52
    la cause réelle de cette fameuse fuite.
  • 15:52 - 15:54
    Elle remonte au moment où on a commencé
  • 15:54 - 15:57
    à oublier que le gouvernement est là
  • 15:57 - 16:00
    parce que nous l’avons élu pour nous, pour protéger
  • 16:00 - 16:02
    les intérêts de la population.
  • 16:06 - 16:08
    Je pense que cette éruption incontrôlée,
  • 16:08 - 16:10
    le sauvetage des banques,
  • 16:10 - 16:13
    la crise hypothécaire et tout le reste
  • 16:13 - 16:16
    ne sont que les symptômes
  • 16:16 - 16:18
    d’un seul et même problème.
  • 16:18 - 16:20
    Il semble que nous croyions encore
  • 16:20 - 16:23
    à l’utilité de la police pour nous protéger
  • 16:23 - 16:26
    contre la malveillance de certains.
  • 16:26 - 16:28
    Et même si la police est parfois contrariante – avec ses
  • 16:28 - 16:30
    PV, contraventions et trucs de ce genre --
  • 16:30 - 16:33
    personne ne songerait à s’en débarasser.
  • 16:33 - 16:36
    Mais à l'heure actuelle, dans le reste du gouvernement,
  • 16:36 - 16:38
    et ce, depuis au moins 30 ans,
  • 16:38 - 16:41
    il règne une culture de la déréglementation
  • 16:41 - 16:43
    qu’encouragent précisément
  • 16:43 - 16:45
    les gens contre qui
  • 16:45 - 16:47
    nous avons besoin d'être protégés,
  • 16:47 - 16:50
    des gens qui achètent le gouvernement à notre insu.
  • 16:50 - 16:59
    (Applaudissements)
  • 17:00 - 17:03
    Ce problème existe depuis très longtemps déjà.
  • 17:03 - 17:06
    On se souvient d’irrégularités
  • 17:06 - 17:08
    commises par certaines sociétés lors de la fondation des É.-U.
  • 17:08 - 17:11
    Thomas Jefferson lui-même se plaignait
  • 17:11 - 17:14
    du fait que déjà,
  • 17:14 - 17:17
    elles défiaient les lois du pays.
  • 17:18 - 17:20
    Bien sûr, certains
  • 17:20 - 17:22
    se disent conservateurs;
  • 17:22 - 17:24
    mais s’ils voulaient vraiment
  • 17:24 - 17:26
    se montrer conservateurs et patriotes,
  • 17:26 - 17:28
    ils enverraient ces multinationales
  • 17:28 - 17:30
    au diable!
  • 17:30 - 17:33
    Là, ils agiraient en vrais conservateurs.
  • 17:34 - 17:36
    Ce que nous devons faire, essentiellement,
  • 17:36 - 17:38
    c’est nous réapproprier l’idée
  • 17:38 - 17:40
    que c’est notre gouvernement
  • 17:40 - 17:42
    et qu’il défend nos intérêts.
  • 17:42 - 17:44
    Et il faut retrouver un sentiment d’unité
  • 17:44 - 17:46
    et de cause commune dans notre pays,
  • 17:46 - 17:48
    choses qui se sont perdues.
  • 17:49 - 17:51
    Je trouve qu'il y a des signes encourageants.
  • 17:51 - 17:53
    On dirait que nous nous réveillons un peu.
  • 17:53 - 17:55
    La loi Glass-Steagall --
  • 17:55 - 17:57
    qu’on a adoptée justement pour nous éviter des difficultés
  • 17:57 - 17:59
    comme celles qui ont entraîné la récession,
  • 17:59 - 18:01
    l’effondrement des banques,
  • 18:01 - 18:03
    et la suite d’événements qui a nécessité leur sauvetage --
  • 18:03 - 18:05
    cette loi promulguée en 1933
  • 18:05 - 18:08
    a été systématiquement mise en pièces.
  • 18:08 - 18:10
    Beaucoup souhaiteraient aujourd’hui
  • 18:10 - 18:12
    rétablir certaines de ses dispositions.
  • 18:12 - 18:14
    Mais les lobbys frappent déjà à leurs portes
  • 18:14 - 18:16
    pour les convaincre d’assouplir
  • 18:16 - 18:19
    les lois dès qu’elles sont adoptées.
  • 18:19 - 18:21
    C’est donc un combat perpétuel.
  • 18:21 - 18:23
    Nous sommes à un tournant historique.
  • 18:23 - 18:25
    Soit nous allons faire
  • 18:25 - 18:27
    de la marée noire dans le Golfe
  • 18:27 - 18:29
    une catastrophe pure et simple,
  • 18:29 - 18:31
    soit nous en ferons l’occasion dont nous avons besoin,
  • 18:31 - 18:33
    comme beaucoup l'ont mentionné aujourd’hui.
  • 18:33 - 18:35
    La nécessité de saisir cette occasion
  • 18:35 - 18:37
    a clairement été un thème récurrent.
  • 18:37 - 18:39
    On également abordé ce qui suit, lorsqu’on
  • 18:39 - 18:41
    a parlé des techniques de forage sous-marin.
  • 18:41 - 18:44
    Les premiers puits offshore s'appellaient des baleines.
  • 18:44 - 18:47
    Les premiers instruments de forage étaient des harpons.
  • 18:47 - 18:50
    C’est l’époque où nous avons presque exterminé les baleines.
  • 18:50 - 18:52
    Sommes-nous coinçés dans cette situation?
  • 18:52 - 18:54
    Depuis l’âge des cavernes,
  • 18:54 - 18:56
    chaque fois que nous avons besoin d’énergie,
  • 18:56 - 18:59
    nous faisons brûler quelque chose; encore aujourd’hui,
  • 18:59 - 19:01
    nous faisons toujours brûler un combustible
  • 19:01 - 19:04
    quand nous voulons de l'énergie.
  • 19:04 - 19:06
    Les gens disent
  • 19:06 - 19:08
    qu’on ne peut pas se tourner vers l’énergie propre
  • 19:08 - 19:11
    parce que ça coûte trop cher.
  • 19:11 - 19:13
    Mais qui dit que c’est trop cher?
  • 19:13 - 19:15
    Ceux qui vendent des combustibles fossiles.
  • 19:15 - 19:18
    Ce discours au sujet de l’énergie nous est familier,
  • 19:18 - 19:20
    ces gens qui disent que l’économie
  • 19:20 - 19:22
    ne supportera pas un tel changement, comme
  • 19:22 - 19:25
    du temps où l’énergie la moins chère était l'esclavage.
  • 19:25 - 19:28
    L’énergie est toujours une question morale.
  • 19:28 - 19:30
    C’est encore une question d’éthique en ce moment.
  • 19:30 - 19:32
    Il s’agit de trancher entre le bien et le mal.
  • 19:32 - 19:34
    Merci beaucoup.
Title:
Carl Safina : Victimes et responsables insoupçonnés de la marée noire
Speaker:
Carl Safina
Description:

Si le déversement de pétrole dans le golfe du Mexique défie l'entendement, nous savons au moins que c'est un désastre. Carl Safina se livre à un examen implacable des faits. Il soutient que les effets de cette catastrophe se répercutent bien au-delà du Golfe et que bon nombre des solutions proposées ne font qu’aggraver la situation.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDTalks
Duration:
19:35
Ròisein Kelly added a translation

French subtitles

Revisions