French subtitles

← Pratiquer une opération du cerveau sans scalpel - Hyunsoon Joshua No

Get Embed Code
24 Languages

Showing Revision 25 created 12/14/2020 by Claire Ghyselen.

  1. Chaque année, des milliers de personnes
    dans le monde se font opérer le cerveau
  2. sans incision :
  3. sans scalpel ni table d'opération,
    et le patient ne perd pas de sang.
  4. À la place, cette opération se passe
    dans une cabine blindée
  5. avec un gros appareil qui émet
    des faisceaux de rayons invisibles
  6. à un endroit précis du cerveau.
  7. Ce traitement s'appelle
    la radio-chirurgie stéréotaxique,

  8. et ces faisceaux sont
    des rayons de radiations,
  9. qui détruisent les tumeurs en éliminant
    graduellement les cellules malignes.
  10. Pour les patients, l'opération commence
    par une tomodensitométrie :

  11. une série de radiographies qui donne
    une carte tridimensionnelle du cerveau.
  12. Cela révèle la position, la taille
    et la forme exacte de la tumeur.
  13. Les tomodensitométries aident aussi
    à calculer les « unités Hounsfield »
  14. qui indiquent la densité
    de différents tissus.
  15. Cela offre des informations
    sur comment la radiation
  16. va se propager à travers le cerveau
    afin d'optimiser ses effets.
  17. Les médecins utilisent aussi
    l’imagerie à résonance magnétique (IRM),
  18. montrant des images plus nettes
    des tissu mous,
  19. aidant à mieux indiquer
    l'endroit et la forme de la tumeur.
  20. Situer la position et la taille exacte
    de la tumeur est crucial,
  21. du fait des fortes doses de rayonnement
    nécessaires pour les traiter.
  22. La radio-chirurgie dépend
    de l’utilisation de plusieurs faisceaux.
  23. Individuellement, chaque faisceau émet
    une faible dose de rayonnement.
  24. Mais, comme plusieurs lumières de scène
    convergent vers le même point
  25. pour créer un feu de projecteur
    lorsqu'elles sont rassemblées,
  26. ces radiations produisent ensemble
    assez d'énergie pour détruire les tumeurs.
  27. En plus d’aider les médecins à
    détruire les tumeurs dans le cerveau,

  28. tout en laissant relativement indemnes
    les tissus sains environnants,
  29. utiliser plusieurs faisceaux apporte
    aussi de la flexibilité aux médecins.
  30. Ils obtiennent les meilleurs angles
    et routes à travers le tissu cérébral
  31. pour atteindre la cible et règlent
    l’intensité de chaque faisceau,
  32. selon la nécessité.
  33. Cela permet d'éviter
    les parties critiques du cerveau.
  34. Mais que fait cette approche ingénieuse
    aux tumeurs en question ?

  35. Quand plusieurs faisceaux se croisent pour
    attaquer des cellules cancéreuses,

  36. leurs forces combinées
    séparent les cellules d'ADN,
  37. causant une rupture
    dans la structure des cellules.
  38. Avec le temps, ce processus engendre
    la destruction de toute la tumeur.
  39. Indirectement, les faisceaux endommagent
    aussi la zone entourant l'ADN,
  40. créant des particules instables
    appelées radicaux libres.
  41. Cela crée un micro-environnement dangereux
  42. et inhospitalier à la tumeur,
  43. ainsi qu'à certaines autres
    cellules saines à proximité.
  44. Le risque d’endommager des tissus
    non cancéreux est réduit,
  45. en gardant la couverture
    des faisceaux de radiation
  46. la plus proche possible
    de la forme exacte de la tumeur.
  47. Dès que le traitement radio-chirurgical
    a détruit les cellules tumorales,

  48. le mécanisme naturel de nettoyage
    du corps s’active.
  49. Le système immunitaire nettoie rapidement
    les enveloppes des cellules mortes
  50. et les expulse hors du corps, alors que
    d'autres se changent en tissu cicatriciel.
  51. Malgré ses innovations, la radio-chirurgie
    n'est pas toujours le premier choix

  52. pour tous les traitements
    du cancer du cerveau.
  53. Tout d'abord, elle est habituellement
    réservée aux tumeurs de petite taille.
  54. La radiation a aussi un effet cumulatif,
  55. c’est-à-dire que les premières doses
    peuvent chevaucher les suivantes.
  56. Alors les patients
    avec des tumeurs récurrentes
  57. peuvent être limités dans le recours
    aux futurs traitements radio-chirurgiques.
  58. Mais ces inconvénients sont inférieurs
    aux nombreux avantages.

  59. Pour bon nombre de tumeurs du cerveau,
  60. la radio-chirurgie peut-être aussi
    efficace que la chirurgie classique

  61. lorsqu'il s'agit de détruire
    les cellules cancéreuses.
  62. Dans les tumeurs nommées méningiomes,
    les récidives sont égales ou inférieures,
  63. lorsque le patient subit
    une radio-chirurgie.
  64. Et comparé aux chirurgies classiques
  65. qui sont des expériences douloureuses avec
    une longue période de convalescence,
  66. la radio-chirurgie est
    généralement sans douleur,
  67. et requiert souvent une petite,
    voire pas de période de convalescence.
  68. Les tumeurs du cerveau ne sont pas
    les seules cibles de ce traitement :
  69. il aussi été utilisé contre les tumeurs
    des poumons, du foie et du pancréas.
  70. Entretemps, les docteurs expérimentent
    son utilisation contre des maladies
  71. comme Parkinson, l'épilepsie et
    les troubles obsessionnels compulsifs.
  72. La douleur d'un diagnostic de cancer
    peut être dévastatrice
  73. mais les avancées dans ces
    techniques non-invasives

  74. ouvrent la voie pour
    un traitement plus doux.