Return to Video

Les mensonges qui entourent le déni de l'Holocauste

  • 0:01 - 0:05
    Je suis là pour vous parler de menteurs,
  • 0:05 - 0:07
    de procès
  • 0:07 - 0:08
    et de rires.
  • 0:09 - 0:12
    La première fois que j'ai entendu parler
    du déni de l'Holocauste,
  • 0:12 - 0:13
    j'ai ri.
  • 0:14 - 0:16
    Le déni de l'Holocauste ?
  • 0:16 - 0:20
    L'Holocauste tristement connu
  • 0:20 - 0:24
    comme étant le génocide
    le mieux documenté au monde ?
  • 0:25 - 0:27
    Qui donc pourrait le nier ?
  • 0:28 - 0:29
    Réfléchissez.
  • 0:30 - 0:33
    Pour que les négationnistes aient raison,
  • 0:33 - 0:34
    qui se serait trompé ?
  • 0:35 - 0:38
    Tout d'abord, les victimes,
  • 0:38 - 0:43
    les survivants qui ont fait
    des témoignages poignants.
  • 0:44 - 0:46
    Qui d'autre se serait trompé ?
  • 0:46 - 0:48
    Les témoins.
  • 0:48 - 0:52
    Les personnes vivant dans les dizaines
    de villages, de communes, de villes
  • 0:52 - 0:54
    du front de l'Est,
  • 0:54 - 0:56
    qui ont vu leurs voisins
    être rassemblés --
  • 0:56 - 1:00
    hommes, femmes, enfants, jeunes, vieux --
  • 1:00 - 1:02
    et être escortés
    à la périphérie des villes
  • 1:02 - 1:05
    pour être fusillés
    et laissés pour morts dans des fosses.
  • 1:06 - 1:07
    Ou les Polonais
  • 1:07 - 1:12
    qui vivaient dans les communes et villages
    autour des camps de concentration
  • 1:12 - 1:14
    et voyaient passer tous les jours
  • 1:14 - 1:17
    des trains remplis de personnes
  • 1:17 - 1:19
    qui revenaient ensuite vides.
  • 1:20 - 1:23
    Et surtout, qui d'autre se serait trompé ?
  • 1:24 - 1:25
    Les auteurs des crimes.
  • 1:26 - 1:29
    Ceux qui ont déclaré :
    « Nous avons fait cela.
  • 1:29 - 1:31
    J'ai fait cela. »
  • 1:31 - 1:33
    Certes ils ont pu glisser un bémol,
  • 1:33 - 1:38
    en insinuant : « Je n'avais pas le choix.
    On m'a forcé à le faire. »
  • 1:38 - 1:41
    Néanmoins, ils ont dit : « Je l'ai fait. »
  • 1:42 - 1:43
    Réfléchissez.
  • 1:44 - 1:49
    Il n'y a pas eu un seul procès
    pour crimes de guerre depuis 1945
  • 1:49 - 1:56
    où les auteurs du crime aient affirmé :
    « Cela n'a jamais eu lieu. »
  • 1:57 - 1:59
    Ils ont peut-être dit : « On m'a forcé »,
  • 1:59 - 2:02
    mais ils n'ont pas nié
    ce qu'il s'est passé.
  • 2:02 - 2:03
    En y regardant de plus près,
  • 2:03 - 2:07
    j'ai décidé que le négationnisme
    n'était pas un sujet.
  • 2:07 - 2:11
    Je devais écrire et faire des recherches
    sur des sujets plus importants.
  • 2:11 - 2:12
    Je suis passée à autre chose.
  • 2:13 - 2:16
    Un peu plus de dix ans passent,
  • 2:16 - 2:18
    lorsque deux chercheurs universitaires,
  • 2:18 - 2:21
    des historiens reconnus de l'Holocauste
  • 2:21 - 2:22
    ont pris contact avec moi :
  • 2:22 - 2:24
    « Deborah, allons boire un café.
  • 2:24 - 2:27
    Nous avons un projet de recherche
    qui serait parfait pour toi. »
  • 2:27 - 2:31
    Curieuse et flattée
    qu'ils me contactent avec un projet
  • 2:31 - 2:33
    et qu'ils m'estiment à la hauteur,
  • 2:33 - 2:35
    j'ai demandé : « Quel est le sujet ? »
  • 2:36 - 2:39
    Ils m'ont répondu : « Le négationnisme ».
  • 2:39 - 2:42
    Pour la deuxième fois, j'ai ri.
  • 2:42 - 2:44
    Le négationnisme ?
  • 2:44 - 2:46
    Ceux qui croient que la Terre est plate ?
  • 2:46 - 2:48
    Ou qu'Elvis est vivant ?
  • 2:48 - 2:51
    Je devais vraiment y consacrer une étude ?
  • 2:51 - 2:53
    Les voilà qui insistent :
  • 2:53 - 2:55
    « Oui, nous souhaitons en savoir plus.
  • 2:55 - 2:57
    Qui sont-ils ?
  • 2:57 - 2:58
    Quels sont leurs objectifs ?
  • 2:58 - 3:02
    Comment réussissent-ils
    à convaincre les gens ? »
  • 3:03 - 3:06
    Je me suis dit que s'ils pensaient
    que ça en valait la peine,
  • 3:06 - 3:10
    cela pourrait être une courte distraction,
  • 3:10 - 3:13
    peut-être une année, ou deux,
    ou trois, ou quatre.
  • 3:13 - 3:15
    Pour les universitaires, c'est court !
  • 3:15 - 3:16
    (Rires)
  • 3:16 - 3:18
    On prend notre temps.
  • 3:19 - 3:20
    (Rires).
  • 3:20 - 3:22
    J'ai donc pris la décision
  • 3:22 - 3:23
    de m'en occuper.
  • 3:23 - 3:26
    J'ai entamé les recherches
    et fait plusieurs constatations,
  • 3:26 - 3:29
    dont deux que j'aimerais
    partager avec vous.
  • 3:29 - 3:30
    D'abord :
  • 3:30 - 3:35
    les négationnistes
    sont des loups déguisés en brebis.
  • 3:36 - 3:39
    Ils sont tous pareils :
    nazis, néo-nazis --
  • 3:39 - 3:42
    vous décidez si vous utilisez
    « néo » devant le mot.
  • 3:43 - 3:45
    En les étudiant,
  • 3:45 - 3:50
    je n'ai pas vu d'uniformes de SS,
  • 3:50 - 3:53
    de croix gammées sur les murs
  • 3:53 - 3:55
    ou de saluts nazis,
  • 3:55 - 3:57
    rien de tout cela.
  • 3:57 - 4:00
    Par contre, j'ai découvert
  • 4:00 - 4:04
    des personnes s'affichant
    comme de respectables professeurs.
  • 4:05 - 4:09
    Ils disposaient d'un institut
  • 4:09 - 4:12
    « pour la Révision Historique ».
  • 4:12 - 4:15
    Ils avaient une revue, bien faite,
  • 4:15 - 4:18
    « la Revue pour la Révision Historique »,
  • 4:18 - 4:21
    avec des articles
  • 4:21 - 4:23
    plein de notes de bas de page.
  • 4:24 - 4:26
    Et ils avaient un nouveau nom.
  • 4:26 - 4:29
    Pas les néo-nazis,
  • 4:29 - 4:31
    ni les antisémites,
  • 4:31 - 4:32
    mais les révisionnistes.
  • 4:33 - 4:35
    Ils disaient :
    « On est des révisionnistes,
  • 4:35 - 4:38
    notre seule mission
  • 4:38 - 4:41
    est de réviser
    les erreurs de l'histoire. »
  • 4:42 - 4:48
    Mais il suffisait de gratter un peu
  • 4:48 - 4:50
    pour trouver
  • 4:50 - 4:52
    la même admiration pour Hitler,
  • 4:52 - 4:54
    l'éloge du Troisième Reich :
  • 4:54 - 4:57
    antisémitisme, racisme et préjugés.
  • 4:58 - 5:00
    Cela a attisé ma curiosité.
  • 5:00 - 5:07
    Tout était présenté sous format
    de discours rationnel.
  • 5:09 - 5:10
    J'ai aussi découvert autre chose.
  • 5:10 - 5:14
    On nous a appris qu'il y a
    des faits et des opinions.
  • 5:14 - 5:16
    Depuis mes recherches,
  • 5:16 - 5:17
    je pense autrement.
  • 5:17 - 5:19
    Il y a des faits,
  • 5:19 - 5:21
    il y a des opinions
  • 5:21 - 5:22
    et il y a des mensonges.
  • 5:23 - 5:28
    Les négationnistes se servent
    de leurs mensonges
  • 5:29 - 5:30
    et les maquillent en opinion,
  • 5:30 - 5:32
    en opinions avant-gardistes
  • 5:32 - 5:35
    ou originales,
  • 5:35 - 5:36
    mais si ce sont des opinions
  • 5:36 - 5:39
    on peut les évoquer dans la conversation.
  • 5:39 - 5:42
    Ensuite, ils s'approprient les faits.
  • 5:43 - 5:45
    J'ai publié mes recherches,
  • 5:45 - 5:46
    le livre est sorti :
  • 5:46 - 5:50
    « Nier l'Holocauste : l'attaque croissante
    de la Vérité et de la Mémoire ».
  • 5:50 - 5:51
    Il a été publié dans plusieurs pays,
  • 5:51 - 5:54
    dont le Royaume-Uni chez Penguin.
  • 5:54 - 5:57
    J'en avais fini et j'étais prête
    à passer à autre chose.
  • 5:58 - 6:02
    Et là, j'ai reçu
    une lettre de mon éditeur.
  • 6:02 - 6:05
    Et pour la troisième fois, j'ai ri.
  • 6:07 - 6:08
    A tort.
  • 6:09 - 6:11
    J'ai ouvert la lettre,
  • 6:11 - 6:17
    qui m'informait que David Irving
    m'assignait en justice pour diffamation
  • 6:17 - 6:18
    au Royaume-Uni
  • 6:18 - 6:21
    pour l'avoir appelé négationniste.
  • 6:22 - 6:24
    David Irving m'assignait en justice ?
  • 6:24 - 6:25
    Qui était David Irving ?
  • 6:25 - 6:28
    C'était un auteur d'ouvrages historiques,
  • 6:28 - 6:30
    portant sur la 2ème guerre mondiale,
  • 6:30 - 6:33
    et la plupart de ces ouvrages indiquaient
  • 6:33 - 6:37
    que les Nazis n'étaient pas si méchants,
  • 6:37 - 6:40
    que les Alliés n'étaient pas si gentils.
  • 6:40 - 6:42
    Et les Juifs, quoi qu'il leur soit arrivé,
  • 6:42 - 6:43
    ils le méritaient sûrement.
  • 6:44 - 6:46
    Il connaissait les documents,
  • 6:46 - 6:47
    il connaissait les faits,
  • 6:47 - 6:50
    mais il les avait manipulés
    pour arriver à cette opinion.
  • 6:51 - 6:54
    Il n'avait pas toujours été négationniste,
  • 6:54 - 6:55
    mais à la fin des années 80,
  • 6:55 - 6:58
    il avait pris cette position.
  • 7:00 - 7:03
    Ce que j'ai aussi trouvé ridicule,
    c'est que cet homme
  • 7:03 - 7:05
    était non seulement négationniste
  • 7:05 - 7:07
    mais fier de l'être.
  • 7:07 - 7:09
    C'était un homme qui voulait, je cite :
  • 7:09 - 7:12
    « couler le navire d'Auschwitz ».
  • 7:13 - 7:15
    Un homme
  • 7:15 - 7:19
    qui pointait vers le numéro tatoué
    sur le bras d'un survivant et disait :
  • 7:20 - 7:21
    « Combien avez-vous gagné
  • 7:21 - 7:25
    grâce à ce tatouage sur votre bras ?»
  • 7:26 - 7:27
    C'était un homme qui disait :
  • 7:27 - 7:30
    « Il y a eu plus de morts
    dans la voiture du Sénateur Kennedy
  • 7:30 - 7:32
    à Chappaquiddick
  • 7:32 - 7:35
    que dans les chambres à gaz d'Auschwitz. »
  • 7:35 - 7:38
    Une référence à un fait divers
    de la politique américaine.
  • 7:39 - 7:42
    C'était un homme qui ne semblait
    ni honteux ni réticent
  • 7:42 - 7:45
    d'être un négationniste.
  • 7:45 - 7:49
    De nombreux collègues
    universitaires m'ont dit :
  • 7:49 - 7:51
    « Deborah, ignore-le. »
  • 7:51 - 7:54
    J'ai rétorqué que je ne pouvais pas
    ignorer un procès en diffamation.
  • 7:54 - 7:57
    Ils m'ont répondu :
    « Qui le croira de toute façon ? »
  • 7:58 - 8:00
    Et c'est là le problème.
  • 8:00 - 8:05
    De par la loi britannique, c'était à moi
    de prouver que j'avais raison,
  • 8:05 - 8:08
    que je disais la vérité,
  • 8:08 - 8:11
    à la différence des États-Unis
  • 8:11 - 8:12
    ou de beaucoup d'autres pays
  • 8:12 - 8:15
    où il aurait dû prouver la diffamation.
  • 8:16 - 8:18
    Qu'est-ce-que cela voulait dire ?
  • 8:18 - 8:21
    Si je ne me battais pas,
  • 8:21 - 8:23
    il gagnerait par défaut.
  • 8:24 - 8:26
    Et si il gagnait par défaut,
  • 8:26 - 8:28
    il pourrait alors dire légitimement :
  • 8:28 - 8:34
    « Ma version de l'Holocauste,
    est la version légitime,
  • 8:34 - 8:36
    Deborah Lipstadt m'a diffamé
  • 8:36 - 8:38
    en me traitant de négationniste.
  • 8:38 - 8:42
    Donc, moi David Irving
    je ne suis pas un négationniste. »
  • 8:42 - 8:44
    Et quelle était sa version à lui ?
  • 8:44 - 8:47
    Il n'y a pas eu de plan
    pour assassiner les Juifs,
  • 8:47 - 8:50
    il n'y a pas eu de chambres à gaz,
  • 8:50 - 8:51
    il n'y a pas eu de fusillades de masse,
  • 8:51 - 8:55
    Hitler n'avait rien à voir
    avoir les souffrances qui ont eu lieu,
  • 8:55 - 8:58
    les Juifs ont tout inventé
  • 8:58 - 9:01
    pour soutirer de l'argent à l'Allemagne
  • 9:01 - 9:03
    et obtenir un état,
  • 9:03 - 9:06
    et ils l'ont fait avec l'aide
    et le soutien des Alliés.
  • 9:06 - 9:09
    Ils ont créé des documents et des preuves.
  • 9:10 - 9:13
    Je ne pouvais pas laisser passer ça
  • 9:13 - 9:15
    sans porter atteinte aux survivants
  • 9:16 - 9:18
    ou aux descendants de survivants.
  • 9:18 - 9:20
    Je ne pouvais pas laisser passer ça
  • 9:20 - 9:24
    et me considérer comme
    une historienne responsable.
  • 9:25 - 9:27
    Alors on s'est battu.
  • 9:27 - 9:29
    Si vous n'avez pas vu
    « Le Procès du siècle »,
  • 9:29 - 9:30
    je vous gâche la fin :
  • 9:30 - 9:32
    on a gagné.
  • 9:32 - 9:33
    (Rires)
  • 9:33 - 9:36
    (Applaudissements)
  • 9:40 - 9:44
    Le juge a estimé que David Irving
  • 9:44 - 9:48
    était un menteur,
  • 9:48 - 9:49
    un raciste,
  • 9:49 - 9:50
    un antisémite,
  • 9:50 - 9:52
    avec une vision de l'histoire partisane,
  • 9:52 - 9:54
    il a menti, il a falsifié
  • 9:54 - 9:57
    et surtout,
  • 9:57 - 9:59
    il l'a fait délibérement.
  • 9:59 - 10:03
    Nous avons découvert un schéma identique
    dans plus de 25 cas.
  • 10:03 - 10:06
    Ce n'était pas des petites erreurs -
    nous autres auteurs
  • 10:07 - 10:08
    qui écrivons des livres,
  • 10:08 - 10:11
    nous faisons des erreurs, c'est pourquoi
    on aime les secondes éditions
  • 10:11 - 10:12
    corrigeant les erreurs.
  • 10:12 - 10:14
    (Rires)
  • 10:15 - 10:18
    Les siennes avaient toujours
    le même thème :
  • 10:19 - 10:21
    accuser les Juifs,
  • 10:21 - 10:23
    innocenter les Nazis,
  • 10:24 - 10:25
    Comment avons-nous gagné ?
  • 10:26 - 10:32
    On a examiné les sources
    dans les notes de bas de page.
  • 10:32 - 10:34
    Qu'avons-nous trouvé ?
  • 10:34 - 10:35
    Pas tout le temps,
  • 10:36 - 10:37
    ni de façon prépondérante,
  • 10:37 - 10:42
    mais à chaque fois qu'il faisait
    référence à l'Holocauste,
  • 10:42 - 10:46
    ses soi-disant preuves étaient manipulées,
  • 10:46 - 10:48
    c'étaient des demi-vérités,
  • 10:48 - 10:49
    les dates étaient changées
  • 10:49 - 10:51
    ou le déroulement
    des évènements était modifié,
  • 10:51 - 10:53
    un participant imaginaire à une réunion.
  • 10:53 - 10:56
    En d'autres termes,
    il n'avait pas de preuves.
  • 10:56 - 10:58
    Ce dont il disposait ne prouvait rien.
  • 10:58 - 11:01
    Nous n'avons pas prouvé l'Holocauste,
  • 11:02 - 11:04
    nous avons prouvé que sa version,
  • 11:04 - 11:07
    et celle de tous les négationnistes,
    puisqu'il les citait
  • 11:07 - 11:10
    ou utilisait leurs arguments,
  • 11:10 - 11:11
    était fausse.
  • 11:11 - 11:12
    Ils affirment des choses
  • 11:12 - 11:15
    sans aucune preuve.
  • 11:17 - 11:21
    Pourquoi donc mon histoire
    ne se résume-t-elle pas juste
  • 11:21 - 11:25
    à un étrange, long et difficile procès
    qui a duré six ans ?
  • 11:25 - 11:30
    Celle d'un professeur
    américain traîné en justice
  • 11:30 - 11:33
    par un homme jugé par le tribunal
  • 11:33 - 11:36
    comme étant un polémiste néo-nazi ?
  • 11:36 - 11:37
    Quel est le message ?
  • 11:38 - 11:41
    Je pense que
    dans le contexte de la vérité,
  • 11:41 - 11:43
    c'est un message très important.
  • 11:43 - 11:45
    Aujourd'hui,
  • 11:45 - 11:47
    comme nous le savons tous,
  • 11:47 - 11:51
    la vérité et les faits sont menacés.
  • 11:52 - 11:55
    Les médias sociaux,
    malgré leurs côtés positifs,
  • 11:55 - 11:58
    ne permettent plus de faire la différence
  • 11:58 - 12:00
    entre faits avérés
  • 12:01 - 12:04
    et mensonges.
  • 12:05 - 12:06
    Troisièmement :
  • 12:07 - 12:08
    l'extrémisme.
  • 12:09 - 12:13
    Même sans les cagoules du Klu Klux Klan,
  • 12:13 - 12:15
    ou des croix en flammes
  • 12:15 - 12:19
    ou le discours des suprémacistes blancs,
  • 12:19 - 12:24
    il apparaît sous de nouveaux noms tels que
    « alt-right » et « Front National »,
  • 12:24 - 12:30
    c'est le même extrémisme
    que j'ai pu voir chez les négationnistes
  • 12:30 - 12:33
    sous le couvert d'un discours rationnel.
  • 12:35 - 12:40
    Nous vivons à une époque
    où la vérité est sur la défensive.
  • 12:40 - 12:43
    Je pense à un dessin
    dans la revue « New Yorker ».
  • 12:43 - 12:45
    Dans le cadre d'un jeu télévisé,
  • 12:45 - 12:49
    le présentateur dit
    à une des participantes :
  • 12:49 - 12:51
    « Oui madame, c'était la bonne réponse,
  • 12:51 - 12:53
    mais votre adversaire
    a crié plus fort que vous
  • 12:54 - 12:55
    donc il gagne les points. »
  • 12:56 - 12:58
    Que peut-on faire ?
  • 12:59 - 13:00
    D'abord,
  • 13:00 - 13:05
    ne nous laissons pas séduire
    par les apparences rationnelles.
  • 13:05 - 13:07
    Il faut gratter un peu
  • 13:07 - 13:10
    et là, on découvre l'extrémisme.
  • 13:11 - 13:13
    Ensuite,
  • 13:13 - 13:19
    il faut comprendre
    que la vérité n'est pas relative.
  • 13:21 - 13:23
    Et enfin,
  • 13:23 - 13:26
    il faut être sur l'offensive
  • 13:26 - 13:28
    et non sur la défensive.
  • 13:29 - 13:31
    Lorsqu'une personne fait
    une affirmation scandaleuse,
  • 13:31 - 13:35
    même si elle occupe un des postes
    les plus importants du pays
  • 13:35 - 13:37
    ou du monde,
  • 13:37 - 13:38
    nous devons lui dire :
  • 13:38 - 13:40
    « Où sont vos preuves ?
  • 13:40 - 13:43
    Faites-en la démonstration ! »
  • 13:43 - 13:45
    Nous devons les obliger
    à nous rendre des comptes.
  • 13:46 - 13:50
    Ne pas faire comme si
    leurs mensonges étaient des faits.
  • 13:51 - 13:55
    Comme je l'ai dit auparavant,
    la vérité n'est pas relative.
  • 13:55 - 13:58
    Nombre d'entre nous issus
    du milieu universitaire,
  • 13:58 - 14:00
    habitués à la pensée libérale éclairée,
  • 14:00 - 14:03
    estiment que tout est sujet à débat,
  • 14:03 - 14:05
    Mais ce n'est pas le cas.
  • 14:05 - 14:09
    Il y a des vérités.
  • 14:09 - 14:12
    Il y a des faits avérés --
  • 14:12 - 14:14
    des vérités objectives.
  • 14:15 - 14:19
    Galilée nous l'a appris il y a longtemps.
  • 14:19 - 14:24
    Après que le Vatican l'a forcé à nier
  • 14:24 - 14:27
    que la Terre tournait autour du Soleil,
  • 14:27 - 14:28
    il est ressorti
  • 14:28 - 14:30
    et on l'a entendu dire :
  • 14:30 - 14:34
    « Et pourtant, elle tourne. »
  • 14:35 - 14:38
    La Terre n'est pas plate.
  • 14:38 - 14:40
    Le changement climatique est réel.
  • 14:41 - 14:44
    Elvis n'est pas vivant.
  • 14:44 - 14:45
    (Rires)
  • 14:45 - 14:48
    (Applaudissements)
  • 14:48 - 14:50
    Et surtout,
  • 14:50 - 14:55
    la vérité et les faits sont menacés.
  • 14:55 - 14:57
    Le travail qui nous attend,
  • 14:57 - 14:58
    la tâche qui nous attend,
  • 14:58 - 15:00
    le défi qui nous attend
  • 15:00 - 15:01
    sont importants.
  • 15:02 - 15:04
    Nous avons peu de temps pour nous battre.
  • 15:05 - 15:08
    Nous devons agir maintenant.
  • 15:09 - 15:12
    Après, il sera trop tard.
  • 15:12 - 15:13
    Merci beaucoup.
  • 15:13 - 15:18
    (Applaudissements)
Title:
Les mensonges qui entourent le déni de l'Holocauste
Speaker:
Deborah Lipstadt
Description:

« Il y a des faits, des opinions et des mensonges » dit l'historienne Deborah Lipstadt, en racontant l'histoire formidable de ses recherches sur les négationnistes - et leur manipulation délibérée de l'histoire. Deborah Lipstadt nous encourage tous à nous battre contre ceux qui veulent s'attaquer à la vérité et aux faits. « La vérité n'est pas relative », dit-elle.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDTalks
Duration:
15:30

French subtitles

Revisions