French subtitles

← Que faire pour enrayer une pandémie ?

Get Embed Code
38 Languages

Showing Revision 8 created 12/26/2020 by Claire Ghyselen.

  1. Mon fils est né en janvier 2020,
  2. peu avant le confinement à Paris.
  3. Les gens avec des masques
    ne l'effraient pas
  4. car il en a toujours vu.
  5. Ma fille de trois ans sait dire
    « gel hydro-alcoolique ».
  6. C'est le mot français
    pour gel hydroalcoolique.
  7. Elle le prononce même mieux que moi.
  8. Mais personne ne veut porter un masque

  9. ou se passer du gel anti-bactérien
    sur les mains toutes les 20 secondes.
  10. Nous attendons désespérément
    que la recherche nous trouve un vaccin.
  11. C'est intéressant comme nous voyons

  12. la découverte de ce vaccin
    comme le Saint Graal.
  13. Mais j'aimerais clarifier
    quelques écueils.
  14. Je ne suis pas médecin,
    seulement consultante.
  15. Mes clients sont dans la santé –
  16. sociétés biopharmaceutiques, fournisseurs,
    institutions de santé mondiales –
  17. Et ils m'ont appris des choses.
  18. Nous devons trouver les outils
    pour combattre la COVID
  19. et les rendre accessibles à tous.
  20. Premièrement, on ne s'en sortira pas
    avec juste un vaccin.

  21. Il nous faut tout un arsenal d'outils.
  22. Il nous faut des vaccins,
    des traitements et des tests
  23. pour s'assurer que l'on peut empêcher,
    identifier et soigner les cas de COVID
  24. dans différentes populations.
  25. Deuxièmement,
    trouver cet outil ne suffira pas.

  26. À votre avis, qu'arrivera-t-il
    quand des essais cliniques
  27. prouveront l'efficacité de cet outil ?
  28. Pensez-vous que nous pourrons
    aller à la pharmacie,
  29. acheter le produit, enlever nos masques
  30. et s'embrasser joyeusement ?
  31. Non.
  32. Trouver un outil efficace
    n'est que la première étape de ce combat,
  33. car il y a une différence
    entre l'existence d'un produit
  34. et l'accès à un produit.
  35. Et là vous vous dites :

  36. « Elle veut dire que d'autres pays
    devront attendre. »
  37. Non, pas du tout.
  38. Oui, d'autres devront attendre,
  39. mais nous aussi.
  40. La COVID est égalitaire.
  41. De par sa vitesse et son ampleur,
  42. il nous soumet tous
    aux mêmes épreuves
  43. et nous prépare à des défis
    auxquels nous ne sommes pas habitués.
  44. Vous vous souvenez
    du confinement en Chine ?
  45. Pouviez-vous imaginer
    être dans la même situation
  46. peu de temps après ?
  47. Moi, certainement pas.
  48. Passons à l'hypothèse
    où un vaccin est créé.

  49. À ce moment-là, ce qui limitera l'accès,
  50. ce sera les stocks.
  51. La communauté internationale estime
  52. que d'ici fin 2021,
  53. donc un an après la découverte du vaccin,
  54. nous aurons un a deux milliards de doses
  55. pour huit milliards d'habitants.
  56. Qui devra attendre, alors ?
  57. Comment envisage-t-on l'accès
    avec peu de stock ?
  58. Scénario numéro un :

  59. nous laissons faire les lois du marché
  60. et ceux qui peuvent payer cher
    ou négocier le plus vite
  61. auront le produit en premier.
  62. Loin d'être équitable,
  63. c'est le scénario le plus probable.
  64. Scénario numéro deux :

  65. nous pourrions décider,
    dans une logique de santé publique,
  66. qui recevra le produit en premier.
  67. Mettons que le personnel de santé
    y accèdera en premier,
  68. puis les personnes âgées
  69. et enfin la population.
  70. Permettez-moi d'être un brin provocatrice.

  71. Scénario numéro trois :
  72. les pays ayant montré
    une meilleure gestion de la pandémie
  73. auraient accès au produit en premier.
  74. J'extrapole un peu,
  75. mais ce n'est pas si irréaliste.
  76. Quand les meilleurs traitements
    de deuxième ligne
  77. contre la tuberculose se sont fait rares
  78. un comité extraordinaire fut créé
  79. pour déterminer quels pays
    avaient un système de santé assez solide
  80. pour permettre
    une bonne distribution des produits
  81. et dont les patients
    suivraient le traitement à la lettre.
  82. Ces pays reçurent les soins en premier.
  83. Ou scénario numéro quatre :

  84. décider d'une règle au hasard,
  85. par exemple, vacciner les gens
    à leur anniversaire.
  86. Laissez-moi vous demander :

  87. Que ressentez-vous à l'idée d'un avenir
    où le vaccin existe,
  88. mais où vous porteriez toujours un masque
    et garderiez vos enfants chez vous
  89. sans pouvoir aller travailler
    comme vous le voulez
  90. parce que vous n'auriez pas
    accès au produit ?
  91. Vous trouveriez cela
    plus injuste chaque jour, non ?
  92. Mais devinez quoi ?
  93. Nous avons des traitements et des remèdes
    pour plein de maladies,
  94. et pourtant des gens les contractent
    et en meurent chaque année.
  95. Prenons la tuberculose :

  96. dix millions d'infections par an,
  97. et 1,5 million de morts,
  98. alors qu'un remède existe
    depuis des années.
  99. Tout ça parce que
    les principaux soucis de distribution
  100. ne sont pas encore bien déterminés.
  101. L'accès équitable
    est le choix le plus juste.

  102. Mais au-delà de cet argument humanitaire
  103. qui, je l'espère, sera mieux reçu
  104. maintenant que nous avons
    tous vécu la COVID,
  105. un argument économique
    et sanitaire caché existe
  106. en faveur d'un accès équitable.
  107. L'argument sanitaire, c'est que,
    tant que le virus sera actif quelque part,
  108. nous risquons tous des cas réimportés.
  109. L'argument économique, c'est que,
    au vu de l'interdépendance
  110. de nos économies,
  111. aucun marché domestique
    ne peut se rétablir sans les autres.
  112. Pensez aux secteurs
    vivant de la mobilité mondiale,
  113. comme l'aérospatial et le tourisme.
  114. Pensez aux chaînes logistiques
    de par le monde,
  115. comme le textile au l'automobile.
  116. Pensez à la part de croissance
    venant des marchés émergents.
  117. Il est crucial que tous les pays
    battent cette pandémie simultanément.
  118. Non seulement l'accès équitable
    est plus juste,
  119. il est aussi plus malin.
  120. Mais comment y arriver ?
  121. Assurons-nous d'avoir
    la même définition du terme « accès ».

  122. Cela voudrait dire que le produit existe.
  123. Qu'il est suffisamment efficace.
  124. Qu'il est approuvé
    par les autorités locales.
  125. Qu'il est abordable.
  126. Mais aussi qu'il est prouvé
    qu'il est efficace chez les populations
  127. qui en ont besoin,
  128. comme les femmes enceintes, les enfants
    et les immunodéprimés.
  129. Qu'il peut être distribué
    dans différentes conditions,
  130. comme des hôpitaux, des cliniques rurales,
    par temps chaud ou froid –
  131. Et qu'on peut le produire
    à la bonne échelle.
  132. Je sais, la liste est longue,
  133. et en dehors des temps de crise,
  134. nous aborderions certainement
    ces points l'un après l'autre,
  135. ce qui prend beaucoup de temps.
  136. Alors que faire ?
  137. L'accès aux traitements
    est loin d'être un nouveau défi,

  138. et dans le cas de la COVID,
  139. je dois dire que nous assistons
    à une coopération extraordinaire
  140. entre les organisations internationales,
    la société, les entreprises et d'autres
  141. pour accélérer l'accès.
  142. Comme travailler en parallèle,
  143. accélérer les processus réglementaires,
  144. penser l'approvisionnement,
  145. le sécuriser, mobiliser
    des ressources, etc.
  146. Et pourtant, il est probable
    que nous ferons face à des situations
  147. comme devoir constamment maintenir
    le vaccin à, par exemple,
  148. - 80 °C.
  149. Ou que le traitement doive être dispensé
    par un personnel soignant très spécialisé.
  150. Ou que les tests doivent être analysés
    dans un laboratoire sophistiqué.
  151. Que peut-on faire de plus, alors ?
  152. En poussant plus loin la logique
    que suit depuis des années

  153. la communauté sanitaire mondiale,
  154. je pense qu'il y a une chose
    que nous pouvons faire pour aider.
  155. Il y a un concept,
    en production et développement,
  156. appelé la conception à coût objectif.
  157. En substance, la question
    de la gestion des coûts
  158. se fait en parallèle
    de la conception du produit,
  159. plutôt que d'abord concevoir le produit
  160. et ensuite l'optimiser
    pour réduire les coûts.
  161. C'est une méthode simple assurant
  162. que si les coûts sont
    un critère prioritaire pour le produit,
  163. ils seront ciblés dès le départ.
  164. Pour ce qui est du contexte
    de l'accès aux soins,

  165. je pense qu'il y a un potentiel inexploité
  166. dans la recherche sur l'accès,
  167. similaire à la conception
    à coût objectif des fabricants.
  168. Cela voudrait dire qu'au lieu
    de développer un produit
  169. et de l'adapter plus tard
    pour assurer un accès équitable,
  170. tous les points que j'ai cités
  171. seraient intégrés dès le départ
    à la recherche et développement,
  172. ce qui nous bénéficierait à tous.
  173. Prenons un exemple.

  174. Si nous développons un produit
    avec un accès équitable en tête,
  175. nous pourrions optimiser
    une montée en puissance plus rapide.
  176. Je sais que les concepteurs de médicaments
    cherchent d'abord une dose qui marche
  177. et seulement ensuite, vont changer
    et optimiser le dosage.
  178. Imaginons que nous ayons
    un produit potentiel
  179. dont l'ingrédient actif
    est une ressource rare.
  180. Et si nous pensions plutôt
    à développer un traitement
  181. qui utilise le moins possible
    cet ingrédient actif ?
  182. Nous pourrions produire plus de doses.
  183. Prenons un autre exemple.

  184. En développant un produit
    sans oublier l'accès équitable,
  185. nous pourrions optimiser
    la distribution de masse plus vite.
  186. Dans les pays à hauts revenus,
  187. il y a de meilleurs systèmes de santé.
  188. Nous distribuons les produits
    comme bon nous semble.
  189. Nous considérons comme acquis
    le stockage des produits
  190. dans des endroits à température contrôlée
  191. ou leur administration
    par du personnel de santé très spécialisé.
  192. Bien sûr,
  193. ces environnements à température contrôlée
    et ce personnel très spécialisé
  194. ne sont pas disponibles partout.
  195. Si on envisageait la R&D
  196. avec les contraintes des systèmes
    de santé plus faibles en tête,
  197. nous pourrions être créatifs
  198. et développer plus tôt, par exemple,
    des produits insensibles à la température
  199. ou des produits se prenant
    aussi facilement qu'une vitamine
  200. ou des formules durant plus longtemps,
    plutôt qu'un usage répété.
  201. Si nous sommes capables de produire
    et développer des outils aussi simplifiés,
  202. cela aurait aussi le bénéfice
  203. d'alléger les tensions
    sur les hôpitaux et le système de santé
  204. dans les pays à haut et bas revenus.
  205. Vu la vitesse du virus

  206. et l'ampleur des conséquences
    que nous rencontrons,
  207. je pense qu'il faut continuer
    à se mettre au défi
  208. de trouver des moyens rapides
    de créer des produits contre la COVID
  209. et les futures pandémies
    accessibles à tous.
  210. Selon moi,

  211. à moins que le virus ne disparaisse,
  212. il n'y a que deux issues possibles.
  213. Soit la balance penche d'un côté –
  214. seuls quelques-uns auront accès au produit
  215. et la COVID restera une menace pour tous –
  216. soit nous équilibrons la balance,
  217. nous accédons tous aux mêmes armes
  218. et nous allons tous ensemble de l'avant.
  219. Une R&D innovante seule
    ne vaincra pas la COVID,
  220. mais une gestion innovante
    de la R&D nous y aidera.
  221. Merci.