Return to Video

Le mythe des yeux volés - Nathan D. Horowitz

  • 0:08 - 0:11
    Au fond de la forêt amazonienne
    dans la rivière Nea’ocoyá,
  • 0:11 - 0:14
    vivait,
    selon la légende Siekopai,
  • 0:14 - 0:17
    un banc de poissons
    particulièrement gros et savoureux.
  • 0:19 - 0:22
    À l'arrivée des pluies
    et à la montée des eaux,
  • 0:22 - 0:24
    les poissons apparaissaient
  • 0:24 - 0:27
    et nageaient au fur et à mesure
    que les eaux montaient.
  • 0:27 - 0:29
    Les villageois le long de la rivière
  • 0:29 - 0:32
    se rejouissaient
    de cette bénédiction occasionnelle -
  • 0:32 - 0:34
    et en voulaient plus.
  • 0:34 - 0:37
    Ils les suivirent jusqu'au
    plus profond de la jungle,
  • 0:37 - 0:41
    jusqu'à une lagune qui grondait
    avec le bruit des poissons.
  • 0:43 - 0:46
    Tout le village campa
    au bord de l'étang,
  • 0:46 - 0:50
    apportant du « barbasco »,
    un poison qu'ils mettraient dans l'eau
  • 0:50 - 0:51
    pour étourdir les poissons.
  • 0:51 - 0:54
    Pendant ce temps,
    leur jeune chaman alla se promener.
  • 0:54 - 0:58
    Il sentit qu'il n'était
    probablement pas tout seul.
  • 0:58 - 1:03
    Il s'approcha alors d'un grand arbre
    bruissant si fort
  • 1:03 - 1:07
    qu'il pouvait quand même l'entendre,
    malgré le grondement des poissons.
  • 1:07 - 1:11
    Il en fut alors sûr :
    des esprits vivaient ici.
  • 1:13 - 1:15
    De retour au camp,
    il avertit son peuple
  • 1:15 - 1:17
    que ces poissons
    appartenaient à quelqu'un.
  • 1:17 - 1:19
    Il allait essayer
    de trouver le propriétaire.
  • 1:19 - 1:23
    Jusqu'à son retour,
    personne ne devait pêcher.
  • 1:23 - 1:26
    Il retourna à l'arbre bruissant.
  • 1:26 - 1:28
    A! l'intérieur se trouvait un creux
    aussi grand qu’une maison,
  • 1:28 - 1:31
    plein de tisserands affairés.
  • 1:31 - 1:33
    Le chef l'invita à entrer,
  • 1:33 - 1:37
    expliquant que les petits fruits juteux
    de la « siripia » mûrissaient,
  • 1:37 - 1:41
    et qu'ils tressaient des paniers
    pour les ramasser.
  • 1:41 - 1:44
    Bien qu'ils ressemblaient
    et agissaient comme des êtres humains,
  • 1:44 - 1:46
    le chaman savait
    qu'il s'agissait de « juri »,
  • 1:46 - 1:48
    des gobelins de l'air
  • 1:48 - 1:51
    qui pouvaient voler
    et contrôler les vents.
  • 1:51 - 1:54
    Ils lui apprirent à tresser.
  • 1:54 - 1:56
    Avant que le chaman ne parte,
  • 1:56 - 2:00
    le chef gobelin lui chuchota
    des instructions énigmatiques à l'oreille
  • 2:00 - 2:05
    Enfin, il lui dit de nouer
    une pousse d’ananas sur un tronc creux
  • 2:05 - 2:08
    et de dormir dedans cette nuit-là.
  • 2:17 - 2:18
    De retour au camp,
  • 2:18 - 2:21
    les villageois avaient pêché
    avec du poison « barbasco »,
  • 2:21 - 2:24
    cuisiné, et mangé.
  • 2:24 - 2:28
    Seule la petite soeur du chaman
    s'était abstenue.
  • 2:29 - 2:34
    C'est alors que tout le monde tomba
    dans un profond sommeil.
  • 2:34 - 2:37
    Le chaman et sa petite sœur crièrent
    et les secouèrent.
  • 2:37 - 2:39
    mais ne réussirent pas à les réveiller.
  • 2:41 - 2:44
    Comme il commençait à faire noir,
    le chaman et sa petite soeur
  • 2:44 - 2:48
    attachèrent les pousses d'un ananas sur
    un tronc creux et entrèrent à l'intérieur.
  • 2:48 - 2:53
    Un vent fort se leva -
    la marque des gobelins de l'air.
  • 2:53 - 2:56
    Des branches cassèrent
    et des arbres tombèrent.
  • 2:56 - 2:59
    Caïmans, boas et jaguars rugirent.
  • 2:59 - 3:02
    Les eaux commencèrent à monter.
  • 3:02 - 3:06
    Les poissons tombèrent des étendoirs
    et disparurent en nageant.
  • 3:06 - 3:09
    La pousse d'ananas se transforma en chien.
  • 3:09 - 3:11
    Il aboya toute la nuit,
  • 3:11 - 3:14
    gardant les créatures de la jungle
    loin de l’arbre à terre.
  • 3:14 - 3:18
    À l'aube, le déluge se calma.
  • 3:18 - 3:21
    Les poissons avaient disparu,
    ainsi que la plupart des gens.
  • 3:21 - 3:24
    Les animaux de la jungle
    les avaient dévorés.
  • 3:26 - 3:29
    Seuls les proches du chaman
    avaient survécu.
  • 3:29 - 3:31
    Quand sa famille se tourna vers lui,
  • 3:31 - 3:34
    le chaman comprit
    ce que voulait dire les gobelins
  • 3:34 - 3:37
    quand ils disaient
    que les fruits mûrissaient :
  • 3:37 - 3:41
    Ils ne voulaient pas du tout récolter
    de fruits « siripia »,
  • 3:41 - 3:43
    mais des yeux humains !
  • 3:43 - 3:45
    La sœur aînée du chaman l'appella,
  • 3:45 - 3:50
    essayant de toucher son visage
    avec ses ongles longs et pointus.
  • 3:50 - 3:54
    Il recula et se souvenant
    des instructions du chef gobelin,
  • 3:54 - 3:57
    lui lança des graines de palmier
    au visage.
  • 3:57 - 3:59
    Les graines se transformèrent en yeux
  • 3:59 - 4:05
    Mais d'un coup, elle se transforma en
    sanglier aux lèvres blanches et s'enfuit -
  • 4:05 - 4:09
    toujours vivante, mais plus humaine.
  • 4:09 - 4:13
    Toute la communauté du chaman
    et de sa petite soeur avaient disparu.
  • 4:13 - 4:15
    Ils partirent vivre dans un autre village
  • 4:15 - 4:18
    où il enseigna à tous comment
    tresser des paniers,
  • 4:18 - 4:20
    comme les gobelins de l'air
    lui avaient appris.
  • 4:20 - 4:24
    Il ne pouvait cependant pas oublier
    les derniers mots du chef gobelin,
  • 4:24 - 4:27
    qui lui avait dit comment se venger.
  • 4:27 - 4:32
    Il retourna à la maison des gobelins avec
    des piments enveloppés dans des feuilles.
  • 4:32 - 4:35
    Alors que les gobelins l'observaient
    depuis leurs judas,
  • 4:35 - 4:39
    le chaman fit un feu
    et y mit les piments.
  • 4:39 - 4:42
    Les flammes commencèrent
    à consumer l'arbre.
  • 4:42 - 4:45
    Les gobelins, qui avaient mangé
    les yeux des gens, moururent.
  • 4:45 - 4:49
    Ceux qui n'en avaient pas mangé
    furent assez léger pour s'envoler.
  • 4:49 - 4:53
    Ainsi, les gobelins, comme les humains,
    payèrent le prix fort.
  • 4:53 - 4:57
    Mais ils vécurent aussi
    pour raconter l’histoire, comme le shaman.
  • 4:57 - 5:02
    Dans la légende de Siekopai, où l’esprit
    et les mondes humains se rencontrent,
  • 5:02 - 5:04
    il n'y a pas de véritables vainqueurs
  • 5:04 - 5:08
    et même la mort est une opportunité
    de renouveau.
Title:
Le mythe des yeux volés - Nathan D. Horowitz
Speaker:
Nathan D. Horowitz
Description:

Regardez la leçon intégrale : https://ed.ted.com/lessons/the-amazonian-myth-of-the-goblins-revenge-nathan-d-horowitz

Au fond de la forêt amazonienne, dans la rivière Nea'ocoyá, vivait un banc de poissons particulièrement gros et savoureux. Lors de l'arrivée des pluies et des montées des eaux, les poissons apparaissaient et nageaient au fur et à mesure que les eaux tombaient. Les villageois les suivirent le long de la rivière jusqu'à une lagune et installèrent leur camp. Mais leur jeune chaman sentit rapidement qu'ils n'étaient peut-être pas complètement seuls. Nathan D. Horowitz détaille le mythe Siekopai des gobelins de l'air.

Leçon de Nathan D. Horowitz, mise en scène par Yijia Cao et Mohammad Babakoohi, narrée par Jack Cutmore-Scott.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TED-Ed
Duration:
05:12
Claire Ghyselen approved French subtitles for The myth of the stolen eyeballs
Claire Ghyselen edited French subtitles for The myth of the stolen eyeballs
Anne-Sophie accepted French subtitles for The myth of the stolen eyeballs
Anne-Sophie edited French subtitles for The myth of the stolen eyeballs
Laura GOMES edited French subtitles for The myth of the stolen eyeballs
Matthew Schetina edited French subtitles for The myth of the stolen eyeballs

French subtitles

Revisions