YouTube

Got a YouTube account?

New: enable viewer-created translations and captions on your YouTube channel!

French subtitles

← Que se passe-t-il dans ces énormes entrepôts ?

Tous les jours nous faisons des millions d'achats en ligne, mais comment nos articles sont-ils emballés ? Dans cette conférence, Mick Mountz raconte une fascinante et surprenante histoire de robots pour expliquer ce qui se passe dans un entrepôt.

Get Embed Code
25 Languages

Showing Revision 41 created 12/10/2014 by eric vautier.

  1. J'aimerais vous parler,
  2. ou du moins partager avec vous
    une approche avant-gardiste
  3. pour gérer
    les stocks d'un entrepôt.
  4. On parle ici de choisir,
    emballer et envoyer.

  5. En guise d'indice :
  6. cette méthode utilise des
    centaines de robots mobiles
  7. parfois même, des
    milliers de robots mobiles
  8. qui circulent dans l'entrepôt.
    Je vous donnerai ma solution.
  9. Mais pour instant,
    rappelez-vous
  10. de la dernière fois que
    vous avez commandé en ligne.
  11. Vous étiez assis
    sur votre canapé.
  12. et vous avez décidé que
    vous aviez absolument besoin
  13. de ce T-shirt rouge.
  14. Alors « clic », dans le panier.
  15. Puis, vous avez trouvé
    ce pantalon vert,
  16. très joli aussi - clic !
  17. Et une paire de chaussures bleues ? Clic !
  18. Et voilà, votre commande est complète.
  19. Vous n'avez pas songé un instant
  20. que ce n'est pas vraiment un bel ensemble.
  21. Mais vous avez validé votre commande.

  22. Et deux jours plus tard,
    vous recevez un colis.
  23. Vous l'ouvrez et vous vous dites :
    « Wouah, voilà mes fringues. »
  24. Vous êtes-vous jamais demandé
    comment votre commande
  25. s'était retrouvée dans
    cette boite, dans l'entrepôt ?
  26. Je suis ici pour vous dire
    que c'est ce gars-là.
  27. En plein milieu de cette photo,
  28. vous voyez un préparateur
    de commandes normal
  29. en charge du prélèvement
    ou de la préparation de la commande.
  30. Généralement, ces magasiniers
    passent 60 à 70% de leurs journées
  31. à parcourir l'entrepôt.
  32. Ils marchent souvent entre 8 et 16 km
  33. à la recherche des articles du stock.

  34. Ce n'est pas seulement
    une façon très peu efficace
  35. mais c'est aussi une façon très peu
    épanouissante de préparer les commandes.
  36. Je vais vous dire où j'ai rencontré
    ces problèmes la première fois.
  37. J'étais dans la région de San Francisco,
    vers 1999-2000 pendant la bulle internet.
  38. Je travaillais pour une compagnie
    spectaculairement éphémère : Webvan.
  39. (Rires)
  40. Cette compagnie a obtenu des
    millions de dollars grâce à l'idée
  41. qu'on livrerait les courses
    commandées en ligne.
  42. Mais on s'est rendu compte
    que ce n'était pas rentable.
  43. L'e-commerce s'est révélé
    très dur et très coûteux.
  44. Dans ce cas particulier,
    on essayait d'assembler 30 articles
  45. dans des sacs, chargés dans
    un fourgon pour une livraison à domicile.
  46. Et quand on y pense,
    cela nous coûtait 30 dollars.
  47. Imaginez, on avait une
    boîte de soupe à 89 centimes

  48. et ça nous coûtait un dollar pour
    la prendre et la ranger dans ce sac.
  49. Et ça, avant même que
    l'on essaye de la livrer à domicile.
  50. Pour faire court, pendant
    mon année à Webvan,
  51. j'ai réalisé en parlant à tous les
    fournisseurs de matériel de manutention,
  52. qu'il n'existait aucune solution pour
    saisir les articles individuellement :
  53. prendre un produit rouge, vert ou bleu
    et mettre ces trois-là dans une boîte.
  54. On s'est dit qu'il devait y avoir
    une meilleure façon de le faire.

  55. Les appareils de manutention
    existants transportaient des palettes
  56. et des caisses de
    produits dans les magasins.
  57. Webvan a bien sûr fermé
    boutique, et environ 18 mois après,
  58. je réfléchissais encore à ce
    problème qui continuait à m'agacer,
  59. et je m'y suis replongé à nouveau.
  60. Regardons ce que je voulais
    en tant que magasinier
  61. ou la manière dont
    je pensais que ça devait marcher.
  62. (Rires)
  63. Je me suis dit,
    concentrons-nous sur le problème :
  64. j'ai une commande, et je veux mettre
  65. les articles rouge, vert
    et bleu dans cette boîte.
  66. Ce qu'il me faut, c'est un système
    où je tends la main et - pouf !
  67. le produit apparaît et
    je le range dans la boîte.
  68. Et là on se dit
  69. que c'est une solution
    complètement centrée sur le magasinier.
  70. Voilà ce qu'il me faut. Quelle
    technologie peut me le fournir ?
  71. Mais comme vous voyez, les commandes
    et les produits arrivent et repartent.

  72. Cela nous permet de mettre
    le magasinier au centre du problème,
  73. et lui donner les outils pour être
    aussi productif que possible.
  74. Comment suis-je arrivé à cette idée ?
  75. C'est lors d'un exercice de brainstorm,
  76. technique que vous utilisez probablement.
  77. Il s'agit de tester vos idées.
  78. Avec une feuille vierge, bien sûr,
  79. testez vos idées jusqu'aux
    limites - de zéro jusqu'à l'infini.
  80. Dans ce cas particulier,
    nous nous sommes demandés
  81. comment nous ferions pour créer
    un centre de distribution en Chine
  82. où les coûts de
    production sont très faibles,
  83. la main d’œuvre et
    les terrains sont bon marché.
  84. Et on s'est demandé précisément,
  85. « Et si une heure de main
    d’œuvre coûtait zéro dollar
  86. et on pouvait construire un
    gigantesque centre de distribution ? »
  87. Donc naturellement, on s'est dit :
  88. « Mettons plein de gens dans l'entrepôt. »
  89. Et j'ai dit : « Attendez,
    zéro dollar de l'heure,
  90. j' « embaucherais »
  91. 10 000 employés qui arriveraient
    à huit heures tous les matins,
  92. entreraient dans l'entrepôt,
    prendraient un article chacun,
  93. et se tiendraient simplement là.
  94. Donc toi, tu tiens une boîte de céréales,
  95. et toi une boisson gazeuse, du Coca Light.
  96. Si j'en ai besoin, je t'appelle,
    sinon, ne bouge pas.
  97. Mais quand je demande du
    Coca Light, vous vous passez le mot.
  98. Le Coca Light arrive - je le ramasse,
    le mets dans le sac, et le voilà parti. »
  99. Waouh, et si les articles
    marchaient et parlaient tout seuls ?

  100. Ce serait une façon
    très intéressante et efficace
  101. d'organiser cet entrepôt.
  102. Mais bien sûr,
    le travail n'est pas gratuit,
  103. d'un point de vue pratique.
  104. (Rires)
  105. Donc on a pensé à des rayonnages mobiles -
    on va utiliser des rayonnages mobiles.
  106. On utilisera des robots mobiles
    et nous ferons circuler le stock.
  107. Donc on s'est lancé là-dedans
    et me voilà sur mon canapé en 2008.
  108. Avez-vous regardé la cérémonie
    d'ouverture des Jeux Olympiques de Pékin ?
  109. Je suis pratiquement tombé
    de mon canapé quand j'ai vu ceci.
  110. J'étais là, mais c'était mon idée !
  111. (Rires et Applaudissements)
  112. On va placer des milliers des gens
    dans l'entrepôt, dans le stade.
  113. Mais, chose intéressante, cela
    a vraiment un rapport avec cette idée,
  114. dans la mesure où ces gens formaient
  115. une œuvre numérique incroyablement
    puissante et impressionnante,
  116. sans assistance
    informatique, m'a-t-on dit.
  117. C'était de la coordination et de la
    communication entre participants.
  118. Tu te lèves, je me baisse.
  119. Et ils ont créé une œuvre magnifique.
  120. Cela montre l'énergie
    qui peut émerger des systèmes

  121. lorsqu'on fait communiquer
    les choses entre elles.
  122. Ça, c'était une partie du cheminement.
  123. Alors maintenant, comment
    a-t-on mis cette idée en pratique ?
  124. Voici un entrepôt,
  125. un centre d'enlèvement,
    d'emballage et de distribution
  126. avec environ 10 000 unités
    de gestion des stocks.
  127. On va dire des stylos rouges,
    verts, des post-it jaunes.
  128. On envoie les petits robots oranges
    chercher les rayonnages bleus.
  129. On les fait venir d'un côté du bâtiment.
  130. Ainsi tous les magasiniers
    restent sur le pourtour du stock.
  131. L'objectif est de récupérer les étagères,
  132. leur faire descendre l'allée
    et les apporter directement au magasinier.
  133. Ça change radicalement
    la vie du magasinier.

  134. Plutôt que de parcourir l'entrepôt,
    elle reste au même endroit,
  135. à un poste de travail comme celui-ci,
  136. et tous les articles dans
    l'entrepôt viennent à elle.
  137. Donc le processus est très productif.
  138. Elle tend le bras, prend un article,
    le scanne, le met dans le colis.
  139. Le temps qu'elle se retourne,
  140. un autre article attend
    d'être prélevé et emballé.
  141. Donc on a enlevé tout ce
    qui n'ajoute pas de valeur :
  142. le temps perdu à marcher,
    chercher et attendre,
  143. et on a créé une solution très
    fiable pour traiter ces commandes
  144. en pointant un laser qui lit le code barre
  145. et puis une lumière indique
    dans quelle boîte mettre l'article.
  146. Donc plus productif, plus
    fiable, et cela se révèle être
  147. un meilleur environnement
    de travail pour ces magasiniers.
  148. Ils traitent l'intégralité de la commande.

  149. Ils assemblent tous les articles
  150. et pas seulement une partie.
  151. Et ils ont l'impression de mieux
    contrôler leur environnement.
  152. Mais ce sont les effets
    secondaires de ce procédé
  153. qui nous ont vraiment surpris.
  154. On savait que cela serait plus productif.
  155. Mais on ne s'est pas rendu compte
    que cela aurait des implications
  156. pour d'autres fonctions dans l'entrepôt.
  157. Cette approche transforme
    vraiment le centre de distribution
  158. en énorme machine de traitement parallèle.
  159. C'est un brassage d'idées.
  160. Voici un entrepôt où on met en œuvre
  161. des architectures de traitement
    parallèle sur super-ordinateurs.
  162. L'idée, c'est que l'on a ici
  163. 10 employés à droite de l'écran,
  164. qui sont tous des magasiniers autonomes.
  165. Si celui qui occupe
    le poste de travail n°3
  166. décide d'aller aux toilettes,
  167. cela n'a aucun impact sur
    la productivité des 9 autres.
  168. Comparez cela avec la méthode
    traditionnelle du tapis roulant.

  169. Quand une personne
    vous passe la commande,
  170. vous rajoutez un article
    et faites passer au suivant.

  171. Tout le monde doit être à sa place
    pour que ce processus fonctionne.
  172. Cela devient une manière plus
    durable de penser un entrepôt.
  173. Et sous le capot, c'est
    intéressant car nous enregistrons
  174. la popularité des articles.
  175. Nous utilisons des algorithmes
    dynamiques et adaptables
  176. pour ajuster la disposition de l'entrepôt.
  177. Donc ici nous avons représenté
    la semaine avant la Saint Valentin.
  178. Toutes ces confiseries roses se
    sont déplacées d'un côté du bâtiment
  179. pour être placées dans les
    commandes aux postes de travail.
  180. Deux jours après la Saint Valentin,
    toutes les confiseries restantes
  181. sont reparties au fond de l'entrepôt
  182. et occupent une zone de
    couleur froide sur la carte thermique.
  183. Un autre effet secondaire
    de ce traitement parallèle
  184. est que cela peut prendre une
    ampleur absolument gigantesque.
  185. (Rires)
  186. Donc que vous ayez
    2 postes de travail, 20 postes
  187. ou 200 postes, les algorithmes
    qui calculent les trajectoires
  188. et ceux qui gèrent le stock fonctionnent.

  189. Dans cet exemple, on voit que le stock
  190. occupe maintenant tout
    le pourtour du bâtiment
  191. parce que c'est là que
    sont les postes de travail.
  192. Ils ont réglé ça tout seuls.
  193. Je conclurai donc avec une dernière vidéo
  194. qui montre l'impact
  195. sur la vie du magasinier au travail.
  196. Comme on l'a dit, le processus consiste
    à déplacer l'inventaire dans les couloirs
  197. pour qu'il trouve le chemin
    des postes de travail.
  198. Et notre logiciel en arrière plan
  199. sait ce qui se passe à chaque poste.
  200. Nous indiquons aux rayonnages le chemin
  201. et nous essayons d'organiser la file
  202. pour apporter au magasinier son travail.
  203. C'est intéressant, car on peut même
    s'adapter à la vitesse des magasiniers.
  204. Les plus rapides accueillent plus
    de rayonnages, les plus lents moins.
  205. Mais ce magasinier est littéralement
    en train de faire l'expérience
  206. de ce dont nous avons parlé plus tôt.
  207. Elle tend la main et l'article y tombe
  208. ou bien sa main va chercher l'article.
  209. Elle le scanne et le met dans le cageot.
  210. Et tout le reste de la
    technologie est en coulisses.
  211. Elle peut donc maintenant se concentrer
    sur le prélèvement et l'emballage,

  212. n'a jamais de temps mort,
    ni besoin de quitter son tapis.
  213. En fait, on pense que
    ce n'est pas seulement
  214. une façon plus productive et
    plus fiable de préparer une commande.
  215. Nous pensons que c'est une façon
    plus épanouissante de la préparer.
  216. Ce qui nous fait dire ça,
    c'est que les employés
  217. dans nombre de ces entrepôts rivalisent
  218. pour le privilège de
    travailler dans la zone Kiva.
  219. Et parfois on les surprend à
    témoigner devant caméra,
  220. disant qu'ils ont plus d'énergie
  221. à la fin de la journée pour
    jouer avec leurs petits-enfants.
  222. Un homme a même dit : « Il y a
    si peu de stress dans la zone Kiva,
  223. que j'ai arrêté de prendre
    mes médicaments pour la tension. »

  224. (Rires)
  225. C'était chez un distributeur
    de produits pharmaceutiques,
  226. alors on nous a demandé
    de ne pas utiliser cette vidéo.
  227. (Rires)
  228. Donc je voudrais terminer avec l'idée
  229. que lorsqu'on commence à
    laisser les choses penser, bouger,
  230. marcher seules, d'intéressants processus
    et formes de productivité peuvent émerger.
  231. Je crois maintenant que la
    prochaine fois que vous irez à la porte

  232. prendre le colis que
    vous avez commandé en ligne,
  233. vous l'ouvrez et vos articles sont dedans,
  234. vous vous demanderez si un robot
  235. a contribué à l'élaboration
    de cette commande.
  236. Merci.
  237. (Applaudissements)