French subtitles

← Nir Eyal - The Morality of Manipulation Product Design Udacity

Get Embed Code
14 Languages

Showing Revision 1 created 10/14/2015 by sp8.

  1. Bonjour, me revoici avec Nir.
  2. Dans votre livre,
    vous parlez de manipulation.
  3. Pourriez-vous nous en dire plus?
  4. >> Oui.
  5. L'éthique
    me tient à coeur.
  6. On me demande souvent :
    « n’est-ce pas comme apprendre
  7. à fabriquer une bombe ?
  8. Vous donnez les outils de psychologie
  9. pour manipuler le comportement, non ?
  10. Et la réponse est oui.
  11. Ces outils peuvent être utilisés
    à mauvais essient.
  12. J'ai écrit ce livre
    car je travaillais dans la pub
  13. et le jeu vidéo, je veux amener
    ces techniques
  14. connues depuis longtemps des
    publicitaires et des joueurs,
  15. vers une communauté plus large.
  16. Pour aider à créer des produits
    et services non seulement
  17. dans la pub et le jeu mais dans la santé,
    l'éducation et autres domaines,
  18. où on peut utiliser le pouvoir
    des habitudes pour le bien.
  19. Voilà ma raison première
    d’écrire ce livre.
  20. Il y a un test
    que je donne,
  21. comment savoir si j'utilise
    ces techniques générant l’habitude
  22. pour le bien ?
    Je donne ce test en 2 parties
  23. sous la forme de ce qu’on a appelé
    la Matrice de manipulation.
  24. La Matrice de manipulation
    est une matrice à 4 cadrans
  25. avec, sur un axe :
    « Croyez-vous que le produit
  26. ou service que vous proposez
    améliore matériellement la vie ? »
  27. Oui ou Non.
  28. C'est le premier critère sur l'axe Y.
  29. « Croyez-vous que votre travail
    améliore la vie des gens ? »
  30. Oui ou Non.
  31. Vous seul pouvez répondre.
  32. Ce test ne juge ni vous ni les autres
    ou inversement,
  33. Il sert s incèrement à demander :
  34. « Comment voir si j'utilise bien
    mon temps ? »
  35. « Comment consacrer
    mon capital humain à ce qui
  36. peut servir un but plus important,
    sur Terre ? »
  37. C'est la première question.
  38. Mais ça ne suffit pas.
  39. Car il y a une autre question
    cruciale.
  40. À savoir :
    « Suis-je l'utilisateur ? »
  41. « Suis-je l'utilisateur ? »
  42. Le test est en deux parties.
  43. Comment répondre à cette question ?
  44. C'est sur l'axe X.
  45. Donc « Oui, je suis l'utilisateur »
    ou « non, je ne le suis pas. »
  46. Connais-tu la règle No. 1
    du trafic de drogue ?
  47. >> Ne jamais consommer ?
  48. >> Pas loin.
  49. Ne jamais se droguer avec
    ses propres produits.
  50. J'ignore votre passif là-dedans,
  51. mais on va s'en tenir à ça, ok ?
  52. >> Oui.
  53. Règle No. 1 du traficant de drogue,
    ne jamais consommer ses produits.
  54. >> Ok.
  55. >> Donc, avec cette question,
  56. « Est-ce que je crois que mon travail
    améliore matériellement des vies ? »
  57. Puis « Suis-je l’utilisateur ? »,
    je fais désobéir à la règle.
  58. car s'il y a un risque négatif
    à surexploiter le produit,
  59. si le produit est addictif et non
    juste créateur d’habitude,
  60. qui va être le premier
    à s'en rendre compte ?
  61. Ce test en deux étapes
    met dans une bonne position morale,
  62. car en tant qu’utilisateur,
    c'est intéressant,
  63. Car ça augmente
    vos chances de succès.
  64. Vous devenez un « facilitateur ».
  65. Si vous pouvez répondre oui
    à ces 2 questions,
  66. vous êtes facilitateur.
  67. Et il s’avère que les entreprises
    dont on a parlé plus tôt,
  68. Facebook, Google,
    Instagram, WhatsApp, Slack,
  69. SnapChat,toutes ont été créées
    par des facilitateurs.
  70. Ça ne veut pas dire
    qu’on ne peut pas gagner de l''argent ou
  71. faire du chiffre
    sur les autres cadrans, c'est juste
  72. que vous réussirez sans doute mieux,
    et dans une bonne position morale,
  73. si on peut répondre oui
    à ces 2 questions.
  74. >> On est aussi
    passionné ainsi, non ?
  75. >> Oui,
    et on crée de meilleurs produits.
  76. C'est l'avantage de
    se savoir utilisateur.
  77. L’utilisateur est juste là,
  78. votre client est en vous,
    énorme avantage.
  79. On n'a pas toujours cette chance.
  80. Dans une agence, ou
    dans une entreprise
  81. ou qu’on rend service mais
    sans être utilisateur.
  82. On n'a pas toujours ce luxe.
  83. Mais quelque part on l'a toujours.
  84. On peut choisir sur quoi on travaille
  85. et à quoi on va passer notre temps.
  86. Selon moi, c'est le meilleur choix.
  87. >> Un exemple
    de bon emploir des habitudes ?
  88. >> Bien sûr. Dans mon livre,
    je veux que
  89. la psychologie
    aide les gens à vivre
  90. mieux.
  91. Je fais un peu d'angélisme
    avec ces accroches
  92. dans des produits qui, selon moi,
    peuvent améliorer le bien-être.
  93. Il y a plusieurs entreprises
    qui me viennent en tête,
  94. Par exemple
    Pantrylabs.
  95. Elle s'attaque
    à l'épidémie d'obésité.
  96. Elle s’est rendu compte
    que les gens mangent mal
  97. car la malbouffe, soyons francs,
    est très pratique, pas chère,
  98. et délicieuse.
  99. Comment lutter face à
    un distributeur de sucres raffinés,
  100. mauvais pour nous,
    cause d'obésité,
  101. Pantrylabs débarque ici et dit :
  102. « On va prendre un frigo,
    avec une porte,
  103. et on va y attacher
    un genre d’iPad devant,
  104. et on peut ouvrir le frigo
    quand on veut,
  105. Mais, en se servant
    dans la machine,
  106. pleine
    de produits frais,
  107. alimentée chaque jour,
    avec des salades,
  108. des produits frais,
    nutritifs, bons pour soi,
  109. La machine est reliée
  110. à une puce RFID et
    votre carte bancaire est débitée.
  111. Pour la première fois,
    des aliments sains,
  112. dans des locaux d’entreprise, sont aussi
    faciles d'accès que la malbouffe.
  113. Ça change vraiment
    les habitudes quotidiennes des gens.
  114. Car au final, perdre du poids,
    n'est pas juste la volonté,
  115. ce n'est pas le manque de personnalité,
    ou de résistance aux tentations.
  116. Si on rend ce comportement
    plus facile à adopter,
  117. Et je le dis dans le livre,
    c'est dans la phase d’action.
  118. si on rend une habitude
  119. de bien manger aussi simple
    d’accès quela malbouffe,
  120. c'est tout bête, non?
  121. Pas besoin de volonté.
  122. Pas besoin de travail difficile.
  123. Voilà la beauté qu’il peut y avoir à
    modifier nos habitudes,
  124. car avec ça,
    on se décharge de la volonté.
  125. Ca n'a plus besoin
    d'être une lutte.
  126. On le fait jour après jour,
    sans y penser.
  127. >> Les gens font ce qui est bien
    si c’est plus facile.
  128. >> Oui, plus facile
    à transformer en habitude.
  129. Ce qui rend Pantrylabs si simple
  130. c’est qu’avec ma carte de crédit,
    c'est la phase d’investissement,
  131. j’indique mes préférences
  132. et je recevrai plus d'aliments
    similaires à l'avenir.
  133. Ce frigo
    est juste un distributeur au final,
  134. de plus en plus intelligent
    avec mon usage.