Return to Video

Trouble #20: Inside-Out

  • 0:07 - 0:10
    Les prisons sont l'un des piliers centraux de l’État.
  • 0:10 - 0:14
    En plus d'être de véritables entrepôts de misère humaine, elles constituent une menace qui
  • 0:14 - 0:19
    se fait sentir bien au-delà de leurs murs, et nous conditionnent, dès le plus jeune âge, à accepter une vie
  • 0:19 - 0:22
    de soumission, sur les plans économiques, sociaux et politiques.
  • 0:22 - 0:25
    Elles sont un avertissement permanent qui nous contraignent à faire ce qu'on nous ordonne.
  • 0:25 - 0:26
    Ou bien le contraire.
  • 0:26 - 0:29
    C'est assurément un environnement anormal pour un être humain.
  • 0:29 - 0:30
    Vous voyez...ce sont des cages, fondamentalement.
  • 0:30 - 0:36
    Imaginer que l'on doive y rester 23h par jour, n'en sortir qu'1h par jour...
  • 0:36 - 0:37
    C'est accablant.
  • 0:38 - 0:42
    Les prisons, sous une forme ou sous une autre, existent depuis le développement des premiers États.
  • 0:42 - 0:47
    La plupart du temps, elles servaient à enfermer les criminels qui attendaient
  • 0:47 - 0:53
    leur véritable punition - généralement une forme de torture publique, l’exécution ou une lourde servitude.
  • 0:53 - 0:58
    Cela a changé progressivement au milieu du 18ème siècle, lorsque le système carcéral moderne a commencé
  • 0:58 - 1:00
    à prendre forme avec l'émergence du capitalisme industriel.
  • 1:01 - 1:06
    A cette époque, les villes principales d'Europe et d'Amérique du Nord étaient des lieux grouillant
  • 1:06 - 1:11
    de misère concentrée, de désespoir et d'inégalités - ce qui en faisait des foyers de criminalité.
  • 1:12 - 1:17
    Nourries par l'hystérie de la classe dirigeante,
  • 1:17 - 1:21
    des lois sévères transformèrent une infraction relativement mineure, telle que le vol d'une montre de poche,
  • 1:22 - 1:24
    en un crime passible de pendaison publique.
  • 1:24 - 1:30
    Dans ce contexte, des groupes chrétiens progressifs, comme les Quaker, proposèrent une réforme carcérale
  • 1:30 - 1:34
    comme alternative plus humaine aux exécutions de masse.
  • 1:34 - 1:39
    Ces premiers avocats de l'incarcération invoquaient l'idée selon laquelle une longue période d'isolement donnerait la possibilité
  • 1:39 - 1:43
    aux pécheurs de méditer sur leurs mauvaises actions et de se repentir devant Dieu.
  • 1:44 - 1:47
    C'est pourquoi ils nommèrent ces nouvelles structures des pénitenciers.
  • 1:49 - 1:53
    Il ne fallut pas longtemps pour que les dirigeants virent le potentiel des prisons pour le maintien
  • 1:53 - 1:56
    des hiérarchies sociales sous la dénomination de "sécurité publique".
  • 1:56 - 2:02
    Aux Etats-Unis, la construction de prisons connut très tôt une explosion dans les années qui suivirent
  • 2:02 - 2:06
    la Guerre Civile, alors que l'Amérique s'efforçait de reconstruire l’échafaudage de la suprématie blanche
  • 2:06 - 2:10
    qui avait été mise à mal par l'abolition formelle de l'esclavage.
  • 2:10 - 2:14
    Ce système raciste d'incarcération massive s'étendit à nouveau durant la décennie suivant
  • 2:14 - 2:19
    la défaite du mouvement Black Power, et d'autres mouvements de libération des années 70,
  • 2:19 - 2:24
    ce qui a contribué à donner naissance à sa forme moderne et tentaculaire : le complexe industriel carcéral.
  • 2:25 - 2:29
    Durant les prochaines 30 minutes, nous parlerons à des individus qui partageront
  • 2:29 - 2:33
    leur expérience personnelle de cette bête, et les défis cruciaux qu'elle implique.
  • 2:34 - 2:38
    Puis nous discuterons de certaines actions menées par des prisonniers
  • 2:38 - 2:44
    et des abolitionnistes qui cherchent à abattre les barrières de l'isolement imposé par l'Etat, à secouer la cage...
  • 2:44 - 2:45
    et à causer beaucoup de désordre.
  • 3:14 - 3:25
    Le Panoptique était un projet de prison, élaboré par Jérémy Bentham à la fin des années 1700.
  • 3:25 - 3:30
    Au centre du bâtiment, il y a une tour de contrôle.
  • 3:30 - 3:38
    Les prisonniers sont disposés dans des cellules de sorte que le garde au centre puisse surveiller
  • 3:38 - 3:41
    n'importe lequel à tout moment.
  • 3:42 - 3:50
    Dans les sociétés disciplinaires, le sujet intériorise le sentiment d'être regardé en permanence,
  • 3:50 - 3:55
    et s'impose une pratique d'autodiscipline.
  • 3:55 - 4:03
    La simple possibilité d'être vu conduit le sujet à adapter son comportement
  • 4:03 - 4:09
    à ce qu'il pense être les attentes de ceux qui pourraient le regarder.
  • 4:16 - 4:18
    La prison, c'est l'Etat militarisant le cours du temps.
  • 4:20 - 4:22
    C'est une usine de production de tristesse et de soumission.
  • 4:23 - 4:27
    C'est une structure intérieurement très hiérarchisée, fondée sur l'ennui et la surveillance.
  • 4:29 - 4:34
    C'est le sentiment, profondément ancré en nous, que, peu importe à quel point nos vies sont pourries,
  • 4:34 - 4:35
    l'Etat peut encore nous enlever quelque chose.
  • 4:36 - 4:41
    La prison est comme une menace permanente qui pèse sur toutes les relations d'échange et de domination.
  • 4:41 - 4:46
    Ainsi la prison affecte chacun d'entre nous à travers chacune de nos interactions routinières au sein du capitalisme.
  • 4:46 - 4:49
    Même si nous n'y mettions jamais un pied.
  • 4:50 - 4:56
    Je dirais que le système carcéral industriel est quelque chose qui s'est développé indépendamment
  • 4:56 - 4:59
    de l'idée du droit pénal.
  • 4:59 - 5:01
    Il est devenu une machine autonome.
  • 5:01 - 5:02
    Au service des intérêts économiques d'entreprises.
  • 5:03 - 5:07
    Pour d'autres buts également poursuivis par ce système, comme des motifs démographiques.
  • 5:08 - 5:15
    Politiquement, ceux qui ont le plus intérêt à changer les choses sont ceux
  • 5:15 - 5:17
    qui sont empêtrés dans le système.
  • 5:17 - 5:20
    Il sert ainsi ce type de but politique.
  • 5:21 - 5:23
    Il sert un but démographique.
  • 5:23 - 5:26
    Et il sert d'outil de contrôle.
  • 5:30 - 5:36
    L'économie politique des prisons est aussi liée à l'histoire de la désindustrialisation.
  • 5:36 - 5:43
    Aux États-Unis, il y eut des vagues de migrations, principalement d'Afro-américains,
  • 5:43 - 5:50
    vers les centres urbains comme Chicago, Oakland, Philadelphie, Detroit.
  • 5:50 - 5:59
    Lorsque les emplois se déplacèrent vers les banlieues et à l'étranger sous l'effet de la mondialisation,
  • 5:59 - 6:02
    cela créa des zones de concentration de pauvreté dans les villes.
  • 6:02 - 6:08
    Les prisons absorbèrent alors ceux qui furent exclus
  • 6:08 - 6:10
    du marché du travail.
  • 6:10 - 6:16
    Alors vous voyez...dans des lieux comme Detroit ou Chicago, ceux qui sont considérés comme superflus
  • 6:16 - 6:21
    pour les besoins du capital sont alors parqués dans les prisons.
  • 6:23 - 6:27
    L'idée c'est vraiment d'extraire de la société des individus précis.
  • 6:27 - 6:33
    Votre race, votre pauvreté, votre histoire coloniale, la maladie mentale, le handicap : toutes ces choses
  • 6:33 - 6:35
    se recoupent dans le système carcéral.
  • 6:35 - 6:39
    Il devient l'endroit où on met ceux dont on pense qu'ils
  • 6:40 - 6:41
    ne sont pas des citoyens honnêtes, égaux, utiles.
  • 6:41 - 6:43
    Et on les jette en prison.
  • 6:50 - 6:55
    Le contrôle et la détention de l'immigration impliquent une constellation de plusieurs agences, dont
  • 6:55 - 6:59
    L'Agence des Services de la Frontière canadienne, qu'on peut comparer à ICE (équivalent aux US).
  • 6:59 - 7:02
    Depuis très longtemps, des gens sont déportés depuis le Canada.
  • 7:02 - 7:06
    Depuis des décennies, des gens sont rentenus dans des cellules ordinaires puis
  • 7:06 - 7:07
    expulsés du Canada.
  • 7:07 - 7:13
    Mais maintenant, des gens sont incarcerés soit dans des prisons de province,
  • 7:13 - 7:18
    ou dans ce qu'on appelle des Centres de Détentions de l'Immigration ou des Centre de Prévention de l'Immigration - mais ce sont en fait
  • 7:18 - 7:20
    seulement des prisons spécifiques pour les migrants.
  • 7:20 - 7:25
    Au Canada, le temps d'incarcération des migrants est indéfini, ce qui veut dire qu'on peut être retenu
  • 7:25 - 7:26
    pour toujours.
  • 7:26 - 7:27
    Il y a ainsi des gens incarcérés depuis huit ans.
  • 7:27 - 7:32
    Il y a de nombreux morts dans les prisons migratoires - dont nous ne connaissons
  • 7:32 - 7:33
    même pas le nom ni le numéro, car ils ne sont pas répertoriés.
  • 7:33 - 7:37
    Alors quand des gens regardent de l'autre côté de notre frontière et disent : " Oh Trump emprisonne des enfants,
  • 7:37 - 7:40
    et met des gosses dans des cages"...nous faisons la même chose.
  • 7:40 - 7:42
    Nous détenons des enfants dans des prisons migratoires aussi.
  • 7:43 - 7:48
    Beaucoup de monde est conscient qu'il y a une sur-incarcération des Indigènes au Canada.
  • 7:48 - 7:52
    Aujourd'hui, près de 40% des femmes incarcérées sont des femmes indigènes au Canada.
  • 7:52 - 7:57
    A Saskatchewan, 99% des filles incarcérées sont des Indigènes.
  • 7:57 - 8:00
    Plus de 50% des jeunes incarcérés au Canada sont Indigènes.
  • 8:00 - 8:05
    Bien qu'il soit vrai que les Etats-Unis surpassent tout le monde en terme d'incarcération
  • 8:05 - 8:09
    des gens, surtout des Noirs, le Canada a lui aussi un problème relatif à l'incarcération des Noirs
  • 8:09 - 8:10
    et à l'incarcération de masse en général.
  • 8:11 - 8:15
    Il est très clair que la prison, et le système judiciaire, sont destinés à maintenir
  • 8:15 - 8:19
    une classe permanente de gens qui commette des crimes, qui doit être gérée par la police
  • 8:19 - 8:20
    et par les prisons.
  • 8:20 - 8:23
    Une façon de procéder à cela est de reproduire des genres de cycles traumatiques
  • 8:23 - 8:24
    sur les gens.
  • 8:24 - 8:28
    Presque tous ceux que j'ai rencontré en prison avaient des histoires horribles
  • 8:28 - 8:31
    de sales trucs qui leur étaient arrivés, qui remontaient à l'époque où ils étaient gosses.
  • 8:31 - 8:36
    Et ce genre de trauma avait conduit ces gens aux situations dans lesquelles ces traumas étaient réactivés.
  • 8:37 - 8:39
    Et la prison joue consciemment sur ces choses, n'est-ce pas ?
  • 8:39 - 8:42
    Comme presque tout le monde a ce genre d'histoire de violence sexuelle.
  • 8:42 - 8:47
    Ainsi la prison donne le pouvoir à n'importe quel garde de vous fouiller au corps
  • 8:47 - 8:48
    à n'importe quel moment.
  • 8:48 - 8:50
    Les gens s'y habituent.
  • 8:50 - 8:53
    Mais le fait de s'y habituer, d'atteindre un point où ça n'a plus aucune importance
  • 8:53 - 8:57
    peu importe le nombre de fois où vous faites palper implique une forme de porte, une internalisation
  • 8:57 - 8:58
    de la douleur.
  • 8:58 - 9:02
    Et ainsi l'abandon de soi au contrôle extérieur rend les gens plus vulnérables.
  • 9:14 - 9:18
    La vie en prison est une routine très structurée.
  • 9:18 - 9:22
    Cela est vrai, que vous vous trouviez dans un pénitencier fédéral de basse sécurité, ou
  • 9:22 - 9:26
    dans l'aile administrative séparée d'un super complexe de sécurité maximale.
  • 9:28 - 9:30
    Les prisons sont une expérimentation sociale en cours du totalitarisme.
  • 9:31 - 9:33
    Mets tes mains derrière ton dos !
  • 9:33 - 9:35
    Nous avons envoyé des camarades de cellule à l'hôpital.
  • 9:35 - 9:38
    Des crânes cassés, fracturés, des bras cassés, des côtes cassées.
  • 9:38 - 9:40
    Des oreilles déchirées.
  • 9:40 - 9:41
    Orbite cassé.
  • 9:41 - 9:42
    Cela arrive.
  • 9:42 - 9:48
    Ils utilisent une règlementation importante, les hiérarchies internes, la privation sensorielle et l'ennui comme outil
  • 9:48 - 9:50
    de conditionnement psychologique.
  • 9:50 - 9:55
    Ces pratiques visent à user les gens, ce qui limite le besoin d'user de violence coercitive directe,
  • 9:55 - 9:58
    et visent à convaincre les autres d'accepter finalement l'autorité de l'institution.
  • 9:59 - 10:00
    Ma santé mentale diminuait.
  • 10:02 - 10:03
    Doucement mais surement.
  • 10:04 - 10:05
    Ce serait le cas pour n'importe qui.
  • 10:05 - 10:09
    J'ai tenu un moment...maintenant je me dis juste "tant pis".
  • 10:09 - 10:14
    IL n'y a rien de naturel dans le fait d'être enfermé dans des cages et retenu contre ta volonté.
  • 10:14 - 10:18
    Toute la routine du monde ne peut rien y changer.
  • 10:22 - 10:24
    Les jours sont tous plus ou moins semblables.
  • 10:25 - 10:28
    Des rais des lumières fluorescentes en guise d'aurore.
  • 10:28 - 10:30
    On quitte sa cellule le matin, on va dans une sorte de grande salle.
  • 10:30 - 10:32
    On attend là que le charriot des repas arrive.
  • 10:32 - 10:36
    Les gens sont pris d'une sorte de frénésie d'échange, du lait contre du jus d'orange par exemple
  • 10:36 - 10:37
    ou d'autres choses comme ça.
  • 10:37 - 10:40
    On a environ quinze minutes pour manger, avant que les gardes enlèvent
  • 10:40 - 10:43
    les charriots, parce que leurs pauses sont programmées au moment de nos repas.
  • 10:43 - 10:45
    Ensuite on est dans la salle commune pour la journée.
  • 10:45 - 10:48
    Il n'y a pas grand chose à faire ici... parfois la télé est allumée.
  • 10:48 - 10:52
    Au bout de trois heures, le déjeuner arrive.
  • 10:52 - 10:54
    De nouveau, il arrive sur un charriot, sur des plateaux en plastique.
  • 10:54 - 10:55
    Tout le monde fait ses échanges.
  • 10:55 - 10:57
    Après le déjeuner on est enfermés pour que les gardes puissent prendre leur pause.
  • 10:57 - 11:00
    Si on a de la chance, on est deux par cellule.
  • 11:00 - 11:02
    Dans beaucoup de prisons provinciales, on est trois.
  • 11:02 - 11:03
    Il y a alors une personne dont le lit est sur le sol.
  • 11:03 - 11:07
    Il n'y a alors aucun espace pour marcher, sauf peut-être un très étroit
  • 11:07 - 11:08
    passage pour aller aux toilettes.
  • 11:09 - 11:12
    Et finalement, après peut-être deux ou trois heures, on est relâchés.
  • 11:12 - 11:14
    On est de retour dans la grande salle...il ne se passe toujours rien.
  • 11:14 - 11:18
    On peut retrouver des potes auxquels on a pas parlé depuis la veille,
  • 11:18 - 11:21
    à cette heure, et leur raconter des histoires à propos de tout le rien qui nous est arrivé.
  • 11:21 - 11:23
    On a pas vraiment le sens de l'heure qu'il est, on se tient informé par ce qu'il y a à la télé
  • 11:23 - 11:24
    vous voyez ?
  • 11:24 - 11:25
    Et on devient un peu comme...
  • 11:25 - 11:26
    Maury O Clock.
  • 11:26 - 11:28
    Il y a aussi le Dr. Phil O Clock.
  • 11:28 - 11:32
    Et puis Ellen O'Clock veut dire que c'est l'heure du dîner, parce qu'on mange à 4h, pour
  • 11:32 - 11:34
    coller avec la durée du changement d'équipe des gardes.
  • 11:34 - 11:36
    Après le dîner, on est à novueau enfermés pendant deux nouvelles heures.
  • 11:36 - 11:37
    Avec nos compagnons de cellule.
  • 11:37 - 11:41
    On a peut être amené un livre cette fois...(?) des livres de poches
  • 11:41 - 11:44
    qui ont trainé dans la prison depuis toujours, couverts de sang et de morve
  • 11:44 - 11:45
    et qui ne sont jamais vraiment remplacés.
  • 11:45 - 11:46
    Puis on sort deux heures le soir.
  • 11:47 - 11:51
    Les programmes du soir sont plus variés que ceux de la journée, vous savez, alors ça peut être
  • 11:51 - 11:53
    comme le show où des célébrités font du lip-sync.
  • 11:53 - 11:56
    Puis on est de nouveau enfermés pour la nuit, qui commence probablement vers 20h.
  • 11:56 - 11:57
    Les lumières sont allumées pendant deux heures.
  • 11:57 - 11:59
    De même, on ne fait que tuer le temps.
  • 11:59 - 12:01
    Après l'extinction des feux, on doit essayer de rester silencieux.
  • 12:01 - 12:04
    Plus de chasse d'eau des toilettes jusqu'au lendemain matin, parce ce sont des chasses d'eau industrielles
  • 12:04 - 12:07
    ultra puissantes qui font énormément de bruit.
  • 12:07 - 12:12
    Et puis on se lève quand les lumières fluorescentes s'allument, tout le truc recommence
  • 12:12 - 12:13
    à nouveau.
  • 12:13 - 12:18
    Quand on rentre là dedans, ces gens sont très attentionnés et
  • 12:18 - 12:21
    demandent à voir tes documents administratifs juste pour être sûrs que tu les a sur toi.
  • 12:21 - 12:24
    Puis on passe à travers un détecteur de métal.
  • 12:24 - 12:27
    Ce n'est pas effrayant...tout va bien se passer.
  • 12:27 - 12:31
    J'avais 16 ans quand mon frère a été incarcéré.
  • 12:31 - 12:37
    Mon frère avait 17 ans et il avait écopé d'une peine de prison à vie sans sursis.
  • 12:37 - 12:41
    Une peine qui n'existe qu'aux Etats-Unis.
  • 12:44 - 12:52
    A vivre avec un parent incarcéré, on devient conscient du coût que représente
  • 12:52 - 12:53
    le simple fait d'exister en prison.
  • 12:53 - 13:00
    Je suis continuellement en train de charger de l'argent sur le compte de mon frère pour qu'il puisse acheter
  • 13:00 - 13:01
    des produits de l'épicerie carcérale.
  • 13:01 - 13:08
    Toute forme de communication entre les prisonniers et les membres de leur famille sont médiatisés
  • 13:08 - 13:13
    par une compagnie qui escroque les prisonniers.
  • 13:13 - 13:16
    Les téléphones par exemples.
  • 13:16 - 13:24
    Il y a une tendance à remplacer les visites en personne par
  • 13:24 - 13:25
    des visites digitales.
  • 13:25 - 13:31
    Il y a ainsi deux compagnies de télécommunication carcérale qui dominent l'industrie aux Etats-Unis :
  • 13:31 - 13:35
    Global Tel Link et Securus Technologies.
  • 13:35 - 13:41
    Ces compagnies vont parfois exiger, dans leurs contrats, que la prison
  • 13:41 - 13:47
    à laquelle elles offrent leurs services, bannissent les visites en personne et les remplacent par des visites digitales.
  • 13:47 - 13:55
    Au fond elles exploitent le besoin des prisonniers de rester socialement liés à leur famille et
  • 13:55 - 13:57
    à leurs êtres chers.
  • 13:59 - 14:05
    Burnside, ou Central Nova SCotia Correctional Facility, est la prison de la région d'Halifax.
  • 14:05 - 14:09
    Il y a environ 400 hommes, et environ 40 femmes...ça dépend des jours.
  • 14:09 - 14:11
    On ne peut jamais s'imaginer la capacité de ces prisons.
  • 14:11 - 14:15
    Car ce qu'ils font quand ils ont atteint les limites de leurs capacités d'accueil, c'est dire qu'il pourrait y avoir plus de monde.
  • 14:17 - 14:23
    Burnside est actuellement peuplée aux deux tiers et jusqu'à 80% de détenus provisoires, c'est à dire des gens
  • 14:23 - 14:24
    qui n'ont été reconnus coupables d'aucun crime.
  • 14:24 - 14:28
    Ils attendent un jugement, ou sont en situation irrégulière, ou n'ont pas eu de caution.
  • 14:29 - 14:31
    Ils ont lutté contre l'incarcération.
  • 14:31 - 14:35
    Donc en gros ils ne sont pas vraiment sortis depuis août.
  • 14:36 - 14:40
    Ce qu'on observe, pas seulement à Burnside, mais dans tout le pays, c'est
  • 14:40 - 14:41
    que ces faits deviennent la norme.
  • 14:41 - 14:43
    Etre enfermé ainsi, c'était plutôt rare avant.
  • 14:43 - 14:46
    Ca n'arrivait que lorsqu'on cherchait quelqu'un, lorsqu'il s'agissait d'un incident extrêmement violent.
  • 14:46 - 14:48
    Maintenant c'est devenu la nouvelle normalité.
  • 14:48 - 14:52
    Et quand je dis enfermé, qu'il soit clair ici que ce dont nous parlons,
  • 14:52 - 14:57
    c'est dans des conditions de confinement solitaire étendues à la norme pour la prison toute entière.
  • 14:57 - 15:03
    Les anciens soit-disant "gangs" qui contrôlaient tout - Les Bloods, les Crips, Gangster Disciples,
  • 15:03 - 15:08
    les Aryan Brotherhood - apparaissent comme des dinosaures de nos jours.
  • 15:08 - 15:12
    Il y a des groupes plus jeunes qui sont organisés un peu différemment.
  • 15:12 - 15:16
    Ils sont moins basés sur des liens de race comme l'étaient les vieux gangs.
  • 15:16 - 15:18
    Les lignes sont plus floues.
  • 15:18 - 15:22
    Si on arrive en prison et qu'on est pas membre d'un gang,
  • 15:22 - 15:28
    on va vous trouver un lien pour vous enrôler de toute façon, parce que ça augmente la somme d'argent qu'ils obtiennent.
  • 15:28 - 15:31
    Donc oui, c'est une vraie vache à lait.
  • 15:31 - 15:35
    J'ai passé du temps à la fois dans des prisons provinciale d'hommes et de femmes jusqu'ici.
  • 15:35 - 15:36
    C'est un phénomène nouveau.
  • 15:36 - 15:37
    Je ne m'y attendais pas.
  • 15:38 - 15:41
    La ségrégation de genre est l'un des aspects de la prison les plus poignants,
  • 15:41 - 15:47
    car c'est l'un des sites où la société sépare les gens le plus brutalement
  • 15:47 - 15:50
    et leur dit quel est leur genre, et ce qu'il signifie.
  • 15:50 - 15:54
    Cette forme de ségrégation genrée et de contrôle différencié modèle le comportement des gens
  • 15:54 - 15:55
    très profondément.
  • 15:55 - 15:58
    Puisque les gens passent des mois, des années dans conditions extrêmement restrictives
  • 15:58 - 16:03
    dans lesquelles les gens se surveillent les uns les autres,
  • 16:03 - 16:03
    s'imposent mutuellement des comportements.
  • 16:03 - 16:06
    Par la suite, cela se répand en retour dans la communauté, et c'est de cette façon
  • 16:06 - 16:07
    que la prison se diffuse.
  • 16:07 - 16:10
    Il n'y a pas que les murs qui contiennent physiquement les gens.
  • 16:10 - 16:13
    C'est tout un ensemble d'institutions et de formes sociales de contrôle qui modèlent profondément
  • 16:13 - 16:14
    le comportement.
  • 16:14 - 16:17
    Cela signifie que la culture des prisonniers - qui est toxique et répugnante, et je ne pense pas
  • 16:17 - 16:20
    que nous devions la valoriser, est ainsi exportée dans ces espaces également.
  • 16:20 - 16:25
    Ainsi, ces dynamiques autour de la violence et de la surveillance sont reproduites
  • 16:25 - 16:26
    et favorisent le retour des gens en prison.
  • 16:26 - 16:30
    Ainsi, avec le temps, on assiste une sorte de reproduction de la classe des criminels.
  • 16:30 - 16:34
    De ceux dont le rôle est d'être en permanence géré par la système carcéral.
  • 16:52 - 16:57
    L'émeute de la prison d'Attica Prison démarra le 9 septembre 1971, deux semaines après que
  • 16:57 - 17:02
    le révolutionnaire noir incarcéré, George Jackson, fut assassiné en essayant de s'échapper de San Quentin.
  • 17:02 - 17:07
    Durant les quatre jours de l'insurerction, presque 1300 prisonniers prirent le contrôle de la prison
  • 17:07 - 17:09
    et prirent 43 gardes en otage.
  • 17:09 - 17:14
    Ils revendiquèrent une série de mesures pour améliorer les conditions de vie des détenus.
  • 17:14 - 17:19
    Mais au lieu de négocier avec les insurgés, le gouverneur de New York, Nelson Rockfeller
  • 17:19 - 17:24
    envoyer une armée de 550 soldats et de 74 officiers de correctionnel pour ravager la prison
  • 17:24 - 17:26
    et la reprendre par la force.
  • 17:26 - 17:32
    43 personnes sot mortes au cours du massacre qui en a résulté, dont 10 gardes et 33 prisonniers.
  • 17:32 - 17:36
    A la suite de l'indignation qui s'en suivit, des réformes furent passées pour améliorer les conditions dans
  • 17:36 - 17:38
    le système carcéral de New York.
  • 17:38 - 17:45
    45 ans plus tard, le 9 septembre 2016, des prisonniers de 12 états des Etats-Unis lancèrent ce qu'on a appelé
  • 17:45 - 17:48
    "la plus grande grève des prisons de l'histoire".
  • 17:48 - 17:53
    Leur première demande était la fin de l'esclavage carcéral - en référence à la sur-exploitation du travail des prisonniers
  • 17:53 - 17:59
    et la dénonciation d'une faille dans le 13ème amendement de la constitution qui
  • 17:59 - 18:03
    interdit formellement l'esclavage "sauf dans le cas du châtiment d'un crime."
  • 18:03 - 18:08
    La force de travail carcérale aux Etats-unis comprend 800 000 prisonniers dans l'ensemble du pays.
  • 18:08 - 18:14
    Le salaire moyen est actuellement de 86 centimes par
  • 18:14 - 18:15
    heure.
  • 18:15 - 18:18
    En Louisiane, les prisonniers gagnent 4 centimes par heure.
  • 18:18 - 18:24
    Et en Alabama, en Arkansas, en Floride, en Georgia, et au Texas, les prisonniers ne sont pas du tout payés.
  • 18:24 - 18:30
    Une deuxième grève coordonnée, qui tenu trois semaines en 2018, provoqua des manifestations, des grèves de la faim
  • 18:30 - 18:36
    et des débrayages par les prisonniers dans 17 états, ainsi qu'à
  • 18:36 - 18:39
    la prison de Burnside, située dans la province canadienne de Nova Scotia.
  • 18:39 - 18:44
    Les grèves de 2016 et de 2018 étaient toute deux orchestrées avec une aide extérieure
  • 18:44 - 18:45
    de la part de ceux qui les soutenaient.
  • 18:45 - 18:49
    Et bien qu'ils n'aient pas atteint leurs objectifs, ils avaient permis de lancer
  • 18:49 - 18:53
    une discussion plus large sur les conditions de l’incarcération de masse aux Etats-Unis.
  • 18:57 - 19:04
    Les prisonniers utilisent des téléphones portables pour se rassembler derrière une cause commune, pour contrer le système.
  • 19:05 - 19:12
    A Hayes, où les prisonniers surpassent en nombre les officiers de 5 pour un, c'est une menace sérieuse.
  • 19:12 - 19:16
    Si 1700 prisonniers disent : "Je ne veux plus être là" et commencent simplement à marcher
  • 19:16 - 19:20
    vers la barrière, vous croyez que 40-50 policiers vont pouvoir faire quelque chose...
  • 19:20 - 19:21
    Qu'est ce qu'ils pourraient bien faire..?!
  • 19:22 - 19:26
    La grève dans la la prison de Burnside est née en tandem avec la greve des prisons aux Etats-Unis
  • 19:26 - 19:31
    Le 21 août et le 9 septembre ont été choisis car des émeutes très marquantes
  • 19:31 - 19:33
    s'étaient déroulées ces jours là.
  • 19:33 - 19:38
    Aux Etats-Unis, la grève des prisons fut une vraie grève parce qu'elle était fondée sur le retrait
  • 19:38 - 19:38
    de la force de travail carcérale.
  • 19:38 - 19:42
    Nous voulons être payés et non travailler gratuitement dans ces groupes de prisonniers enchaînés ensemble !
  • 19:42 - 19:45
    Là, on a marre, on laisse tomber mec !
  • 19:45 - 19:48
    Vous allez tous devoir gagner vous mêmes votre thune, on en a assez de cette merde !
  • 19:49 - 19:53
    Bien sûr, dans le contexte provincial, dans une prison de province, il n'y a pas autant de travailleurs, mais Burnside
  • 19:53 - 19:55
    voulait aussi lutter pour leurs conditions.
  • 19:55 - 19:59
    Nous étions en lien avec le Comité Organisé des Travailleurs Incarcérés et on travaillait avec
  • 19:59 - 20:02
    les gens qui travaillaient avec les grévistes dans les états, il y avait cette communication
  • 20:02 - 20:03
    dans les deux sens.
  • 20:03 - 20:06
    On ne sait pas quelles répercussions cela a eu sur ceux qui ont pu lutter pour leurs droits
  • 20:06 - 20:11
    et prendre la tête de l'organisation, mais avec le temps je pense
  • 20:11 - 20:12
    qu'on en verra de plus en plus.
  • 20:13 - 20:20
    Je pense qu'il y a beaucoup d'espoir chez les gens dans les organisations extérieures qui s'organisent directement avec les prisonniers
  • 20:20 - 20:28
    car ce qui se passe c'est que, quand quelqu'un à l'intérieur est engagé dans l'organisation d'une activité,
  • 20:28 - 20:33
    il sera souvent soumis à une forme très sévère de répression.
  • 20:33 - 20:39
    Quand ils accusent l'un de nous d'être les meneurs de la rébellion de l'armée des 12 singes,
  • 20:39 - 20:43
    ils se lancent dans une entreprise de torture à grande échelle...
  • 20:43 - 20:47
    Vous savez, nous étions dans le froid glacial tout l'hiver.
  • 20:47 - 20:51
    Ils venaient toutes les 15 minutes et secouaient les portes pour nous garder éveillés,
  • 20:51 - 20:53
    et que nous ne puissions dormir.
  • 20:53 - 20:58
    Quand nous sommes partis après un an, nous avions tous perdu à peu près 35 % de notre
  • 20:58 - 20:59
    masse corporelle.
  • 21:00 - 21:05
    L'une des choses que les gens font pour d'essayer d'isoler un espace afin d'avoir une forme d'autonomie
  • 21:05 - 21:11
    en prison c'est de trouver les endroits où ils ne pourront pas être très surveillés.
  • 21:11 - 21:15
    Cela veut dire que certaines choses n'arrivent que dans les douches, car même
  • 21:15 - 21:20
    si n'importe quel garde peut vous contraindre à enlever vos vêtements à n'importe quel moment, on ne vous filme pas dans les douches
  • 21:20 - 21:23
    et la plupart du temps on ne vous filme pas dans les cellules non plus, à moins que vous soyez sous un régime spécial,
  • 21:23 - 21:25
    comme une garde anti suicide par exemple.
  • 21:25 - 21:29
    Pendant le temps où les cellules des portes ne sont pas fermées à clef, ces lieux deviennent des endroits où on
  • 21:29 - 21:33
    peut avoir des conversations privées ou échanger des choses, ou régler ses compte, par exemple.
  • 21:33 - 21:39
    Ces espaces sont à comprendre comme une manière par laquelle les gens reprennent la maîtrise de leur capacité
  • 21:39 - 21:41
    à faire les choses comme ils l'entendent.
  • 21:41 - 21:46
    Ce bâtiment sert à rappeler constamment les 18h de siège au cours duquel les prisonniers
  • 21:46 - 21:51
    prirent le pouvoir sur les matons, prenant trois d'entre eux en otage, ainsi qu'un conseiller et
  • 21:51 - 21:52
    d'autres prisonniers.
  • 21:52 - 21:56
    Cet incident conduisit à la mort du lieutenant Steven Floyd.
  • 21:57 - 22:02
    Il y a déjà une prison pour migrants à Laval, elle tombe en ruine, et le bâtiment est
  • 22:02 - 22:07
    plein d'amiante, et le gouvernement doit absolument la fermer mais
  • 22:07 - 22:09
    nous ne devrions pas pour autant les laisser en ouvrir une autre à la place.
  • 22:09 - 22:14
    Il y a deux cabinet d'architectes auxquels on a attribué le contrat de contruction, l'un s'appelle
  • 22:14 - 22:15
    Lemay, il est à Montréal.
  • 22:15 - 22:19
    Et l'autre est Group A, à Québec.
  • 22:19 - 22:23
    Il y a un an environ, un communiqué a revendiqué une action qui impliquait un lâcher de criquets
  • 22:23 - 22:25
    dans le quartier général de Lemay.
  • 22:25 - 22:30
    A l'automne 2018, des ateliers ont démarré, des réunions d'information et des discussions
  • 22:30 - 22:34
    à et autour de Montréal au sujet de la prison expliquant pourquoi les gens devaient l'arrêter.
  • 22:34 - 22:35
    Il y avait un poster de campagne.
  • 22:35 - 22:39
    Il y a eu quelques magazines consacrés au projet.
  • 22:39 - 22:44
    Les bureaux de Loiselle, l'une des compagnies impliquées dans la réparation des sols,
  • 22:44 - 22:48
    ont été tagués et quelqu'un a peint un slogan contre la prison sur leurs murs.
  • 22:48 - 22:52
    En février, il y a eu une manifestation sur Saint Henri pendant laquelle les gens sont allés au QG de Lemay.
  • 22:52 - 22:57
    En février aussi, des gens ont été à Laval pour bloquer une visite
  • 22:57 - 23:00
    des entrepreneurs principaux, qui fut un succès.
  • 23:00 - 23:04
    Aucun des investisseurs qui sont venus ce jour là ne parvint à atteindre le lieu où
  • 23:04 - 23:08
    ils devaient aller et un certain nombre d'entre eux rentrèrent chez eux.
  • 23:08 - 23:13
    Pendant tout le mois de mars, il y a eu une campagne contre les investisseurs, on demandait aux gens
  • 23:13 - 23:17
    d'appeler les compagnies et de leur dire de ne pas accepter le contrat de construction de la prison.
  • 23:17 - 23:21
    Une rumeur prétendait que quelqu'un a eu une entreprise au téléphone qui lui a demandé "pourquoi notre
  • 23:21 - 23:22
    numéro est-il sur internet ?
  • 23:22 - 23:24
    Pourquoi les gens n'arrêtent pas de nous appeler ?
  • 23:24 - 23:25
    Arrêtez de nous appeler !
  • 23:25 - 23:27
    On ne va pas investir dans la prison."
  • 23:27 - 23:32
    Un communiqué a dit que les gens avaient explosé les vitres du bureau de Lemay
  • 23:32 - 23:37
    à cause de leur projet de construction d'une copropriété et qu'ils avaient peint tout autour deux tours du projet du groupe d'immeubles qui
  • 23:37 - 23:40
    étaient pilotées par Lemay.
  • 23:40 - 23:46
    Si tu as accès à une station radio locale, je recommande chaudement de mettre en place une sorte
  • 23:46 - 23:50
    d'émission de radio dédiée à la prison, dans laquelle ils peuvent choisir la musique,
  • 23:50 - 23:51
    leur faire parvenir l'info.
  • 23:51 - 23:52
    Des lignes carcérales.
  • 23:52 - 23:56
    Ils informent dans les prisons qu'ils ont une ligne et qu'elle est ouverte l'après-midi
  • 23:56 - 23:59
    et les gens peuvent les appeler, et c'est comme ça qu'on commence à construire des relations.
  • 24:00 - 24:04
    Rien que de pouvoir parler avec des gens, établir un lien, recevoir de l'empathie et de la compréhension mutuelle.
  • 24:04 - 24:07
    Offrir un support pratique à propos des manières de gérer le rapport à la loi, les mettre en relation
  • 24:07 - 24:10
    avec des avocats, les aider à relayer des appels.
  • 24:10 - 24:16
    Autant de moyens utiles pour subvertir l'aliénation en prison.
  • 24:28 - 24:32
    Dans les mois qui virent l'élection présidentielle de Trump, le financement
  • 24:32 - 24:37
    des deux plus grosses entreprises carcérales privées du monde, CoreCivic et Geo Group,
  • 24:37 - 24:38
    fut doublé.
  • 24:39 - 24:44
    Les investisseurs avaient parié que le trident anti-migrants de Trump, sa rhétorique de camapgne de tolérance zéro pour la criminalité,
  • 24:44 - 24:48
    mènerait à des contrats publics plus profitables à la construction
  • 24:48 - 24:50
    de nouveaux centres de détention.
  • 24:50 - 24:54
    Quand le Mexique nous envoie son peuple, il n'envoie pas ses meilleurs éléments.
  • 24:54 - 24:55
    Ils amènent de la drogue.
  • 24:56 - 24:57
    Ils amènent le crime.
  • 24:57 - 24:58
    ce sont des violeurs.
  • 24:58 - 25:02
    Et une fois au pouvoir, Trump ne les a pas déçus.
  • 25:02 - 25:08
    Nous allons prendre les criminels, et ceux qui ont des antécédents criminels...
  • 25:08 - 25:11
    nous allons les expulser ou les incarcérer.
  • 25:11 - 25:16
    Des millions d'Américains ont reculé d'horreur devant la barbarie des pratiques de Trump.
  • 25:16 - 25:20
    Cela fut particulièrement vrai à propos des images virales des enfants
  • 25:20 - 25:24
    arrachés à des bras de leurs parents et jetés dans des centres de détention construits à leur intention et
  • 25:24 - 25:27
    surnommées de manière grotesque "prisons pour bébés".
  • 25:28 - 25:32
    Mais tandis que les images et les détails de la "tolérance zéro"
  • 25:32 - 25:37
    suscitaient la rage, ce phénomène des familles séparées de force n'est certainement pas
  • 25:37 - 25:38
    nouveau.
  • 25:38 - 25:44
    Il est une composante intégrale, bien que souvent invisible, de la pratique de l'incarcération de masse.
  • 25:44 - 25:47
    Néanmoins, la résistance à ces images fut vive.
  • 25:47 - 25:52
    Des bureaux de ICE et des centres pénitenciers furent ciblés par des occupations à travers les Etats-unis
  • 25:52 - 25:56
    forçant de nombreux bureaux à fermer de manière temporaire.
  • 25:56 - 26:01
    Et alors que les occupations furent finalement délogées, et que l'indignation s'éteignait, cela
  • 26:01 - 26:05
    nous a donné l'idée de ce à quoi un mouvement plus large et plus durable contre la prison
  • 26:05 - 26:06
    pourrait ressembler.
  • 26:16 - 26:19
    Construire un pratique qui s'oppose à la prison est l'une des choses les plus importantes que nous
  • 26:19 - 26:20
    pouvons faire en tant qu'anarchistes.
  • 26:20 - 26:24
    Je pense que pour cela, nous devons commencer par changer la façon dont on voit la société,
  • 26:24 - 26:26
    pour apprendre à y voir la prison.
  • 26:26 - 26:30
    Parce que trop souvent la prison produit le silence, l'invisibilité
  • 26:30 - 26:33
    en enfermant la voix et les corps là où on ne peut les voir.
  • 26:33 - 26:36
    Alors, commencer à regarder, "où sont les prisons dans cet espace ?"
  • 26:36 - 26:40
    Y aller physiquement, les regarder, marcher autour, manifester devant elles, envoyer des feux d'artifice.
  • 26:40 - 26:44
    Et ensuite, comprendre comment la prison affecte notre vie, même si on
  • 26:44 - 26:47
    n'y a jamais été, et se demander "de quoi ai-je peur ?"
  • 26:47 - 26:48
    "Quand ai-je peur ?"
  • 26:48 - 26:52
    "Quel genre d'interactions reposent sur l'autorité et la violence des prisons
  • 26:52 - 26:53
    pour les imposer ?"
  • 26:53 - 26:56
    Parlez de cela avec vos amis, demandez vous si vous pouvez mettre en place des pratiques qui permettent
  • 26:56 - 26:59
    de diminuer un peu cette peur ou de reconnaître que l'on a plus de choix que
  • 26:59 - 27:00
    ce qu'on croyait.
  • 27:00 - 27:02
    Par exemple : pourquoi payer mon loyer ?
  • 27:02 - 27:03
    Pourquoi obéir à mon patron ?
  • 27:03 - 27:05
    Pourquoi payer pour de la nourriture lorsque vous avez besoin de nourriture ?
  • 27:05 - 27:06
    Brise tout cela.
  • 27:06 - 27:11
    Parce que se tenir derrière toutes ces figures d'autorité c'est se tenir derrière des murs, des fils barbelés
  • 27:11 - 27:11
    et des portes fermées.
  • 27:11 - 27:14
    Je crois qu'apprendre à voir peut nous donner plus de pouvoir d'y résister.
  • 27:15 - 27:19
    Presque pire que la prison est la peur de la prison, et c'est l'une des voies principales par laquelle
  • 27:19 - 27:22
    la prison se projette elle-même dans la société et contrôle notre comportement même si on a jamais
  • 27:22 - 27:24
    entendu le claquement d'une porte de cellule qui se referme.
  • 27:24 - 27:27
    Je dirais donc qu'en tant qu'anarchistes, en tant que personnes qui aiment la liberté et sont préparées
  • 27:27 - 27:31
    à agir pour elle, que nous avons besoin d'être en quelque sorte préparés à passer quelques temps en prison.
  • 27:31 - 27:37
    Gardez en tête que ce qu'on imagine être les choses est souvent pire que ce
  • 27:37 - 27:38
    qu'elles sont vraiment.
  • 27:38 - 27:40
    Vous allez vous sentir inquiets, vous allez vous sentir effrayés.
  • 27:41 - 27:46
    Cela aide toujours d'avoir des gens de l'extérieur, car j'ai passé à peu près 27 ans enfermé
  • 27:46 - 27:50
    et je les ai passés la plupart du temps avec la tête de l'autre côté de la barrière.
  • 27:51 - 27:54
    C'est bien de ne pas être aspiré par un endroit pareil.
  • 27:55 - 27:59
    Une fois que la tête est à l'intérieur et qu'on commence à penser à la politique interne
  • 27:59 - 28:03
    à ce qui se passe, cela peut vraiment miner.
  • 28:03 - 28:08
    Donc si on garde la tête de l'autre côté, autant que faire se peut,
  • 28:08 - 28:08
    c'est toujours mieux.
  • 28:09 - 28:13
    Aussi, c'est un principe avec lequel je vivais...
  • 28:13 - 28:16
    J'aime continuer à être qui je suis, là et maintenant.
  • 28:17 - 28:19
    Parce que le " là et maintenant", c'est vraiment tout ce que nous avons.
  • 28:19 - 28:25
    On peut trouver des moyens..si on a de l'imagination, on trouve des moyens de faire compter le temps
  • 28:25 - 28:27
    que l'on a à présent.
  • 28:27 - 28:29
    Vous pouvez élaborer des projets qui comptent.
  • 28:29 - 28:33
    Et vous pouvez continuer à changer le monde où que vous soyez.
  • 28:35 - 28:37
    Qu'est-ce que vous feriez à ma place ?
  • 28:37 - 28:40
    Pensée suicidaires. Mais pour mes gamins j'ai choisi
  • 28:40 - 28:43
    de survivre à l'enfer sur terre, parce que c'est l'enfer, je vous jure
  • 28:43 - 28:45
    qui que soit qui l'ait crée.
  • 28:45 - 28:46
    Ils auraient dû l'essayer d'abord !
  • 28:46 - 28:49
    Ils auraient senti comment marche leur merde.
  • 28:49 - 28:51
    La malveillance est mauvaise.
  • 28:51 - 28:52
    L'ignorance est pire.
  • 28:53 - 28:58
    Il n'y a pas de fils barbelés, beaucoup d'espaces verts et de l'étonnant art contemporain.
  • 28:58 - 29:01
    Les prisonniers ont de belles vues depuis leurs fenêtres de cellules.
  • 29:01 - 29:04
    Cela fait partie d'un plan visant à rendre les prisons plus humaines.
  • 29:05 - 29:07
    Demandez vous de quelle façon la prison change dans votre coin.
  • 29:07 - 29:08
    Comment les choses se développent ?
  • 29:08 - 29:13
    dans la région où nous sommes, il y a une tendance à abandonner l'usage de la réclusion
  • 29:13 - 29:16
    en faveur de formes variées de peines à l'intérieur de la communauté.
  • 29:16 - 29:23
    En étudiant l'histoire des prisons, vous verrez que les réformateurs sont actuellement ceux qui
  • 29:23 - 29:28
    plantent les graines du prochain régime de contrôle social.
  • 29:28 - 29:31
    Et je pense que quels que soient les changements, il faudrait toujours s'y opposer.
  • 29:31 - 29:34
    Qu'il s'agisse de la construction d'un nouveau centre pénitentiaire, du changement
  • 29:34 - 29:39
    des lois permettant des peines plus surveillées au lieu de l'incarcération.
  • 29:39 - 29:45
    Plus vous êtes engagé avec des prisonniers, plus subversive est l'activité que vous entreprenez avec eux,
  • 29:45 - 29:52
    plus vous libérez
  • 29:52 - 29:59
    non seulement les prisonniers du complexe carcéral, mais plus vous répandez l'émancipation
  • 29:59 - 30:01
    dans la zone libre au dehors.
  • 30:01 - 30:07
    Etant donné le nombre de gens enfermés, il y a autant de gens
  • 30:07 - 30:09
    prêts à des actions variées.
  • 30:09 - 30:13
    Il faut commencer par une relation de confiance, qui se construit avec du temps.
  • 30:13 - 30:16
    La plupart des choses que l'on a accomplies ont été possibles grâce à ces relations.
  • 30:16 - 30:20
    Nous communiquons, quotidiennement, avec des gens à l'intérieur, et nous répondons à des besoins élémentaires.
  • 30:20 - 30:23
    Cela peut-être mettre de l'argent sur leur téléphone, pour la cantine, amener en voiture
  • 30:23 - 30:25
    la mère de l'un d'eux pour une visite.
  • 30:25 - 30:32
    Une chose très importante à organiser et pour laquelle il faut se mobiliser est le droit des prisonniers à rester
  • 30:32 - 30:41
    en contact avec leurs êtres chers par un contact physique et par des moyens libres de communication.
  • 30:41 - 30:43
    Vous entendrez parler des conséquences qui en découleront.
  • 30:43 - 30:47
    Comme je le disais, la grève des prisons émergea spontanément à partir de nos speach à la radio
  • 30:47 - 30:50
    puis nous avons reçus des coups de fil à propos de nos conditions de vie.
  • 30:50 - 30:54
    Partout où une prison se construit, nous devons essayer de l'arrêter.
  • 30:54 - 30:58
    Ne laissons pas l'Etat se doter de davantage d'infrastructures pour exercer sa répression
  • 30:58 - 31:00
    sur nous et nos communautés.
  • 31:00 - 31:03
    je recommande la lecture des écrits de ceux qui
  • 31:03 - 31:04
    sont déjà passés par là.
  • 31:04 - 31:10
    Cela inclut les groupe comme Critical resistance en Californie, des anarchistes à Bruxelles,
  • 31:10 - 31:15
    il y a eu aussi un group appelé End the Prison Industrial Complex à Kingston, Ontario, qui luttait
  • 31:15 - 31:17
    contre l'expansion de la prison dans leur ville.
  • 31:17 - 31:21
    Et ces groupes ont tous écrit leurs réflexions à propos de leurs luttes,
  • 31:21 - 31:22
    que l'on peut trouver sur internet.
  • 31:22 - 31:25
    Beaucoup de gens ont lutté contre les prisons depuis des années,
  • 31:25 - 31:28
    et je conseille la lecture de leurs réflexions.
  • 31:28 - 31:30
    La prison nous affecte tous, même si nous n'y avons jamais été.
  • 31:30 - 31:31
    C'est un combat qui appartient à tous.
  • 31:31 - 31:34
    Réflechis et prends parti.
  • 31:35 - 31:36
    La prison ne règle aucun problème.
  • 31:36 - 31:39
    Elle n'améliore rien. Elle ne fait qu'aggraver les situations.
  • 31:39 - 31:43
    Quand les gens défendent les prisons, je peux leur dire sans exagération que
  • 31:43 - 31:47
    si on se débarassait aujourd'hui de la prison, c'est à dire si les matons étaient virés, tous les officiers de police virés,
  • 31:47 - 31:50
    si les bâtiments étaient rendus aux pigeons et à la pluie,
  • 31:50 - 31:52
    cela rendrait immédiatement le monde meilleur.
  • 32:04 - 32:09
    Il y a plus de monde incarcéré aujourd'hui que dans n'importe quelle autre période de l'histoire de l'humanité.
  • 32:09 - 32:13
    Une étude récente estime le nombre de détenu à 11 millions dans le monde.
  • 32:13 - 32:18
    Et étant donnée la tendance à l'accélération du taux de femmes incarcérées, des pics massifs de la population carcérale
  • 32:18 - 32:23
    en Amérique du sud et en Amérique centrale, de l'accroissement de l'immigration, et le déplacement mondial
  • 32:23 - 32:28
    des gouvernements vers des formes de plus en plus autoritaires et nationalistes...malheureusement, cette tendance
  • 32:28 - 32:30
    semble destinée à continuer.
  • 32:30 - 32:35
    Alors que nous dérivons vers des niveaux toujours plus profond de conflits sociaux et de répression étatique,
  • 32:35 - 32:40
    il est d'une importance vitale que nos mouvement développent des liens plus forts avec ces camarades
  • 32:40 - 32:42
    qui ont été capturés et kidnappés par l'Etat.
  • 32:42 - 32:47
    Pas simplement dans l'intérêt de ceux qui sont derrière les barreaux, aussi important cela soit-il , mais
  • 32:47 - 32:51
    aussi dans le but de démystifier la prison pour ceux d'entre nous qui sont dehors, afin
  • 32:51 - 32:54
    d'affûter nos capacités de résistance.
  • 32:58 - 33:02
    Nous vous rappelons que Trouble est fait pour être regardé en groupe,
  • 33:02 - 33:06
    et pour servir de ressource afin de susciter la discussion et l'organisation collective.
  • 33:06 - 33:11
    Êtes vous prêt à démarrer une correspondance régulière avec des prisonniers politiques, à procurer
  • 33:11 - 33:15
    un support matériel à ceux qui s'organisent à l'intérieur ou qui luttent contre la construction
  • 33:15 - 33:17
    d'un nouveau centre de détention dans votre ville ?
  • 33:17 - 33:22
    Pensez à vous réunir avec des camarades, à organiser la projection de ce film et à discuter
  • 33:22 - 33:23
    d'un point de départ.
  • 33:23 - 33:27
    Intéressé par l'organisation régulière de visionnage de Trouble sur votre campus, centre associatif
  • 33:27 - 33:29
    ou simplement à la maison avec des amis ?
  • 33:29 - 33:30
    Devenez un Fauteur de Troubles !
  • 33:30 - 33:34
    Pour 10 balles par mois, on vous envoie en avance une copie de l'épisode et
  • 33:34 - 33:39
    un kit avec des ressources supplémentaires et des des questions que vous pouvez utiliser pour lancer
  • 33:39 - 33:39
    la discussion.
  • 33:39 - 33:42
    Si vous n'avez pas les moyens, pas de soucis !
  • 33:42 - 33:49
    Vous pouvez regarder en streamming, télécharger tout notre contenu gratuitement à partir de notre site web : sub.media/trouble.
  • 33:49 - 33:54
    Si vous avez des suggestions de thème d'épisode, ou si vous voulez juste entrer en contact avec nous, écrivez nous
  • 33:54 - 33:57
    à trouble@sub.media.
  • 33:57 - 34:01
    Just un mot : rapidement après avoir été interviewé pour ce film, Sean Swain fut transféré
  • 34:01 - 34:06
    de l'Ohio State Penitentiary au Nottoway Correctional Center, en Virginie.
  • 34:06 - 34:09
    Vous pouvez lui écrire à sa nouvelle adresse :
  • 34:12 - 34:17
    Pour des ressources additionnelles concernant la correspondance avec des prisonniers politiques, regardez le kit de visionnage
  • 34:17 - 34:19
    pour cet épisode, disponible sur notre site web.
  • 34:19 - 34:23
    Cet épisode n'aurait pas té possible sans le généreux support de Bursts et
  • 34:23 - 34:24
    iZrEAL Media Arts.
  • 34:24 - 34:29
    Nous allons faire une pause d'un mois pour travailler sur un autre projet, mais après cela,
  • 34:29 - 34:34
    restez connectés pour Trouble#21, où nous examinerons attentivement les approches anarchistes
  • 34:34 - 34:37
    des luttes anti coloniales et anti impérialistes.
  • 34:37 - 34:39
    Maintenant, sors d'ici... et cause du désordre !
Title:
Trouble #20: Inside-Out
Description:

more » « less
Video Language:
English
Duration:
35:18

French subtitles

Revisions Compare revisions