Return to Video

Enfants séparés de leurs parents à la frontière États-Unis/Mexique : quel impact psychologique ?

  • 0:01 - 0:04
    Je suis travailleur social
    et psychologue du développement
  • 0:04 - 0:06
    depuis plus de 40 ans.
  • 0:06 - 0:10
    Ça me semblait naturel de m'orienter
    vers des professions d'aide à autrui.
  • 0:10 - 0:14
    Mes parents m'ont appris
    à faire le bien autour de moi.
  • 0:15 - 0:17
    J'ai donc consacré ma carrière
  • 0:17 - 0:21
    à travailler avec des familles
    dans des circonstances très dures :
  • 0:21 - 0:23
    pauvreté, maladies mentales,
  • 0:23 - 0:26
    immigration ou encore avec des réfugiés.
  • 0:27 - 0:30
    Toutes ces années, j'ai travaillé
    avec espoir et optimisme.
  • 0:32 - 0:34
    Ces cinq dernières années toutefois,
  • 0:34 - 0:37
    mes espoirs et mon optimisme
    ont été mis à rude épreuve.
  • 0:38 - 0:43
    Je suis tellement déçu de la manière
    dont le gouvernement américain
  • 0:43 - 0:47
    traite les familles
    qui se rendent à la frontière sud
  • 0:47 - 0:49
    et demandent l'asile --
  • 0:49 - 0:55
    des parents désespérés et leurs enfants,
    du Salvador, du Guatemala et du Honduras,
  • 0:55 - 0:58
    qui veulent seulement
    mettre leurs enfants en sécurité.
  • 1:00 - 1:02
    Ils fuient les endroits
    les plus violents au monde.
  • 1:02 - 1:04
    Ils sont kidnappés par des gangs,
  • 1:05 - 1:08
    agressés, violés, extorqués, menacés.
  • 1:09 - 1:10
    Ils font face à la mort.
  • 1:11 - 1:15
    Et ils ne peuvent pas se tourner
    vers la police, car elle est complice,
  • 1:15 - 1:17
    corrompue, inefficace.
  • 1:17 - 1:20
    Alors ils se rendent à la frontière,
  • 1:20 - 1:22
    et ils sont envoyés
    en centre de détention,
  • 1:22 - 1:25
    en prison, comme de quelconques criminels.
  • 1:28 - 1:33
    En 2014, j'ai rencontré parmi les premiers
    enfants incarcérés en centre de détention.
  • 1:35 - 1:36
    Et j'ai pleuré.
  • 1:37 - 1:40
    Je suis monté
    dans ma voiture et j'ai pleuré.
  • 1:41 - 1:44
    J'ai vu de la souffrance
    comme jamais je n'en avais été témoin.
  • 1:45 - 1:48
    Cela allait à l'encontre de
    la foi que j'avais en mon pays,
  • 1:48 - 1:49
    de l'État de droit
  • 1:50 - 1:52
    et de ce que mes parents m'ont appris.
  • 1:55 - 2:00
    La manière dont les États-Unis
    traitent les immigrants
  • 2:00 - 2:01
    qui demandent l'asile ici
  • 2:01 - 2:02
    depuis cinq ans --
  • 2:02 - 2:05
    c'est inacceptable, vraiment inacceptable.
  • 2:07 - 2:10
    Laissez-moi vous dire ce soir
    que les enfants en centre de rétention
  • 2:10 - 2:11
    sont traumatisés.
  • 2:13 - 2:14
    Et nous en sommes la cause.
  • 2:16 - 2:18
    Nous, les Américains --
  • 2:18 - 2:20
    ou plutôt ceux parmi nous ce soir --
  • 2:20 - 2:24
    ne partageons pas forcément
    la même vision de l'immigration.
  • 2:25 - 2:28
    Nous ne serons pas d'accord
    sur la façon de traiter ces gens
  • 2:28 - 2:30
    qui veulent s'installer ici.
  • 2:31 - 2:35
    Peu m'importe si vous êtes
    Républicain ou Démocrate,
  • 2:35 - 2:36
    libéral ou conservateur.
  • 2:39 - 2:41
    Je veux des frontières sécurisées.
  • 2:43 - 2:47
    Je veux aussi laisser dehors
    les personnes mauvaises.
  • 2:48 - 2:50
    Je veux la sécurité nationale.
  • 2:50 - 2:53
    Évidemment, vous avez également
    votre avis sur ces sujets.
  • 2:55 - 2:57
    Mais je pense que l'on peut s'accorder
  • 2:57 - 3:00
    sur le fait que les États-Unis
    ne doivent pas leur nuire.
  • 3:01 - 3:06
    Le gouvernement, l'État, ne devrait pas
    être complice du mal infligé aux enfants.
  • 3:07 - 3:09
    Il devrait les protéger,
  • 3:10 - 3:12
    peu importe qui ils sont :
  • 3:12 - 3:15
    vos enfants, mes petits-enfants
  • 3:16 - 3:21
    ou les enfants de familles
    qui demandent l'asile.
  • 3:22 - 3:25
    Je pourrais enchaîner les histoires
  • 3:25 - 3:28
    d'enfants témoins
    de la pire violence au monde
  • 3:28 - 3:30
    qui se retrouvent en prison.
  • 3:31 - 3:35
    J'ai accueilli deux petits garçons
    ces cinq dernières années.
  • 3:37 - 3:38
    L'un deux était Danny.
  • 3:39 - 3:42
    Il avait sept ans et demi quand je l'ai
    rencontré en centre de détention
  • 3:43 - 3:45
    en 2014 à Karnes City, au Texas.
  • 3:45 - 3:47
    Il était avec sa mère et son frère.
  • 3:47 - 3:49
    Ils avaient fui le Honduras.
  • 3:50 - 3:53
    Danny est l'un de ces enfants
    que vous aimez au premier regard.
  • 3:54 - 3:56
    Il est drôle, il est innocent,
  • 3:56 - 3:58
    il est attachant et très expressif.
  • 4:00 - 4:03
    Il me faisait des dessins,
  • 4:03 - 4:06
    et l'un d'entre eux
    représentait les Revos Locos.
  • 4:06 - 4:09
    Revos Locos : c'est le nom
  • 4:09 - 4:12
    qu'ils donnaient aux gangs
    de la ville où il vivait.
  • 4:13 - 4:15
    J'ai dit à Danny :
  • 4:15 - 4:17
    « Danny,
    qu'est-ce qui fait d'eux des méchants ? »
  • 4:18 - 4:21
    Danny m'a jeté un regard perplexe.
  • 4:22 - 4:23
    C'était plutôt un regard du genre
  • 4:24 - 4:27
    « Es-tu ignorant ou juste stupide ? »
  • 4:27 - 4:28
    (Rires)
  • 4:29 - 4:30
    Il s'est penché et a murmuré :
  • 4:30 - 4:32
    « Ne vois-tu pas ?
  • 4:32 - 4:34
    Ils fument des cigarettes. »
  • 4:34 - 4:35
    (Rires)
  • 4:36 - 4:37
    « Et ils boivent de la bière. »
  • 4:39 - 4:42
    Danny connaissait les méfaits
    de l'alcool et de la cigarette.
  • 4:43 - 4:45
    Puis il a dit : « Et ils sont armés. »
  • 4:46 - 4:49
    Sur l'un des dessins,
  • 4:49 - 4:54
    les bonhommes qui représentent les Revos
    Locos tirent sur des oiseaux et des gens.
  • 4:54 - 4:59
    Danny m'a raconté le jour
    où ils ont tué son oncle
  • 4:59 - 5:02
    et comment il avait rejoint
    la maison de son oncle en courant
  • 5:02 - 5:04
    pour le trouver mort,
  • 5:04 - 5:08
    le visage déformé par les balles.
  • 5:09 - 5:12
    Danny m'a dit qu'il avait vu
    les dents de son oncle sortir de sa tête.
  • 5:14 - 5:15
    Il avait seulement six ans.
  • 5:16 - 5:17
    Peu de temps après,
  • 5:17 - 5:22
    l'un des membres de Revos Locos
    a violemment battu Danny
  • 5:22 - 5:24
    et c'est là que ses parents ont décidé
  • 5:24 - 5:27
    qu'ils devaient partir
    ou ils les tueraient.
  • 5:29 - 5:30
    Et ils sont partis.
  • 5:31 - 5:34
    Mais le père de Danny était amputé
    et avait une béquille.
  • 5:34 - 5:36
    Il ne pouvait pas
    marcher sur un sol accidenté.
  • 5:37 - 5:38
    Il a dit à sa femme :
  • 5:40 - 5:42
    « Partez sans moi. Prends les enfants.
  • 5:43 - 5:44
    Sauve nos enfants. »
  • 5:45 - 5:47
    Donc la mère et les enfants sont partis.
  • 5:47 - 5:50
    Danny s'est retourné
    et a dit au revoir à son père,
  • 5:50 - 5:53
    puis s'est retourné plusieurs fois
    jusqu'à le perdre de vue.
  • 5:53 - 5:56
    Il n'a pas eu de nouvelles
    de son père en détention.
  • 5:56 - 6:00
    Il est très probable que son père
    ait été tué par les Revos Locos
  • 6:00 - 6:01
    pour avoir essayé de fuir.
  • 6:02 - 6:05
    Jamais je n'oublierai Danny.
  • 6:08 - 6:09
    Fernando était l'autre petit garçon.
  • 6:10 - 6:13
    Fernando se trouvait
    dans le même centre de détention,
  • 6:13 - 6:15
    à peu près le même âge que Danny.
  • 6:16 - 6:20
    Fernando m'a raconté les 24 heures
    qu'il a passées à l'isolement avec sa mère
  • 6:20 - 6:22
    en centre de détention,
  • 6:22 - 6:25
    car sa mère
    avait mené une grève de la faim
  • 6:25 - 6:27
    avec d'autres mères
    du centre de détention.
  • 6:27 - 6:30
    Maintenant, elle craquait
    sous la pression des gardes
  • 6:30 - 6:33
    qui la menaçaient elle
    et Fernando et les maltraitaient.
  • 6:34 - 6:37
    Pendant que Fernando et moi
    parlions dans un petit bureau,
  • 6:37 - 6:39
    sa mère a fait irruption
  • 6:39 - 6:43
    et a dit : « Ils vous entendent !
    Ils vous écoutent. »
  • 6:43 - 6:45
    Elle s'est mise à quatre pattes
  • 6:47 - 6:51
    et a commencé à regarder sous la table,
    tâtonnant le dessous des chaises.
  • 6:51 - 6:54
    Elle a vérifié les prises électriques,
  • 6:54 - 6:56
    les coins de la pièce,
  • 6:56 - 6:58
    le sol, les coins du plafond,
  • 6:58 - 7:02
    la lampe, la ventilation, à la recherche
    de micros et de caméras cachés.
  • 7:03 - 7:08
    J'ai regardé Fernando
    qui regardait sa mère tourner en rond,
  • 7:08 - 7:09
    dans un état de paranoïa.
  • 7:10 - 7:13
    Je l'ai regardé dans les yeux
    et j'y ai vu de la terreur.
  • 7:14 - 7:17
    Après tout, qui prendrait
    soin de lui si elle ne pouvait pas ?
  • 7:17 - 7:20
    Ils étaient tous seuls,
    ils n'avaient qu'eux.
  • 7:21 - 7:24
    Je pourrais enchaîner les histoires,
  • 7:26 - 7:28
    mais je n'ai pas oublié Fernando.
  • 7:30 - 7:33
    Et je sais ce que ce type de traumatisme,
  • 7:33 - 7:35
    de stress et d'épreuves fait aux enfants.
  • 7:37 - 7:40
    Je vais maintenant
    vous exposer des faits très précis
  • 7:40 - 7:42
    et je vais me muer
    en professeur que je suis.
  • 7:43 - 7:47
    En cas de périodes intenses
    et prolongées de stress,
  • 7:47 - 7:51
    de traumatismes, de souffrances,
    d'épreuves ou de conditions difficiles,
  • 7:52 - 7:56
    le cerveau en développement est endommagé,
  • 7:56 - 7:57
    purement et simplement.
  • 7:58 - 8:00
    Ses connexions et sa structure
  • 8:00 - 8:01
    sont endommagées.
  • 8:01 - 8:05
    Le système naturel de réponse au stress
    de l'enfant est affecté.
  • 8:06 - 8:08
    Ses facteurs de protection
    sont fragilisés.
  • 8:08 - 8:13
    Les parties du cerveau
    qui sont associées à la cognition,
  • 8:13 - 8:17
    aux capacités intellectuelles,
    au jugement, à la confiance,
  • 8:17 - 8:19
    à l'auto-régulation
    et aux interactions sociales
  • 8:19 - 8:22
    sont affaiblies,
    parfois de manière permanente.
  • 8:23 - 8:24
    Cela compromet le futur des enfants.
  • 8:25 - 8:29
    Nous savons aussi que sous la pression,
    ils perdent leur système immunitaire,
  • 8:29 - 8:33
    ce qui les rend sensibles aux infections.
  • 8:33 - 8:35
    Les maladies chroniques,
  • 8:36 - 8:39
    telles que le diabète, l’asthme
    ou les maladies cardiovasculaires,
  • 8:39 - 8:45
    suivent l'enfant jusqu'à l'âge adulte
    et peuvent réduire son espérance de vie.
  • 8:45 - 8:50
    Les problèmes mentaux
    sont liés à la défaillance du corps.
  • 8:50 - 8:52
    J'ai vu des enfants en détention
  • 8:53 - 8:56
    qui ont des cauchemars
    récurrents et perturbants,
  • 8:56 - 8:58
    des terreurs nocturnes,
  • 8:58 - 9:01
    sont atteints de dépression et d'anxiété,
  • 9:01 - 9:03
    ont des réactions dissociatives,
  • 9:03 - 9:06
    sont sans espoir,
    ont des pensées suicidaires
  • 9:06 - 9:08
    ou encore des troubles post-traumatiques.
  • 9:09 - 9:11
    Leur comportement se dégrade,
  • 9:11 - 9:14
    comme celui de ce garçon de 11 ans
  • 9:15 - 9:18
    qui s'est remis
    soudainement à faire pipi au lit.
  • 9:19 - 9:21
    Et la petite fille de 8 ans
    qui était très anxieuse
  • 9:21 - 9:24
    et insistait pour que sa mère l'allaite.
  • 9:25 - 9:28
    Voilà l'effet de la détention
    sur les enfants.
  • 9:30 - 9:32
    Vous vous demandez peut-être :
  • 9:34 - 9:36
    « Que faisons-nous ?
  • 9:36 - 9:38
    Que devrait faire notre gouvernement ? »
  • 9:38 - 9:41
    Je ne suis qu'un professionnel
    de la santé mentale,
  • 9:41 - 9:45
    je travaille surtout sur
    le développement et la santé de l'enfant.
  • 9:45 - 9:46
    Mais j'ai quelques idées.
  • 9:47 - 9:50
    Nous devons avant tout
    redéfinir nos pratiques.
  • 9:51 - 9:54
    Nous devons remplacer
    la peur et l'hostilité
  • 9:54 - 9:56
    par la sécurité et la compassion.
  • 9:58 - 10:01
    Nous devons détruire les murs des prisons,
  • 10:01 - 10:03
    les fils barbelés
    et se débarrasser des cages.
  • 10:04 - 10:05
    Au lieu de la prison
  • 10:06 - 10:07
    ou des prisons,
  • 10:08 - 10:13
    nous devrions construire des centres
    d'accueil pour demandeurs d'asile,
  • 10:13 - 10:16
    des communautés semblables à des campus
  • 10:16 - 10:18
    où des enfants et des familles
    peuvent vivre ensemble.
  • 10:19 - 10:22
    On pourrait rénover
    de vieux motels ou des casernes militaires
  • 10:22 - 10:26
    pour que les enfants et leurs parents
    puissent vivre en famille,
  • 10:26 - 10:28
    en sécurité et dans un environnement sain
  • 10:28 - 10:30
    où les enfants s'amuseraient.
  • 10:30 - 10:32
    Dans ces centres d'accueil,
  • 10:32 - 10:35
    des pédiatres, des généralistes,
  • 10:35 - 10:37
    des dentistes et des infirmières
  • 10:37 - 10:40
    pourraient dépister, examiner,
  • 10:40 - 10:41
    soigner et vacciner les enfants,
  • 10:41 - 10:45
    et leur créer un dossier à transmettre
    à leur prochain médecin.
  • 10:46 - 10:50
    Les travailleurs sociaux pourraient
    évaluer leur santé mentale
  • 10:51 - 10:54
    et prescrire des traitements
    à ceux qui le nécessitent.
  • 10:54 - 10:57
    Ces personnes mettraient
    les familles en relation
  • 10:57 - 11:00
    avec les services
    dont ils auront besoin plus tard.
  • 11:00 - 11:04
    Les professeurs enseigneraient,
    feraient passer des tests aux enfants
  • 11:04 - 11:07
    et consigneraient ce qu'ils apprennent
  • 11:07 - 11:09
    pour que les futurs professeurs
  • 11:09 - 11:11
    puissent poursuivre
    l'éducation de ces enfants.
  • 11:12 - 11:15
    Nous pouvons faire
    bien plus dans ces centres d'accueil.
  • 11:17 - 11:19
    Bien plus.
  • 11:19 - 11:21
    Vous pensez sûrement que
  • 11:21 - 11:23
    c'est utopique.
  • 11:25 - 11:27
    Je ne vous en veux pas.
  • 11:27 - 11:32
    Des camps de réfugiés dans le monde
    entier accueillent des familles
  • 11:32 - 11:35
    comme celles dans nos centres de détention
  • 11:35 - 11:38
    et certains de ces camps
    s'y prennent très bien,
  • 11:39 - 11:41
    bien mieux que nous.
  • 11:41 - 11:46
    Les Nations Unies ont publié un rapport
    décrivant les camps de réfugiés
  • 11:46 - 11:48
    qui protègent le développement
    et la santé des enfants.
  • 11:49 - 11:53
    Les enfants et les parents
    vivent dans des cellules familiales
  • 11:53 - 11:56
    et les groupes de familles
    sont logés ensemble.
  • 11:56 - 12:00
    Les parents profitent de permis de travail
    pour gagner de l'argent
  • 12:00 - 12:04
    et jouissent de bons alimentaires
    pour faire les courses.
  • 12:05 - 12:08
    Les mères se rassemblent pour préparer
    des repas équilibrés aux enfants.
  • 12:08 - 12:12
    Les enfants vont à l'école
    tous les jours et apprennent des choses.
  • 12:13 - 12:16
    Après l'école, ils rentrent chez eux
    et vont faire du vélo,
  • 12:16 - 12:19
    traînent avec des amis,
    font leurs devoirs, explorent le monde --
  • 12:19 - 12:22
    tout ce qui est nécessaire
    au développement de l'enfant.
  • 12:24 - 12:27
    Nous pouvons bien faire les choses.
    Nous avons les moyens pour.
  • 12:29 - 12:34
    Ce dont nous avons besoin, c'est de la
    volonté et de l'obstination des Américains
  • 12:36 - 12:38
    à traiter les enfants avec compassion.
  • 12:41 - 12:46
    Je n'arrive pas à oublier
    Danny et Fernando.
  • 12:46 - 12:48
    Je me demande où ils sont aujourd'hui
  • 12:48 - 12:51
    et j'espère qu'ils sont
    heureux et en bonne santé.
  • 12:52 - 12:54
    Ce ne sont que deux des enfants
    que j'ai connus
  • 12:54 - 12:57
    et deux des milliers d'enfants
    qui sont en centre de détention.
  • 12:59 - 13:01
    J'ai beau être attristé
  • 13:01 - 13:04
    par ce qui arrive aux enfants,
  • 13:04 - 13:05
    mais ils m'inspirent.
  • 13:06 - 13:09
    Je peux pleurer, ça m'est arrivé,
  • 13:11 - 13:13
    mais j'admire le courage de ces enfants.
  • 13:14 - 13:17
    Ils maintiennent l'espoir et l'optimisme
    que j'ai en mon métier.
  • 13:19 - 13:23
    Même si notre approche
    de l'immigration diffère,
  • 13:23 - 13:26
    nous devrions traiter
    les enfants avec dignité et avec respect.
  • 13:27 - 13:29
    Nous devons être justes avec eux.
  • 13:30 - 13:31
    Si nous le sommes,
  • 13:32 - 13:36
    nous pouvons préparer
    ceux qui resteront aux Etats-Unis,
  • 13:36 - 13:41
    les préparer à devenir des membres actifs
    et engagés de notre société.
  • 13:42 - 13:46
    Et ceux qui retourneront dans leur pays,
    de leur plein gré ou non,
  • 13:46 - 13:49
    seront préparés à devenir les professeurs,
    les commerçants et les dirigeants
  • 13:49 - 13:51
    de leur pays.
  • 13:51 - 13:55
    J'espère qu'ensemble,
    tous ces parents et enfants
  • 13:55 - 13:59
    pourront être les témoins
    de la bonté de notre pays
  • 13:59 - 14:00
    et de nos valeurs.
  • 14:01 - 14:02
    Nous devons être exemplaires.
  • 14:04 - 14:08
    Nous pouvons être en désaccord
    sur l'immigration,
  • 14:08 - 14:10
    mais nous pouvons
    nous accorder sur une chose :
  • 14:10 - 14:16
    aucun de nous ne souhaitera un jour
    revenir sur ce moment de notre histoire,
  • 14:16 - 14:21
    pour se dire que nous avions conscience
    du traumatisme à vie infligé aux enfants
  • 14:21 - 14:23
    et que nous sommes restés sans rien faire.
  • 14:25 - 14:29
    Ce serait la plus grande des tragédies.
  • 14:31 - 14:32
    Merci.
  • 14:32 - 14:36
    (Applaudissements)
Title:
Enfants séparés de leurs parents à la frontière États-Unis/Mexique : quel impact psychologique ?
Speaker:
Luis H. Zayas
Description:

Comment un traumatisme psychologique affecte le développement du cerveau chez les enfants ? Au cours de cette conférence saisissante, le travailleur social Luis H. Zayas évoque son travail avec les réfugiés et les familles demandeuses d'asile à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Ce qu'il en ressort, c'est une analyse incroyable de l'impact à long terme des politiques américaines controversées en matière de détention et de séparation d'enfants et leurs parents -- ainsi que des mesures concrètes pour que le pays s'y prenne mieux.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDTalks
Duration:
14:49

French subtitles

Revisions