Return to Video

Comment vous exprimer

  • 0:01 - 0:04
    Il est très difficile
    de prendre la parole.
  • 0:05 - 0:10
    J'ai compris le vrai sens de cette phrase
    il y a exactement un mois,
  • 0:10 - 0:12
    quand ma femme et moi
    sommes devenus parents.
  • 0:13 - 0:15
    C'est un moment merveilleux.
  • 0:15 - 0:17
    C'était exaltant,
    nous étions emplis de joie,
  • 0:17 - 0:20
    mais c'était aussi
    effrayant et terrifiant.
  • 0:20 - 0:25
    C'est devenu particulièrement terrifiant
    quand nous sommes rentrés de l'hôpital
  • 0:25 - 0:26
    et que nous n'étions pas sûrs
  • 0:26 - 0:30
    que notre petit garçon tirait
    assez de nutriments de l'allaitement.
  • 0:31 - 0:34
    Nous voulions appeler notre pédiatre,
  • 0:34 - 0:37
    et nous ne voulions pas
    faire mauvaise impression
  • 0:37 - 0:39
    ou paraître être des parents
    fous ou névrosés.
  • 0:39 - 0:41
    Donc nous nous inquiétions.
  • 0:41 - 0:42
    Et nous attendions.
  • 0:42 - 0:44
    Nous sommes allés
    chez le médecin le lendemain,
  • 0:44 - 0:49
    elle lui a immédiatement donné
    du lait maternisé car il était déshydraté.
  • 0:49 - 0:51
    Notre fils va bien,
  • 0:51 - 0:54
    et notre médecin nous a assuré
    que nous pouvions toujours appeler.
  • 0:54 - 0:56
    Mais, à ce moment-là,
  • 0:56 - 0:58
    j'aurais dû dire les choses,
    mais je ne l'ai pas fait.
  • 0:59 - 1:02
    Mais parfois, nous nous exprimons
    alors que nous ne le devrions pas
  • 1:02 - 1:06
    et je l'ai appris il y a 10 ans
    quand j'ai laissé tomber mon jumeau.
  • 1:07 - 1:09
    Mon jumeau est réalisateur
    de documentaire.
  • 1:09 - 1:11
    Pour l'un de ses premiers films,
  • 1:11 - 1:13
    il a eu une offre
    d'une société de distribution.
  • 1:13 - 1:15
    Il était excité
  • 1:15 - 1:17
    et était enclin à accepter l'offre.
  • 1:17 - 1:20
    Mais, en tant que chercheur
    en négociation,
  • 1:20 - 1:23
    j'ai insisté pour qu'il fasse
    une contre-offre
  • 1:23 - 1:26
    et je l'ai aidé à travailler
    la contre-offre parfaite.
  • 1:26 - 1:28
    Elle était parfaite --
  • 1:28 - 1:30
    parfaitement insultante.
  • 1:30 - 1:32
    La société a été offensée,
  • 1:32 - 1:34
    ils ont retiré leur offre
  • 1:34 - 1:36
    et mon frère s'est retrouvé sans rien.
  • 1:36 - 1:40
    J'ai parlé de ce dilemme de s'exprimer
    à des gens venant du monde entier :
  • 1:40 - 1:42
    quand peuvent-ils s'affirmer,
  • 1:42 - 1:44
    faire prévaloir leurs intérêts,
  • 1:44 - 1:46
    exprimer une opinion,
  • 1:46 - 1:48
    faire une demande ambitieuse.
  • 1:49 - 1:53
    Et les histoires sont diverses et variées
  • 1:53 - 1:56
    mais elles composent
    une tapisserie universelle.
  • 1:56 - 1:59
    Puis-je corriger mon patron
    quand il fait une erreur ?
  • 1:59 - 2:03
    Puis-je confronter mon collègue
    qui marche sur mes plates-bandes ?
  • 2:03 - 2:06
    Puis-je contester
    la blague insensible de mon ami ?
  • 2:06 - 2:10
    Puis-je parler de mes incertitudes
    les plus profondes à l'être aimé ?
  • 2:11 - 2:14
    A travers ces expériences,
    j'ai fini par reconnaître
  • 2:14 - 2:18
    ce que chacun d'entre nous considère
    être un comportement acceptable.
  • 2:18 - 2:23
    Parfois, nous sommes trop durs ;
    nous poussons trop nos limites,
  • 2:23 - 2:25
    comme je l'ai fait avec mon frère.
  • 2:25 - 2:27
    Même faire une offre était en dehors
  • 2:27 - 2:30
    de son éventail
    de comportements acceptables.
  • 2:30 - 2:31
    Parfois, nous sommes trop faibles,
  • 2:31 - 2:33
    ça a été le cas avec ma femme et moi.
  • 2:33 - 2:36
    Cet éventail
    de comportements acceptables --
  • 2:36 - 2:39
    quand nous nous y tenons,
    nous sommes récompensés.
  • 2:39 - 2:43
    Quand nous en sortons,
    nous sommes punis de bien des façons.
  • 2:43 - 2:46
    Nous sommes congédiés,
    rabaissés voire ostracisés.
  • 2:46 - 2:49
    Ou nous perdons une augmentation,
    une promotion ou un contrat.
  • 2:50 - 2:54
    La première chose à faire
    est de connaître notre éventail.
  • 2:55 - 2:59
    Mais la clé est
    que notre éventail n'est pas figé,
  • 2:59 - 3:01
    il est assez dynamique.
  • 3:01 - 3:05
    Il s'étend et se rétrécit
    selon le contexte.
  • 3:05 - 3:09
    Il y a une chose qui détermine
    cet éventail plus que le reste
  • 3:10 - 3:11
    et c'est votre pouvoir.
  • 3:11 - 3:14
    Votre pouvoir détermine votre éventail.
  • 3:14 - 3:15
    Qu'est-ce que le pouvoir ?
  • 3:15 - 3:17
    Le pouvoir a plein de formes.
  • 3:17 - 3:20
    En négociations, ce sont les alternatives.
  • 3:20 - 3:22
    Mon frère n'avait aucune alternative,
  • 3:22 - 3:23
    il manquait de pouvoir.
  • 3:23 - 3:25
    L'entreprise avait des alternatives,
  • 3:25 - 3:26
    ils avaient du pouvoir.
  • 3:26 - 3:29
    Parfois, c'est d'être nouveau
    dans un pays, comme un immigrant,
  • 3:29 - 3:31
    nouveau dans une organisation,
  • 3:31 - 3:32
    ou nouveau face à une expérience
  • 3:32 - 3:34
    comme ma femme et moi en tant que parents.
  • 3:34 - 3:36
    Parfois, c'est au travail,
  • 3:36 - 3:39
    où quelqu'un est le patron,
    quelqu'un le subordonné.
  • 3:39 - 3:40
    Parfois, c'est dans les relations,
  • 3:40 - 3:43
    où une personne
    est plus investie que l'autre.
  • 3:43 - 3:47
    La clé est que, quand vous avez
    beaucoup de pouvoir,
  • 3:47 - 3:49
    votre éventail est très large.
  • 3:49 - 3:51
    Vous avez beaucoup de latitude
    dans votre comportement.
  • 3:52 - 3:54
    Si vous manquez de pouvoir,
    l'éventail se restreint.
  • 3:55 - 3:56
    Vous avez peu de latitude d'action.
  • 3:57 - 4:00
    Le problème est que,
    quand notre éventail se restreint,
  • 4:00 - 4:04
    cela produit ce que l'on appelle
    « double contrainte du faible pouvoir ».
  • 4:04 - 4:07
    La double contrainte
    du faible pouvoir arrive
  • 4:07 - 4:10
    quand, si vous ne vous exprimez pas,
    vous passez inaperçu
  • 4:11 - 4:13
    mais, si vous vous exprimez,
    vous êtes puni.
  • 4:13 - 4:16
    Nombre d'entre vous ont entendu
    « double contrainte »
  • 4:16 - 4:19
    et l'ont liée à une chose : le sexe.
  • 4:19 - 4:21
    La double contrainte du sexe, c'est :
  • 4:21 - 4:24
    les femmes passent inaperçues
    si elles ne s'expriment pas
  • 4:24 - 4:26
    et sont punies si elles s'expriment.
  • 4:26 - 4:31
    Les femmes ont le même besoin
    d'expression que les hommes
  • 4:31 - 4:33
    mais elles rencontrent des obstacles.
  • 4:34 - 4:37
    Au court des vingt dernières années,
    ma recherche a montré
  • 4:37 - 4:41
    que ce qui semble être
    une différence entre les sexes
  • 4:41 - 4:43
    n'est pas une double contrainte du sexe
  • 4:43 - 4:46
    mais une double contrainte
    du faible pouvoir.
  • 4:46 - 4:48
    L'apparente différence entre les sexes
  • 4:48 - 4:51
    est en fait souvent
    une différence de pouvoir déguisée.
  • 4:51 - 4:55
    Souvent, en voyant une différence
    entre un homme et une femme,
  • 4:55 - 4:59
    nous pensons : « Cause biologique.
    Il y a une différence fondamentale
  • 4:59 - 5:00
    entre les deux sexes. »
  • 5:00 - 5:02
    Mais, étude après étude,
  • 5:02 - 5:06
    j'ai découvert que le pouvoir
    est une meilleure explication
  • 5:07 - 5:08
    aux différences entre les sexes.
  • 5:08 - 5:11
    C'est la double contrainte
    du faible pouvoir.
  • 5:12 - 5:17
    La double contrainte du faible pouvoir
    signifie que vous avez un faible éventail
  • 5:17 - 5:19
    et un manque de pouvoir.
  • 5:19 - 5:22
    Vous avez un faible éventail
    et votre double contrainte est forte.
  • 5:22 - 5:25
    Nous devons trouver
    comment élargir notre éventail.
  • 5:25 - 5:26
    Les vingt dernières années,
  • 5:26 - 5:29
    mes collègues et moi avons découvert
    deux choses importantes.
  • 5:30 - 5:34
    Un : vous paraissez puissant à vos yeux.
  • 5:34 - 5:38
    Deux : vous paraissez puissant
    aux yeux des autres.
  • 5:38 - 5:39
    Quand je me sens puissant,
  • 5:40 - 5:42
    je suis confiant, je n'ai pas peur ;
  • 5:42 - 5:44
    j'élargis mon propre éventail.
  • 5:44 - 5:46
    Quand je parais puissant
    aux yeux des autres,
  • 5:47 - 5:49
    ils m'accordent un plus grand éventail.
  • 5:49 - 5:51
    Nous avons besoin d'outils
  • 5:51 - 5:54
    pour élargir notre éventail
    de comportements acceptables.
  • 5:54 - 5:56
    Je vais vous donner un ensemble d'outils.
  • 5:56 - 5:58
    S'exprimer est risqué
  • 5:59 - 6:02
    mais ces outils vont baisser
    le risque que vous vous exprimiez.
  • 6:03 - 6:09
    Le premier outil que je vais vous donner
    a été découvert lors de négociations
  • 6:09 - 6:10
    sur une découverte importante.
  • 6:10 - 6:14
    En moyenne, les femmes
    font des offres moins ambitieuses
  • 6:14 - 6:18
    et ont de moins bons résultats
    que les hommes en négociations.
  • 6:18 - 6:21
    Mais Hannah Riley Bowles
    et Emily Amanatullah ont découvert
  • 6:21 - 6:25
    qu'il y a une situation où les femmes
    ont les mêmes résultats que les hommes
  • 6:25 - 6:27
    et sont aussi ambitieuses.
  • 6:27 - 6:31
    C'est lorsqu'elles défendent les autres.
  • 6:31 - 6:33
    Quand elles défendent les autres,
  • 6:33 - 6:38
    elles découvrent leur éventail
    et l'élargissent dans leur tête.
  • 6:38 - 6:40
    Elles sont plus assertives.
  • 6:40 - 6:43
    Cela est parfois appelé
    « l'effet maman ours ».
  • 6:43 - 6:46
    Comme une maman ours défendant ses petits,
  • 6:46 - 6:50
    en défendant les autres,
    nous pouvons découvrir notre voix.
  • 6:50 - 6:53
    Mais parfois, c'est nous
    que nous devons défendre.
  • 6:53 - 6:55
    Comment faire cela ?
  • 6:55 - 6:59
    Un des outils les plus importants
    pour nous défendre nous-mêmes
  • 6:59 - 7:01
    est la prise de perspective.
  • 7:01 - 7:04
    La prise de perspective est très simple :
  • 7:04 - 7:08
    c'est regarder le monde
    à travers les yeux de quelqu'un d'autre.
  • 7:09 - 7:13
    C'est l'un des outils les plus importants
    pour élargir notre éventail.
  • 7:13 - 7:15
    Quand j'adopte votre perspective
  • 7:15 - 7:17
    et que je pense
    à ce que vous voulez vraiment,
  • 7:17 - 7:20
    vous aurez plus de chances
    de me donner ce que je veux.
  • 7:21 - 7:23
    Mais voici le problème :
  • 7:23 - 7:25
    la prise de perspective
    est difficile à faire.
  • 7:25 - 7:27
    Faisons une petite expérience.
  • 7:27 - 7:30
    Je veux que vous leviez tous
    la main ainsi :
  • 7:30 - 7:31
    levez votre doigt.
  • 7:32 - 7:36
    Et je veux que vous dessiniez
    un E majuscule sur votre front
  • 7:36 - 7:38
    aussi rapidement que possible.
  • 7:40 - 7:43
    Il s'avère que nous pouvons dessiner ce E
    de deux façons différentes
  • 7:43 - 7:47
    et ce test a été conçu
    pour la prise de perspective.
  • 7:47 - 7:49
    Je vais vous montrer deux photos
  • 7:49 - 7:51
    de quelqu'un avec un E sur le front --
  • 7:51 - 7:53
    une ancienne étudiante, Erika Hall.
  • 7:53 - 7:55
    Vous le voyez ici,
  • 7:55 - 7:57
    c'est le bon E.
  • 7:57 - 8:00
    J'ai dessiné un E pour qu'il puisse
    être lu par quelqu'un d'autre.
  • 8:00 - 8:02
    C'est le E de la prise de perspective
  • 8:02 - 8:05
    car il apparaît comme étant un E
    du point de vue d'un autre.
  • 8:05 - 8:08
    Mais ce E, ici,
    est le E centré sur lui-même.
  • 8:09 - 8:11
    Nous sommes souvent
    centrés sur nous-mêmes,
  • 8:11 - 8:14
    surtout en temps de crise.
  • 8:14 - 8:16
    Je veux vous parler
    d'une crise en particulier.
  • 8:16 - 8:19
    Un homme rentre dans une banque
    à Watsonville, en Californie.
  • 8:20 - 8:23
    Il dit : « Donnez-moi 2 000 dollars
  • 8:23 - 8:25
    ou je fais exploser la banque
    avec une bombe. »
  • 8:26 - 8:28
    La directrice de la banque
    ne lui a pas donné l'argent.
  • 8:28 - 8:29
    Elle a pris du recul.
  • 8:30 - 8:31
    Elle a pris sa perspective
  • 8:31 - 8:34
    et a remarqué quelque chose
    de très important.
  • 8:34 - 8:36
    Il avait demandé
    une somme d'argent précise.
  • 8:36 - 8:38
    Alors elle a dit :
  • 8:39 - 8:41
    « Pourquoi avez-vous
    demandé 2 000 dollars ? »
  • 8:41 - 8:44
    Il a dit : « Mon ami va être expulsé
  • 8:44 - 8:46
    si je ne lui donne pas
    immédiatement 2 000 $. »
  • 8:46 - 8:49
    Elle a dit : « Vous ne voulez pas
    voler la banque,
  • 8:49 - 8:51
    vous voulez un prêt. »
  • 8:51 - 8:52
    (Rires)
  • 8:52 - 8:54
    « Venez dans mon bureau
  • 8:54 - 8:56
    pour remplir la paperasse. »
  • 8:56 - 8:57
    (Rires)
  • 8:57 - 9:02
    Sa prise de perspective rapide
    a désamorcé une situation dangereuse.
  • 9:02 - 9:04
    Prendre la perspective de quelqu'un
  • 9:04 - 9:09
    nous permet d'être ambitieux,
    assertif tout en restant agréable.
  • 9:09 - 9:12
    Voici une autre façon d'être assertif
    en restant agréable
  • 9:12 - 9:15
    afin d'exprimer de la flexibilité.
  • 9:15 - 9:19
    Imaginez être un vendeur de voiture
    voulant vendre une voiture à quelqu'un.
  • 9:20 - 9:24
    Vous aurez plus de chance de vendre
    si vous leur donnez deux options.
  • 9:24 - 9:26
    Par exemple, option A :
  • 9:26 - 9:29
    24 000 $ pour cette voiture
    et une garantie sur 5 ans.
  • 9:29 - 9:30
    Ou option B :
  • 9:31 - 9:33
    23 000 $ et une garantie sur 3 ans.
  • 9:34 - 9:37
    D'après mes recherches, donner aux gens
    le choix parmi plusieurs options
  • 9:37 - 9:39
    leur fait baisser leurs défenses
  • 9:39 - 9:42
    et ils ont plus de chances
    d'accepter l'offre.
  • 9:42 - 9:46
    Cela ne se restreint pas à la vente
    et marche avec les parents.
  • 9:46 - 9:47
    Quand ma nièce avait 4 ans,
  • 9:47 - 9:50
    elle refusait d'être habillée
    et rejetait tout.
  • 9:50 - 9:53
    Puis ma belle-sœur
    a eu une idée brillante :
  • 9:53 - 9:56
    « Et si je donnais le choix à ma fille ? »
  • 9:56 - 9:58
    Ce t-shirt ou ce t-shirt ?
    OK, celui-ci.
  • 9:58 - 10:00
    Ce pantalon ou ce pantalon ?
    OK, celui-ci.
  • 10:00 - 10:01
    Cela fonctionnait à merveille.
  • 10:01 - 10:05
    Elle était habillée vite
    et ne résistait pas.
  • 10:05 - 10:08
    Quand je demande partout dans le monde
  • 10:08 - 10:10
    quand les gens
    sont à l'aise pour s'exprimer,
  • 10:10 - 10:11
    la réponse est en premier :
  • 10:11 - 10:16
    « Quand j'ai un soutien social
    dans mon public, des alliés. »
  • 10:16 - 10:20
    Nous voulons donc des alliés à nos côtés.
  • 10:20 - 10:21
    Comment y parvenir ?
  • 10:22 - 10:24
    Vous pouvez être une maman ours.
  • 10:24 - 10:26
    En défendant les autres,
  • 10:26 - 10:29
    nous élargissons notre éventail
    à nos yeux et aux yeux des autres
  • 10:29 - 10:31
    mais nous gagnons aussi
    de solides alliés.
  • 10:32 - 10:37
    Une autre façon de gagner
    de solides alliés haut-placés
  • 10:37 - 10:39
    est de demander des conseils aux autres.
  • 10:39 - 10:45
    En demandant des conseils aux autres,
    ils nous apprécient car nous les flattons
  • 10:45 - 10:47
    et nous exprimons de l'humilité.
  • 10:47 - 10:50
    Cela fonctionne pour résoudre
    une autre double contrainte.
  • 10:51 - 10:53
    C'est la double contrainte
    de l'autopromotion.
  • 10:53 - 10:55
    Cette double contrainte
  • 10:55 - 10:58
    est que, si nous n'annonçons pas
    nos propres réussites,
  • 10:58 - 10:59
    personne ne les remarque ;
  • 10:59 - 11:02
    si nous le faisons,
    nous ne sommes pas appréciables.
  • 11:02 - 11:05
    Mais, en demandant des conseils
    concernant l'une de nos réussites,
  • 11:05 - 11:10
    nous pouvons être à la fois
    compétent et appréciable à leurs yeux.
  • 11:10 - 11:13
    Cela est si puissant
  • 11:13 - 11:15
    que cela fonctionne
    même quand on s'y attend.
  • 11:15 - 11:20
    Il y a eu de multiples fois dans ma vie
    où on m'a prévenu
  • 11:20 - 11:24
    qu'on avait conseillé à quelqu'un
    de faible pouvoir de me demander conseil.
  • 11:24 - 11:27
    Je veux que vous remarquiez trois choses.
  • 11:27 - 11:30
    Un : je sais que la personne
    allait me demander conseil.
  • 11:30 - 11:34
    Deux : j'ai fait des recherches
    sur les bénéfices stratégiques
  • 11:34 - 11:35
    de la demande de conseils.
  • 11:36 - 11:38
    Et trois : cela fonctionne quand même !
  • 11:39 - 11:40
    J'ai pris leur perspective,
  • 11:40 - 11:42
    je me suis plus investi
    dans leurs demandes,
  • 11:42 - 11:46
    je me suis plus engagé auprès d'eux
    car ils avaient demandé conseil.
  • 11:46 - 11:50
    Nous sommes également
    plus à l'aise pour nous exprimer
  • 11:50 - 11:52
    quand nous avons de l'expertise.
  • 11:52 - 11:54
    L'expertise nous donne de la crédibilité.
  • 11:55 - 11:58
    Quand nous avons du pouvoir,
    nous avons de la crédibilité.
  • 11:58 - 11:59
    Une simple preuve nous suffit.
  • 12:00 - 12:03
    Quand nous manquons de pouvoir,
    nous n'avons pas de crédibilité.
  • 12:03 - 12:05
    Il nous faut une excellente preuve.
  • 12:05 - 12:09
    Une des façons de paraître expert
  • 12:09 - 12:11
    est d'exprimer notre passion.
  • 12:12 - 12:16
    Durant les prochains jours, j'aimerais
    que tout le monde aille voir un ami
  • 12:16 - 12:20
    et lui demande de décrire
    une de ses passions.
  • 12:21 - 12:23
    Des gens du monde entier ont fait cela
  • 12:23 - 12:25
    et je leur ai demandé :
  • 12:25 - 12:27
    « Qu'avez-vous remarqué
    sur l'autre personne
  • 12:27 - 12:29
    quand elle a décrit sa passion ? »
  • 12:29 - 12:31
    Les réponses sont toujours les mêmes :
  • 12:31 - 12:33
    les yeux s'illuminent et grandissent,
  • 12:33 - 12:36
    ils ont un grand sourire radieux,
  • 12:36 - 12:37
    ils utilisaient leurs mains,
  • 12:37 - 12:40
    parfois il fallait se baisser
    pour éviter leurs mains,
  • 12:40 - 12:42
    ils parlent vite et de façon plus aiguë,
  • 12:42 - 12:43
    (Rires)
  • 12:43 - 12:46
    ils se sont approchés
    comme pour raconter un secret.
  • 12:46 - 12:47
    Je leur ai alors dit :
  • 12:47 - 12:50
    « Que s'est-il passé
    quand vous écoutiez sa passion ? »
  • 12:50 - 12:53
    Ils ont dit : « Mes yeux se sont éclairés,
  • 12:53 - 12:54
    j'ai souri,
  • 12:54 - 12:55
    je me suis rapproché. »
  • 12:55 - 12:57
    Quand nous exprimons notre passion,
  • 12:57 - 13:01
    nous nous donnons le courage,
    à nos yeux, de nous exprimer
  • 13:01 - 13:04
    mais nous obtenons aussi
    la permission des autres.
  • 13:05 - 13:10
    Parler de sa passion fonctionne aussi
    quand nous paraissons trop faibles.
  • 13:11 - 13:15
    Les hommes et les femmes sont punis
    quand ils versent une larme au travail.
  • 13:15 - 13:19
    Mais Lizzie Wolf a montré
  • 13:19 - 13:22
    que quand nous formulons
    nos émotions fortes comme de la passion,
  • 13:22 - 13:28
    la condamnation de nos pleurs
    disparaît pour les hommes et les femmes.
  • 13:29 - 13:32
    J'aimerais finir avec quelques mots
    de mon défunt père
  • 13:32 - 13:34
    qu'il a prononcés au mariage
    de mon jumeau.
  • 13:35 - 13:36
    Voici une photo de nous.
  • 13:38 - 13:40
    Mon père était un psychologue comme moi
  • 13:40 - 13:45
    mais son vrai amour, sa vraie passion,
    c'était le cinéma, comme mon frère.
  • 13:45 - 13:47
    Il a écrit un discours
    pour le mariage de mon frère
  • 13:48 - 13:51
    sur les rôles que nous jouons
    dans la comédie humaine.
  • 13:51 - 13:53
    Il a dit : « Plus ton toucher sera léger,
  • 13:53 - 13:57
    meilleur tu seras pour améliorer
    et enrichir ta performance.
  • 13:57 - 14:01
    Ceux qui embrassent leur rôle
    travaillent à améliorer leur performance
  • 14:02 - 14:05
    grandissent, changent et se développent.
  • 14:05 - 14:06
    Joue bien
  • 14:06 - 14:08
    et tes jours seront surtout joyeux. »
  • 14:09 - 14:11
    Ce que mon père disait,
  • 14:11 - 14:14
    c'est qu'on nous a tous assigné
    un éventail et un rôle dans ce monde.
  • 14:15 - 14:19
    Mais il parlait aussi
    de l'essence de cette présentation :
  • 14:19 - 14:24
    ces rôles et éventails sont en constante
    expansion et évolution.
  • 14:25 - 14:27
    Quand une scène le demande,
  • 14:27 - 14:29
    soyez une maman ours féroce
  • 14:29 - 14:31
    et un humble demandeur de conseil.
  • 14:32 - 14:36
    Ayez une excellente preuve
    et de solides alliés.
  • 14:36 - 14:38
    Soyez un preneur de perspective passionné.
  • 14:39 - 14:40
    Et si vous utilisez ces outils --
  • 14:41 - 14:44
    vous pouvez tous les utiliser --
  • 14:44 - 14:48
    vous élargirez votre éventail
    de comportements acceptables
  • 14:48 - 14:51
    et vos jours seront surtout joyeux.
  • 14:52 - 14:53
    Merci.
  • 14:53 - 14:56
    (Applaudissements)
Title:
Comment vous exprimer
Speaker:
Adam Galinsky
Description:

S'exprimer est difficile, même lorsque vous savez que vous devriez le faire. Apprenez à à vous affirmer, à survivre dans les situations sociales délicates et à étendre votre pouvoir personnel avec les sages conseils du psychologue social Adam Galinsky.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDTalks
Duration:
15:08
eric vautier edited French subtitles for How to speak up for yourself
Riaki Ponist commented on French subtitles for How to speak up for yourself
eric vautier approved French subtitles for How to speak up for yourself
eric vautier edited French subtitles for How to speak up for yourself
Mounia SAYAH accepted French subtitles for How to speak up for yourself
Mounia SAYAH edited French subtitles for How to speak up for yourself
Morgane Quilfen edited French subtitles for How to speak up for yourself
Morgane Quilfen edited French subtitles for How to speak up for yourself
Show all
  • Hello, TEDx version of this talk is available in this link:
    http://www.amara.org/en/teams/ted/tasks/?team_video=414443
    If you are translating or have translated this talk, please consider taking the TEDx version as well.

French subtitles

Revisions Compare revisions