Return to Video

La vie est-t-elle vide de sens ? Et d'autres questions absurdes - Nina Medvinskaya

  • 0:08 - 0:12
    Albert Camus a grandi dans la violence.
  • 0:12 - 0:16
    L'Algérie, son pays, était déchirée par la
    guerre entre les nationalistes algériens
  • 0:16 - 0:19
    et la colonie française.
  • 0:19 - 0:21
    Il a perdu son père
    lors de la guerre 14-18
  • 0:21 - 0:24
    et a été jugé inapte au combat
    lors de la guerre 40-45.
  • 0:24 - 0:29
    Luttant contre la tuberculose en France
    et faisant face aux ravages de la guerre
  • 0:29 - 0:33
    lorsqu'il travaille comme journaliste,
    Camus tombe dans le désarroi.
  • 0:33 - 0:39
    Il ne pouvait trouver de sens à ce
    carnage et cette souffrance interminables.
  • 0:39 - 0:42
    Il s'interrogea :
    si le monde n'avait pas de sens,
  • 0:42 - 0:47
    nos vies auraient-elles encore
    de la valeur ?
  • 0:47 - 0:51
    Plusieurs de ses contemporains
    exploraient les mêmes réflexions
  • 0:51 - 0:56
    au nom d'un nouveau courant philosophique,
    l'existentialisme.
  • 0:56 - 1:00
    Selon les existentialistes, les hommes
    seraient nés avec un avenir vierge,
  • 1:00 - 1:04
    et devraient eux-mêmes donner
    un sens à la vie dans ce monde chaotique.
  • 1:04 - 1:08
    Mais Camus rejetait
    la pensée des existentialistes.
  • 1:08 - 1:11
    Il soutenait que tous les hommes
    partageaient la même condition humaine
  • 1:11 - 1:14
    qui les unissait à des objectifs communs.
  • 1:14 - 1:21
    Par exemple, trouver un sens à la vie
    malgré la cruauté arbitraire du monde.
  • 1:21 - 1:27
    Camus voyait la quête de sens
    et l'indifférence silencieuse de l'univers
  • 1:27 - 1:31
    comme deux choses incompatibles,
  • 1:31 - 1:37
    et il considérait qu'il était absurde
    d'essayer de les concilier.
  • 1:37 - 1:42
    Cette tension est devenue le cœur de
    la philosophie de l'absurde chez Camus,
  • 1:42 - 1:46
    selon laquelle la vie était
    fondamentalement vaine.
  • 1:46 - 1:49
    Comment vivre si la vie n'a pas de sens
  • 1:49 - 1:53
    est devenue le fil conducteur
    de la première partie de son œuvre
  • 1:53 - 1:57
    qu'il a appelée « le cycle de l'absurde ».
  • 1:57 - 2:01
    Le premier roman de Camus,
    qui est aussi le plus connu,
  • 2:01 - 2:04
    propose une réponse assez sombre.
  • 2:04 - 2:09
    « L'Étranger » suit Meursault,
    un jeune homme émotionnellement détaché,
  • 2:09 - 2:12
    qui ne trouve pas tellement de sens
    à quoi que ce soit.
  • 2:12 - 2:16
    Il ne pleure pas à l'enterrement
    de sa mère,
  • 2:16 - 2:19
    il aide son voisin à humilier une femme,
  • 2:19 - 2:25
    et commet même un crime,
    mais n'éprouve aucun remords.
  • 2:25 - 2:31
    Pour lui, le monde n'a aucun sens
    et le jugement moral n'a pas lieu d'être.
  • 2:31 - 2:35
    Cet état d'esprit crée une hostilité
    entre Meursault
  • 2:35 - 2:37
    et la société dans laquelle il vit,
  • 2:37 - 2:43
    ce qui augmente lentement son aliénation
    jusqu'au point culminant du roman.
  • 2:43 - 2:49
    Contrairement à son personnage, Camus fut
    reconnu et renommé pour sa pensée.
  • 2:49 - 2:52
    « L'Étranger » l'a propulsé sur le devant
    de la scène,
  • 2:52 - 2:54
    et il a continué à produire des écrits
  • 2:54 - 2:58
    sur le sens de la vie
    dans un monde inintelligible,
  • 2:58 - 3:03
    dont la plupart revenaient toujours
    à la même question existentielle :
  • 3:03 - 3:05
    si la vie est vraiment dépourvue de sens,
  • 3:05 - 3:10
    le suicide est-il la seule
    solution raisonnable ?
  • 3:10 - 3:13
    Camus répondit catégoriquement « non ».
  • 3:13 - 3:18
    Il n'y a peut-être aucune explication
    à l'injustice de notre monde,
  • 3:18 - 3:22
    mais faire le choix de vivre malgré tout
    est l'expression la plus profonde
  • 3:22 - 3:24
    de notre grande liberté.
  • 3:24 - 3:27
    Camus explique cela dans l'un
    de ses plus célèbres essais
  • 3:27 - 3:30
    axé sur le mythe de Sisyphe dans la
    mythologie grecque.
  • 3:30 - 3:33
    Sisyphe était un roi
    qui avait trahi les dieux,
  • 3:33 - 3:38
    et avait été condamné à éternellement
    rouler un rocher en haut d'une montagne.
  • 3:38 - 3:43
    La cruauté de ce châtiment
    repose sur sa futilité singulière,
  • 3:43 - 3:47
    mais Camus estime que l'humanité entière
    est dans le même cas que Sisyphe.
  • 3:47 - 3:51
    Et ce n'est que lorsque nous acceptons
    l'insignifiance de notre vie
  • 3:51 - 3:55
    que nous pouvons faire face à l'absurdité
    en gardant la tête haute.
  • 3:55 - 4:01
    Comme le dit Camus, lorsque le roi choisit
    de recommencer sa tâche sans fin,
  • 4:01 - 4:04
    « Il faut imaginer Sisyphe heureux. »
  • 4:04 - 4:08
    Les contemporains de Camus n'étaient pas
    aussi ouverts à l'absurdité.
  • 4:08 - 4:11
    Nombre d'existentialistes plaidaient
    en faveur d'une révolte violente
  • 4:11 - 4:17
    pour renverser les systèmes qui privaient
    les gens de pouvoir et de but.
  • 4:17 - 4:22
    La réponse de Camus fut la deuxième partie
    de son oeuvre : le cycle de la révolte.
  • 4:22 - 4:26
    Dans « L'Homme révolté », il explore la
    rébellion en tant qu'acte créatif
  • 4:26 - 4:28
    plutôt qu'en tant qu'acte destructeur.
  • 4:28 - 4:31
    Camus croyait que
    l'inversion du rapport de force
  • 4:31 - 4:35
    ne menait qu'à un
    cycle de violence sans fin.
  • 4:35 - 4:39
    Au lieu de cela, le moyen d'éviter
    des effusions de sang inutiles
  • 4:39 - 4:44
    est de proposer une compréhension publique
    de notre condition humaine commune.
  • 4:44 - 4:48
    Ironiquement, c'est ce cycle d'idées
    plutôt pacifiques
  • 4:48 - 4:53
    qui lui valut des disputes avec nombre
    de ses collègues écrivains et philosophes.
  • 4:53 - 4:54
    Malgré la controverse,
  • 4:54 - 4:59
    Camus a commencé à écrire l'un de ses
    romans les plus longs et personnels :
  • 4:59 - 5:04
    une autobiographie
    intitulée « Le Premier Homme. »
  • 5:04 - 5:08
    Ce roman devait être le premier d'un
    troisième cycle plus optimiste :
  • 5:08 - 5:10
    le cycle de l'amour.
  • 5:10 - 5:15
    Mais, en 1960, Camus décède
    dans un accident de voiture
  • 5:15 - 5:19
    qui ne peut être qualifié que d'insensé
    et absurde.
  • 5:19 - 5:22
    Même si le cycle de l'amour
    n'a jamais vu le jour,
  • 5:22 - 5:28
    le cycle de la révolte et de l'absurde
    résonnent encore auprès des lecteurs.
  • 5:28 - 5:32
    Son concept de l'absurde fait partie
    de la littérature mondiale,
  • 5:32 - 5:37
    de la philosophie du 20e siècle
    et même de la pop culture.
  • 5:37 - 5:43
    Aujourd'hui, Camus reste un guide de
    confiance dans les moments d'incertitude ;
  • 5:43 - 5:49
    ses idées ayant
    imprégné le monde d'inspiration
  • 5:49 - 5:50
    plutôt que de pessimisme.
Title:
La vie est-t-elle vide de sens ? Et d'autres questions absurdes - Nina Medvinskaya
Speaker:
Nina Medvinskaya
Description:

Albert Camus a grandi dans la violence. Son pays natal, l'Algérie, était en guerre. Il a perdu son père pendant la Première Guerre mondiale et, face aux ravages de la Seconde Guerre mondiale, Camus a perdu espoir. Quel était le sens de toutes ces effusions de sang et de ces souffrances sans fin ? Et si le monde était vide de sens, nos vies individuelles auraient-elles encore avoir de la valeur ? Nina Medvinskaya explore la philosophie de l'absurde de Camus.

Leçon de Nina Medvinskaya, réalisée par Avi Ofer.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TED-Ed
Duration:
05:54

French subtitles

Revisions