Return to Video

36,9° 19/02/20 Sucre et grossesse - La fin des hôpitaux

  • 0:00 - 0:03
    Isabelle Moncada: Pour commencer,
    une question qui a l'air un peu provoque,
  • 0:03 - 0:05
    mais qui est sérieuse et d'actualité:
  • 0:05 - 0:07
    Faut-il en finir avec les hôpitaux?
  • 0:07 - 0:10
    Issu du Moyen-âge, l'hospice
    s'est progressivement transformé
  • 0:10 - 0:12
    en un centre de soins technologiques.
  • 0:12 - 0:16
    On a construit des giga-bâtiments
    qu'il faudra amortir sur des décennies.
  • 0:16 - 0:19
    Et puis, dans les années '60, on a vu
    l'apogée de l'hospitalocentrisme.
  • 0:20 - 0:22
    Ce modèle est aujourd'hui
    dépassé et décrié.
  • 0:22 - 0:25
    Pour les spécialistes,
    il faut créer un hôpital hors les murs,
  • 0:25 - 0:28
    traiter les patients qui n'ont pas besoin
    de soins continus à domicile.
  • 0:29 - 0:30
    Il faut dire qu'à la maison,
    on dort mieux,
  • 0:30 - 0:32
    on risque moins
    les infections nosocomiales
  • 0:32 - 0:33
    et ça coûte moins cher.
  • 0:33 - 0:36
    Chaque année, en Suisse,
    un million de personnes
  • 0:36 - 0:37
    doivent être hospitalisées.
  • 0:37 - 0:38
    Comment faire baisser ce chiffre?
  • 0:39 - 0:43
    Voici l'enquête menée par Sophie Gabut
    et Jean-Daniel Bohnenblust à Genève,
  • 0:43 - 0:46
    canton parmi les pionniers
    dans la recherche de solutions.
  • 0:46 - 0:51
    (musique)
  • 0:51 - 0:53
    >> J'ai été diagnostiqué
    il y a une vingtaine d'années
  • 0:53 - 0:55
    pour une maladie qui a un nom
    un peu compliqué
  • 0:55 - 0:58
    mais qui s'appelle la RCUH, qui est la
    recto-colite ulcéro-hémorragique,
  • 0:58 - 1:01
    qui est une maladie inflammatoire
    qui touche le colon.
  • 1:01 - 1:09
    Puis mon état s'est tellement dégradé que
    j'ai été hospitalisé pendant 4 1/2 mois.
  • 1:09 - 1:12
    A la suite de cette hospitalisation,
    j'ai fait le choix et la demande
  • 1:12 - 1:15
    d'être hospitalisé à domicile
    pour pouvoir poursuivre des soins
  • 1:15 - 1:17
    dans un cadre familial, à la maison.
  • Not Synced
    >> Qu'est-ce que vous avez sur le dos?
  • Not Synced
    >> Hé bien, j'ai de la nourriture
    qui m'aide à prendre du poids
  • Not Synced
    depuis bientôt une année, maintenant.
  • Not Synced
    Ça s'appelle une parentérale.
  • Not Synced
    Donc ça veut dire que dedans, j'ai
    dans mon sac une poche
  • Not Synced
    avec de la nourriture,
    alors la nourriture, malheureusement,
  • Not Synced
    le repas est toujours un peu le même
    au quotidien: voilà,
  • Not Synced
    c'est une poche où dedans --
    alors là,
  • Not Synced
    comme on arrive au terme de la perfusion,
    il n'y en a plus beaucoup, mais
  • Not Synced
    dedans, on a un liquide, voilà,
    qui en fait est relié directement
  • Not Synced
    à une pompe, qui en fait injecte
    régulièrement le produit dans la veine.
  • Not Synced
    Mais oui, oui, moi j'ai même --
    je peux travailler avec ça,
  • Not Synced
    j'ai même fait un concert
    à la Fête de la musique au mois de juin,
  • Not Synced
    où j'avais mon sac sur le dos.
  • Not Synced
    Donc voilà: oui, c'est possible d'avoir
    une vie normale avec ça sur le dois.
  • Not Synced
    (Musique)
  • Not Synced
    >> Vivre chez soi, dans des conditions
    approchant celles de l'hôpital:
  • Not Synced
    une tendance qui tranche avec
    le système de santé depuis ses origines:
  • Not Synced
    l'hospitalo-centrisme.
  • Not Synced
    Pour contrer l'augmentation
    incontrôlée des coûts
  • Not Synced
    et adapter la prise en charge des patients
    à leurs réels besoins,
  • Not Synced
    les cantons repensent le système.
  • Not Synced
    Objectif: éviter
    les hospitalisations évitabes
  • Not Synced
    en maintenant les gens chez eux.
  • Not Synced
    >> Alors voilà: aujourd'hui on a vu Mme K.
  • Not Synced
    qui vraiment souhaite
    un maintien au domicile --
  • Not Synced
    >> A Genève, une équipe interdisciplinaire
    a été créée pour coordonner les soins
  • Not Synced
    autour du patient âgé.
    >> Donc on es allé --
  • Not Synced
    >> Le projet s'appelle Cogeria
    >> Et puis --
  • Not Synced
    >> Il réunit l'hôpital,
    des médecins privés
  • Not Synced
    et les acteurs sociaux.
    >> viennent voir --
  • Not Synced
    >> Développé à l'échelle des quartiers,
    il place les bénéficiaires
  • Not Synced
    au centre d'une prise en charge globale.
  • Not Synced
    >> et une physio
  • Not Synced
    --- dans son quartier, dans le canton
    s'il y a des associations, des prestations,
  • Not Synced
    qui pourraient correspondre à ses besoins.
  • Not Synced
    >> Et voilà comment ça marche.
  • Not Synced
    Nous sommes dans un immeuble disposant
    d'un encadrement pour personnes âgées.
  • Not Synced
    >> Elle peut pas
    >> Hello, Mme S.?
  • Not Synced
    >> Une dame âgée loue un studio.
  • Not Synced
    Elle a 97 ans, est autonome,
    mais elle est tombée chez elle.
  • Not Synced
    >> Bonjour!
    >> Bonjour!
  • Not Synced
    Il lui a suffit d'alerter l'infirmier de garde.
  • Not Synced
    >> Oui, je suis tombée.
    >> Vous êtes tombée?
  • Not Synced
    >> Et j'arrive pas à me relever,
    ça saigne.
  • Not Synced
    >> D'accord. Hé bien,
    on va regarder tout ça.
  • Not Synced
    Ça saigne toujours un petit peu,
    le visage. >> Oui
  • Not Synced
    >> Je ne vais pas vous le mettre
    dans l'oeil.
  • Not Synced
    >> La consultation va prendre
    une tournure avant-gardiste.
  • Not Synced
    >> Vu que vous êtes tombée,
    j'aimerais bien, si vous le voulez,
  • Not Synced
    qu'on appelle le médecin: puis comme ça,
    on a un avis médical.
  • Not Synced
    >> Voilà: d'accord?
    >> Merci beaucoup. >> D'accord.
  • Not Synced
  • Not Synced
    >> Pour appuyer cette prise en charge,
    les HUG ont développé
  • Not Synced
    un outil de téléconsultation.
  • Not Synced
    >> Donc maintenant, elle va nous rappeler.
    Alors
  • Not Synced
    >> Bonjour! >> Bonjour.
    >> ... le médecin ... enchantée
  • Not Synced
    >> Bonjour, enchanté. Florian,
    je suis un infirmier IMAD.
  • Not Synced
    Alors Mme S., on a été appelés,
    elle a fait une chute.
  • Not Synced
    Elle est tombée dans son salon,
    elle s'est tapé la tête.
  • Not Synced
    Elle s'est ouvert l'arcade sourcilière
    gauche.
  • Not Synced
    >> Le système se nomme HUG@home.
  • Not Synced
    Lorsqu'ils le jugent nécessaire,
    les infirmiers peuvent appeler
  • Not Synced
    un médecin de garde de l'hôpital
    pour valider un traitement.
  • Not Synced
    >> Elle est quand même sonnée.
    >> D'accord
  • Not Synced
    Bonjour Madame
    >> Bonjour, Mademoiselle.
  • Not Synced
    >> Comment est-ce que vous vous sentez,
    maintenant?
  • Not Synced
    >> J'ai pas compris.
  • Not Synced
    >> Comment est-ce que vous vous sentez?
    >> Moi je me sens bien.
  • Not Synced
    >> Après être passées
    par une salle d'attente virtuelle,
  • Not Synced
    les consultations à distance
    peuvent prendre plusieurs formes:
  • Not Synced
    textes, photos, vidéos,
    en fonction des besoins.
  • Not Synced
    >> Alors par rapport à
    la prise en charge, maintenant,
  • Not Synced
    je pense que les steri-strips
    que vous avez mis,
  • Not Synced
    ça suffit par rapport à la plaie.
  • Not Synced
    Elle ne saigne pas et je pense
    que ça va bien se passer comme ça.
  • Not Synced
    >> Les patients âgés vulnérables
  • Not Synced
    et ceux qui sont rentrés chez eux
    juste après une opération
  • Not Synced
    sont les premiers bénéficiaires
    de la téléconsultation.
  • Not Synced
    >> ... si dans la journée, il n'y a rien
    qui se développe.
  • Not Synced
    Est-ce que vous pouvez passer
    en fin de journée pour voir Madame?
  • Not Synced
    >> Oui, pas de souci: je peux dire
    à l'infirmière de ce soir de repasser
  • Not Synced
    pour venir la voir.
  • Not Synced
    >> Merci beaucoup! >> Merci!
    >> Merci beaucoup, docteur; au revoir.
  • Not Synced
    >> Alors c'est un changement de paradigme,
    c'est sûr.
  • Not Synced
    Nous sommes habitués à voir un patient,
    pouvoir palper aussi le patient,
  • Not Synced
    pouvoir palper la plaie.
  • Not Synced
    Donc c'est quand même différent.
  • Not Synced
    Il est vrai que pour tout un tas
    de situations,
  • Not Synced
    on peut tout à fait faire ça à distance,
    par exemple une plaie, typiquement,
  • Not Synced
    comme on vient de voir ici,
  • Not Synced
    c'est très adapté de pouvoir
    voir le patient en vidéoconsultation.
  • Not Synced
    Par contre, évidemment, si c'est
    une douleur au niveau du ventre
  • Not Synced
    et puis qu'il faudrait palper le ventre,
    c'est mieux d'avoir le patient en vrai.
  • Not Synced
    >> Mais c'est bien, ça a bien séché,
    c'est bien.
  • Not Synced
    On a pu tout de suite dans les 10 minutes,
    avoir un avis médical,
  • Not Synced
    sans passer par appeler une ambulance,
    que... déplacer le 144,
  • Not Synced
    ou appeler la fille pour qu'elle vienne,
    qu'elle l'emmène à l'hôpital.
  • Not Synced
    Ça, au niveau logistique, déjà,
    ça permet beaucoup de choses,
  • Not Synced
    et puis nous, au niveau médical,
  • Not Synced
    ça nous permet d'avoir
    un avis très rapide.
  • Not Synced
    >> C'est parce qu'on a ... souvent,
    suivant comment on est tombé,
  • Not Synced
    c'est quand même mieux qu'ils viennent
    à la maison si on eut pas se déplacer.
  • Not Synced
    Je trouve, moi.
    >> Ah oui?
  • Not Synced
    >> Ah ben oui. >> Vous êtes sure?
    >> C'est plus pratique, quand même
  • Not Synced
    >> Ah mais, c'est sûr.
  • Not Synced
    >> Qu'est-ce que j'aurais fait, là,
    par terre,
  • Not Synced
    >> si j'avais pas eu quelqu'un
    tout de suite?
  • Not Synced
    >> C'est une économe de temps, d'argent
    >> Oui!
  • Not Synced
    >> Voilà, de plein de choses.
    >> De tout, oui, exactement.
  • Not Synced
    Je serais peut-être encore par terre:
    on sait pas (elle rit).
  • Not Synced
    >> Ce dispositif s'inscrit
    dans le virage ambulatoire
  • Not Synced
    visant à garantir les soins hors murs
    de l'hôpital.
  • Not Synced
    Il n'est prévu d'y recourir
    que dans la mesure
  • Not Synced
    où le médecin traitant du patient
    n'est pas joignable.
  • Not Synced
    >> Voilä: si ça va pas, vous nous appelez.
    >> Oui, ... vous appeler
  • Not Synced
    >> Voilà, hein
    >> Oui, je vais vous appeler, oui.
  • Not Synced
    >> Ça va aller, mais vous nous appelez.
    >> Oui. >> Nickel.
  • Not Synced
    Après 6 mois d'essai, 90% des visites
  • Not Synced
    auraient permis d'éviter
    un déplacement aux urgences.
  • Not Synced
    >> Voilà, d'accord?
    Au revoir, bonne soirée, Mme S.
  • Not Synced
    >> Merci, pareillement.
    >> Merci.
  • Not Synced
    >> Certains préfèrent éviter l'hôpital.
    (Musique)
  • Not Synced
    D'autres ne souhaitent pas y retourner.
  • Not Synced
    Christophe Duc a demandé l'assistance
    de l'IMAD,
  • Not Synced
    l’Institution genevoise
    de Maintien à Domicile,
  • Not Synced
    >> Allô, j'écoute.
  • Not Synced
    >> un établissement public autonome
    contrôlé par l'Etat.
  • Not Synced
    >> Bonjour, Antoine, vous êtes déjà là?
    >> Oui, je suis arrivé.
  • Not Synced
    >> Euh, je finis juste une petite minute,
    puis je vous rejoins, d'accord?
  • Not Synced
    >> OK.
    >> A tout de suite, merci.
  • Not Synced
    >> Voilà, tu peux la poser ici,
    comme ça, OK, super.
  • Not Synced
    >> Contrairement aux acteurs privés,
  • Not Synced
    l'IMAD a une obligation
    d'admettre les patients.
  • Not Synced
    Elle a développé
    l'hospitalisation à domicile. 8:21
  • Not Synced
    Des infirmiers spécialisés
    viennent donner des soins
  • Not Synced
    habituellement reçus à l'hôpital.
  • Not Synced
    >> On va maintenant pratiquer
    des transfusions à domicile,
  • Not Synced
    ce qui ne se pratique pas
    dans tous les pays du monde.
  • Not Synced
    On va pouvoir faire tous les types
    d'antibiothérapie.
  • Not Synced
    On va gérer des chimiothérapies.
  • Not Synced
    La plupart du temps, le concept,
    ça va être de les retirer:
  • Not Synced
    elles sont posées à l'hôpital
    sur une pompe qui les diffuse 24 heures
  • Not Synced
    et nous, on les retire.
  • Not Synced
    Donc on a le geste technique et,
    évidemment toute la surveillance,
  • Not Synced
    tout l'accompagnement aussi,
    qui est en lien avec une chimio.
  • Not Synced
    On pratique des dialyses péritonéales,
    de plus en plus.
  • Not Synced
    Ça c'est un soin qui clairement,obligerait
    le patient à être hospitalisé
  • Not Synced
    si c'était pas pratiqué à domicile,
    car totalement vital.
  • Not Synced
    Et l'autre particularité de notre service,
    ça va être toute la pédiatrie.
  • Not Synced
    Comme ça, ça va, c'est confortable?
    >> Oui, merci.
  • Not Synced
    >> Qu'est-ce que ça vous apporte
    de travailler comme ça?
  • Not Synced
    >> Le relationnel avec le patient
    qui est différent,
  • Not Synced
    qui est beaucoup plus personnalisé,
    plus vrai, selon moi, qu'à l'hôpital.
  • Not Synced
    On prend juste de noter le soin
    dans votre carnet de santé.
  • Not Synced
    >> Le fait d'être à domicile m'a permis
    de me reconnecter à une certaine réalité
  • Not Synced
    et puis aussi de quitter
    cette identification à la maladie.
  • Not Synced
    C'est-à-dire de conserver
    "je suis pas malade," je ne suis pas--
  • Not Synced
    ce que je suis profondément n'est pas
    un malade.
  • Not Synced
    Je souffre d'une maladie qui,
    à un certain temps,
  • Not Synced
    m'extrait de la société pour vivre
    une expérience hospitalière,
  • Not Synced
    mais je pense que le retour à la réalité
    aide aussi à la guérison,
  • Not Synced
    parce que finalement, elle favorise
    l'individu
  • Not Synced
    -- en tout cas moi, ça a été mon cas --
  • Not Synced
    à essayer de quitter ce statut de malade
    pour redevenir quelqu'un d'actif.
  • Not Synced
    >> Redevenir actif, père de famille
    et aussi un mari.
  • Not Synced
    >> C'est vrai que Christophe
    va de toute façon mieux.
  • Not Synced
    Mais même quand il est rentré
    et qu'il allait vraiment mal,
  • Not Synced
    mais qu'on a eu vent de cette possibilité
    de venir se soigner à la maison
  • Not Synced
    avec -- et de bénéficier exactement
    de la même qualité des soins,
  • Not Synced
    ça a absolument tout changé,
    changé toute la donne.
  • Not Synced
    (l'enfant rit) >> Oui! >> Ça va,
    tu arrives à le porter?
  • Not Synced
    >> Aujourd'hui, vous allez mieux?
  • Not Synced
    >> Oui, oui je vais mieux: j'ai repris
    14 kilos sur les 20 que j'ai perdus,
  • Not Synced
    j'en ai repris 14, j'ai pu reprendre
    une vie professionnelle, une vie familiale
  • Not Synced
    Après, je peux pas encore refaire du sport
    parce que j'ai eu des conséquences aussi
  • Not Synced
    comme la polyarthrite, enfin des choses
    qui ont été des effets secondaires,
  • Not Synced
    qui m’handicapent encore un peu
    au quotidien.
  • Not Synced
    Mais aujourd'hui, oui,
    j'ai repris une vie normale.
  • Not Synced
    >> Une vie normale qui, de surcroît,
    coûte moins cher au système de santé.
  • Not Synced
    Fabrice Léocadie dirige l'hospitalisation
    à domicile au sein de l'IMAD.
  • Not Synced
    >> On comptabilise pas tout la partie
    hôtelière, ou maintenance que peut avoir -
  • Not Synced
    ou plateau technique que peut avoir
    un hôpital,
  • Not Synced
    donc les coûts de soin en eux-mêmes
    sont, devraient être à peu près similaires
  • Not Synced
    mais par contre, en effet,
  • Not Synced
    quand vous enlevez toute la partie
    hôtelière,
  • Not Synced
    toute la partie restauration qui
    n'est pas facturée à domicile,
  • Not Synced
    forcément, c'est un coût qui est moindre
    que l'hospitalisation.
  • Not Synced
    >> 40% des patients ont moins que 65 ans.
    un tiers sont des personnes âgées,
  • Not Synced
    un autre tiers, des enfants.
  • Not Synced
    >> Les besoins ont plutôt tendance,
    en tout cas ces dernières années,
  • Not Synced
    et c'est encore plus valable
    ces derniers mois,
  • Not Synced
    ont tendance à augmenter fortement.
  • Not Synced
    Notamment, on peut voir évoluer
    la proportion de pédiatrie
  • Not Synced
    sur les 7 dernières années,
  • Not Synced
    avec quasiment un triplement du nombre,
    de la volumétrie de ptits.
  • Not Synced
    >> ......OUi oui, très bien.
    >>
  • Not Synced
    >> Il avait mal à la tête,
    il faisait souvent pipi,
  • Not Synced
    il mangeait pas,
    il est souvent fatigué,
  • Not Synced
    en plus, il a mal au ventre.
  • Not Synced
    Et on est entrés en urgence, le soir,
    à l'hôpital.
  • Not Synced
    Ils ont fait tous les tests et à la fin,
  • Not Synced
    ils ont dit qu'il a un diabète
    qui commence
  • Not Synced
    et qu'il devrait prendre toute sa vie
    l'insuline. 12:09
Title:
36,9° 19/02/20 Sucre et grossesse - La fin des hôpitaux
Description:

Voir https://pages.rts.ch/emissions/36-9/10991360-sucre-et-grossesse-gros-dangers.html#11032302

more » « less
Video Language:
French
Duration:
52:36

French subtitles

Incomplete

Revisions Compare revisions