Return to Video

Nous devrions tous être féministes - Chimamanda Ngozi Adichie at TEDxEuston

  • 0:15 - 0:19
    Mon frère Chuks et mon meilleur ami Ike
    font partie des organisateurs,
  • 0:19 - 0:23
    donc lorsqu’ils m’ont demandé
    de venir, je n’ai pas pu dire non.
  • 0:24 - 0:25
    Mais je suis tellement
    contente d’être ici.
  • 0:25 - 0:27
    Quelle équipe fantastique,
    concernée par l’Afrique.
  • 0:27 - 0:30
    Je me sens tellement touchée
    et heureuse d’être ici.
  • 0:30 - 0:34
    On vient aussi de me dire
    que la plus jolie
  • 0:34 - 0:37
    et la plus extraordinaire petite fille
    du monde est dans cette audience
  • 0:37 - 0:38
    son nom est Kamzia Adichie
  • 0:38 - 0:42
    et j’aimerais qu’elle se lève…
    c’est ma nièce !
  • 0:42 - 0:47
    (Applaudissements)
  • 0:51 - 0:54
    Donc, je voudrais commencer
    par vous parler
  • 0:54 - 0:57
    d'un de mes meilleurs
    amis, Okuloma.
  • 0:58 - 0:59
    Okuloma vivait dans ma rue
  • 0:59 - 1:02
    et s’occupait de moi
    comme un grand frère.
  • 1:02 - 1:06
    Si j’aimais un garçon,
    je lui demandais son avis.
  • 1:06 - 1:09
    Okuloma a péri dans le célèbre
    crash aérien de Sosoliso
  • 1:09 - 1:13
    au Nigéria,
    en décembre 2005
  • 1:13 - 1:16
    Il y a presque
    exactement 7 ans.
  • 1:16 - 1:19
    Okuloma était
    une personne avec qui
  • 1:19 - 1:22
    je pouvais avoir une opinion,
    m’amuser et parler sincèrement.
  • 1:22 - 1:25
    Il a aussi été la première personne
    qui m'a appelée « féministe ».
  • 1:26 - 1:29
    J’avais environ 14 ans. Nous étions
    chez lui en train de nous quereller,
  • 1:29 - 1:32
    à coups d'arguments
  • 1:32 - 1:34
    tirés des livres
    que nous avions lus.
  • 1:34 - 1:37
    Je ne me rappelle pas
    quel était le sujet de ce débat
  • 1:37 - 1:40
    mais je me rappelle qu’alors que
    j'argumentais encore et encore,
  • 1:40 - 1:44
    Okuloma me regarda et me dit :
    « Tu sais, tu es une féministe. »
  • 1:44 - 1:46
    Ce n’était pas un compliment.
  • 1:47 - 1:50
    Je le sentais au ton de sa voix,
    le même ton qu’il aurait utilisé
  • 1:50 - 1:53
    pour dire quelque chose comme :
    « Tu es une partisane du terrorisme ! »
  • 1:53 - 1:55
    (Rires)
  • 1:55 - 1:59
    Je ne savais pas ce que ce mot
    « féministe » voulait dire
  • 1:59 - 2:02
    et je ne voulais pas qu’Okuloma
    sache que je ne savais pas
  • 2:02 - 2:05
    donc j’ai ignoré son commentaire
    et continué à débattre
  • 2:05 - 2:07
    et la première chose que j’allais faire
    en rentrant chez moi
  • 2:07 - 2:09
    était de chercher la signification
    du mot « féministe »
  • 2:09 - 2:11
    dans le dictionnaire.
  • 2:11 - 2:15
    Un rapide saut en avant : quelques
    années plus tard, j’ai écrit un roman
  • 2:15 - 2:18
    à propos d’un homme qui,
    entre autres, bat sa femme
  • 2:18 - 2:20
    et dont la fin ne se passe
    pas très bien pour lui.
  • 2:20 - 2:23
    Alors que je faisais la promotion
    de ce roman au Nigéria,
  • 2:23 - 2:26
    un journaliste, très gentil
    et bien intentionné,
  • 2:26 - 2:29
    me dit qu'il voulait
    me donner un conseil.
  • 2:29 - 2:33
    Et pour tous les Nigérians ici,
    je suis sûre que vous connaissez
  • 2:33 - 2:36
    la vitesse à laquelle
    les gens sont prêts
  • 2:36 - 2:40
    à vous donner
    leur avis non-sollicité.
  • 2:40 - 2:43
    Il me dit que les gens
    disaient que mon roman
  • 2:43 - 2:45
    était féministe
    et son conseil,
  • 2:45 - 2:48
    il parlait en hochant
    la tête tristement,
  • 2:48 - 2:51
    était que je ne devais jamais me
    qualifier de féministe parce que
  • 2:51 - 2:53
    les féministes sont des femmes
    qui ne sont pas heureuses
  • 2:53 - 2:56
    car elles n'ont pas trouvé de mari.
  • 2:56 - 2:59
    (Rires)
  • 3:00 - 3:03
    Alors j'ai décidé de me qualifier
    de « féministe heureuse » !
  • 3:03 - 3:06
    Ensuite, un professeur d'université,
    une Nigériane, me dit
  • 3:06 - 3:08
    que le féminisme n'était pas dans
    notre culture et que le féminisme
  • 3:08 - 3:11
    n'était pas africain
    et que je m'appelais féministe
  • 3:11 - 3:14
    parce que j'étais corrompue
    par les « livres occidentaux »,
  • 3:14 - 3:17
    ce qui m'a bien amusée,
    parce que grand nombre
  • 3:17 - 3:19
    de mes premières lectures étaient
    complètement non-féministes.
  • 3:19 - 3:22
    Je pense que j'ai dû lire tous
    les romans d'amour
  • 3:22 - 3:24
    Mills & Boon publiés
    avant mes 16 ans.
  • 3:24 - 3:26
    Et à chaque fois que j'essayais
    de lire ces livres
  • 3:26 - 3:29
    appelés « les classiques féministes »,
    je m'ennuyais,
  • 3:29 - 3:31
    et j'ai vraiment eu
    du mal à les finir.
  • 3:31 - 3:33
    Mais peu importe, puisque
    le féminisme n'était pas africain,
  • 3:33 - 3:37
    J'ai décidé de me qualifier
    de « féministe africaine heureuse » !
  • 3:38 - 3:41
    A un moment, j'ai été
    une féministe africaine heureuse
  • 3:41 - 3:44
    heureuse qui ne déteste pas
    les hommes, qui aime le gloss
  • 3:44 - 3:46
    et qui met des talons hauts
    pour elle-même
  • 3:46 - 3:48
    et non pas pour les hommes.
  • 3:48 - 3:50
    Bien sûr, tout cela était
    en grande partie ironique
  • 3:50 - 3:55
    mais ce mot féministe vient avec
    un bagage tellement lourd et négatif.
  • 3:55 - 3:57
    Vous détestez les hommes,
    vous détestez les soutiens-gorges,
  • 3:57 - 4:00
    vous détestez la culture
    africaine, par exemple.
  • 4:00 - 4:03
    Maintenant, une histoire
    de mon enfance.
  • 4:03 - 4:05
    J'étais en primaire,
    mon institutrice nous dit
  • 4:05 - 4:09
    en début d'année qu'elle
    allait nous faire faire un exercice
  • 4:09 - 4:13
    et que la personne avec la meilleure
    note deviendrait délégué de classe.
  • 4:13 - 4:15
    Devenir délégué de classe
    était très important.
  • 4:15 - 4:18
    Si vous étiez délégué de classe,
  • 4:18 - 4:21
    vous aviez la responsabilité
    de noter les noms des élèves bruyants,
  • 4:21 - 4:24
    ce qui était déjà
    un grand pouvoir en soi.
  • 4:24 - 4:29
    Mais mon institutrice vous donnerait
    aussi une canne à tenir dans votre main
  • 4:29 - 4:33
    pour patrouiller dans la classe
    et identifier les élèves bruyants.
  • 4:33 - 4:37
    Bien sûr, vous n'étiez pas autorisé
    à utiliser la canne.
  • 4:37 - 4:41
    Mais c'était une idée très exaltante
    pour une enfant de 9 ans comme moi.
  • 4:41 - 4:43
    Je voulais vraiment être
    la déléguée de classe.
  • 4:43 - 4:46
    Et j'ai eu la meilleure note
    à l'exercice.
  • 4:46 - 4:48
    Puis à ma grande surprise,
    l'institutrice nous dit
  • 4:48 - 4:50
    que le délégué de classe
    devait être un garçon.
  • 4:51 - 4:52
    Elle avait oublié
    de le préciser avant
  • 4:52 - 4:55
    parce qu'elle pensait
    que c'était... évident.
  • 4:55 - 4:57
    (Rires)
  • 4:57 - 5:00
    Un garçon a eu la deuxième
    meilleure note à l'exercice
  • 5:00 - 5:02
    et est devenu délégué.
  • 5:03 - 5:05
    Or, ce qui est encore
    plus intéressant,
  • 5:05 - 5:08
    c'est que le garçon
    était doux et gentil
  • 5:08 - 5:12
    et n'avait aucune envie de
    patrouiller la classe avec une canne,
  • 5:12 - 5:16
    alors que moi, j'étais pleine
    d'ambition pour cette tâche.
  • 5:17 - 5:19
    Mais j'étais de sexe féminin
    et lui de sexe masculin
  • 5:19 - 5:21
    et donc il est devenu
    délégué de classe.
  • 5:21 - 5:24
    Et je n'ai jamais oublié
    cet incident.
  • 5:24 - 5:27
    Je fais souvent l'erreur
    de penser que
  • 5:27 - 5:30
    quelque chose de si évident pour moi
    l'est aussi pour n'importe qui d'autre.
  • 5:30 - 5:32
    Prenez mon cher ami
    Louis par exemple.
  • 5:32 - 5:34
    Louis est un homme
    brillant, progressiste,
  • 5:34 - 5:37
    et dans nos conversations,
    il me disait :
  • 5:37 - 5:39
    « Je ne sais pas ce que
    tu veux dire par :
  • 5:39 - 5:41
    les choses sont différentes ou
    plus difficiles pour les femmes.
  • 5:41 - 5:44
    Peut être dans le passé,
    mais plus maintenant. »
  • 5:44 - 5:47
    Et je ne comprenais pas
    que Louis ne puisse pas voir
  • 5:47 - 5:49
    ce qui me semblait
    si évident.
  • 5:49 - 5:52
    Puis un soir, à Lagos, Louis et moi
    sommes sortis avec des amis.
  • 5:52 - 5:55
    et pour les gens
    qui ne connaissent pas Lagos,
  • 5:55 - 5:57
    il y a une magnifique
    « attraction » à Lagos :
  • 5:57 - 6:00
    une multitude d'hommes
    énergiques flânent autour
  • 6:00 - 6:03
    des hôtels et restaurants
    et à grand renfort de gestes
  • 6:03 - 6:05
    vous « aident »
    à garer votre voiture.
  • 6:06 - 6:09
    J'étais particulièrement impressionnée
    par le comportement théâtral
  • 6:09 - 6:13
    de l'homme qui nous trouva
    une place de parking ce soir-là.
  • 6:13 - 6:16
    Et alors que nous partions,
    je décidais de lui donner un pourboire.
  • 6:16 - 6:18
    J'ouvris mon sac à main,
  • 6:18 - 6:20
    mis ma main dans le sac,
  • 6:20 - 6:23
    en sortis l'argent que j'avais gagné
    à la sueur de mon front,
  • 6:23 - 6:25
    et le donnai à cet homme.
  • 6:26 - 6:27
    Et lui,
  • 6:27 - 6:30
    cet homme qui était très
    reconnaissant et très content,
  • 6:30 - 6:32
    prit mon argent,
  • 6:32 - 6:34
    regarda en direction de Louis,
  • 6:34 - 6:36
    et lui dit : « Merci, monsieur ! »
  • 6:36 - 6:40
    (Rires)
  • 6:41 - 6:45
    Louis me regarda,
    surpris et me demanda :
  • 6:45 - 6:49
    « Pourquoi me remercie-t'il ?
    Je ne lui ai pas donné l'argent. »
  • 6:49 - 6:53
    J'ai vu la compréhension apparaître
    sur le visage de Louis.
  • 6:53 - 6:56
    L'homme pensait
    que l'argent que j'avais,
  • 6:56 - 7:00
    devait forcément
    venir de Louis.
  • 7:00 - 7:02
    Parce que Louis est un homme.
  • 7:03 - 7:05
    Les hommes et les femmes
    sont différents.
  • 7:05 - 7:07
    Nous avons des hormones différentes,
    des organes sexuels différents,
  • 7:07 - 7:10
    nous avons des aptitudes
    biologiques différentes,
  • 7:10 - 7:13
    les femmes peuvent avoir des enfants,
    les hommes ne peuvent pas.
  • 7:13 - 7:15
    Du moins, pas encore.
  • 7:16 - 7:18
    Les hommes produisent
    de la testostérone et
  • 7:18 - 7:21
    sont généralement plus forts
    physiquement que les femmes.
  • 7:21 - 7:24
    Il y a un peu plus de femmes
    que d'hommes dans le monde,
  • 7:24 - 7:27
    environ 52% de la population
    mondiale est de sexe féminin.
  • 7:27 - 7:31
    Mais le pouvoir et le prestige
    appartiennent aux hommes.
  • 7:31 - 7:34
    La récente lauréate kényane
    du Prix Nobel de la Paix,
  • 7:34 - 7:37
    Wangari Maathai,
    le dit très bien et très simplement :
  • 7:37 - 7:41
    « Plus vous allez haut,
    moins il y a de femmes. »
  • 7:42 - 7:44
    Lors des récentes
    élections américaines,
  • 7:44 - 7:47
    nous avons entendu parler
    de la loi Lilly Ledbetter.
  • 7:47 - 7:50
    Et si nous allons au delà de la jolie
    allitération de ce nom de loi,
  • 7:50 - 7:53
    elle traite en fait
    d'un homme et d'une femme,
  • 7:53 - 7:56
    faisant le même travail,
    avec des qualifications identiques
  • 7:56 - 7:58
    et l'homme était payé plus,
    parce que c'est un homme.
  • 7:58 - 8:01
    Donc, littéralement,
    les hommes « dominent » le monde,
  • 8:01 - 8:05
    et cela avait du sens
    il y a mille ans.
  • 8:05 - 8:08
    Parce qu'à cette époque, les hommes
    vivaient dans un monde
  • 8:08 - 8:12
    où la force physique était l'élément
    le plus important de la survie.
  • 8:12 - 8:15
    La personne la plus forte
    physiquement était la personne
  • 8:15 - 8:18
    ayant le plus de
    chances de diriger.
  • 8:18 - 8:21
    Et les hommes sont en général
    plus forts physiquement.
  • 8:21 - 8:23
    Bien sûr il y a beaucoup
    d'exceptions.
  • 8:23 - 8:27
    Mais aujourd'hui, nous vivons
    dans un monde complètement différent.
  • 8:28 - 8:31
    La personne ayant le plus de chances
    de diriger, n'est pas la personne
  • 8:31 - 8:33
    la plus forte physiquement,
  • 8:33 - 8:36
    c'est la personne la plus créative,
    la plus intelligente,
  • 8:36 - 8:38
    la plus innovatrice,
  • 8:38 - 8:41
    et il n'y a pas d'hormones
    pour ces qualités.
  • 8:41 - 8:44
    Un homme a autant de chance
    qu'une femme d'être intelligent,
  • 8:44 - 8:47
    créatif, innovateur.
  • 8:47 - 8:50
    Nous avons évolué ; mais il semble
    que l'idée du rôle des sexes
  • 8:50 - 8:53
    n'a pas évolué.
    Il y a quelques semaines,
  • 8:53 - 8:56
    j'entrais dans le lobby d'un
    des plus grands hôtels du Nigéria.
  • 8:56 - 8:58
    Je voulais révéler le nom de l'hôtel,
    mais j'ai ensuite pensé
  • 8:58 - 9:00
    qu'il ne valait mieux pas.
  • 9:00 - 9:04
    Un garde à l'entrée m'arrêta et
    me posa des questions agaçantes.
  • 9:04 - 9:07
    Parce qu'ils supposent automatiquement
    qu'une femme nigériane
  • 9:07 - 9:10
    qui entre dans un hôtel seule
    est une prostituée.
  • 9:11 - 9:12
    Et au fait,
  • 9:12 - 9:15
    pourquoi ces hôtels
    se focalisent-ils sur
  • 9:15 - 9:19
    la prétendue disponibilité, plutôt que
    la demande pour la prostitution ?
  • 9:20 - 9:22
    A Lagos, je ne peux pas aller
    seule dans de nombreux bars
  • 9:22 - 9:25
    et clubs « respectables. »
    On ne vous laisse simplement
  • 9:25 - 9:27
    pas entrer si vous êtes
    une femme seule,
  • 9:27 - 9:30
    vous devez être
    accompagnée d'un homme.
  • 9:30 - 9:33
    À chaque fois que j'entre dans un
    restaurant nigérian avec un homme,
  • 9:33 - 9:36
    le serveur salue
    l'homme et m'ignore.
  • 9:36 - 9:39
    Les serveurs sont des produits...
  • 9:39 - 9:42
    et là je vois les femmes qui font :
    « Oui, c'est ce que je pensais ! »
  • 9:42 - 9:45
    Les serveurs sont les produits
    d'une société qui
  • 9:45 - 9:48
    leur a enseigné que les hommes
    sont plus importants que les femmes.
  • 9:48 - 9:51
    Et je suis sûre que les serveurs
    n'ont aucune mauvaise intention.
  • 9:51 - 9:53
    Mais c'est une chose
    de le savoir intellectuellement
  • 9:53 - 9:56
    et c'en est une bien différente que
    de le sentir émotionnellement.
  • 9:56 - 9:58
    A chaque fois qu'ils m'ignorent,
    je me sens invisible.
  • 9:58 - 10:00
    Je me sens blessée.
  • 10:00 - 10:03
    J'ai envie de leur dire que
    je suis aussi humaine qu'un homme,
  • 10:03 - 10:06
    que je mérite tout autant
    de la reconnaissance.
  • 10:07 - 10:08
    Ce sont de petites choses,
  • 10:08 - 10:11
    mais parfois, ce sont les petites choses
    qui blessent le plus.
  • 10:11 - 10:14
    Il n'y a pas très longtemps,
    j'ai écrit un article
  • 10:14 - 10:17
    au sujet de ce que cela signifie
    d'être une jeune femme à Lagos,
  • 10:17 - 10:21
    et l'imprimeur m'a dit :
    « Quelle colère ! »
  • 10:21 - 10:23
    Bien sûr que c'était de la colère !
  • 10:23 - 10:26
    (Rires)
  • 10:27 - 10:29
    Je suis en colère.
  • 10:29 - 10:32
    Le rôle des sexes tel qu'il est
    aujourd'hui est une grave injustice.
  • 10:32 - 10:33
    Nous devrions tous
    être en colère !
  • 10:33 - 10:37
    Historiquement, la colère a apporté
    de nombreux changements positifs.
  • 10:37 - 10:40
    Mais, en plus d'être en colère,
    je suis aussi pleine d'espoir.
  • 10:41 - 10:44
    Parce que je crois profondément
    en la capacité de l'être humain
  • 10:44 - 10:47
    de changer pour le mieux.
  • 10:47 - 10:49
    Le rôle des sexes est
    important partout dans le monde,
  • 10:49 - 10:53
    mais j'aimerais me concentrer sur
    le Nigéria et l'Afrique en général,
  • 10:53 - 10:55
    parce que c'est ce que je connais,
  • 10:55 - 10:57
    et parce que c'est là où
    se trouve mon cœur.
  • 10:57 - 10:59
    Et j'aimerais vous demander
    à tous aujourd'hui
  • 10:59 - 11:02
    de commencer
    à rêver et planifier
  • 11:02 - 11:06
    un monde différent,
    un monde plus juste.
  • 11:06 - 11:09
    Un monde rempli d'hommes plus heureux
    et de femmes plus heureuses,
  • 11:09 - 11:11
    qui soient encore plus
    fidèles à eux-mêmes.
  • 11:11 - 11:13
    Et voici comment commencer :
  • 11:13 - 11:15
    nous devons élever
    nos filles différemment.
  • 11:15 - 11:18
    Nous devons aussi élever
    nos fils différemment.
  • 11:18 - 11:21
    Nous ne rendons pas service à nos fils,
    de la manière dont nous les élevons.
  • 11:21 - 11:24
    Nous étouffons
    l'humanité de nos fils.
  • 11:25 - 11:27
    Nous définissons la masculinité
    de manière très étroite.
  • 11:27 - 11:30
    La masculinité devient
    cette petite cage rigide
  • 11:30 - 11:33
    et nous enfermons
    les garçons dans cette cage.
  • 11:33 - 11:36
    Nous enseignons aux garçons
    de craindre la peur.
  • 11:36 - 11:40
    Nous enseignons aux garçons de
    craindre la faiblesse, la vulnérabilité.
  • 11:41 - 11:43
    Nous leur apprenons
    à masquer leur vraie nature,
  • 11:43 - 11:45
    parce qu'ils doivent devenir,
  • 11:45 - 11:48
    comme le disent les Nigérians,
    « un homme dur ! »
  • 11:49 - 11:53
    Si, au collège, un garçon et une fille,
    tous les deux des adolescents,
  • 11:53 - 11:55
    tous les deux avec
    le même argent de poche,
  • 11:55 - 11:59
    sortent ensemble, on s'attendra
    toujours à ce que le garçon
  • 11:59 - 12:02
    paie, pour démontrer
    sa masculinité.
  • 12:02 - 12:04
    Et on se demande
    pourquoi les garçons
  • 12:04 - 12:07
    sont plus susceptibles de voler
    l'argent de leur parents.
  • 12:07 - 12:11
    Et si les garçons et
    les filles étaient élevés
  • 12:11 - 12:14
    à ne pas lier la masculinité
    avec l'argent ?
  • 12:14 - 12:18
    Et si l'attitude à adopter n'était pas
    « le garçon doit payer »
  • 12:18 - 12:21
    mais plutôt « celui qui a
    le plus d'argent, paie ? »
  • 12:21 - 12:24
    Bien sûr, en raison
    de cet avantage historique,
  • 12:24 - 12:26
    c'est en majorité les hommes
    qui ont plus d'argent aujourd'hui,
  • 12:26 - 12:28
    mais si nous commencions
    à élever les enfants différemment,
  • 12:28 - 12:31
    alors dans 50 ans,
    dans 100 ans,
  • 12:31 - 12:35
    les garçons n'auront plus la pression
    d'avoir à prouver leur masculinité.
  • 12:35 - 12:39
    Mais de loin, la pire chose
    que l'on fait endurer aux hommes,
  • 12:39 - 12:41
    en leur faisant sentir
    qu'ils doivent être forts,
  • 12:41 - 12:45
    c'est que nous les laissons avec
    une très faible opinion d'eux-mêmes.
  • 12:45 - 12:49
    Plus l'homme se sent obligé
    d'être un « homme dur »,
  • 12:49 - 12:52
    plus son amour propre
    est faible.
  • 12:53 - 12:56
    Et cela rend encore
    bien moins service aux filles
  • 12:56 - 12:59
    parce qu'on les élève à pourvoir
    aux besoins d'hommes
  • 12:59 - 13:01
    ayant une faible
    opinion d'eux-mêmes.
  • 13:01 - 13:04
    Nous apprenons aux filles
    à se réduire, à se faire toutes petites,
  • 13:04 - 13:06
    nous disons aux filles :
  • 13:06 - 13:09
    « Vous pouvez avoir de l'ambition,
    mais pas trop. »
  • 13:09 - 13:12
    « Vous devez aspirer à la réussite,
    mais pas trop,
  • 13:12 - 13:15
    sinon vous pourriez
    menacer l'homme. »
  • 13:15 - 13:18
    Si vous êtes le gagne-pain
    dans votre relation avec un homme,
  • 13:18 - 13:20
    vous devez prétendre
    que vous ne l'êtes pas,
  • 13:20 - 13:24
    particulièrement en public,
    autrement vous allez l'émasculer.
  • 13:25 - 13:28
    Mais si nous remettions en cause
    cette hypothèse même,
  • 13:28 - 13:29
    pourquoi le succès
    d'une femme
  • 13:29 - 13:31
    devrait-il être une menace
    envers l'homme ?
  • 13:31 - 13:35
    Et si nous décidions
    de nous débarrasser de ce mot ?
  • 13:35 - 13:40
    Et je ne pense pas qu'il existe un mot
    que je déteste plus qu'« émasculation ».
  • 13:41 - 13:43
    Une connaissance nigériane
    m'a demandé un jour
  • 13:43 - 13:47
    si je n'était pas inquiète que
    les hommes soient intimidés par moi.
  • 13:47 - 13:49
    Je n'étais pas inquiète du tout !
  • 13:49 - 13:51
    En réalité, cela ne m'a jamais
    traversé l'esprit d'être inquiète.
  • 13:51 - 13:54
    Un homme que j'intimiderais
  • 13:54 - 13:58
    est exactement le type d'homme
    pour lequel je n'aurais aucun intérêt.
  • 13:58 - 14:03
    (Rires)
    (Applaudissements)
  • 14:05 - 14:08
    Mais quand même,
    ça m'a frappée.
  • 14:08 - 14:13
    Parce que je suis une femme, on s'attend
    à ce que j'aspire au mariage ;
  • 14:13 - 14:15
    on s'attend à ce que je fasse des choix
    dans ma vie tout en gardant à l'esprit
  • 14:15 - 14:18
    que le mariage est
    la chose la plus importante.
  • 14:18 - 14:20
    Un mariage peut être
    une bonne chose ;
  • 14:20 - 14:25
    il peut être une source de joie,
    d'amour, de support mutuel.
  • 14:25 - 14:28
    Mais pourquoi enseignons-nous
    aux filles d'aspirer au mariage
  • 14:28 - 14:31
    et n'enseignons-nous pas
    la même chose aux garçons ?
  • 14:31 - 14:33
    Je connais une femme
    qui a décidé de vendre sa maison
  • 14:33 - 14:35
    parce qu'elle ne voulait pas
    intimider un homme
  • 14:35 - 14:38
    qui pourrait
    peut-être l'épouser.
  • 14:38 - 14:41
    Je connais une femme non-mariée
    au Nigeria qui,
  • 14:41 - 14:44
    lorsqu'elle participe à des conférences,
    porte une alliance
  • 14:44 - 14:48
    parce qu'elle veut que les autres
    participants de la conférence
  • 14:48 - 14:51
    lui « donnent du respect. »
  • 14:51 - 14:53
    Je connais des jeunes femmes
    qui subissent tellement de pression
  • 14:53 - 14:57
    de leur famille, leurs amis et même
    du travail, pour qu'elles se marient.
  • 14:57 - 14:59
    Elles sont poussées
    à faire des choix terribles.
  • 14:59 - 15:02
    Une femme d'un certain âge
    qui est toujours célibataire,
  • 15:02 - 15:07
    notre société nous enseigne à la voir
    comme un échec profond et personnel.
  • 15:07 - 15:10
    Et un homme d'un certain âge,
    qui est toujours célibataire,
  • 15:10 - 15:13
    on pense juste qu'il n'a
    pas encore trouvé la bonne.
  • 15:13 - 15:15
    (Rires)
  • 15:15 - 15:17
    C'est facile pour nous de dire :
  • 15:17 - 15:19
    « Oh, mais les femmes n'ont
    qu'à dire non à tout ça ! »
  • 15:19 - 15:21
    Mais la réalité est plus difficile
    et plus complexe.
  • 15:21 - 15:23
    Nous sommes tous
    des personnes vivant en société.
  • 15:23 - 15:26
    Nous intériorisons les idées
    de notre socialisation.
  • 15:26 - 15:28
    Même le langage
    que nous utilisons
  • 15:28 - 15:31
    pour parler de mariage
    et de relations illustre cela.
  • 15:31 - 15:34
    Le langage du mariage
    est souvent un langage de possession
  • 15:34 - 15:37
    plutôt qu'un langage
    de partenariat.
  • 15:37 - 15:40
    Nous utilisons le mot « respect »
  • 15:40 - 15:43
    pour quelque chose qu'une femme
    montre envers un homme
  • 15:43 - 15:46
    mais peu souvent pour quelque chose
    qu'un homme montre envers une femme.
  • 15:46 - 15:49
    Les hommes et les femmes
    au Nigeria diraient,
  • 15:49 - 15:52
    et c'est une expression
    qui m'amuse beaucoup,
  • 15:52 - 15:55
    « Je l'ai fait pour avoir
    la paix dans mon mariage. »
  • 15:55 - 15:57
    Lorsque les hommes le disent,
    c'est souvent
  • 15:57 - 16:00
    pour quelque chose qu'ils ne
    devraient pas faire de toute façon.
  • 16:00 - 16:02
    (Rires)
  • 16:02 - 16:04
    Parfois ils le disent
    à leurs amis...
  • 16:04 - 16:06
    C'est quelque chose
    qu'ils disent à leurs amis
  • 16:06 - 16:09
    d'une manière
    profondément exaspérée,
  • 16:09 - 16:10
    vous savez, quelque chose
    qui en fin de compte
  • 16:10 - 16:11
    prouve à quel point
    ils sont masculins,
  • 16:11 - 16:13
    à quels point ils sont
    désirés, aimés.
  • 16:13 - 16:16
    « Oh, ma femme m'a dit que je ne
    peux pas aller en boîte tous les soirs,
  • 16:16 - 16:18
    donc pour avoir la paix dans mon mariage,
    je n'y vais que le week-end. »
  • 16:18 - 16:20
    (Rires)
  • 16:20 - 16:22
    Alors que lorsqu'une femme dit :
  • 16:22 - 16:25
    « Je l'ai fait pour avoir la paix
    dans mon mariage, »
  • 16:25 - 16:27
    elle fait en général référence
    à l'abandon d'un travail,
  • 16:27 - 16:29
    d'un rêve,
  • 16:29 - 16:31
    d'une carrière.
  • 16:31 - 16:34
    Nous enseignons aux femmes
    que dans les relations,
  • 16:34 - 16:37
    faire des compromis,
    c'est ce que doit faire une femme.
  • 16:37 - 16:40
    Nous élevons les filles à se voir
    les unes les autres en concurrence
  • 16:40 - 16:42
    non pas pour le travail
    ou pour un but dans la vie,
  • 16:42 - 16:44
    ce qui je pense serait
    une bonne chose,
  • 16:44 - 16:46
    mais pour l'attention
    des hommes.
  • 16:46 - 16:48
    Nous enseignons à nos filles
    qu'elles ne peuvent pas
  • 16:48 - 16:51
    devenir des êtres sexuels de la même
    manière que les garçons.
  • 16:51 - 16:53
    Si nous avons des fils,
    cela ne nous dérange pas
  • 16:53 - 16:54
    d'être au courant
    de leurs petites amies.
  • 16:54 - 16:57
    Mais les petits amis de nos filles ?
    Dieu nous garde !
  • 16:57 - 16:58
    (Rires)
  • 16:58 - 17:00
    Mais bien sûr quand
    le moment sera venu,
  • 17:00 - 17:02
    on s'attend à ce que
    ces jeunes filles nous amènent
  • 17:02 - 17:04
    l'homme parfait
    qui deviendra leur mari.
  • 17:04 - 17:06
    Nous contrôlons les filles,
  • 17:06 - 17:08
    nous faisons l'éloge des filles
    pour leur virginité,
  • 17:08 - 17:10
    mais nous ne faisons pas l'éloge
    des garçons pour leur virginité.
  • 17:10 - 17:13
    Et je me suis toujours demandé,
    comment c'est supposé fonctionner ?
  • 17:13 - 17:16
    parce que...
    (Rires)
  • 17:16 - 17:20
    (Applaudissements)
  • 17:24 - 17:26
    Je veux dire,
    la perte de la virginité
  • 17:26 - 17:29
    est habituellement
    un processus qui implique...
  • 17:29 - 17:31
    Récemment, une jeune femme
  • 17:31 - 17:33
    a été victime d'une tournante
    dans une université au Nigéria.
  • 17:33 - 17:35
    Je pense que pas mal d'entre nous
    sommes au courant de ça.
  • 17:35 - 17:37
    Et la réponse de beaucoup
    de jeunes Nigérians,
  • 17:37 - 17:38
    homme et femmes,
  • 17:38 - 17:40
    était quelque chose comme :
  • 17:40 - 17:43
    « Oui, le viol est
    quelque chose de mal.
  • 17:43 - 17:47
    Mais que faisait cette fille dans
    une chambre avec 4 garçons ? »
  • 17:47 - 17:52
    Si on peut oublier l'inhumanité
    horrible de cette réponse,
  • 17:52 - 17:55
    ces Nigérians ont été élevés
    à penser que les femmes
  • 17:55 - 17:58
    sont fondamentalement coupables.
  • 17:58 - 18:01
    Et ils ont été élevés à attendre
    si peu des hommes,
  • 18:01 - 18:05
    que l'idée d'un homme étant
    un sauvage sans contrôle
  • 18:05 - 18:06
    est d'une certaine
    manière acceptable.
  • 18:06 - 18:09
    Nous enseignons
    aux filles la honte.
  • 18:09 - 18:12
    « Croise tes jambes ! »
    « Couvre-toi ! »
  • 18:12 - 18:14
    Nous leur faisons sentir
    qu'étant nées femmes,
  • 18:14 - 18:16
    elles sont déjà coupables
    de quelque chose.
  • 18:16 - 18:19
    Et donc, les filles grandissent
    et deviennent des femmes
  • 18:19 - 18:21
    qui n'arrivent pas à voir
    qu'elles ont des désirs.
  • 18:21 - 18:24
    Elles grandissent et deviennent
    des femmes qui se taisent.
  • 18:25 - 18:27
    Elles grandissent et deviennent
    des femmes qui n'arrivent pas à voir
  • 18:27 - 18:28
    ce qu'elles pensent sincèrement,
  • 18:28 - 18:30
    et elles grandissent,
  • 18:30 - 18:32
    et ceci est la chose la pire
    qu'on puisse faire aux filles,
  • 18:32 - 18:36
    elle grandissent et deviennent
    des femmes qui ont transformé
  • 18:36 - 18:41
    les prétextes en une forme d'art.
    (Applaudissements)
  • 18:43 - 18:46
    Je connais une femme qui déteste
    les tâches ménagères.
  • 18:46 - 18:47
    Elle les déteste simplement,
  • 18:47 - 18:50
    mais elle fait semblant
    de les aimer,
  • 18:50 - 18:54
    parce qu'on lui a dit que
    pour devenir « bonne à marier »
  • 18:54 - 18:59
    elle doit être, en utilisant ce mot
    nigérian, très « domestique ».
  • 19:00 - 19:01
    Et elle s'est donc mariée,
  • 19:01 - 19:03
    et après un certain temps,
    la famille de son mari
  • 19:03 - 19:07
    commença à se plaindre
    qu'elle avait changé.
  • 19:07 - 19:08
    En fait, elle n'avait pas changé,
  • 19:08 - 19:10
    elle en a juste eu marre
    de faire semblant.
  • 19:11 - 19:13
    Le problème avec le genre,
  • 19:13 - 19:16
    c'est qu'il prescrit la façon
    dont nous devrions être
  • 19:16 - 19:19
    au lieu de nous reconnaître
    comme nous sommes.
  • 19:20 - 19:22
    Maintenant, imaginez à quel point
    nous serions plus heureux,
  • 19:22 - 19:26
    à quel point nous serions plus
    libres d'être nous-mêmes,
  • 19:26 - 19:29
    si nous n'avions pas le poids
    des attentes du genre.
  • 19:29 - 19:33
    Garçons et filles sont
    incontestablement différents
  • 19:33 - 19:35
    sur le plan biologique,
  • 19:35 - 19:37
    mais la socialisation
    exagère les différences
  • 19:37 - 19:40
    et ça devient ensuite un processus
    qui se nourrit lui-même.
  • 19:40 - 19:42
    Prenez la cuisine
    par exemple.
  • 19:42 - 19:45
    Aujourd'hui, il est plus probable
    que les femmes, plutôt que les hommes,
  • 19:45 - 19:47
    fassent les tâches ménagères,
    la cuisine et le nettoyage.
  • 19:47 - 19:49
    Mais pour quelle raison ?
  • 19:49 - 19:52
    Est-ce parce que les femmes
    naissent avec un gène de cuisson ?
  • 19:52 - 19:53
    (Rires)
  • 19:53 - 19:56
    Ou parce qu'au cours des années,
    on les a habituées
  • 19:56 - 19:58
    à voir la cuisine comme
    leur domaine ?
  • 19:58 - 20:00
    J'allais dire que peut-être les femmes
    naissent avec un gène de cuisson,
  • 20:00 - 20:04
    jusqu'à ce que je me souvienne que
    la plupart des cuisiniers célèbres
  • 20:04 - 20:07
    dans le monde, à qui nous donnons
    le titre prétentieux de « chef »,
  • 20:07 - 20:08
    sont des hommes !
  • 20:09 - 20:11
    J'avais l'habitude
    d'admirer ma grand-mère
  • 20:11 - 20:13
    qui était une femme brillante,
    très brillante,
  • 20:13 - 20:15
    et je me demande
    comment elle aurait été
  • 20:15 - 20:17
    si elle avait eu les mêmes
    chances que les hommes
  • 20:17 - 20:19
    quand elle était jeune.
  • 20:19 - 20:22
    Il y a aujourd'hui beaucoup
    plus d'opportunités pour les femmes
  • 20:22 - 20:24
    qu'il n'y en avait à l'époque
    de ma grand-mère,
  • 20:24 - 20:27
    en raison de changements dans
    la politique et dans la loi,
  • 20:27 - 20:28
    toutes choses très importantes.
  • 20:28 - 20:32
    Mais ce qui importe encore plus,
    c'est notre attitude, notre état d'esprit,
  • 20:32 - 20:35
    ce en quoi nous croyons
    et ce que nous estimons
  • 20:35 - 20:36
    à propos des rôles de sexes.
  • 20:36 - 20:39
    Et si, en élevant nos enfants,
    nous nous concentrions
  • 20:39 - 20:42
    sur la capacité au lieu du sexe ?
  • 20:42 - 20:44
    Et si, en élevant nos enfants,
    nous nous concentrions
  • 20:44 - 20:47
    sur les points d'intérêts
    au lieu du sexe ?
  • 20:47 - 20:50
    Je connais une famille
    qui a un fils et une fille.
  • 20:50 - 20:51
    Tous les deux sont
    brillants à l'école,
  • 20:51 - 20:53
    ce sont des enfants
    merveilleux, adorables.
  • 20:53 - 20:56
    Quand le garçon a faim,
    les parents disent à leur fille
  • 20:56 - 20:59
    « Va faire cuire les nouilles
    Indomie pour ton frère. »
  • 20:59 - 21:03
    La fille n'aime pas particulièrement
    faire cuire les nouilles Indomie,
  • 21:03 - 21:06
    mais c'est une fille,
    et donc elle doit le faire.
  • 21:06 - 21:07
    Maintenant, que se passerait-il
    si les parents,
  • 21:07 - 21:08
    dès le début,
  • 21:08 - 21:11
    enseignaient aussi bien
    au garçon qu'à la fille
  • 21:11 - 21:14
    de cuisiner l'Indomie ?
  • 21:14 - 21:17
    Cuisiner, en passant, est une
    compétence très utile pour les garçons.
  • 21:17 - 21:21
    Je n'ai jamais pensé
    qu'il était logique de laisser
  • 21:21 - 21:25
    une chose aussi cruciale,
    la capacité de se nourrir soi-même,
  • 21:25 - 21:27
    entre les mains des autres.
  • 21:27 - 21:31
    (Applaudissements)
  • 21:32 - 21:36
    Je connais une femme qui a le même
    diplôme et le même travail que son mari.
  • 21:36 - 21:39
    Quand ils rentrent du travail, elle fait
    la grande partie des tâches ménagères.
  • 21:39 - 21:41
    Et je pense que c'est vrai
    pour de nombreux mariages,
  • 21:41 - 21:43
    Mais ce qui m'a frappée
    à leur sujet, c'est que
  • 21:43 - 21:46
    chaque fois que son mari
    change la couche du bébé,
  • 21:46 - 21:48
    elle lui dit « merci ».
  • 21:49 - 21:53
    Maintenant que se passerait-il
    si elle voyait ça comme
  • 21:53 - 21:56
    parfaitement normal et naturel ?
    Que c'est dans
  • 21:56 - 22:00
    l'ordre normal des choses
    qu'il s'occupe de son enfant ?
  • 22:00 - 22:03
    J'essaie de « désapprendre » bien
    des leçons relatives au rôle des sexes,
  • 22:03 - 22:06
    que j'ai intériorisées
    alors que je grandissais.
  • 22:06 - 22:08
    Mais je me sens
    souvent très vulnérable
  • 22:08 - 22:11
    face aux attentes
    des rôles sociaux.
  • 22:11 - 22:14
    La première fois que j'ai donné
    un cours d'écriture
  • 22:14 - 22:16
    à l'école d'études supérieures,
    j'étais inquiète.
  • 22:16 - 22:18
    Je ne m'inquiétais pas du sujet
    que j'enseignais
  • 22:18 - 22:20
    parce que j'étais
    bien préparée
  • 22:20 - 22:21
    et j'allais enseigner
    ce que j'aime enseigner.
  • 22:21 - 22:24
    Au lieu de cela, je m'inquiétais
    de ce que j'allais porter.
  • 22:25 - 22:27
    Je voulais être
    prise au sérieux.
  • 22:27 - 22:29
    Je savais que parce que
    j'étais une femme,
  • 22:29 - 22:33
    automatiquement,
    je devais faire mes preuves.
  • 22:33 - 22:35
    Et j'étais inquiète
    de paraître trop féminine
  • 22:35 - 22:38
    et donc de ne pas être
    prise au sérieux.
  • 22:38 - 22:42
    J'avais vraiment envie de porter
    mon gloss et ma jupe girly,
  • 22:42 - 22:43
    mais j'ai décidé
    de ne pas le faire.
  • 22:43 - 22:46
    Au lieu de cela, j'ai porté
    un costume très sérieux,
  • 22:46 - 22:49
    très viril et très laid.
  • 22:50 - 22:53
    Parce que la triste vérité est que,
    quand il s'agit de l'apparence
  • 22:53 - 22:55
    nous prenons l'homme
    comme standard,
  • 22:55 - 22:56
    comme norme.
  • 22:56 - 22:59
    Si un homme se prépare
    pour une réunion d'affaires,
  • 22:59 - 23:00
    il ne s'inquiète pas
    de paraître trop masculin
  • 23:00 - 23:03
    et par conséquent de ne pas être
    apprécié à sa juste valeur.
  • 23:03 - 23:06
    Si une femme doit se préparer
    pour une réunion d'affaires,
  • 23:06 - 23:08
    elle doit se soucier de ne pas
    paraître trop féminine
  • 23:08 - 23:10
    et de la manière
    dont elle est perçue,
  • 23:10 - 23:13
    et si oui ou non,
    elle sera prise au sérieux.
  • 23:14 - 23:17
    J'aurais tant aimé ne pas avoir porté
    ce costume laid ce jour-là.
  • 23:17 - 23:20
    Je l'ai d'ailleurs banni de
    mon placard, soit dit en passant.
  • 23:21 - 23:26
    Si j'avais eu alors la confiance
    que j'ai maintenant, pour être moi-même,
  • 23:26 - 23:29
    mes élèves auraient bénéficié
    encore plus de mon enseignement,
  • 23:29 - 23:31
    parce que j'aurais été
    plus à l'aise,
  • 23:31 - 23:33
    et plus pleinement et
    plus réellement moi-même.
  • 23:34 - 23:38
    J'ai choisi de ne plus me confondre
    en excuses pour mon sexe féminin
  • 23:38 - 23:40
    et pour ma féminité.
  • 23:40 - 23:47
    (Applaudissements)
  • 23:47 - 23:50
    Et je veux être respectée
    dans l'ensemble de ma féminité
  • 23:50 - 23:52
    parce que je mérite de l'être.
  • 23:52 - 23:55
    Le genre n'est pas
    une conversation facile.
  • 23:56 - 23:58
    Autant pour les hommes
    que pour les femmes,
  • 23:58 - 24:00
    quand on évoque le rôle des sexes,
    on fait parfois face
  • 24:00 - 24:02
    à une résistance
    quasi immédiate.
  • 24:02 - 24:04
    J'imagine déjà certaines
    personnes, ici, penser :
  • 24:04 - 24:07
    « Les femmes,
    fidèles à elles-mêmes. »
  • 24:08 - 24:10
    Certains hommes ici
    pensent probablement
  • 24:10 - 24:12
    « Ok, tout ça est intéressant,
  • 24:12 - 24:15
    mais je ne pense
    pas comme ça. »
  • 24:15 - 24:17
    Et c'est une partie
    du problème.
  • 24:17 - 24:20
    Le fait que beaucoup d'hommes
    ne pensent pas activement
  • 24:20 - 24:22
    au rôle des sexes
    ou n'y font pas attention,
  • 24:22 - 24:24
    fait partie du problème
    de l'égalité des sexes.
  • 24:24 - 24:26
    Que beaucoup d'hommes,
    comme mon ami Louis, disent
  • 24:26 - 24:29
    que tout va bien maintenant.
  • 24:29 - 24:32
    Et que beaucoup d'hommes
    ne fassent rien pour changer ça.
  • 24:32 - 24:35
    Si vous êtes un homme et que
    vous entrez dans un restaurant
  • 24:35 - 24:37
    avec une femme et que le serveur
    ne dit bonjour qu'à vous,
  • 24:37 - 24:39
    vous vient-il à l'idée
    de demander au serveur :
  • 24:39 - 24:42
    « Pourquoi ne lui dites-vous
    pas bonjour à elle ? »
  • 24:44 - 24:46
    Parce que le genre peut être...
  • 24:47 - 24:54
    (Rires)
  • 24:56 - 24:58
    En fait, les femmes faisaient partie
    d'une version
  • 24:58 - 25:00
    plus longue de cette causerie.
  • 25:00 - 25:02
    Oui, parce que le genre
    peut être une conversation
  • 25:02 - 25:05
    qui peut rendre très mal à l'aise,
  • 25:05 - 25:07
    il existe des façons très faciles
    de clore la conversation.
  • 25:07 - 25:10
    Certaines personnes évoqueront
    la biologie de l'évolution
  • 25:10 - 25:11
    et les singes,
  • 25:11 - 25:14
    vous savez, comment les singes
    femelles se prosterneraient
  • 25:14 - 25:17
    devant les singes mâles
    et ce genre de choses.
  • 25:17 - 25:19
    Mais le fait est que
    nous ne sommes pas des singes.
  • 25:19 - 25:24
    (Rires)
    (Applaudissements)
  • 25:26 - 25:30
    Les singes vivent dans les arbres et
    mangent des vers de terre
  • 25:30 - 25:32
    au petit déjeuner. Mais pas nous !
  • 25:32 - 25:33
    Certains diront,
  • 25:33 - 25:36
    « Oui, les pauvres hommes eux aussi
    ont des moments difficiles. »
  • 25:36 - 25:39
    Et c'est vrai.
  • 25:39 - 25:41
    Mais ce n'est pas le...
    (Rires)
  • 25:41 - 25:44
    Mais ce n'est pas le sujet
    de cette conversation.
  • 25:45 - 25:49
    Le genre et la classe sociale sont
    différentes formes d'oppression.
  • 25:49 - 25:53
    En fait, j'ai appris pas mal de choses
    sur les systèmes d'oppression
  • 25:53 - 25:55
    et comment ils peuvent être
    aveugles l'un envers l'autre,
  • 25:55 - 25:58
    en parlant à des hommes noirs.
  • 25:58 - 26:01
    Un jour, j'ai parlé du genre
    à un homme noir
  • 26:01 - 26:03
    et il m'a dit :
  • 26:03 - 26:04
    « Pourquoi dites-vous :
  • 26:04 - 26:06
    'mon expérience en tant que femme' ?
  • 26:06 - 26:08
    Pourquoi ne dites-vous pas :
  • 26:08 - 26:10
    'votre expérience
    en tant qu'être humain' ? »
  • 26:11 - 26:13
    Notez, que c'était le même
    homme qui parlait souvent
  • 26:13 - 26:16
    de son expérience
    en tant qu'homme noir.
  • 26:18 - 26:21
    Le genre est important.
    Les hommes et les femmes
  • 26:21 - 26:22
    ressentent le monde
    différemment.
  • 26:22 - 26:25
    Le genre définit la façon dont
    nous expérimentons le monde.
  • 26:25 - 26:27
    Mais nous pouvons changer ça.
  • 26:27 - 26:29
    Certains diront,
  • 26:29 - 26:32
    « Oh, mais les femmes
    ont le vrai pouvoir,
  • 26:32 - 26:33
    le pouvoir du bas. »
  • 26:33 - 26:36
    Et pour les non-Nigérians, le pouvoir
    du bas est une expression qui,
  • 26:36 - 26:38
    je pense, signifie
    quelque chose comme
  • 26:38 - 26:42
    une femme qui utilise sa sexualité
    pour obtenir les faveurs des hommes.
  • 26:42 - 26:45
    Mais le pouvoir du bas n'est
    en aucun cas du pouvoir.
  • 26:47 - 26:50
    Le pouvoir du bas
    signifie qu'une femme
  • 26:50 - 26:53
    a tout simplement une bonne source
    où aller puiser, de temps en temps,
  • 26:53 - 26:56
    le pouvoir de
    quelqu'un d'autre.
  • 26:56 - 26:57
    Et ensuite, bien sûr,
    il faut se demander
  • 26:57 - 26:59
    ce qui se passe lorsque
    cette autre personne est
  • 26:59 - 27:00
    de mauvaise humeur,
  • 27:00 - 27:02
    ou malade,
  • 27:02 - 27:03
    ou impuissante.
  • 27:03 - 27:07
    (Rires)
  • 27:08 - 27:13
    Certains diront qu'une femme soumise
    à un homme, c'est dans notre culture.
  • 27:14 - 27:16
    Mais la culture est
    en constante évolution.
  • 27:16 - 27:19
    J'ai des nièces, de très jolies
    jumelles qui ont quinze ans
  • 27:19 - 27:20
    et vivent à Lagos.
  • 27:20 - 27:23
    Si elles étaient nées
    il y a cent ans,
  • 27:23 - 27:25
    elles auraient été
    enlevées et tuées.
  • 27:25 - 27:28
    Parce que c'était notre culture,
    c'était la culture Ibo
  • 27:28 - 27:32
    de tuer les jumeaux.
    Alors, ça sert à quoi la culture ?
  • 27:32 - 27:34
    Il y a la décoration,
  • 27:34 - 27:35
    la danse...
  • 27:35 - 27:39
    mais aussi, la culture, c'est
    vraiment la préservation
  • 27:39 - 27:41
    et la continuité d'un peuple.
    Dans ma famille,
  • 27:41 - 27:44
    je suis l'enfant qui s'intéresse
    le plus à notre histoire,
  • 27:44 - 27:46
    à nos traditions,
  • 27:46 - 27:48
    à la connaissances
    des terres ancestrales.
  • 27:48 - 27:51
    Mes frères ne sont pas aussi
    intéressés que je le suis.
  • 27:51 - 27:53
    Mais je ne peux pas participer.
  • 27:53 - 27:55
    Je ne peux pas
    aller à leurs réunions.
  • 27:55 - 27:57
    Je ne peux pas
    avoir mon mot à dire,
  • 27:57 - 27:59
    parce que je suis une femme.
  • 27:59 - 28:01
    La culture ne crée pas les gens,
  • 28:01 - 28:03
    les gens créent la culture.
  • 28:05 - 28:08
    (Applaudissements)
  • 28:09 - 28:12
    Donc, s'il est vrai, en effet,
    que la totalité de l'humanité des femmes
  • 28:12 - 28:16
    n'est pas notre culture, alors
    nous devons en faire notre culture.
  • 28:17 - 28:22
    Je pense très souvent
    à mon cher ami Okuloma,
  • 28:22 - 28:27
    que lui et tous les autres qui sont
    décédés dans cet accident de Sosoliso
  • 28:27 - 28:29
    continuent à reposer en paix.
  • 28:29 - 28:33
    Tous ceux qui l'aiment,
    se souviendront toujours de lui.
  • 28:33 - 28:36
    Et il avait raison ce jour-là,
    il y a de nombreuses années
  • 28:36 - 28:38
    quand il m'a appelée féministe.
  • 28:38 - 28:40
    Je suis une féministe.
  • 28:40 - 28:43
    Et quand j'ai regardé le mot dans
    le dictionnaire, ce jour-là,
  • 28:43 - 28:44
    voilà ce qu'il y avait d'écrit :
  • 28:44 - 28:45
    « Féministe,
  • 28:45 - 28:47
    une personne qui croit en
    l'égalité sociale, politique
  • 28:47 - 28:51
    et économique des sexes. »
  • 28:51 - 28:53
    Mon arrière-grand-mère,
  • 28:53 - 28:54
    d'après les histoires
    que j'ai entendues,
  • 28:54 - 28:56
    était une féministe.
  • 28:56 - 28:59
    Elle s'est enfuie de la maison de
    l'homme qu'elle ne voulait pas épouser
  • 28:59 - 29:02
    et a fini par épouser
    l'homme de son choix.
  • 29:02 - 29:05
    Elle a refusé, elle a protesté,
    elle a parlé haut et fort
  • 29:05 - 29:09
    à chaque fois qu'elle se sentait privée
    de droit, ou de propriété,
  • 29:09 - 29:11
    ce genre de choses.
  • 29:11 - 29:14
    Mon arrière-grand-mère ne
    connaissait pas le mot « féministe »,
  • 29:14 - 29:17
    mais cela ne veut pas dire
    qu'elle n'en était pas une.
  • 29:17 - 29:20
    Nous devrions être plus nombreuses
    à nous réapproprier ce mot.
  • 29:21 - 29:24
    Ma propre définition
    du mot féministe est :
  • 29:24 - 29:26
    une féministe est
    un homme ou une femme
  • 29:26 - 29:28
    qui dit :
  • 29:28 - 29:36
    (Rires)
    (Applaudissements)
  • 29:38 - 29:41
    une féministe est un homme
    ou une femme qui dit :
  • 29:41 - 29:44
    « Oui, il y a un problème avec le rôle
    des sexes tel qu'il est aujourd'hui,
  • 29:44 - 29:46
    et nous devons réparer ça.
  • 29:46 - 29:48
    Nous devons faire mieux. »
  • 29:49 - 29:51
    Le plus grand féministe
    que je connaisse
  • 29:51 - 29:53
    est mon frère Kenny.
  • 29:54 - 29:58
    Il est aussi un homme
    aimable, beau, gentil,
  • 29:58 - 30:00
    et il est très masculin.
  • 30:00 - 30:02
    Merci.
  • 30:02 - 30:07
    (Applaudissements)
Title:
Nous devrions tous être féministes - Chimamanda Ngozi Adichie at TEDxEuston
Description:

Dans cette présentation sincère et pleine d'humour, Chimamanda Adichie remet en cause le rôle des sexes et suggère d'y penser d'une manière différente, d'une manière qui pourrait réellement amener l'égalité.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDxTalks
Duration:
30:17
  • Nigerian = Nigérian(e): habitant le Nigéria
    Nigerien = Nigérien(ne) : habitant le Niger

  • Bonsoir,

    je vous renvoie votre traduction car elle ne respecte pas la règle de 42 caractères par lignes de sous-titres. 23 lignes sont dans ce cas.

    Merci de jeter un œil aux recommandations :
    http://www.ted.com/participate/translate/guidelines

    Bonne soirée
    Eric

French subtitles

Revisions