French subtitles

← Ne donnons pas aux tueurs de masse la couverture médiatique qu'ils recherchent

Get Embed Code
31 Languages

Showing Revision 20 created 10/10/2020 by Claire Ghyselen.

  1. C'est le cauchemar de tous les parents :
  2. le 20 juillet 2012,
  3. il est 4h30 du matin
    et mon téléphone sonne.
  4. C'est Amandam la copine de mon fils Alex.
  5. Elle me dit, hystérique :
  6. « Tom, Tom, il y a eu une fusillade,
  7. on m'a traînée en dehors du cinéma.
  8. On n'a pas voulu que je reste.
  9. Je voulais rester,
    mais on m'a fait sortir. »

  10. Je lui dis :

  11. « Amanda, tu vas bien ? Tu es blessée ? »
  12. Et elle répond que non, que ça va,
  13. qu'Alex lui a sauvé la vie.
  14. Puis, je lui demande :
  15. « Amanda, où est Alex ? »
  16. Et elle répond en sanglotant :
  17. « Je sais pas, on ne le retrouve pas.
  18. On m'a sortie du cinéma.
  19. Il's m'ont dit de partir.
  20. Il s'est fait tirer dessus.
  21. J'ai essayé de le réveiller,
    mais je n'ai pas réussi.

  22. Il ne se réveillait pas.
  23. On m'a fait sortir.
    Je ne voulais pas l'abandonner. »
  24. Je demande à Amanda,
  25. « La dernière fois que tu as vu Alex,
  26. est-ce qu'il saignait ?
  27. Est-ce que tu avais son sang sur toi ? »
  28. Elle sanglote : « Oui, beaucoup »,
  29. et là, elle fond en larmes.
  30. Alex aimait Amanda.

  31. C'était un des hommes
    les plus honorables au monde,
  32. et à 24 ans,
  33. il a pris la décision de risquer sa vie
  34. pour sauver celle d'Amanda.
  35. Je savais pertinemment que
    s'il n'avait pas pu se relever,
  36. c'est qu'il était mort.
  37. On venait juste d'arriver

  38. la veille au soir,
  39. ma femme Caren,
  40. mon plus jeune fils et moi,
  41. à Hawaï pour une semaine de vacances .
  42. On était littéralement
  43. à plus de 5 000 km de là.
  44. Avec Caren, on a commencé à
    appeler désespérément le téléphone d'Alex,
  45. mais en vain.
  46. On lui a laissé plein de messages.
  47. Puis on s'est tournés vers les médias.
  48. Mais tout ce qu'on trouvait,
  49. c'était des informations sur le meurtrier
  50. et son appartement piégé.
  51. On a essayé d'appeler
    le commissariat d'Aurora
  52. mais c'était impossible
    d'avoir une réponse.
  53. Avec le recul, c'était compréhensible.
  54. Ils avaient affaire à
  55. 12 morts, 70 blessés,
  56. un massacre si atroce,
  57. que les officiers ont dû conduire
    certaines victimes à l'hopital
  58. à l'arrière des voitures de police,
  59. parce qu'il n'y avait plus d'ambulances.
  60. La situation était horrible et chaotique.
  61. On n'a jamais revu Alex,

  62. ses blessures étaient si graves
  63. que j'ai dû empêcher sa propre mère
  64. de le regarder une dernière fois
  65. de peur que cette image de lui
    reste ancrée dans son esprit.
  66. Mais vous savez qui nous avons revu,
    encore, et encore, et encore ?

  67. Le meurtrier.
  68. Sa photo était partout.
  69. Dans un article de six paragraphes,
  70. son nom apparaissait 41 fois.
  71. Les médias l'ont rendu célèbre.
  72. Mais mon fils ainé, Alex,
  73. un héros,
  74. ne figurait pas dans
    ces premiers reportages.
  75. Caren et moi, on a réalisé qu'il y avait
    quelque chose qui n'allait pas

  76. avec la façon dont les médias réagissent
    aux fusillades de masse
  77. depuis Columbine.
  78. On a commencé à faire des recherches
  79. et on a découvert
  80. que si on pouvait changer
  81. la façon dont les médias
    couvrent ces évènements
  82. on pourrait réduire
    le nombre de fusillades
  83. et sauver des vies.
  84. (Applaudissements)

  85. Je m'explique.

  86. Presque tous les tueurs de masse
  87. ont une chose en commun.
  88. Pouvez-vous deviner ce que c'est ?
  89. Ils veulent de la notoriété.
  90. Ils veulent être célèbres.
  91. En fait,
  92. ces meurtriers le disent eux-mêmes.
  93. Le meurtier de Sandy Hook
  94. consignait dans une feuille de calcul
  95. les précédents tueurs de masse
    et le nombre de leurs victimes.
  96. Le meurtrier de la boîte de nuit
    Pulse à Orlando
  97. avait appelé la chaîne
    de télévision locale
  98. pendant qu'il attaquait ! --
  99. puis il a fait une pause et regardé
    Facebook pour voir s'il faisait le buzz.
  100. Le meurtrier de Parkland
  101. a enregistré et publié
  102. une vidéo
  103. disant :
  104. « Quand vous me verrez aux infos,
    vous saurez qui je suis. »
  105. Le meurtrier du cinéma d'Aurora
    avait dit à son psychiatre
  106. qu'il savait qu'il ne serait pas
    connu dans le monde de la science,
  107. mais qu'il pouvait devenir célèbre
  108. en faisant exploser des gens.
  109. Et le plus révélateur,
  110. le meurtrier de l'université d'Umpqua
  111. avait écrit sur son blog
    à propos d'un meurtrier de masse
  112. en disant :
  113. « J'ai remarqué que les gens comme lui
  114. sont tout seul et inconnu,
  115. mais quand ils font couler un peu de sang,
  116. le monde entier les connait. »
  117. Un homme que personne ne connaissait
    est maintenant connu de tous,
  118. son visage est sur chaque écran,
  119. son nom sur toutes les lèvres
  120. aux quatre coins du monde,
  121. et tout ça en un seul jour.
  122. On dirait que plus ils font de victimes
  123. plus ils sont célèbres.
  124. Ce ne sont que quelques exemples.
  125. Je pourrais continuer encore longtemps.
  126. Ces meurtries nous disent
    qu'ils veulent être célèbres
  127. comme les meurtriers avant eux,
  128. et les médias continuent de leur donner
    exactement ce qu'ils veulent :
  129. de la notoriété.
  130. Le débat sur les armes de feu
    est un sujet sensible,

  131. et les problèmes de santé mentale
    sont très compliqués.
  132. Il faudra du temps pour
    avancer sur ces deux sujets.
  133. Mais pour limiter le carnage,
  134. on n'a pas besoin d'une loi du Congrès.
  135. Ce dont nous avons besoin,
    c'est d'un acte de conscience
  136. de la part des producteurs et
    consommateurs des médias de masse
  137. afin de ne plus récompenser
    par la notoriété.
  138. (Applaudissements)

  139. Pour sauver des vies,

  140. Caren et moi avons lancé « No Notoriety »
    [ndlt : « Aucune Notoriété »]
  141. une campagne dont le but
    est de proposer aux médias
  142. de protéger nos communautés
  143. en adhérant aux principes suivants
    qui s'appuient sur des études.
  144. Premièrement :
    Rendre compte des faits

  145. sur l'état d'esprit,
  146. la démographie,
  147. le profil et les motivations
    de ces tueurs,
  148. mais réduire l'utilisation
    de leur nom et image,
  149. sauf s'ils sont en cavale.
  150. Deuxièmement :
    Limiter l'utilisation du nom du tueur

  151. à une seule fois par article,
  152. jamais dans les gros titres
  153. et aucune photo aux endroits bien en vue.
  154. Et troisièmement --

  155. Troisièmement.
  156. (Rires)

  157. J'ai du mal avec les chiffres.

  158. (Rires)

  159. Refuser de publier
    tout contenu ou manifeste

  160. rédigé par les tueurs.
  161. (Applaudissements)

  162. Que ce soit clair :

  163. ce n'est pas là une atteinte
  164. aux droits conférés par le Premier
    amendement de la Constitution américaine.
  165. Ce n'est pas de la censure.
  166. On demande simplement aux médias
  167. d'utiliser les lignes directrices
    qu'ils ont déjà en place.
  168. Par exemple,

  169. les médias ne font pas de reportages
  170. sur les journalistes qui ont été enlevés
  171. afin de les protéger.
  172. Les médias ne diffusent pas
  173. les noms et images
  174. des victimes d'agressions sexuelles
    ou de suicide.
  175. Ces pratiques journalistiques responsables
  176. protègent le public
  177. et n'ont aucune conséquence
  178. sur le droit d'information du public.
  179. Selon des études universitaires,

  180. le téléspectateur moyen
  181. souhaite moins entendre parler des tueurs.
  182. À la place,
  183. les médias devraient mettre en avant
    les noms et les photos
  184. des victimes,
    aussi bien tuées que blessées,
  185. les héros
  186. et les premiers secours.
  187. Ils devraient --
  188. (Applaudissements)

  189. Ils devraient mettre l'accent sur
    les données et analyses

  190. de la part d'experts en
    psychologie et sécurité publique.
  191. Tous les experts sont d'accord.

  192. Le FBI,
  193. L'Association internationale de police,
  194. la « Major City Chiefs Association »
  195. et A.L.E.R.T.,
  196. l'organisation de police consacrée
    à la formation des premiers secours
  197. pour arrêter les tueurs,
  198. ils suivent tous les principes
    de No Notoriety.
  199. De fait, en 2014,
  200. le FBI a lancé la campagne
    « Ne les nommez pas » pour nous soutenir.
  201. L'Association américaine de psychiatrie
    encourage à réduire
  202. l'identification de ces tueurs.
  203. L'idée a fait le tour du monde,
  204. notamment avec la Première ministre
    de Nouvelle-Zélande
  205. qui a demandé à ce
    qu'on n'accorde aucune notoriété
  206. au tueur de Christchurch.
  207. Mais, nous avons beau vouloir
    que les médias changent,

  208. ils sont des organismes à but lucratif.
  209. Ils ne changeront pas, à moins
    qu'on leur demande des comptes.
  210. (Applaudissements)

  211. Les médias gagnent de l'argent

  212. grâce à la publicité
  213. qui dépend du nombre
    de spectateurs et du nombre de clics.
  214. Si nous pouvons réduire le nombre
    de spectateurs et de clics sur un sujet,
  215. les médias changeront leur façon
    de couvrir ce sujet.
  216. Donc, la prochaine fois que
    vous verrez un organe de presse --

  217. papier, numérique, à la radio
    ou à la télévision --
  218. qui utilise sans raison les noms
    et images de ces tueurs,
  219. arrêtez de regarder,
  220. d'écouter,
  221. de cliquer,
  222. d' « aimer » sur les réseaux sociaux
  223. et de partager.
  224. Écrivez aux producteurs,
  225. aux rédacteurs en chef,
    aux programmateurs et aux PDG
  226. de ces organismes de presse.
  227. Notez bien les annonceurs
    qui passent avec ces sujets
  228. et écrivez à leur PDG.
  229. Parce qu'ensemble,
  230. nous pouvons pousser les médias
    à agir dans l'intérêt
  231. de la sécurité du public,
  232. et non au nom du profit.
  233. C'est trop tard pour Alex,

  234. c'est trop tard pour ma famille.
  235. Mais je vous en prie, ne rejoignez pas
    notre club en étant inactifs,
  236. c'est un club que personne ne
    veut rejoindre.
  237. Le coût est trop élevé.
  238. Parce que ce n'est pas trop tard
  239. pour les personnes qui
    ne sont pas encore des victimes.
  240. Nous avons le pouvoir
  241. de réduire le nombre de tueries de masse.
  242. Utilisons-le.
  243. Merci.

  244. (Applaudissements)