French subtitles

← Waelbroeck Quartet - Musiq'académies 27 septembre 2014

Get Embed Code
1 Language

Showing Revision 14 created 10/02/2014 by Claude Almansi.

  1. (Sur un pot-pourri de musiques et de fragments parlés: "Musiq'académies - Pascale Vanlerberghe")
  2. (Pascale Vanlerberghe) Bienvenue dans Musiq'académies.
  3. Ravie de vous retrouver pour une nouvelle émission
  4. consacrée cette fois-ci -- c'est presque comme la semaine passée, d'ailleurs -- au quatuor à cordes,
  5. mais pas n'importe quel quatuor à corde, puisque ils sont,
  6. je dirais presque tout beaux tout neufs dans le domaine.
  7. Il s'agit du Quatuor Waelbroeck, le vrai nom, c'est "Waelbroeck Quartet", j'insiste
  8. et j'ai déjà les musiciens qui me font des GRANDS yeux autour de moi,
  9. le Waelbroeck Quartet, composé d'Anne-Sylvie Primo et Caroline Poncelet aux violons,
  10. Dominica Eyckmans à l'alto, et Thomas Engelen au violoncelle.
  11. Nous allons découvrir ce Waelbroeck Quartet, ainsi que le compositeur,
  12. Jean-Pierre Waelbroeck, dont le quatuor a pris le nom.
  13. Etonnant, on en saura plus dans quelques instants.
  14. Bonjour, Jean-Pierre Waelbroeck.
    (Jean-Pierre Waelbroeck) Bonjour, Madame.
  15. (PV) Alors, bonjour à vous, Mesdemoiselles, puisque en fait,
  16. il nous manque un membre du quatuor, le violoncelliste.
  17. Et avant de parler du compositeur que vous êtes, Jean-Pierre Waelbroeck,
  18. et de parler de la naissance de ce quatuor, je vous propose d'écouter un extrait du Quatuor No 1
  19. de Jean-Pierre Waelbroeck, compositeur ici présent,
  20. nous en écoutons le deuxième mouvement par le Waelbroeck Quartet.
  21. ♫ J-P Waelbroeck, Quatuor No 1, 2ème mvt ♫
  22. (PV) Nous venons d'entendre un extrait, le deuxième mouvement, exactement,
  23. du Quatuor No 1 de Jean-Pierre Waelbroeck, par le Waebroeck Quartet.
  24. Alors il est évident, nous allons approfondir un peu la question,
  25. puisque c'est la première fois que nous avons la chance d'avoir le compositeur avec nous,
  26. ce qui est quand même assez rare,
  27. et puis, c'est la naissance d'un jeune quatuor ici présent.
  28. Ça aussi, c'est assez rare de recevoir en première la naissance de ce jeune quatuor --
  29. enfin, "naissance", vous n'êtes pas nouveaux-nés, hein, Anne-Sylvie Primo:
  30. vous êtes la violoniste, une des violonistes de ce quatuor.
  31. Dites-moi, Anne-Sylvie: c'est vous qui m'avez contactée.
  32. On vous connaît dans Musiq'Académies,
    (Anne-Sylvie Primo) Oui
  33. (PV) mais pour différentes choses, différents ensembles.
  34. Chaque fois que vous m'avez contactée ici, c'est la naissance d'un quatuor.
  35. Expliquez-nous un peu ce qu'est le Waelbroeck Quartet.
  36. On a compris qu'il avait le nom du compositeur, mais ce que j'aimerais savoir, c'est pourquoi.
  37. (ASP) Donc, on a choisi de porter le nom de M. Waelbroeck,
  38. parce qu'on a envie de mettre à l'honneur la création.
  39. Et comme on joue sa musique entre autres, on s'est dit que ce serait vraiment bien
  40. de prendre son nom, s'il était d'accord,
  41. pour pouvoir faire de la musique d'aujourd'hui avec des créateurs d'aujourd'hui, et donc...
  42. (PV) Et belges, en plus.
    (ASP) Et belges, oui.
  43. (PV) Et vous, Dominica, la création, ça vous intéresse?
  44. (Dominica Eyckmans) Ça m'intéresse, bien sûr,
  45. et moi, je suis en plein dedans, presque tout le temps.
  46. Je fais beaucoup de musique contemporaine, presque principalement, musique contemporaine,
  47. et beaucoup de création.
  48. (PV) Donc, Dominica Eyckmans, elle est l'altiste de ce quatuor.
  49. Mais c'est avec vous, Jean-Pierre Waelbroeck, que je veux faire connaissance, aussi, maintenant,
  50. puisque vous êtes le compositeur attitré presque, enfin, attitré...
  51. Disons qu'ils jouent pas mal de vos oeuvres, en tout cas pour commencer.
  52. Vous êtes belge, quoique,
  53. il y a des origines disparates dans votre histoire, Jean-Pierre Waelbroeck.
  54. Racontez-nous un peu.
  55. (JPW) Donc, mon père est belge, d'origine gantoise
  56. et ma mère est d'origine danoise, toute sa famille est danoise, voilà.
  57. (PV) On peut dire le nom de votre mère, quand même?
  58. (JPW) Oui: Hartmann, Ellen, voilà: c'était...
  59. (PV) Et Hartmann, évidemment, dans l'histoire de la musique ...
  60. (JPW) ... de la famille Hartmann qui étaient des compositeurs au XVIIIe et XIXe siècles.
  61. (PV) Oui, parce qu'il y en a pas mal, de Hartmann.
    (JPW) Il y a quatre générations,
  62. quatre générations qui se suivent.
  63. Il y a eu d'abord Johann, ou Johann-Ernst.
  64. On l'appelle généralement Johann-Ernst, mais il paraît que le vrai nom, c'est Johann.
  65. Et puis, il y a eu son fils August-Wilhelm qui était violoniste à la Cour,
  66. son petit-fils Johann-Peter-Emilius Hartmann,
  67. qui est celui qui est devenu le plus célèbre de la famille - c'est relatif, évidemment. (il rit)
  68. (PV) Bien sûr.
    (JPW) Et encore son fils Emil Hartmann,
  69. qui était également compositeur et chef d'orchestre et violoniste,
  70. et le fils d'Emil Hartmann, lui, a changé, il était original,
  71. il est devenu horticulteur et...
  72. (PV) Il y a de la poésie, là dedans.
    (JPW) Voilà. (ils rient)
  73. (JPW) Et en tant qu'horticulteur, il a trouvé que la terre en Belgique était tellement bonne
  74. qu'il s'est installé à Gand, voilà, et c'est là qu'il a fait son horticulture, donc.
  75. (PV) Alors vous, vraiment, vous avez des ondes musicales
  76. qui vous atteignent de partout, dans votre cerveau, avec une descendance pareille?
  77. (JPW) Oui, disons que c'est une chance, voilà, c'est une chance.
  78. Pour moi, ça me permet d'un peu connaître ces ancêtres
  79. plus facilement que s'ils n'avaient rien écrit, voilà.
  80. (PV) Alors, parlez-nous de vous: vous n'êtes en fait pas musicien à la base,
  81. vous êtes juriste de formation
    (JPW) Oui
  82. (PV) Alors, qu'est-ce qui vous a amené à la musique?
  83. Par famille? Qu'est-ce qui s'est passé dans votre vie?
  84. (JPW) C'est... j'ai ça dans le sang, je pense,
  85. c'est-à-dire que je m'y suis mis de plus en plus
  86. et j'ai énormément étudié des partitions, des livres de composition,
  87. mais je suis autodidacte, donc je n'ai pas eu de professeur de composition, voilà.
  88. (PV) Non, mais vous savez bien la musique, vous savez écrire les notes?
  89. (JPW) Ah, certainement! (ils rient)
  90. Ça serait bien embarrassant, je ne sais pas comment
  91. (PV) Si, on peut faire des accords
  92. et les enregistrer
    (JPW) Evidemment, évidemment.
  93. Oui, alors je dois dire que je suis très reconnaissant à tous mes interprètes,
  94. en ce compris ceux qui sont présents ici,
  95. parce que le fait d'entendre ce que l'on a écrit,
  96. ça aide à repérer aussi ce qu'on peut améliorer, donc je suis...
  97. (PV) ... très heureux, on peut le dire.
    (JPW) ... très heureux.
  98. (PV) Ecoutez, je vais tout de suite diffuser un autre extrait de vos oeuvres, si je puis me permettre.
  99. C'est le troisième mouvement du Duo pour violon et alto.
  100. Au violon, Anne-Sylvie Primo et à l'alto, Dominica Eyckmans.
  101. Et c'est signé, bien sûr, Jean-Pierre Waelbroeck et ce sont évidemment, vous l'avez compris,
  102. deux musiciennes issues de ce Quatuor Waelbroeck,
  103. ce Waelbroeck Quartet, ce qui n'est vraiment pas facile à prononcer
  104. quand on doit dire "Waelbroeck Quartet",
  105. sinon chaque fois, je me fais gronder par les yeux des musiciennes.
  106. On écoute tout de suite cet extrait musical.
  107. ♫ JP Waelbroeck: Duo pour violon et alto
    3e mvt ♫
  108. (16:59 PV) Extrait du Duo pour violon et alto, 3e mouvement, de Jean-Pierre Waelbroeck:
  109. Anne-Sylvie Primo, violon, Dominica Eyckmans à l'alto.
  110. Dominica, vous me disiez quelque chose de très intéressant, off micro.
  111. Maintenant, vous allez pouvoir le dire au micro.
  112. C'est-à-dire que tout à l'heure, Jean-Pierre Waelbroeck nous disait
  113. que c'était très important d'entendre sa musique.
  114. Vous, vous servez aussi le compositeur en tant que quatuor.
  115. Expliquez-nous un peu cette...
  116. (Dominica Eyckmans) Voilà, c'est un peu comme ça, même, que le quatuor est né,
  117. parce que moi je me suis mis comme tâche, à un moment donné, vraiment,
  118. enfin je veux jouer sa musique bien avant,
  119. pour lui donner la possibilité d'évoluer dans sa recherche et dans sa composition.
  120. Et alors, à un moment donné, il a écrit un quatuor et alors il m'a demandé:
  121. "Est-ce que tu peux rassembler des musiciens pour jouer ce quatuor,
  122. pour que j'aie une idée de ce que j'ai fait, pour voir si ça va, si c'est bon."
  123. Et comme à l'époque, comme par hasard, le hasard qui n'existait pas,
  124. mais je jouais justement avec Anne-Sylvie et avec Thomas Engelen,
  125. dans un autre projet, en trio, je me suis dit,
  126. ça tombe bien, parce que justement, je joue dans un trio à cordes,
  127. il suffit d'ajouter un violon à ces violons, qu'on a plein (check) et voilà.
  128. Et c'est comme ça qu'on a joué le quatuor, on a pris le goût et on s'est dit:
  129. "Mais voilà, et on continue." Et ça a une vocation, en fait.
  130. (PV) Alors, qui a eu l'idée du Quatuor Waelbroeck, qui a découvert Jean-Pierre Waelbroeck?
  131. C'est vous, Dominica?
    (DE) C'est moi, oui.
  132. (PV) D'accord.
  133. (DE) Je jouais avec un pianiste à l'époque, [Frédéric Roene -check]
  134. qui connaissait déjà la famille, et alors on a joué notre premier concert, on a joué chez eux,
  135. un concert de famille, et là j'ai fait connaissance avec toute la famille, et voilà.
  136. La balle a commencé à rouler et petit à petit, j'ai fait plein, plein, plein de....
  137. (PV) Mais qu'est-ce qui vous a séduite dans la musique de Jean-Pierre Waelbroeck?
  138. (DE) Mais ce que moi, j'aime beaucoup, c'est la musique contemporaine,
  139. elle est écrite maintenant, en même temps elle parle, elle est très parlante et accessible et...
  140. (PV) et mélodique.
    (DE) Mélodique et voilà.
  141. Et en plus, on peut être très créatif comme interprète, pour,
  142. enfin on découvre plein de choses.
  143. Si on cherche, on découvre plein de choses dedans, on peut...
  144. et il nous donne la liberté aussi d'ajouter des couleurs, de vraiment mettre notre âme dedans.
  145. Et moi j'ai eu la -- j'ai l'expérience, chaque fois que j'ai joué la musique de Jean-Pierre
  146. lors d'un récital, soit solo ou avec piano ou autre,
  147. que les gens, en général, ils viennent surtout pour -- enfin après, ils viennent me dire:
  148. "Ah, cette oeuvre-là, c'était quoi, c'était qui?"
    Ça leur parle, voilà.
  149. (PV) Anne-Sylvie Primo, comment vous avez formé le quatuor?
  150. C'est-à-dire, comment les musiciens se sont-ils choisis?
  151. (ASP) Donc, on se connaissait déjà avec Dominica et Thomas,
  152. parce qu'on a tourné plus d'un an avec un spectacle,
  153. et moi, j'ai déjà joué en quatuor avec Mlle Poncelet,
  154. (PV) Caroline de son prénom,
    (ASP) Caroline de son prénom
  155. (ASP et PV) qui est violoniste et pianiste.
  156. (PV) Elle a plus d'une corde à son arc, elle.
  157. (ASP) Oui, oui, c'est une musicienne, pour moi, extraordinaire, et le reste aussi, donc, voilà.
  158. (PV) Moi, je me souviens de toi, Anne-Sylvie,
  159. tu sortais du Conservatoire de Liège.
  160. Est-ce que tous les musiciens présents sortent de Liège?
  161. (Qui? check) Non, pas moi, en tout cas.
    (PV) Non. Plus ou moins, Caroline me dit.
  162. (Qui? ASP? check) Caroline, elle avait 11 ans, qu'elle avait son diplôme supérieur.
  163. (rires)
  164. (ASP? check) Non, elle est -- Il faut dire, elle a un parcours assez atypique.
  165. (PV) Ben ça, Caroline, tu vas nous raconter: vas-y.
  166. (CP) Mon parcours? Ben mon parcours...
    (PV) Oui. Tu as quel âge, maintenant, Caroline?
  167. (CP) J'ai 31 ans.
  168. (PV) Oh, ça fait très longtemps que tu fais de la musique, alors, toi!
  169. (CP) Ça fait très, très longtemps.
  170. J'ai commencé la musique, que j'avais deux ans et demi, avec le piano, en fait.
  171. Donc j'ai commencé vraiment très très très très tôt.
  172. (PV) Mais qu'est-ce qu'on peut faire à deux ans et demi?
  173. (CP) Et ben, euh, je ne sais pas moi-même, mais j'en ai les preuves sur vidéo,
  174. je jouais réellement du piano...
    (PV) Réellement, tu jouais?
  175. (CP) Oui oui, je jouais vraiment du piano, j'ai appris à deux ans et demi
  176. et j'ai commencé à faire des petits concerts par ci par là
  177. (PV) A quel âge?
    (CP) A trois ans.
  178. (CP) A trois ans.
    (PV) Ah oui, d'accord.
  179. (CP) Donc voilà, ma vie a été un peu spéciale, mais..
  180. (PV) Un peu orientée, carrément, on peut le dire, puisque tu t'es --
  181. c'est même pas une découverte, c'est carrément un don qui t'es tombé dessus!
  182. (CP) Ben, c'est moi qui ai voulu, en fait, depuis toute petite, j'ai toujours voulu
  183. et mes parents ont suivi, et ils ont toujours trouvé les personnes autour d'eux
  184. qui pouvaient m'aider pour continuer dans ce chemin-là.
  185. Donc je -- oui, je suis tombée dedans, et j'en ai toujours fait, j'ai toujours fait de la musique.
  186. (PV) C'est ce qu'on appelle une, une surdouée?
  187. (CP) Bon, j'irais pas jusque là
    (PV) "Oui, oui, oui" me dit Anne-Sylvie, oui.
  188. Evidemment, c'est pas toi qui vas le dire,
  189. mais il y a quand même un appel et un don qui sont arrivés...
  190. (CP) Il y avait un piano chez moi et je voulais en jouer,
  191. et chaque fois qu'on m'y mettait, les gens jouaient à ma place et du coup je tapais,
  192. je disais: "Non, c'est moi, c'est moi" et bon, du coup, voilà..
  193. (PV) Et autoritaire, en plus
    (CP) Un petit peu, oui, quand même.
  194. (PV) Et tu as fait deux instruments, alors?
  195. (CP) J'ai fait deux instruments, donc j'ai commencé par le piano,
  196. un peu de violon, aussi, mais ma maman ne s'en sortait plus avec sa fille de trois ans
  197. qui essayait de faire deux instruments, là, c'était un peu la folie
  198. et donc du coup, elle a caché le violon qui est réapparu dans ma vie
  199. vers 7 ans et demi, huit ans, quelque chose comme ça,
  200. où j'ai repris sérieusement le violon, et j'ai continué le piano pendant toutes ces années-là.
  201. (PV) C'est ça, et tu as fait ton conservatoire...
  202. (CP) j'ai fait mon conservatoire dans les deux...
    (PV) Dans les deux?
  203. (CP) dans les deux instruments, avec un petit bémol:
  204. c'est que je n'ai pas totalement fini le dernier diplôme de piano
  205. et il a fallu à ce moment-là que je choisisse entre les deux instruments et...
  206. (PV) Et c'est le violon qui te parlait?
  207. (CP) Voilà, par plein de raisons à ce moment-là dans ma vie, j'ai choisi le violon
  208. et oui, voilà, je ne regrette pas, et en même temps, ben, je joue encore du piano de temps en temps.
  209. (PV) Tu n'en veux pas à ta maman de t'avoir caché le violon pendant des années?
  210. (CP) Non, non, pas trop, pas trop, ça va.
  211. (PV) Quel parcours étonnant!
  212. J'adore cette émission, on découvre plein de gens formidables.
  213. Dominica Eyckmans, vous, votre parcours musical, c'est?
  214. (DE) C'est assez particulier aussi.
    (PV) Ah, allons-y, alors.
  215. (DE) Parce que moi aussi en fait, comme Caroline, j'ai commencé aussi avec le piano,
  216. aussi quand j'avais plus ou moins trois ans ou quatre ans, je ne sais plus.
  217. Et alors, comme moi, je voulais faire du violon au début,
  218. mais c'était interdit, par ma maman aussi... (elle rit)
  219. (PV) Pourquoi, ça grinçait trop?
    (DE) Oui (elles rient).
  220. Elle trouvait ça insupportable.
  221. (PV) C'est ........ (check) tout à fait normal de la part des parents, me semble-t-il.
  222. (DE) Voilà. Et comme mon grand-père était musicien, il y avait un piano à la maison,
  223. donc on m'a dit: "Ben, commence avec le piano et après, on verra bien."
  224. Voilà: donc j'ai commencé avec le piano et j'ai fait des études avec Chantal Brouwaerts (check),
  225. grande chance, parce que je la remercie toujours, en fait,
  226. pour tout ce qu'elle m'a appris sur la musique, pas seulement sur le piano.
  227. Et là j'étais dans le sens, j'allais devenir pianiste concertante, quoi, voilà.
  228. (PV) Et?
    (DE) Mais à douze ans, j'en avais marre, marre, marre,
  229. j'en voulais plus, parce que c'était forcé, et moi, j'avais toujours cet instrument, l'autre, enfin le violon
  230. qui restait en tête.
  231. Et alors, bon, moi, dans mon parcours, ce n'était pas possible à ce moment-là,
  232. puis j'ai pris un peu de flûte traversière.
  233. C'était une petite folie dans ma jeunesse, et puis bon, ce n'était pas ça non plus,
  234. et alors à 17 ans, je suis tombée sur l'alto, par hasard, voilà, et alors j'ai...
  235. (PV) Parce que c'est aussi particulier comme parcours.
  236. (DE) C'est assez particulier aussi et là, c'était vraiment mon instrument à moi,
  237. donc moi je voulais le faire, mais vraiment à 100%, alors que c'était beaucoup trop tard,
  238. tout le monde m'a dit: "C'est plus possible, c'est pas possible"
  239. et moi, je n'avais plus en tête non plus de le faire professionnellement,
  240. c'était juste, je voulais en jouer, c'est tout.
  241. Et puis, je suis tombée sur quelqu'un qui m'a dit:
  242. "Attends, tu joues combien de temps?" "Eh bien, deux ans."
  243. "Ah, tu viens chez moi en cours privé et tu vas au Conservatoire."
  244. Pas possible... mais non, je l'ai fait, voilà.
  245. (PV) Et c'était qui, le prof?
    (DE) A ce moment-là, c'était Peter Pieters (check)
  246. qui jouait à l'Orchestre National pour l'instant.
  247. Et alors, il m'a présenté à, chez Erwin Schiffer (check) au Conservatoire à Bruxelles, à l'époque,
  248. qui lui aussi a dit: "Ah, intéressant, votre parcours." Voilà.
  249. (PV) Et qu'est-ce qui vous plaît dans l'alto?
  250. C'est vrai que c'est une autre sonorité que, par rapport au violon.
  251. (DE) Oui, c'est vrai, parce que moi, après je me suis dit...
  252. (PV) En fait, il n'y a pas, vous l'avez dit tout à l'heure, il y a
  253. -- je voulais vous interrompre, excusez-moi --
  254. Il n'y a pas de hasard.
    (DE) Non, il n'y a pas de hasard,
  255. parce que c'est vrai que quand j'ai vu qu'il y avait les cours d'alto
  256. à l'Académie de Musique à Saint-Trond,
  257. je ne connaissais même pas consciemment un alto.
  258. Mai je me suis dit, tiens, un alto, ça doit être plus bas qu'un violon,
  259. parce qu'il y a le soprano, alto et c'est avec ça que j'ai convaincu ma mère, en disant:
  260. "Mais un alto, c'est moins haut, ça va moins grincer, et je vais étudier au grenier,
  261. je vais étudier dans la cave," et voilà.
  262. Et alors là, à un moment donné, elle a dit: "Alors bon, va-y," voilà.
  263. Et après, je me suis dit, maintenant je remercie ma mère, parce que c'est vrai que je me suis dit,
  264. si j'avais commencé avec le violon, je n'aurai peut-être pas changé, je ne sais pas.
  265. Mais là, j'ai découvert l'alto et je me suis dit, mais c'est beaucoup plus mon instrument,
  266. à cause de la couleur, enfin, de la fonction aussi dans l'harmonie.
  267. Parce que moi, j'ai aussi étudié la fugue et ça m'intéresse d'être le ventre de la musique.
  268. Moi, ça me passionne et en plus...
    (PV) C'est vrai que dans un quatuor,
  269. l'alto a un rôle particulier.
    (DE) Tout à fait et c'est très physique, aussi,
  270. et ça, j'aime beaucoup, aussi, c'est beaucoup plus physique que le violon.
  271. Maintenant, quand je prends un petit violon en main, je me dis:
  272. "Mais comment est-ce qu'ils font, enfin, c'est trop petit..." (rires)
  273. Donc, je suis très contente, et le fait d'avoir étudié le piano, ça m'aide aussi en lecture de musique,
  274. enfin, en compréhension de musique, voilà.
  275. (PV) Alors, Anne-Sylvie, toi, ton parcours, on le connaît, hein?
  276. Mais ce que je veux savoir, c'est que, puisque on a fait connaissance avec nos deux musiciennes,
  277. toi, où en es-tu maintenant dans ta vie, puisque après le Conservatoire de Liège,
  278. qu'est-ce qui s'est passé?
  279. (ASP) Donc j'ai fait ma vie de musicienne, donc dans plein d'ensembles,
  280. et j'ai repris des études de management et de production de concerts à l'IAD,
  281. que j'ai terminées et réussies.
    (PV) Bravo, félicitations.
  282. (ASP) Voilà. Et donc, ça me permet quoi? De rajouter à ma vie...
  283. (PV) une corde à ton arc,
    (ASP) Une corde à mon arc, j'osais pas le dire.
    (PV) à ton violon, je dirais presque (elles rient).
  284. (ASP) Ça me permet de m'occuper aussi d'autres groupes pour les produire,
  285. parce que j'aime interpréter, j'aime jouer de mon instrument,
  286. mais j'aime aussi permettre aux autres de le faire.
  287. Et voilà, c'est un métier qui me plaît aussi.
  288. (PV) Et tu as des possibilités là-dedans, dans le management?
  289. (ASP) Et j'en ai, oui, voilà.
    (PV) Super! Que de bonnes nouvelles, en fait.
  290. (ASP) Ça ouvre plus d'horizons, on va dire ça comme ça.
  291. (PV) Et bien je vous propose d'écouter,
  292. avant de continuer avec Jean-Pierre Waelbroeck, notre compositeur ici présent,
  293. encore un extrait de sa Sonate No 3 pour violon et piano.
  294. Nous écoutons le troisième mouvement par toi, Anne-Sylvie, au violon et Caroline Poncelet,
  295. qui est ici au piano.
  296. ♫ JP Waelbroeck - Sonate No 3 - 3ème mvt ♫
  297. (PV 32:47) Extrait de la Sonate No 3 pour violon et piano, le troisième mouvement:
  298. Anne-Sylvie Primo au violon, Caroline Poncelet, ici, au piano.
  299. Je vous rappelle donc qu'aujourd'hui, l'émission Musiq'académies
  300. est consacrée au Waelbroeck Quartet et au compositeur dont le quartet a pris le nom,
  301. Jean-Pierre Waelbroeck, qui est avec nous, ce qui est quand même assez rare,
  302. d'avoir le compositeur en présence du quatuor.
  303. Il nous manque un membre du quatuor, Thomas Engelen,
  304. tant pis pour lui, qui était au violoncelle, voilà --
  305. qui l'est toujours, mais qui n'est pas à notre micro.
  306. Alors, Anne-Sylvie, tu voulais ajouter quelque chose?
  307. (ASP) Je voulais ajouter que la particularité du Waelbroeck Quartet,
  308. c'est donc Caroline, qui peut aussi bien jouer du violon que du piano,
  309. et on a la possibilité, évidemment de s'agrandir et de rajouter d'autres instruments...
  310. (PV) Ça ne sera plus "Quartet", alors?
  311. (ASP) Mais on peut dire que c'est un ensemble à géométrie variable.
  312. On a pris le nom du "Waelbroeck Quartet" parce que c'est comme ça qu'est né l'ensemble,
  313. mais ça peut être à géométrie variable et s'agrandir.
  314. Le duo, voilà, en fait partie, avec Dominica et la sonate que vous avez entendue, voilà,
  315. le duo que vous avez entendu.
  316. (PV) Ce qui veut dire, Anne-Sylvie Primo, que si vous voulez
  317. soit agrandir l'ensemble, par exemple, c'est que vous recherchez aussi
  318. des oeuvres nouvelles à interpréter
    (ASP) Tout à fait.
  319. (PV) Et d'autres compositeurs.
    (ASP) Oui, oui, si des...
  320. (PV) Donc, appel aux compositeurs.
  321. (ASP) Oui, oui, voilà: si les compositeurs ont envie de composer pour nous,
  322. ils sont...
    (PV) Et comment on peut vous contacter?
  323. Mon numéro de téléphone, le 0475 474 155 et via mon site internet aussi
  324. où vous pourrez retrouver toute l'information sur le Waelbroeck Quartet,
  325. donc www.annesylvieprimo.be
  326. (PV) C'est très facile à retenir, on le répétera en fin d'émission,
  327. comment contacter, si vous êtes compositeur et que vous avez envie d'entendre vos oeuvres jouer.
  328. Justement, on revient vers vous, Jean-Pierre Waelbroeck.
  329. On le disait tout à l'heure, c'est très agréable d'entendre ses oeuvres
  330. et quand on les entend interprétées, est-ce qu'on se dit:
  331. "c'est ça que je voulu" ou "c'est pas ça que j'ai voulu, il y a des choses à changer"
  332. Vous vous sentez une âme directive ou vous laissez libre l'interprétation?
  333. Evidemment, il y a des annotations et des indications, j'imagine, hein?
  334. (JPW) C'est mieux que ça.
    (PV) Ah, dites-moi.
  335. (JPW) C'est mieux que ça, parce que quand on écrit -- mon sens, en tous les cas --
  336. c'est toujours, oui, on sait ce qu'on veut, mais c'est une forme d'abstraction.
  337. Et il est très important, pour moi, que les interprètes mettent
  338. leur propre tempérament et leur propre personnalité dans ce qu'ils jouent.
  339. Donc, pour moi, il peut y avoir deux interprétations de ce que j'ai écrit,
  340. différentes et tout aussi valables.
    (PV) Ah oui...
  341. (JPW) Ce qui est essentiel, c'est que l'interprète ait quand même une certaine liberté.
  342. (PV) En même temps, il y a toujours eu des annotations:
  343. dans l'histoire de la musique ...
    (JPW) Evidemment, évidemment
  344. (PV) Les compositeurs veulent ça, ça, ça ou ça.
    (JPW) C'est ça, c'est ça.
  345. (PV) Vous imaginez Mozart revenant ici, disant:
  346. "Je vais écouter ma symphonie, mon..."
  347. (JPW) Hé bien justement, Mozart, on sait qu'il jouait les oeuvres
  348. souvent autrement que ce qui est noté.
  349. (PV) C'est vrai?
    (JPW) Sa soeur s'était une fois plainte du fait
  350. que la partition de piano, dans un de ses concertos, était trop mince
  351. et qu'elle ne donne ce n'est pas bien (check ST)
  352. Or Mozart avait l'habitude de toujours broder et d'ajouter,
  353. (PV) Bien sûr.
    (JPW) Alors, en réponse à cette lettre,
  354. Mozart a réécrit le mouvement avec tous les ajouts nécessaires et comme ça...
  355. (PV) Parce qu'il y avait plus de liberté au XVIIIe siècle --
  356. (JPW) Oui, oui.
    (PV) -- au niveau interprétation,
  357. ben, il y avait des cadences, par exemple?
    (JPW) Oui, on sait que Chopin,
  358. Chopin jouait aussi ses oeuvres pas nécessairement comme elles sont notées.
  359. Bon, maintenant, Chopin pouvait se le permettre --
    (PV) C'était Chopin.
  360. (JPW) Un pianiste actuel ne pourrait pas le faire.
    (PV rit)
  361. (JPW) Voilà.
    (PV) Donc vous, vous laissez aussi une marge de manoeuvre.
  362. (JPW) Oui, c'est à dire que normalement, il faut quand même jouer les notes et les nuances --
  363. (PV) Oui, ça --
    (JPW) comme elles sont marquées,
  364. mais je trouve que si on est trop contraignant, la musique y perdra.
  365. Parce que je crois que l'interprète est tout aussi important que le compositeur.
  366. Je pense même que le public est très important, l'auditeur est très important...
  367. (PV) Et que pensez-vous de vos interprètes ici présents?
  368. (JPW) Hé bien, j'en suis très satisfait, hein, très particulièrement satisfait.
  369. Ils m'ont énormément appris et grâce à eux, j'apprends aussi ce que je peux améliorer.
  370. (PV) En fait, Jean-Pierre Waelbroeck, vous êtes musicien à temps plein,
  371. ou vous faites un autre métier?
  372. (JPW) Non, non, je fais un autre métier.
    (PV) Ah!
  373. (JPW) Je travaille dans un métier passionnant, dans les assurances (rires).
  374. (PV) C'est pour ça que la musique est là, aussi?
  375. (JPW) Ben ça -- c'est très agréable d'écrire de la musique.
  376. (PV) Anne-Sylvie?
    (JPW) Mais on ne peut pas vivre de ça.
  377. (ASP) Mais je voudrais rajou--
    (PV) Ça, ce n'est pas encore dit (rires).
  378. (ASP) Je voudrais ajouter quelque chose par rapport au fait des interprètes et du compositeur,
  379. c'est qu'on travaille donc ses quatuors avant -- ou ses oeuvres --
  380. avant d'aller les lui jouer.
  381. Et bon, Dominica connaît très bien la musique,
  382. donc elle nous explique un peu vraiment bien tout ça.
  383. Mais il n'y a rien à faire: au moment où on va jouer devant le compositeur,
  384. il y a un truc qui se passe --
    (PV) Et c'est quoi qui se passe?
  385. (ASP) Ça, je ne saurais pas l'expliquer, mais il y a un truc,
  386. c'est comme si le fait qu'il ait écrit cette musique et qu'il soit là pour nous écouter,
  387. ça nous porte différemment que quand on le travaille de manière très pratique,
  388. entre nous, juste.
    (PV) Ça me paraît tout à fait logique:
  389. il y a peut-être une communication, des ondes qui passent:
  390. c'est comme quand le public est là, aussi, hein?
  391. On ne joue jamais de la même façon qu'en répétition, quand même, j'imagine?
  392. (ASP) Oui -- non -- d'ailleurs, si le public aime bien la musique, on cherche des concerts.
  393. (PV) Justement, est-ce qu'il n'y a pas un concert à annoncer, bientôt?
  394. (ASP) Euh non.
    (PV) Il n'y a pas de concert à annoncer?
  395. (ASP) Non.
    (PV) Donc, si vous voulez des concerts
  396. et que cette musique soit interprétée devant vous, ben c'est simple:
  397. on vous rappellera les coordonnées d'Anne-Sylvie tout à l'heure.
  398. Jean-Pierre Waelbroeck, ce qui m'intéresse dans votre cas, si je puis dire,
  399. c'est que les notes -- mais les notes vous arrivent.
  400. Vous n'avez pas l'impression que vous subissez une pluie de notes
  401. qui vous arrivent dans le cerveau, et hop! il n'y a plus qu'à retranscrire,
  402. ou c'est moins beau que ça, parce que...?
  403. (JPW) C'est --
    (PV) ....
  404. (JPW) C'est un peu moins idyllique, disons --
    (PV rit)
  405. (PV) Oui, j'ai toujours une vision un peu idyllique des choses.
  406. (JPW) Disons que pour la composition, je pense, enfin, en ce qui me concerne,
  407. je ne peux parler que pour --
    (PV) Bien sûr, vous êtes là pour parler de vous.
  408. (JPW) -- les 9/10 ne se fait pas au piano,
  409. les 9/10, c'est quand je vais dans le train à mon bureau, par exemple,
  410. quand j'en reviens, quand je me promène, le soir, le matin.
  411. (PV) L'inspiration...
    (JPW) Je pars toujours de la mélodie.
  412. C'est mon point de départ et ensuite, bon, j'ai quand même acquis une certaine expérience,
  413. ce qui fait que je sais assez rapidement trouver comment conduire les mélodies,
  414. comment compléter une mélodie avec une autre,
  415. parce que j'ai tout un réservoir chez moi,
  416. qui ne soit pas trop semblable, pour avoir un contraste tout de même.
  417. Il est évident que quand je suis au piano et que j'écris de la musique,
  418. il y a aussi des idées qui viennent, donc, voilà.
  419. C'est... je ne peux pas deviner quand je me mets au piano où, exactement: j'ai une idée globale,
  420. mais je ne sais pas --
    (PV) Vous ne savez pas exactement
  421. où la musique va vous mener, en fait.
    (JPW) Voilà, c'est --
  422. (PV) C'est elle qui vous mène par le bout du nez, si je comprends bien?
  423. (JPW) Si on veut, c'est un peu -- on peut le dire comme ça.
  424. (PV) De manière plutôt amusante.
    (JPW) Si j'ai une idée à l'avance,
  425. je ne pars pas dans le vide, mais
  426. ça ne serait pas gai non plus d'écrire la musique si c'était un processus purement mécanique
  427. où on reproduit ce qu'on a exactement déjà en tête,
  428. c'est plus gai de trouver au piano.
  429. (PV) Vous composez beaucoup, enfin, est-ce que vous composez souvent, je dirais?
  430. Ou c'est comme ça vient?
    (JPW) Oui.
  431. (PV) C'est vraiment une passion, chez vous.
    (JPW) Oui, c'est ça.
  432. (PV) Ça fait partie de votre passion.
  433. Je vous propose de petit à petit nous quitter, bien entendu, parce que l'heure avance.
  434. Et on va se quitter en musique, et puis on vous dira au revoir, en rappelant les coordonnées,
  435. avec une tout autre oeuvre, aussi:
  436. peut-être vous pouvez nous l'expliquer, Jean-Pierre Waelbroeck,
  437. les "Cinq poèmes de Niels": qui est Niels?
  438. (JPW) Niels est mon neveu,
    (PV) Oui?
  439. (JPW) Il lui est arrivé d'écrire des poésies --
    (PV) que vous avez trouvées charmantes.
  440. (JPW) que j'ai trouvées mignonnes et charmantes, effectivement,
  441. et j'en ai mis cinq en musique.
  442. (PV) "Comme un clown", c'est celle qu'on va entendre.
  443. Rachel Fabry est la mezzo-soprano,
  444. Stéphane Ghysels à la flûte, Dominica Eyckmans à l'alto
  445. et Catherine Lebrun au violoncelle: on écoute.
  446. ♫ JP Waelbroeck "Cinq poèmes de Niels": "Comme un clown" ♫ (sous-titrer les paroles si texte disponible)
  447. (PV 43:03) "Comme un clown", extrait des "Cinq poèmes de Niels", de Jean-Pierre Waelbroeck.
  448. Rachel Fabry mezzo, Stéphane Ghysels flûte, Dominica Eyckmans alto,
  449. Catherine Lebrun au violoncelle.
  450. Alors voilà la découverte aujourd'hui, très intéressante --
  451. c'est une émission qui me plaît bien, ben voilà,
  452. on a des petits coups de coeur, quand même, aussi, nous, les présentateurs, on peut le dire.
  453. Ben ça, c'est une émission un peu coup de coeur aussi,
  454. merci Anne-Sylvie, de m'avoir proposé ce coup de coeur:
  455. découvrir un compositeur et un nouveau quartet, c'est toujours amusant.
  456. Anne-Sylvie, ou plutôt Dominica, allez, on va changer un petit peu,
  457. Dominica, comment a été créé -- ça, on ne l'a pas dit -- le Waelbroeck Quartet?
  458. C'est très récent, hein?
    (DE) C'est très récent, c'était...
  459. (PV) Je l'ai dit, mais c'était quand?
  460. (DE) Plus ou moins exactement il y a un an, en 2013, oui.
  461. (PV) Et vous parvenez toujours à répéter et à toujours être actifs, sans jamais vous décourager?
  462. Dans le monde musical et culturel qui est le nôtre,
  463. parfois c'est pas évident.
    (DE) Nos répétitions sont dues,
  464. enfin elles arrivent quand les oeuvres arrivent.
    (ASP check) Oui c'est ça, c'est toujours en fonction de ...
  465. (PV) C'est assez étonnant, ça, quand même:
  466. on a l'impression de se retrouver dans une autre époque, parfois.
  467. (ASP check) Oui
    (PV) Vous ne trouvez pas, Jean-Pierre Waelbroeck?
  468. (JPW) Oui, oui. C'est une chance pour moi d'entrer...
    (PV) Merci, merci à vous, Jean-Pierre Waelbroeck.
  469. Et puisque on va se quitter avec une oeuvre de votre ancêtre, Johann Ernst Hartmann,
  470. de quel siècle? D'où vient-il? On fait un petit -- on refait un petit topo.
  471. (JPW) Il était originaire de Silésie
  472. et son parcours musical l'a mené à la Cour royale du Danemark, finalement.
  473. Et c'est là qu'il est devenu compositeur
  474. et ses deux plus célèbres oeuvres sont deux opéras en danois
  475. -- enfin, "célèbre", tout est relatif, évidemment --
    (PV) Bien sûr.
  476. (JPW) -- en danois et malheureusement, après sa mort,
  477. la plupart de ses oeuvres se trouvaient dans un château au Danemark qui a pris feu et...
  478. (PV) Ah, mon Dieu, quelle tragédie!
  479. (JPW) Et la plupart de ses oeuvres instrumentales ont disparu;
  480. donc la symphonie que vous allez entendre est une rareté,
  481. parce qu'il y a très peu qui a survécu.
    (PV) Ça alors! Et bien c'est nous qui l'avons.
  482. (JPW) Il y a très peu qui a survécu. Voilà.
  483. (PV) Dites-moi, encore une question, Jean-Pierre-Waelbroeck, que je ne vous ai pas posée:
  484. vous ne composez que pour musique de chambre, ou...?
  485. (JPW) Non, j'écris pour piano, j'écris un peu pour orchestre,
  486. mais c'est difficile d'avoir l'opportunité de faire jouer ça, pour orchestre,
  487. et alors, énormément de mélodies et de Lieder.
  488. J'aime beaucoup écrire pour la voix humaine, voilà.
  489. (PV) Merci à vous, merci Anne-Sylvie, Dominica et Caroline.
  490. Je rappelle les coordonnées, si vous voulez contacter notre quartet ou les musiciens,
  491. ou pouvoir vous entendre aussi jouer
  492. -- et surtout, les amis programmateurs qui nous écouteraient,
  493. ce serai vraiment chouette de pouvoir les engager dans divers concerts,
  494. surtout notre Waelbroeck Quartet et, entre autres, les oeuvres de Jean-Pierre Waelbroeck.
  495. Je vous donne les coordonnées: 0475 474 155, le téléphone;
  496. et pour le site internet, www.annesylvieprimo.be - Primo, PRIMO.
  497. Tout est dit, hé bien on se quitte, là, en musique
  498. avec un extrait de la Symphonie en ré majeur No 1
  499. de Johann Ernst Hartmann.
  500. Nous sommes en plein XVIIIe siècle, oh, un bond dans le temps.
  501. Merci à vous de nous avoir accompagnés tout au long de cette émission.
  502. Au revoir, Messieurs dames.
  503. ♫ Johann Ernst Hartmann: Symphonie en ré majeur No 1 ♫