YouTube

Got a YouTube account?

New: enable viewer-created translations and captions on your YouTube channel!

French subtitles

← Le premier système participatif de surveillance de la circulation spatiale

Get Embed Code
28 Languages

Showing Revision 8 created 07/25/2019 by eric vautier.

  1. Je suis spécialiste en astrodynamique –
  2. comme le personnage de Rich Purnell
    dans le film « Seul sur Mars ».
  3. C'est mon travail d'étudier et de prévoir
    le mouvement des objets dans l'Espace.
  4. Actuellement, nous traçons environ
    1% des objets dangereux en orbite –
  5. dangereux pour des services
    comme la géolocalisation,
  6. l'agriculture, les banques,
  7. la télévision, les télécommunications
  8. et bientôt – très bientôt –
  9. pour Internet lui-même.
  10. Ces services ne sont pas protégés
    d'à peu près un demi-million d'objets

  11. qui vont de la taille
    d'une tache de peinture
  12. à celle d'un bus scolaire.
  13. Une tache de peinture,
  14. se déplaçant à une certaine vitesse,
  15. percutant l'un de ces objets,
  16. pourrait le rendre
    complètement inutilisable.
  17. Mais nous ne pouvons pas tracer des choses
    aussi petites qu'une tache de peinture.
  18. Nous pouvons seulement tracer des choses
    aussi petites que, disons, un smartphone.
  19. Donc, sur ce demi-million d'objets
    qui devraient nous inquiéter,
  20. nous ne pouvons tracer
    qu'environ 26 000 d'entre eux.
  21. Et parmi ces 26 000,
    seulement 2 000 sont en activité.
  22. Tout le reste,
  23. il s'agit de débris.
  24. Beaucoup de débris.
  25. Pour assombrir encore un peu le tableau,

  26. la plupart de ce que nous envoyons
    en orbite ne revient jamais.
  27. Nous envoyons un satellite en orbite,
  28. il s'arrête de fonctionner,
    il est à court de carburant
  29. et nous en renvoyons un autre...
  30. et puis un autre...
  31. et puis un autre.
  32. Et de temps à autre,

  33. deux de ces objets
    vont entrer en collision,
  34. ou l'un d'eux va exploser,
  35. ou, pire encore,
  36. il se pourrait que quelqu'un détruise
    un de ses satellites en orbite,
  37. ce qui créerait encore plus de morceaux
  38. dont la majorité ne reviendra
    jamais sur Terre.
  39. Ces morceaux ne sont pas dispersés
    au hasard en orbite.

  40. Il s'avère que, compte tenu de
    la courbure de l'espace-temps,
  41. il existe des emplacements idéaux
  42. où placer certains de ces satellites –
  43. voyez-les comme
    les autoroutes de l'espace.
  44. Un peu comme les autoroutes sur Terre,
  45. ces autoroutes de l'espace ont
    une capacité maximale de circulation
  46. pour garantir une activité
    sécurisée dans l'espace.
  47. A la différence des autoroutes sur Terre,
  48. il n'y a pas de code de la route
    dans l'espace.
  49. Absolument aucune règle.
  50. Ouah.
  51. Que pourrait-il bien arriver de mal ?
  52. (Rires)

  53. Ce serait très utile

  54. d'avoir une sorte de carte
    de la circulation spatiale,
  55. une sorte de Waze pour l'espace
    que je pourrais consulter
  56. pour voir quel est l'état actuel
    de la circulation spatiale,
  57. peut-être même le prévoir.
  58. Le problème, cependant,
  59. c'est que si vous demandez
    à cinq personnes différentes :
  60. « Que se passe-t-il en orbite ?
  61. Où vont les débris ? »,
  62. vous aurez probablement
    10 réponses différentes.
  63. Pourquoi donc ?
  64. Parce que l'information sur les objets en
    orbite n'est pas partagée publiquement.
  65. Et si nous avions un système d'information

  66. accessible à tous, ouvert et
    transparent, sur la circulation spatiale
  67. qui pourrait informer les gens
    sur où ces objets sont localisés
  68. afin de maintenir la sécurité
    et la viabilité de l'espace ?
  69. Et si ce système pouvait être utilisé
  70. pour créer des règles de conduite
    basées sur l'expérience –
  71. un code de la route spatial ?
  72. J'ai donc développé ASTRIAGraph,

  73. le premier système participatif au monde
    de surveillance de la circulation spatiale
  74. à l'Université du Texas à Austin.
  75. ASTRIAGraph associe plusieurs sources
    d'information du monde entier –
  76. gouvernementales, privées, académiques –
  77. et les fait figurer sur une carte unique
    à laquelle tout le monde peut accéder.
  78. Ici, vous pouvez voir 26 000 objets
    en orbite autour de la Terre,
  79. de plusieurs sources
  80. et c'est actualisé en quasi temps réel.
  81. Mais, pour en revenir à mon problème
    de carte de la circulation spatiale,

  82. et si nous n'avons que des informations
    du gouvernement américain ?
  83. Voici à quoi ressemblerait
    la carte de la circulation spatiale.
  84. Mais, qu'en pensent les Russes ?
  85. C'est très différent.
  86. Qui a raison ? Qui a tort ?
  87. Qui dois-je croire ?
  88. A qui faire confiance ?
  89. Cela fait partie du problème.
  90. En l'absence de ce cadre de travail pour
    observer la conduite des acteurs spatiaux,

  91. pour surveiller l'activité dans l'espace –
  92. où ces objets sont localisés –
  93. pour rapprocher ces décalages
  94. et diffuser cette connaissance à tous,
  95. nous risquons, en fait,
    de perdre notre capacité
  96. à utiliser l'espace
    pour le bénéfice de l'humanité.
  97. Merci beaucoup.

  98. (Applaudissements et exclamations)