YouTube

Got a YouTube account?

New: enable viewer-created translations and captions on your YouTube channel!

French subtitles

← Smelfies, et autres expériences en biologie synthétique

Get Embed Code
31 Languages

Showing Revision 7 created 07/15/2017 by eric vautier.

  1. Et si nos plantes
  2. pouvaient ressentir
    les degrés de toxicité dans le sol
  3. et exprimer cette toxicité
    à travers les couleurs de leurs feuilles ?
  4. Et si ces plantes pouvaient aussi
    éliminer ces toxines du sol ?
  5. Et si ces plantes faisaient pousser
    leurs propres emballages,
  6. ou étaient conçues
    pour n'être récoltées
  7. que par les machines brevetées
    de leurs propriétaires ?
  8. Que se passe-t-il
    lorsque le design biologique
  9. est inspiré par les motivations
    des produits fabriqués en série ?
  10. À quoi ressemblerait ce monde ?
  11. Je m'appelle Ani, et je suis designer
    et chercheuse au MIT Media Lab,

  12. où je fais partie de Design Fiction,
    un groupe relativement nouveau et unique,
  13. qui est niché entre la science-fiction
    et la réalité scientifique.
  14. Au MIT, j'ai la chance de pouvoir
    côtoyer des scientifiques
  15. qui étudient différents
    domaines de pointe,
  16. tels que la neurobiologie synthétique,
  17. l'intelligence et la vie artificielles,
  18. et j'en passe.
  19. Sur le campus, nous avons
    des scientifiques vraiment brillants
  20. qui demandent : « Comment puis-je faire
    de ce monde un monde meilleur ? »
  21. Et ce que mon groupe aime demander :
    « Que signifie meilleur ? »
  22. Qu'est-ce qui est mieux
    pour vous, pour moi,
  23. pour une femme blanche, un homme gay,
  24. un ancien combattant,
    un enfant avec une prothèse ?
  25. La technologie n'est jamais neutre.
  26. Elle formule une réalité
  27. et reflète un contexte.
  28. Pouvez-vous imaginer ce qu'elle dirait
    de l'équilibre entre travail et vie privée
  29. si ces questions
    étaient posées d'emblée ?
  30. (Rires)

  31. C'est le rôle des artistes
    et des designers

  32. de soulever des questions importantes.
  33. Avec l'art, nous pouvons voir
    et ressentir le futur.
  34. Notre époque est passionnante
    pour être designer,
  35. grâce à tous ces nouveaux outils.
  36. Par exemple,
    la biologie synthétique
  37. cherche à écrire la biologie
    comme un problème de design.
  38. Et à travers ces développements,
  39. mon laboratoire demande
    quels sont les rôles et responsabilités
  40. d'un artiste, d'un designer,
    d'un scientifique
  41. ou d'un homme d'affaires ?
  42. Quelles sont les implications
  43. de la biologie synthétique,
    de l'ingénierie génétique,
  44. et comment forment-elles nos notions
    de ce qu'être humain veut dire ?
  45. Quelles en sont les implications
    sur la société, sur l'évolution,
  46. et quels en sont les enjeux ?
  47. Ma propre recherche spéculative
    joue avec la biologie synthétique,

  48. mais pour un résultat plus émotionnel.
  49. Je suis fascinée par l'odorat
    en tant qu'espace créatif,
  50. et ce projet a débuté avec cette idée :
  51. et si vous pouviez prendre
    le selfie d'une odeur, un smelfie ?
  52. (Rires)

  53. Et si vous pouviez prendre
    votre propre odeur corporelle

  54. et l'envoyer à un amant ?
  55. J'ai découvert que c'était une tradition
    autrichienne du XIXe siècle.
  56. Les couples qui se courtisaient
    gardaient un bout de pomme
  57. sous leurs aisselles pendant les danses,
  58. et à la fin de la soirée,
  59. la fille donnait au garçon
    qu'elle appréciait le plus son fruit talé
  60. et si le sentiment était réciproque,
  61. il dévorait la pomme malodorante.
  62. (Rires)

  63. Napoléon a écrit de nombreuses et célèbres
    lettres d'amour à Joséphine,

  64. mais la plus mémorable d'entre toutes
    est peut-être cette brève note :
  65. « De retour dans trois jours.
    Ne te lave pas. »
  66. (Rires)

  67. Napoléon et Joséphine
    adoraient les violettes.

  68. Joséphine portait un parfum à la violette,
  69. des violettes lors de leur mariage,
  70. et Napoléon lui en envoyait un bouquet
    tous les ans pour leur anniversaire.
  71. Lorsque Joséphine disparut,
    il planta des violettes sur sa tombe,
  72. et juste avant son exil,
  73. il retourna sur sa tombe,
  74. cueillit quelques fleurs,
    les enferma dans un médaillon,
  75. et les porta jusqu'à sa mort.
  76. J'ai trouvé ça tellement touchant.

  77. J'ai pensé, pourrais-je créer une violette
    afin qu'elle sente comme Joséphine ?
  78. Et si, pour le reste de l'éternité,
  79. lorsque vous visitez sa tombe,
  80. vous pouviez sentir Joséphine
    exactement comme Napoléon l'aimait ?
  81. Peut-on créer de nouvelles
    façons de faire le deuil,
  82. de nouveaux rituels pour se souvenir ?
  83. Après tout, nous avons conçu
    des cultures transgéniques
  84. pour maximiser les profits,
  85. des cultures qui survivent au transport,
  86. qui se conservent longtemps,
  87. qui ont un goût sucré
    mais résistent aux insectes,
  88. parfois aux dépens
    de la valeur nutritionnelle.
  89. Peut-on exploiter ces technologies pour
    un résultat émotionnellement sensible ?
  90. En ce moment,
    je recherche ce genre de questions :

  91. comment un humain
    sent-il comme un humain ?
  92. Il s'avère que c'est assez compliqué.
  93. Des facteurs tels que le régime,
    les médicaments, le style de vie,
  94. sont à prendre en considération.
  95. Notre transpiration
    est en majorité inodore,
  96. mais ce sont nos bactéries
    et notre microbiome
  97. qui sont responsables de nos odeurs,
    notre humeur, notre identité,
  98. et bien plus encore.
  99. Nous émettons toutes sortes de molécules
  100. que nous ne percevons
    qu'inconsciemment.
  101. J'ai répertorié et collecté

  102. des bactéries de différentes
    parties de mon corps.
  103. J'ai parlé à un scientifique,
  104. nous avons pensé
    que la concoction parfaite d'Ani
  105. est peut-être 10% de clavicule,
    30% d'aisselle,
  106. 40% de maillot et ainsi de suite.
  107. À l'occasion, je laissais
    des chercheurs d'autres laboratoires
  108. sentir mes échantillons.
  109. Ça a été intéressant d'entendre
    comment l'odeur corporelle
  110. est perçue en dehors du contexte corporel.
  111. J'ai eu des commentaires comme :
  112. ça sent comme des fleurs, comme du poulet,
  113. comme des cornflakes,
  114. comme des carnitas au bœuf.
  115. (Rires)

  116. En même temps, je cultivais
    quelques plantes carnivores,

  117. pour leur capacité à émettre
    des odeurs similaires à la chair,
  118. afin de créer, en quelque sorte,
    cette relation symbiotique
  119. entre mes bactéries et cet organisme.
  120. Et comme par hasard,
    je suis au MIT, dans un bar,
  121. et je parlais à un scientifique
  122. qui est chimiste et botaniste.
  123. Je lui parlais de mon projet
    et il m'a dit :
  124. « On dirait de la botanique
    pour femmes seules. »
  125. (Rires)

  126. J'ai répondu,
    imperturbable : « D'accord. »

  127. Je l'ai mis au défi.
  128. « Peut-on créer une plante
    qui puisse m'aimer en retour ? »
  129. Pour une raison quelconque,
    il m'a dit : « Bien sûr, pourquoi pas ? »
  130. Nous avons commencé
    avec une plante qui pousserait vers moi,

  131. comme si j'étais le soleil ?
  132. Nous considérons alors les mécanismes
    des plantes tels que le phototropisme,
  133. qui fait pousser la plante
    en direction du soleil
  134. à l'aide d'hormones
    telles que l'auxine,
  135. qui cause l'élongation
    des cellules du côté ombragé.
  136. Maintenant, je fabrique
    des rouges à lèvres
  137. imprégnés de ces produits chimiques.
  138. Je peux ainsi
    interagir avec une plante
  139. selon ses propres signatures chimiques —
  140. des rouges à lèvres qui font pousser
    les plantes là où je pose mes lèvres,
  141. des plantes qui fleurissent
    là où j'embrasse la fleur.
  142. À travers ces projets,

  143. je pose des questions :
  144. comment définissons-nous la nature ?
  145. Comment définir la nature
    quand nous pouvons recréer ses propriétés,
  146. et quand devrions-nous le faire ?
  147. Devons-nous le faire
    pour l'argent, pour l'utilité ?
  148. A des fins émotionnelles ?
  149. La biotechnologie peut-elle créer
  150. une chose aussi émouvante
    que la musique ?
  151. Quelles sont les limites
    entre la science
  152. et sa capacité à définir
    notre paysage émotionnel ?
  153. Un célèbre mantra en design
    dit que la forme suit la fonction.

  154. À présent, nichée quelque part
    entre la science, le design et l'art,
  155. je peux demander :
    et si la fiction informe la réalité ?
  156. À quoi ressemblerait ce laboratoire de R&D
  157. et quel genre de questions
    poserions-nous, ensemble ?
  158. Nous voyons souvent
    la technologie comme la réponse.

  159. En tant qu'artiste et designer,
  160. j'aime demander :
    mais quelle est la question ?
  161. Merci.

  162. (Applaudissements)