Return to Video

La raison commerciale pour laquelle vous devriez travailler avec vos critiques les plus sévères

  • 0:02 - 0:06
    Qui se souvient de cette célèbre
    boîte en polystyrène ?
  • 0:06 - 0:08
    (Applaudissements)
  • 0:08 - 0:12
    Elle m'a changé,
    elle a changé mon entreprise
  • 0:12 - 0:14
    et a démarré un voyage révélateur
  • 0:14 - 0:18
    dévoilant comme vos adversaires
    peuvent être vos meilleurs alliés.
  • 0:18 - 0:19
    A la fin des années 80,
  • 0:19 - 0:25
    cette boîte de Big Mac était le symbole
    de la crise des déchets.
  • 0:25 - 0:27
    Les gens étaient très en colère.
  • 0:27 - 0:29
    Par exemple, des milliers d'étudiants,
  • 0:29 - 0:33
    de jeunes étudiants à travers le monde
    envoyaient des lettres accusant McDonald's
  • 0:33 - 0:36
    car nous utilisions des millions
    de ces boîtes à l'époque.
  • 0:36 - 0:38
    Personne à McDonald's ne s'y connaissait
  • 0:38 - 0:41
    en emballages respectueux
    de l'environnement,
  • 0:41 - 0:42
    y compris moi.
  • 0:42 - 0:43
    Les 10 dernières années,
  • 0:43 - 0:46
    j'étais responsable de la logistique
    et des chauffeurs de camions.
  • 0:46 - 0:49
    Puis, sortant de nulle part,
    mon patron m'a dit :
  • 0:49 - 0:54
    « Nous voulons que tu sauves
    cette boîte pour l'entreprise
  • 0:54 - 0:57
    et mènes les efforts pour réduire
    les déchets au sein de McDonald's. »
  • 0:58 - 1:00
    Je l'ai regardé et lui ai demandé :
  • 1:00 - 1:02
    « C'est quoi, le polystyrène ? »
  • 1:04 - 1:06
    Mais tout cela m'a intrigué
  • 1:06 - 1:09
    car cela me faisait revenir à mes racines.
  • 1:14 - 1:17
    J'ai grandi à la fin des années 60,
    au début des années 70,
  • 1:17 - 1:20
    à une époque d'importants
    bouleversements sociaux aux États-Unis.
  • 1:21 - 1:24
    J'étais tout à fait en phase
    avec les manifestations, les sit-ins,
  • 1:24 - 1:26
    les opinions contre le Vietnam
  • 1:26 - 1:30
    et je pensais vraiment qu'il fallait
    remettre l'autorité en question.
  • 1:31 - 1:33
    Mais en allant à l'université,
  • 1:34 - 1:38
    j'ai réalisé que je n'allais pas
    gagner ma vie en faisant cela.
  • 1:38 - 1:40
    Tout ce mouvement s'est désagrégé
  • 1:40 - 1:44
    et mon esprit d'activiste s'est endormi.
  • 1:44 - 1:45
    J'avais besoin de gagner ma vie
  • 1:45 - 1:48
    alors je me suis impliqué
    dans le monde des affaires.
  • 1:48 - 1:51
    Ces étudiants contre la pollution
  • 1:51 - 1:54
    qui envoyaient ces lettres
    de protestation à McDonald's,
  • 1:54 - 1:58
    ils m'ont rappelé
    qui j'étais 20 ans plus tôt.
  • 1:58 - 2:00
    Ils remettaient l'autorité en question.
  • 2:00 - 2:03
    Mais maintenant, c'était moi le chef.
  • 2:03 - 2:04
    (Rires)
  • 2:04 - 2:06
    Je suis le décideur.
  • 2:07 - 2:09
    C'est moi qui représente l'autorité.
  • 2:10 - 2:12
    Ce nouveau truc émergeait :
  • 2:12 - 2:14
    la responsabilité sociale des entreprises,
  • 2:14 - 2:17
    puis la responsabilité sociale
    et environnementale,
  • 2:17 - 2:20
    et j'avais maintenant une chance
    de changer les choses.
  • 2:21 - 2:23
    Le début de ce périple
  • 2:23 - 2:26
    a commencé quand McDonald's
    a accepté un partenariat
  • 2:26 - 2:29
    avec le Fonds de défense
    de l'environnement.
  • 2:29 - 2:30
    C'était une ONG
  • 2:30 - 2:35
    fondée sur le principe
    de « poursuivre ces cons en justice ».
  • 2:36 - 2:38
    Je me demandais
  • 2:38 - 2:40
    ce qu'ils pensaient
    de moi et de mon équipe.
  • 2:40 - 2:43
    La première fois que
    j'ai rencontré Richard Denison,
  • 2:43 - 2:46
    le scientifique principal pour le FDE,
  • 2:46 - 2:48
    j'étais très inquiet.
  • 2:48 - 2:50
    Je pensais que c'était un hippie
  • 2:50 - 2:53
    et je pensais qu'il pensait que
    tout ce qui m'importait était l'argent.
  • 2:53 - 2:59
    Nous voulions que l'équipe du FDE
    nous donne des solutions réalistes.
  • 2:59 - 3:01
    Nous avons fait ce qui était logique :
  • 3:02 - 3:05
    nous les avons fait tourner des steaks
    dans nos restaurants.
  • 3:05 - 3:07
    Vous devez imaginer Richard
  • 3:07 - 3:10
    qui, au passage,
    a un doctorat de physique,
  • 3:10 - 3:13
    et le voilà à essayer
    de préparer un hamburger.
  • 3:13 - 3:16
    Vous êtes censés y mettre
    deux giclées de ketchup, une de moutarde,
  • 3:16 - 3:18
    trois cornichons, un oignon
    et passer au suivant,
  • 3:18 - 3:20
    vous devez être très rapide.
  • 3:20 - 3:22
    Vous savez quoi ?
    Il n'a pas réussi de la journée.
  • 3:22 - 3:24
    Il était frustré.
  • 3:24 - 3:27
    J'étais très impressionné
  • 3:27 - 3:31
    car il essayait de comprendre
    ce que nous faisions.
  • 3:32 - 3:33
    L'équipe du FDE
  • 3:33 - 3:38
    pensait que des emballages réutilisables
    étaient le Graal pour notre entreprise.
  • 3:38 - 3:41
    Mon équipe et moi pensions :
    « Des emballages réutilisables ?
  • 3:41 - 3:43
    Trop de place, ce serait le bordel,
  • 3:43 - 3:44
    ils nous ralentiraient. »
  • 3:44 - 3:46
    Mais nous n'avons pas rejeté l'idée.
  • 3:46 - 3:49
    Nous sommes allés dans l'arrière-salle
  • 3:49 - 3:52
    du restaurant qu'ils avaient choisi
    près de Washington,
  • 3:52 - 3:54
    Le lave-vaisselle
    ne fonctionnait pas bien,
  • 3:54 - 3:55
    il recrachait de la vaisselle sale.
  • 3:55 - 3:58
    La cuisine était encrassée et sale.
  • 3:58 - 3:59
    Comparé à leur expérience
  • 3:59 - 4:02
    dans un McDonald's
    qui était propre et organisé,
  • 4:02 - 4:05
    ils pouvaient voir
    la différence frappante.
  • 4:05 - 4:08
    Nous avons passé toute une journée
    assis dans un McDonald's
  • 4:08 - 4:11
    et avons regardé les clients manger.
  • 4:11 - 4:12
    Leur comportement.
  • 4:12 - 4:15
    Il s'est avéré que de nombreux clients
    partaient avec leur nourriture,
  • 4:15 - 4:16
    leur boisson.
  • 4:16 - 4:19
    Le FDE a conclu de lui-même
  • 4:19 - 4:22
    que des emballages réutilisables
    ne marcheraient pas pour nous.
  • 4:22 - 4:26
    Mais ils ont eu de nombreuses idées
    qui ont fonctionné.
  • 4:26 - 4:29
    Nous n'y aurions jamais pensé
    de nous-mêmes,
  • 4:29 - 4:31
    sans l'équipe du FDE.
  • 4:31 - 4:35
    Ma préférée était de passer
    du sac en papier blanc
  • 4:35 - 4:37
    au sac en papier marron.
  • 4:42 - 4:45
    Nous utilisions le sac blanc.
  • 4:45 - 4:47
    C'est un matériau vierge,
  • 4:47 - 4:51
    il est fait grâce
    à un blanchiment au chlore
  • 4:51 - 4:53
    et ils nous ont dit d'utiliser
    un sac non blanchi,
  • 4:53 - 4:54
    sans produits chimiques.
  • 4:56 - 4:57
    Il est fait de matériaux recyclés,
  • 4:58 - 5:00
    principalement d'emballages
    d'expédition ondulés.
  • 5:00 - 5:04
    Il s'avère que le sac est plus résistant,
    la fibre est plus solide,
  • 5:04 - 5:06
    cela ne nous a pas coûté plus d'argent.
  • 5:06 - 5:07
    C'était gagnant-gagnant.
  • 5:13 - 5:15
    Une autre idée qu'ils ont eue
  • 5:15 - 5:19
    était que nous pouvions raccourcir
    notre serviette de trois centimètres.
  • 5:19 - 5:21
    Et qu'elle soit faite à partir
    de papier recyclé.
  • 5:23 - 5:26
    J'ai pensé que trois centimètres,
    cela importait peu.
  • 5:26 - 5:30
    Nous l'avons fait et réduit nos déchets
    de 1,5 million de kilos par an.
  • 5:30 - 5:32
    16 000 arbres sauvés.
  • 5:32 - 5:36
    (Applaudissements)
  • 5:36 - 5:37
    Ce qui était cool,
  • 5:37 - 5:40
    c'est que nous avons changé
    cette serviette d'un blanc éclatant
  • 5:40 - 5:44
    car le contenu recyclé
    est devenu gris et moucheté.
  • 5:44 - 5:46
    Et cela est devenu
  • 5:46 - 5:49
    dans l'air du temps,
    en vogue chez les clients.
  • 5:51 - 5:54
    J'en suis venu à vraiment apprécier
  • 5:54 - 5:57
    le temps passé à travailler
    avec l'équipe du FDE.
  • 5:57 - 6:00
    Nous avons eu des dîners,
    des conversations tardives,
  • 6:00 - 6:02
    avons été voir un match ensemble.
  • 6:02 - 6:04
    Nous sommes devenus amis.
  • 6:05 - 6:07
    C'est là que j'ai appris une leçon de vie.
  • 6:07 - 6:10
    Ces militants d'ONG,
  • 6:10 - 6:12
    ils n'étaient pas différents de moi.
  • 6:12 - 6:14
    Ils tenaient à quelque chose,
    étaient passionnés,
  • 6:14 - 6:16
    nous n'étions pas différents.
  • 6:16 - 6:18
    Nous avons eu un partenariat de six mois
  • 6:18 - 6:23
    qui a généré un plan avec 42 actions
    de réduction des déchets.
  • 6:23 - 6:25
    Pour réduire, réutiliser, recycler.
  • 6:25 - 6:28
    Nous avons mesuré cela
    au cours des années 90 :
  • 6:28 - 6:33
    en 10 ans, nous avons réduit nos déchets
    de 150 millions de kilos de déchets.
  • 6:35 - 6:38
    Si vous vous posez des questions
    au sujet de cette boîte en polystyrène,
  • 6:38 - 6:40
    nous l'avons laissé tomber.
  • 6:40 - 6:43
    Heureusement, j'avais encore un emploi.
  • 6:43 - 6:47
    Ce partenariat a été une telle réussite
  • 6:47 - 6:52
    que nous avons recyclé l'idée
    de travailler avec des critiques.
  • 6:52 - 6:55
    De collaborer avec eux
    sur des solutions pouvant marcher
  • 6:55 - 6:57
    pour la société et les affaires.
  • 6:59 - 7:02
    Mais cette idée de collaboration
  • 7:02 - 7:05
    pourrait-elle fonctionner
    avec les gens les plus anticonformistes ?
  • 7:05 - 7:09
    Et sur des problèmes qui sont
    hors de notre contrôle direct ?
  • 7:09 - 7:11
    Comme les droits des animaux.
  • 7:12 - 7:13
    Les droits des animaux :
  • 7:13 - 7:16
    pas d'animaux utilisés pour de la viande.
  • 7:16 - 7:19
    McDonald's : probablement
    le plus gros acheteur de viande
  • 7:19 - 7:20
    de l'industrie alimentaire.
  • 7:20 - 7:23
    Il y a là un conflit naturel.
  • 7:23 - 7:24
    Mais j'ai pensé que le mieux
  • 7:24 - 7:26
    serait d'aller les voir
  • 7:26 - 7:29
    et d'apprendre des critiques
    les plus véhéments et vigilants
  • 7:29 - 7:31
    que nous avions à l'époque
  • 7:31 - 7:35
    et qui étaient Henry Spira, le fondateur
    de Animal Rights International,
  • 7:35 - 7:37
    et Peter Singer,
  • 7:37 - 7:39
    qui a écrit le livre
    « La libération animale »
  • 7:39 - 7:42
    qui est considéré comme le traité moderne
    sur les droits des animaux.
  • 7:43 - 7:45
    J'ai lu le livre de Peter
    afin de me préparer,
  • 7:45 - 7:47
    j'ai essayé d'adopter son état d'esprit
  • 7:47 - 7:49
    et je dois l'admettre, c'était difficile,
  • 7:49 - 7:51
    je ne deviendrai pas végétalien,
  • 7:51 - 7:54
    mon entreprise ne disparaîtra pas.
  • 7:54 - 7:56
    Mais nous pouvions beaucoup en apprendre.
  • 7:56 - 7:59
    J'ai organisé un petit-déjeuner
    de travail à New York.
  • 7:59 - 8:01
    Je me souviens m'être assis, me préparer
  • 8:01 - 8:04
    et décider de ne pas commander
    ce que je préfère :
  • 8:04 - 8:06
    du bacon, des saucisses et des œufs.
  • 8:06 - 8:08
    (Rires)
  • 8:08 - 8:11
    J'allais m'en tenir aux pâtisseries.
  • 8:11 - 8:12
    Mais je dois admettre
  • 8:12 - 8:15
    que je m'attendais à ce que
    la conversation conflictuelle arrive.
  • 8:15 - 8:17
    Elle n'est jamais arrivée.
  • 8:17 - 8:20
    Henry et Peter ont été courtois,
  • 8:20 - 8:24
    ils ont été bienveillants, intelligents,
    ils ont posé les bonnes questions.
  • 8:24 - 8:26
    Je leur ai dit combien
    travailler sur le bien-être animal
  • 8:26 - 8:28
    était difficile pour McDonald's
  • 8:28 - 8:31
    car nos fournisseurs directs
    font uniquement des steaks hachés.
  • 8:32 - 8:36
    Les animaux sont trois ou quatre étapes
    au-delà de notre influence.
  • 8:36 - 8:38
    Ils ont été très empathiques.
  • 8:38 - 8:41
    Et alors que nous étions
    en opposition si directe
  • 8:41 - 8:43
    en termes de mission de nos organisations,
  • 8:43 - 8:45
    j'ai beaucoup appris.
  • 8:45 - 8:49
    Et le meilleur, c'est qu'ils m'ont donné
    une formidable recommandation.
  • 8:49 - 8:50
    Ils ont dit :
  • 8:50 - 8:53
    « Vous devriez travailler
    avec le Dr Temple Grandin. »
  • 8:53 - 8:56
    A l'époque, je ne la connaissais pas.
  • 8:56 - 8:57
    Mais je peux vous dire
  • 8:57 - 9:01
    que c'est l'experte la plus renommée,
    à l'époque et aujourd'hui,
  • 9:01 - 9:03
    en comportement animal.
  • 9:03 - 9:07
    Elle sait comment les animaux se déplacent
    et comment ils devraient réagir.
  • 9:08 - 9:09
    J'ai fini par la rencontrer
  • 9:09 - 9:12
    et elle fait partie
    du meilleur genre de critiques :
  • 9:12 - 9:15
    elle adore les animaux,
  • 9:15 - 9:16
    elle veut les protéger,
  • 9:16 - 9:20
    mais elle comprend également
    la réalité de l'industrie de la viande.
  • 9:20 - 9:21
    Je me souviendrai toujours,
  • 9:21 - 9:24
    je n'avais jamais été
    dans un abattoir de ma vie
  • 9:24 - 9:26
    et j'y suis allé avec elle
    pour ma première fois.
  • 9:26 - 9:29
    Je ne savais pas à quoi m'attendre.
  • 9:29 - 9:30
    Nous avons découvert
  • 9:30 - 9:34
    que les responsables avaient des pistolets
    à impulsion électrique en main
  • 9:34 - 9:39
    et électrocutaient les animaux
    au sein de l'établissement.
  • 9:39 - 9:42
    Nous avons tous les deux été horrifiés,
    elle faisait des bonds -
  • 9:42 - 9:44
    vous devriez la connaître -
  • 9:44 - 9:46
    elle disait :
    « Impossible, cela ne va pas,
  • 9:46 - 9:48
    nous pourrions utiliser
    des drapeaux, des sacs,
  • 9:48 - 9:51
    reconcevoir les corrals
    pour un comportement naturel. »
  • 9:52 - 9:54
    J'ai mis Temple en contact
    avec nos fournisseurs
  • 9:54 - 9:57
    pour établir des standards
    et des directives.
  • 9:57 - 10:01
    Ainsi que des façons de mesurer ses idées
    pour mettre en œuvre le bien-être animal.
  • 10:01 - 10:04
    Nous l'avons fait
    pendant les cinq années qui ont suivi.
  • 10:04 - 10:07
    Tout cela a été intégré et mis en œuvre.
  • 10:07 - 10:10
    Deux fournisseurs
    nous ont perdu comme client
  • 10:10 - 10:12
    car ils ne répondaient pas
    à nos exigences.
  • 10:12 - 10:13
    Le meilleur :
  • 10:13 - 10:17
    tous ces standards se sont étendus
    à l'industrie tout entière.
  • 10:17 - 10:20
    Ces animaux ne sont plus électrocutés.
  • 10:20 - 10:25
    Qu'en est-il des problèmes
    dont on nous accuse ailleurs ?
  • 10:25 - 10:27
    Comme la déforestation.
  • 10:27 - 10:29
    Sur ce sujet, j'ai toujours pensé
  • 10:29 - 10:32
    que c'était le rôle des décideurs
    politiques et du gouvernement.
  • 10:32 - 10:35
    Je n'ai jamais pensé
    que cela me retomberait dessus.
  • 10:35 - 10:38
    Mais je me souviens, début avril 2006,
  • 10:38 - 10:40
    j'ai allumé mon Blackberry
  • 10:40 - 10:44
    et j'ai lu au sujet
    de militants de Greenpeace
  • 10:44 - 10:50
    au Royaume-Uni, se pointant
    par dizaines, déguisés en poules,
  • 10:50 - 10:52
    prenant leur petit-déjeuner à McDonald's
  • 10:52 - 10:56
    et s'enchaînant aux chaises et aux tables.
  • 10:56 - 10:58
    Ils ont obtenu beaucoup d'attention,
  • 10:58 - 10:59
    y compris la mienne.
  • 10:59 - 11:02
    Je me demandais si le rapport
    qu'ils venaient de publier,
  • 11:02 - 11:05
    qui s'appelait « Manger l'Amazonie » --
  • 11:05 - 11:08
    le soja est un ingrédient clé
    de la nourriture des poules
  • 11:08 - 11:11
    et c'est cela le lien avec McDonald's.
  • 11:11 - 11:14
    J'ai appelé mes amis de confiance
    du Fonds mondial pour la nature,
  • 11:14 - 11:16
    j'ai appelé Conservation International
  • 11:16 - 11:22
    et j'ai vite appris que le rapport
    de Greenpeace était exact.
  • 11:22 - 11:23
    J'ai recueilli du soutien interne
  • 11:23 - 11:27
    et je me souviendrai toujours
    le lendemain de la campagne,
  • 11:27 - 11:28
    je les ai appelés
  • 11:28 - 11:30
    et j'ai dit :
    « Nous sommes d'accord avec vous. »
  • 11:31 - 11:34
    J'ai dit :
    « Et si nous travaillions ensemble ? »
  • 11:34 - 11:37
    Trois jours plus tard,
  • 11:37 - 11:39
    miraculeusement,
    quatre personnes de McDonald's,
  • 11:39 - 11:41
    quatre personnes de Greenpeace,
  • 11:41 - 11:44
    nous nous réunissons
    à l'aéroport de Londres Heathrow.
  • 11:44 - 11:46
    Je dois dire que
    la première heure a été hésitante,
  • 11:46 - 11:49
    il n'y avait pas beaucoup
    de confiance dans la pièce.
  • 11:49 - 11:52
    Mais il semble que tout s'est mis en place
  • 11:52 - 11:57
    car chacun d'entre nous
    voulait sauver l'Amazonie.
  • 11:57 - 11:58
    Durant nos discussions,
  • 11:58 - 12:00
    je ne crois pas que vous pouviez dire
  • 12:00 - 12:04
    qui était de Greenpeace
    et qui était de McDonald's.
  • 12:05 - 12:08
    L'une des meilleures choses
    que nous avons faites
  • 12:08 - 12:12
    a été de voyager avec eux
    durant neuf jours à travers l'Amazonie
  • 12:12 - 12:16
    dans l'avion de Greenpeace
    et sur le bateau de Greenpeace.
  • 12:16 - 12:19
    Je m'en souviendrai toujours :
  • 12:19 - 12:22
    imaginez voyager des centaines
    de kilomètres à l'ouest de Manaus,
  • 12:22 - 12:25
    la capitale de l'Amazonie.
  • 12:25 - 12:27
    Sa beauté est si virginale,
  • 12:27 - 12:29
    il n'y a pas de structures humaines,
    il n'y a pas de routes,
  • 12:29 - 12:31
    pas un seul câble, pas une seule maison.
  • 12:32 - 12:34
    Si vous voyagiez à l'est de Manaus,
  • 12:34 - 12:37
    vous verriez la destruction manifeste
    de la forêt tropicale.
  • 12:39 - 12:45
    Cette collaboration très improbable
    a abouti à des résultats extraordinaires.
  • 12:45 - 12:46
    En travaillant ensemble,
  • 12:46 - 12:50
    nous avons recruté une dizaine
    d'entreprises et leurs fournisseurs
  • 12:50 - 12:52
    pour la même cause.
  • 12:52 - 12:55
    Au passage, en l'espace de trois mois,
  • 12:55 - 12:58
    un moratoire sur ces pratiques
    de coupe des forêts
  • 12:58 - 13:00
    a été annoncé par l'industrie.
  • 13:00 - 13:05
    Greenpeace a même déclaré une chute
    spectaculaire de la déforestation
  • 13:05 - 13:08
    et cela est en vigueur depuis.
  • 13:09 - 13:12
    Vous penseriez que ce genre
    de collaborations que j'ai décrites
  • 13:12 - 13:14
    serait aujourd'hui courant.
  • 13:14 - 13:16
    Mais ce n'est pas le cas.
  • 13:16 - 13:18
    Quand les organisations sont malmenées,
  • 13:18 - 13:22
    la réponse habituelle est de nier
    et de rejeter les allégations,
  • 13:22 - 13:24
    de publier une sorte
    de déclaration boiteuse
  • 13:24 - 13:27
    et aucun progrès n'est réalisé.
  • 13:27 - 13:30
    Je dis que l'alternative est formidable.
  • 13:30 - 13:32
    Cela ne va pas résoudre tous les problèmes
  • 13:32 - 13:34
    et il y a certainement plus à faire,
  • 13:34 - 13:36
    mais cette idée de travailler
    avec nos critiques
  • 13:36 - 13:39
    et d'essayer d'accomplir
    plus de bien pour la société,
  • 13:39 - 13:41
    c'est bon pour les affaires,
  • 13:41 - 13:44
    croyez-moi, c'est possible.
  • 13:44 - 13:46
    Mais cela commence par l'idée
  • 13:46 - 13:51
    que vous devez présumer que vos critiques
    ont les meilleures intentions possibles.
  • 13:51 - 13:54
    Tout comme vous avez
    les meilleures intentions possibles.
  • 13:54 - 13:55
    Deuxièmement,
  • 13:55 - 13:58
    vous devez aller au-delà de ces tactiques.
  • 13:58 - 14:01
    Je l'admets, je n'aimais pas
    nombre des tactiques
  • 14:01 - 14:03
    employées par mon entreprise.
  • 14:03 - 14:06
    Au lieu de cela,
    concentrez-vous sur la vérité,
  • 14:06 - 14:08
    sur la meilleure chose à faire,
  • 14:08 - 14:11
    sur la science, sur les faits.
  • 14:11 - 14:13
    Pour finir, je dirais :
  • 14:13 - 14:16
    donnez les clés aux critiques.
  • 14:16 - 14:18
    Montrez-leur l'arrière-salle.
  • 14:18 - 14:20
    Amenez-les-y, ne cachez pas les détails
  • 14:20 - 14:22
    car si vous voulez
    des alliés et du soutien,
  • 14:22 - 14:25
    vous devez être ouverts et transparents.
  • 14:26 - 14:29
    Que vous soyez un décideur
    dans une entreprise,
  • 14:29 - 14:31
    que vous voyez un écolo,
  • 14:31 - 14:34
    la prochaine fois que vous êtes critiqué,
  • 14:34 - 14:36
    contactez la personne, écoutez, apprenez.
  • 14:36 - 14:40
    Vous deviendrez meilleur,
    votre organisation deviendra meilleure
  • 14:40 - 14:43
    et vous pourriez vous faire
    de bons amis en chemin.
  • 14:43 - 14:44
    Merci.
  • 14:44 - 14:47
    (Applaudissements)
Title:
La raison commerciale pour laquelle vous devriez travailler avec vos critiques les plus sévères
Speaker:
Bob Langert
Description:

En tant que décideur en entreprise et ancien vice-président de la durabilité chez McDonald's, Bob Langert travail avec des entreprises et leurs critiques les plus durs pour trouver des solutions qui sont à la fois bonnes pour les affaires et pour la société. Dans cette intervention exploitable, il partage des histoires issues de la longue transition vers la durabilité au sein de McDonald's -- y compris son travail avec d'improbables partenaires tels que le Fonds de défense de l'environnement et Temple Grandin -- et montre pourquoi vos adversaires peuvent parfois être vos meilleurs alliés.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDTalks
Duration:
15:00

French subtitles

Revisions