Return to Video

L'âge de l'émerveillement en génétique

  • 0:01 - 0:04
    Permettez-moi de vous présenter Roy Amara.
  • 0:04 - 0:09
    Tout d'abord, Roy pense
    que l'on a tendance à surestimer
  • 0:09 - 0:11
    l'impact des technologies
    les plus récentes
  • 0:11 - 0:13
    et que nous finissons
    par les sous-estimer à long terme
  • 0:13 - 0:15
    à cause de notre assuétude.
  • 0:15 - 0:17
    Ce sont les jours de miracle
    et d'émerveillement.
  • 0:17 - 0:20
    Vous souvenez-vous
    de cette chanson de Paul Simon ?
  • 0:20 - 0:22
    C'en est un petit extrait.
  • 0:22 - 0:25
    Mais qu'est-ce qui était
    miraculeux à l'époque ?
  • 0:26 - 0:28
    Ralentir les choses -- le ralenti --
  • 0:29 - 0:31
    et les appels longue distance.
  • 0:32 - 0:35
    Rappelez-vous, des opérateurs
    téléphoniques nous interrompaient
  • 0:35 - 0:38
    pour couper la ligne
    car un appel longue distance entrait.
  • 0:38 - 0:41
    Aujourd'hui, c'est banal de téléphoner
    n'importe où dans le monde.
  • 0:41 - 0:44
    On pourrait faire face
    à un phénomène identique
  • 0:44 - 0:46
    avec la lecture
    et la programmation de la vie.
  • 0:47 - 0:48
    Mais avant de développer ce sujet,
  • 0:49 - 0:52
    évoquons ensemble le télescope.
  • 0:53 - 0:57
    Son impact a été largement
    surestimé à l'origine.
  • 0:57 - 0:59
    Voici un des premiers modèles de Galilée.
  • 1:00 - 1:03
    Les gens pensaient que ça allait
    anéantir toutes les religions.
  • 1:03 - 1:05
    (Rires)
  • 1:07 - 1:10
    Aujourd'hui, plus personne ne porte
    attention aux télescopes.
  • 1:11 - 1:15
    Toutefois, les télescopes envoyés
    dans l'espace il y a une dizaine d'années
  • 1:15 - 1:18
    pourraient emmener
    cette Coccinelle sur la Lune
  • 1:18 - 1:24
    et vous permettre de vérifier
    que la voiture a bien allumé ses phares.
  • 1:25 - 1:28
    C'est cette puissance de résolution
    qui nous permet de discerner
  • 1:29 - 1:32
    des grains de poussière
    qui flottent autour de soleils distants.
  • 1:32 - 1:36
    Imaginez que cette étoile soit
    à des milliards d'années-lumière de nous
  • 1:36 - 1:39
    et qu'un grain de poussière
    passe devant elle.
  • 1:40 - 1:42
    Découvrir une exoplanète
    revient exactement au même.
  • 1:43 - 1:47
    La chose la plus cool avec les télescopes
    envoyés dans l'espace aujourd'hui,
  • 1:48 - 1:52
    c'est qu'ils nous permettraient de voir
    la flamme d'une bougie sur la Lune.
  • 1:52 - 1:55
    Et si on posait un miroir
    à côté de la flamme,
  • 1:55 - 1:58
    on distinguerait deux flammes.
  • 1:59 - 2:02
    C'est ce genre de résolution
    qui est nécessaire
  • 2:02 - 2:04
    pour créer l'image
    de ce grain de poussière
  • 2:04 - 2:06
    passant devant son soleil
  • 2:06 - 2:08
    et déterminer si
    sa signature est bleu vert.
  • 2:09 - 2:11
    Si c'est le cas,
  • 2:11 - 2:14
    ça signifie que la vie est
    courante dans l'univers.
  • 2:14 - 2:18
    Car une signature bleu vert
    aperçue sur une planète distante
  • 2:18 - 2:20
    signifie la présence de la photosynthèse
  • 2:20 - 2:21
    et d'eau.
  • 2:21 - 2:25
    La probabilité de découvrir la seule
    autre planète où la photosynthèse existe
  • 2:25 - 2:26
    est proche de zéro.
  • 2:27 - 2:29
    Ça change tout.
  • 2:30 - 2:33
    Il y a un avant et un après le fait
    d'être seuls dans l'univers.
  • 2:33 - 2:35
    Découvrir un nouveau continent
    relève de l'anecdote.
  • 2:37 - 2:38
    Quand on y pense,
  • 2:38 - 2:42
    nous sommes maintenant capables
    de créer une carte de notre univers.
  • 2:42 - 2:44
    Nous vivons une époque
    d'émerveillement, de miracle.
  • 2:44 - 2:46
    Pourtant, ça nous paraît évident.
  • 2:48 - 2:50
    Un phénomène semblable
    survient avec le vivant.
  • 2:50 - 2:53
    On nous parle de la vie
    en termes de petits morceaux.
  • 2:53 - 2:55
    On nous parle de CRISPR, on entend de ceci
  • 2:55 - 2:57
    et on entend parler de cela.
  • 2:57 - 3:01
    Mais l'essentiel à savoir sur le vivant,
    c'est qu'il s'avère être un code.
  • 3:02 - 3:06
    La vie en tant que code est un concept
    crucial car il signifie ceci :
  • 3:06 - 3:09
    tout comme nous pouvons écrire une phrase
  • 3:09 - 3:12
    en anglais, en français ou en chinois,
  • 3:13 - 3:16
    tout comme nous pouvons la copier,
  • 3:16 - 3:19
    tout comme nous pouvons l'éditer,
  • 3:19 - 3:21
    tout comme nous pouvons l'imprimer,
  • 3:21 - 3:24
    nous pourrons bientôt
    faire tout ça avec le vivant aussi.
  • 3:25 - 3:29
    Nous sommes en train
    d'apprendre à lire cette langue.
  • 3:29 - 3:32
    Voici le langage de cette orange.
  • 3:33 - 3:35
    Comment l'orange exécute-t-elle son code ?
  • 3:35 - 3:37
    Pas comme un ordinateur,
    avec des uns et des zéros.
  • 3:37 - 3:39
    Elle est sur l'arbre, et un jour :
  • 3:39 - 3:40
    pouf !
  • 3:41 - 3:43
    Ça signifie : exécution !
  • 3:43 - 3:46
    AATCAAG : fais une petite racine !
  • 3:47 - 3:50
    TCGACC : fais un petit germe !
  • 3:50 - 3:53
    GAC : fais des feuilles !
    AGC : fais des fleurs !
  • 3:53 - 3:56
    Ensuite GCAA : fais des oranges !
  • 3:57 - 4:01
    En éditant une phrase en anglais
    sur un traitement de texte,
  • 4:03 - 4:07
    on peut naviguer d'un mot à l'autre.
  • 4:08 - 4:10
    En amendant une partie dans cette orange,
  • 4:10 - 4:15
    en utilisant CRISPR pour remplacer GCAAC
    par autre chose de connu,
  • 4:16 - 4:18
    l'orange devient un citron,
  • 4:19 - 4:21
    un pamplemousse
  • 4:21 - 4:22
    ou une mandarine.
  • 4:23 - 4:25
    En modifiant une seule lettre parmi mille,
  • 4:25 - 4:28
    vous devenez votre voisin.
  • 4:29 - 4:31
    Choisissez vos voisins avec prudence !
  • 4:31 - 4:32
    (Rires)
  • 4:33 - 4:36
    À ses prémisses, la technologie
    était très coûteuse,
  • 4:37 - 4:38
    comme les appels longue distance.
  • 4:39 - 4:43
    Mais le coût diminue plus vite que
    la loi de Moore par un facteur de 50%.
  • 4:44 - 4:48
    Hier, Veritas a annoncé le premier
    séquençage du génome pour 200 dollars.
  • 4:48 - 4:51
    On observe ces systèmes
  • 4:51 - 4:54
    et ils n'ont aucune importance
    jusqu'à ce qu'ils deviennent importants.
  • 4:54 - 4:58
    Voici une cartographie
    de ce dont nous parlons.
  • 4:59 - 5:02
    Une découverte énorme.
  • 5:02 - 5:03
    Il y a 23 chromosomes.
  • 5:04 - 5:05
    Cool.
  • 5:05 - 5:09
    Regardons-les avec la version télescopique
    mais en remplaçant le télescope
  • 5:09 - 5:11
    par un microscope pour zoomer
  • 5:11 - 5:13
    sur le chromosome du bas,
  • 5:13 - 5:15
    le chromosome Y.
  • 5:16 - 5:19
    Il est trois fois plus petit que le X,
    récessif et mutant.
  • 5:20 - 5:22
    Mais...
  • 5:22 - 5:23
    c'est juste un mâle.
  • 5:25 - 5:27
    Quand on observe tout ça,
  • 5:27 - 5:31
    on est au niveau d'une carte d'un pays,
  • 5:31 - 5:33
    une résolution de 400 paires de bases,
  • 5:33 - 5:36
    on zoome à 550, ensuite à 850.
  • 5:36 - 5:40
    Là, on commence à identifier
    de plus en plus de gènes.
  • 5:40 - 5:43
    En zoomant davantage,
    on obtient une carte régionale.
  • 5:43 - 5:46
    On peut identifier les personnes
    qui souffrent de leucémie,
  • 5:48 - 5:50
    comment elles l'ont eue
    et quel type de leucémie,
  • 5:50 - 5:53
    quelles parties ont glissé vers où.
  • 5:53 - 5:56
    On zoome un peu plus
    et on en est à Google Street View.
  • 5:57 - 6:02
    Voici ce qui se passe pour un patient
    bien déterminé qui a un cancer du côlon
  • 6:02 - 6:04
    à un niveau de résolution
    lettre par lettre.
  • 6:06 - 6:09
    Nous collectons en fait des informations
  • 6:09 - 6:12
    et générons un volume énorme de données.
  • 6:12 - 6:15
    C'est une des plus grandes
    banques de données au monde
  • 6:15 - 6:19
    et sa croissance dépasse notre capacité à
    construire des espaces pour leur stockage.
  • 6:20 - 6:23
    On peut créer des cartes
    incroyables avec ça.
  • 6:23 - 6:26
    Pour comprendre la peste,
    et pourquoi une espèce est bubonique
  • 6:26 - 6:28
    une autre est d'un autre type,
  • 6:28 - 6:30
    et une autre est encore différente.
  • 6:30 - 6:32
    Voici la cartographie de la peste.
  • 6:33 - 6:36
    Certaines sont implacablement
    mortelles pour l'homme, d'autres pas.
  • 6:37 - 6:41
    Pour approfondir, pourquoi pas
    comparer la peste à la tuberculose ?
  • 6:42 - 6:45
    Voici la différence entre la tuberculose
    et différentes espèces de peste.
  • 6:45 - 6:48
    On peut faire un travail de détective
  • 6:48 - 6:50
    en prenant par exemple
    une espèce précise du choléra
  • 6:50 - 6:51
    qui a touché Haïti.
  • 6:52 - 6:55
    On peut rechercher le pays à son origine,
  • 6:55 - 6:57
    la région même
  • 6:57 - 7:02
    et sans doute aussi le soldat
    qui l'a emmenée d'Afrique à Haïti.
  • 7:05 - 7:07
    Dézoomons.
  • 7:07 - 7:09
    Aller vers le plus petit n'est pas tout.
  • 7:09 - 7:12
    Voici une des cartes les plus cool
    réalisées par l'homme.
  • 7:12 - 7:17
    On a repris toutes les informations
    génétiques connues sur toutes les espèces
  • 7:17 - 7:20
    et on a compilé ça sur un arbre de vie
    qui tient sur une page.
  • 7:20 - 7:22
    On peut zoomer et dézoomer.
  • 7:22 - 7:26
    Voici ce qui est venu en premier,
    sa diversification, son rayonnement
  • 7:26 - 7:28
    et la taille de ce génome.
  • 7:28 - 7:29
    Tout ça sur une seule page.
  • 7:30 - 7:32
    C'est l'univers du vivant sur la Terre,
  • 7:32 - 7:34
    mis à jour et complété constamment.
  • 7:35 - 7:37
    Dans cette évolution de la biologie,
  • 7:37 - 7:40
    le changement fondamental est
    qu'avant, la biologie était réactive.
  • 7:40 - 7:43
    Les biologistes avaient des microscopes
  • 7:43 - 7:46
    et des loupes pour observer les animaux.
  • 7:47 - 7:49
    La nouvelle biologie est proactive.
  • 7:49 - 7:52
    On ne fait pas qu'observer,
    on crée aussi des choses.
  • 7:53 - 7:55
    C'est une révolution
  • 7:55 - 7:58
    car ça nous permet de réaliser
    des choses comme ceci.
  • 7:59 - 8:01
    Je suis persuadé que
    cette photo vous enthousiasme.
  • 8:01 - 8:02
    (Rires)
  • 8:02 - 8:04
    Cette photo nous aura demandé
  • 8:04 - 8:06
    quatre ans de travail
    et 40 millions de dollars.
  • 8:06 - 8:07
    (Rires)
  • 8:07 - 8:09
    Qu'avons-nous fait ?
  • 8:10 - 8:13
    On a retiré un génome
    complet d'une cellule,
  • 8:13 - 8:17
    pas un gène, pas deux gènes,
    mais le génome complet de la cellule,
  • 8:18 - 8:20
    pour construire un nouveau code génétique,
  • 8:21 - 8:22
    l'insérer dans une cellule
  • 8:22 - 8:25
    et trouver un moyen que cette cellule
    exécute notre code
  • 8:25 - 8:28
    pour développer une nouvelle espèce.
  • 8:29 - 8:32
    Il s'agit donc de la première
    forme de vie synthétique.
  • 8:34 - 8:36
    Que fait-on avec ça ?
  • 8:36 - 8:39
    Le monde de demain
    ne sera plus jamais pareil.
  • 8:39 - 8:42
    Les trois premières tendances
    sur le court terme
  • 8:42 - 8:44
    qui vont transformer le monde
    sont les suivantes.
  • 8:44 - 8:47
    Tout d'abord, il y aura une nouvelle
    révolution industrielle.
  • 8:48 - 8:49
    Au sens littéral du terme.
  • 8:50 - 8:54
    Tout comme la Suisse,
    l'Allemagne et la Grande-Bretagne
  • 8:55 - 8:58
    ont changé le monde avec des engins
    comme ceux exposés dans le hall d'entrée,
  • 9:00 - 9:01
    en générant l'électricité,
  • 9:01 - 9:04
    tout comme le CERN est en train
    de transformer le monde,
  • 9:04 - 9:07
    avec des instruments nouveaux
    et notre conception de l'univers,
  • 9:08 - 9:11
    les formes de vie programmables
    vont changer le monde
  • 9:12 - 9:14
    car dès qu'il est possible
    de programmer une cellule,
  • 9:14 - 9:17
    tout comme on programme
    une puce électronique,
  • 9:18 - 9:19
    alors tous devient possible.
  • 9:20 - 9:23
    Votre puce électronique
    peut produire des images,
  • 9:23 - 9:25
    de la musique, des films,
  • 9:25 - 9:28
    des lettres d'amour
    ou des tableaux de calcul.
  • 9:28 - 9:30
    Tout ça est fait de zéros et de uns.
  • 9:31 - 9:33
    Si on peut encoder
    des ATCG dans les cellules,
  • 9:34 - 9:37
    le logiciel va créer sa propre machine.
  • 9:37 - 9:40
    En d'autres mots,
    il va se développer rapidement.
  • 9:40 - 9:42
    Quoi qu'il arrive,
  • 9:42 - 9:44
    en abandonnant votre portable
    à votre chevet,
  • 9:44 - 9:48
    vous ne vous retrouverez pas avec
    un milliard de portables le lendemain.
  • 9:48 - 9:52
    Mais avec des organismes vivants,
  • 9:53 - 9:56
    on parle d'échelles incroyables.
  • 9:57 - 10:00
    Une des choses devenues possibles
    est par exemple la production
  • 10:00 - 10:03
    de combustibles neutres
    au niveau de l'impact carbone,
  • 10:03 - 10:05
    à une échelle commercialisable dès 2025.
  • 10:06 - 10:08
    Nous travaillons sur ça avec Exxon.
  • 10:09 - 10:11
    On peut aussi remplacer
    les terres agricoles.
  • 10:11 - 10:16
    Plutôt que d'exploiter 100 hectares
    pour produire de l'huile ou des protéines,
  • 10:16 - 10:18
    on peut les produire dans des cuves
  • 10:18 - 10:21
    avec un rendement variant
    entre 10 et 100 fois celui d'un hectare.
  • 10:21 - 10:26
    On peut aussi y stocker l'information
    ou y fabriquer les vaccins pour le monde.
  • 10:27 - 10:31
    On pourrait même stocker toutes
    les informations du CERN dans ces bassins.
  • 10:32 - 10:36
    L'ADN offre des possibilités
    de stockage considérables.
  • 10:37 - 10:38
    Deuxième changement :
  • 10:38 - 10:41
    voici l'avènement
    de la biologie théorique.
  • 10:42 - 10:46
    Les facultés de sciences médicales sont un
    des lieux les plus conservateurs au monde.
  • 10:46 - 10:51
    On y enseigne l'anatomie aujourd'hui
    exactement comme il y a 100 ans :
  • 10:51 - 10:53
    « Bonjour à tous. Voici votre cadavre. »
  • 10:54 - 10:57
    Les écoles de médecine sont
    particulièrement médiocres
  • 10:57 - 11:00
    quand il s'agit de créer de nouveaux
    départements et le font rarement.
  • 11:00 - 11:07
    Isaac Kohane a créé un département
    fondé sur les données, les connaissances,
  • 11:07 - 11:09
    à la Harvard Medical School.
  • 11:09 - 11:14
    Dans un sens, la biologie
    commence à collecter assez de données
  • 11:14 - 11:17
    pour suivre les pas de la physique.
  • 11:17 - 11:20
    C'est-à-dire que de physique d'observation
  • 11:20 - 11:22
    et d'expérimentation,
  • 11:22 - 11:25
    elle est devenue créatrice,
    physique théorique.
  • 11:25 - 11:27
    C'est en train d'arriver en biologie
  • 11:27 - 11:29
    car nous avons
    toutes ces données médicales
  • 11:29 - 11:31
    et toutes ces données sur les gens :
  • 11:31 - 11:33
    leurs génomes, leurs viromes
  • 11:33 - 11:35
    et leurs microbiomes.
  • 11:35 - 11:37
    Plus les informations s'accumulent,
  • 11:37 - 11:39
    plus on peut réaliser des prédictions.
  • 11:40 - 11:43
    La troisième transformation est
    que le consommateur est touché.
  • 11:45 - 11:49
    Vous aussi, vous pouvez obtenir
    un séquençage de vos gènes.
  • 11:50 - 11:52
    Cela mène à la création d'entreprises
    comme 23andMe.
  • 11:52 - 11:55
    Ces entreprises comme 23andMe
    pourront vous offrir
  • 11:55 - 11:56
    de plus en plus d'informations,
  • 11:56 - 11:58
    sur les membres de votre famille,
  • 11:59 - 12:00
    sur vous, sur votre corps.
  • 12:00 - 12:03
    Elles proposeront de comparer des données,
    leur évolution dans le temps
  • 12:03 - 12:06
    et cela produira des bases
    de données massives.
  • 12:06 - 12:09
    D'autres domaines d'activités
    sont aussi affectés
  • 12:09 - 12:11
    de manière inattendue.
  • 12:12 - 12:16
    Quand on fait une publicité,
    le but n'est pas que le consommateur
  • 12:16 - 12:20
    emporte votre publicité
    aux toilettes pour uriner dessus.
  • 12:22 - 12:24
    Sauf si vous vous appelez IKEA.
  • 12:25 - 12:29
    Si vous déchirez cette publicité
    de votre magazine pour uriner dessus,
  • 12:29 - 12:31
    elle devient bleue si vous êtes enceinte.
  • 12:31 - 12:32
    (Rires)
  • 12:32 - 12:36
    L'annonceur vous offre un rabais
    sur l'achat d'un berceau.
  • 12:36 - 12:37
    (Rires)
  • 12:37 - 12:40
    OK ? Quand je parle d'émancipation
    des consommateurs,
  • 12:40 - 12:42
    et cela va au-delà des biotechnologies,
  • 12:42 - 12:44
    je pense ce que je dis.
  • 12:46 - 12:50
    À Synthetic Genomics,
    nous sommes en train de développer
  • 12:51 - 12:52
    des imprimantes portables
  • 12:53 - 12:57
    qui vous permettent
    de concevoir une cellule,
  • 12:57 - 12:58
    de l'imprimer
  • 12:58 - 13:00
    et d'exécuter un programme
    dans la cellule.
  • 13:01 - 13:03
    Aujourd'hui, on peut imprimer des vaccins
  • 13:03 - 13:05
    en temps réel quand un avion décolle
  • 13:05 - 13:07
    et avant qu'il atterrisse.
  • 13:08 - 13:11
    Cette année, on va livrer
    78 de ces imprimantes.
  • 13:12 - 13:17
    Ce n'est plus de la biologie théorique,
    c'est de la biologie imprimée.
  • 13:18 - 13:21
    Permettez-moi d'évoquer
    deux tendances à long terme
  • 13:21 - 13:25
    qui vont arriver sur une longue période.
  • 13:26 - 13:29
    D'abord, nous sommes en train
    de modifier les espèces.
  • 13:29 - 13:31
    Vous avez dû en entendre parler.
  • 13:31 - 13:34
    On modifie des arbres, des fleurs,
  • 13:34 - 13:36
    du yaourt,
  • 13:37 - 13:39
    du fromage et tout ce que vous voulez.
  • 13:40 - 13:42
    Ceci entraîne une question fascinante :
  • 13:43 - 13:46
    comment et quand devrions-nous
    amender les humains ?
  • 13:48 - 13:51
    Nous sommes nombreux à penser :
    « Jamais nous ne voudrons ça ! »
  • 13:52 - 13:55
    Sauf si votre enfant
    a le gène de Huntington
  • 13:55 - 13:56
    et est condamné à mourir.
  • 13:57 - 14:01
    Sauf si vous êtes porteur du gène
    de la mucoviscidose
  • 14:01 - 14:03
    et, dans ce cas, vous souhaiterez
    un amendement pour vous
  • 14:03 - 14:06
    et aussi pour vos enfants
    et leurs enfants.
  • 14:07 - 14:10
    Il s'agit de débats complexes
    et ils ont lieu maintenant.
  • 14:11 - 14:13
    Un exemple :
  • 14:14 - 14:17
    un des débats en cours
    dans les Académies nationales
  • 14:18 - 14:23
    concerne notre capacité à provoquer
    une mutation génétique chez les moustiques
  • 14:23 - 14:26
    qui tuera tous les moustiques
    porteurs de la malaria.
  • 14:28 - 14:30
    Certains pensent
  • 14:31 - 14:34
    que l'impact sur l'environnement
    mérite d'agir avec précaution.
  • 14:35 - 14:37
    D'autres, toutefois, pensent
  • 14:37 - 14:40
    que cette maladie tue des millions
    de personnes tous les ans.
  • 14:40 - 14:43
    On ne peut pas nous empêcher de sauver
    les enfants de nos pays.
  • 14:45 - 14:47
    Pourquoi ce débat est-il si complexe ?
  • 14:47 - 14:51
    Parce qu'en lâchant ça au Brésil,
    ou au sud de la Floride,
  • 14:51 - 14:53
    les moustiques n'ont pas de frontières.
  • 14:53 - 14:56
    C'est une décision qui affecte
    le monde entier
  • 14:56 - 14:58
    que de libérer une mutation génétique.
  • 15:02 - 15:05
    Cet homme extraordinaire
    a reçu le Prix Nobel.
  • 15:05 - 15:07
    Suite à son Prix Nobel,
  • 15:07 - 15:08
    il s'est intéressé
  • 15:10 - 15:12
    à comment la vie a démarré
    sur cette planète
  • 15:12 - 15:14
    et à la probabilité
    de la trouver ailleurs.
  • 15:15 - 15:18
    Aujourd'hui, il passe son temps
    avec ses étudiants
  • 15:18 - 15:20
    en leur demandant ceci :
  • 15:21 - 15:24
    « Créez une vie mais sans aucun
    produit chimique ou instrument modernes.
  • 15:24 - 15:27
    Créez quelque chose qui existait
    il y a trois milliards d'années.
  • 15:27 - 15:30
    Sans lasers. Sans ceci. Sans cela. »
  • 15:32 - 15:36
    Il m'a donné une fiole avec
    ce qu'il a fabriqué il y a trois semaines.
  • 15:37 - 15:38
    Qu'est-ce que c'est ?
  • 15:38 - 15:42
    Il a fabriqué ce qui ressemble
    à des bulles de savon faites de lipides.
  • 15:42 - 15:44
    Il a fabriqué un précurseur
    de l'acide ribonucléique.
  • 15:45 - 15:49
    Il a fait absorber ce précurseur
    d'ARN par une cellule
  • 15:50 - 15:52
    qu'il a laissée se diviser.
  • 15:54 - 15:56
    On pourrait ne pas être loin,
  • 15:58 - 16:01
    on parle de dix ou vingt ans,
  • 16:01 - 16:04
    du moment où nous pourrons
    générer la vie à partir de rien,
  • 16:04 - 16:06
    à partir de proto-communautés.
  • 16:08 - 16:10
    Deuxième tendance sur le long terme :
  • 16:10 - 16:14
    nous sommes en train de vivre
    dans l'ère numérique,
  • 16:14 - 16:16
    nous faisons nos premiers pas
    dans l'ère du génome.
  • 16:16 - 16:20
    La biologie, CRISPR,
    la biologie synthétique
  • 16:21 - 16:24
    et tout le reste vont se réunir
    dans l'ère du cerveau.
  • 16:25 - 16:29
    Nous arrivons à l'étape où nous pouvons
    régénérer la plupart de nos organes
  • 16:29 - 16:32
    telle la guérison de la peau ou d'un os
    après une brûlure ou une fracture.
  • 16:32 - 16:35
    Nous apprenons à régénérer nos trachées
  • 16:35 - 16:37
    et nos vessies.
  • 16:37 - 16:39
    On en a implanté chez des humains.
  • 16:39 - 16:42
    Tony Atala développe
    32 organes différents.
  • 16:43 - 16:45
    Mais ceci va devenir le cœur
  • 16:45 - 16:48
    car c'est vous, et le reste n'est
    qu'une enveloppe charnelle.
  • 16:50 - 16:54
    Personne ne vivra
    au-delà de 120, 130 ou 140 ans.
  • 16:54 - 16:55
    Sauf si nous réglons ça.
  • 16:56 - 16:58
    C'est aussi le défi le plus intéressant.
  • 16:58 - 17:00
    C'est la nouvelle frontière, avec :
  • 17:00 - 17:03
    « La vie est-elle généralisée
    dans l'univers ? »
  • 17:03 - 17:04
    « D'où venons-nous ? »
  • 17:05 - 17:06
    entre autres.
  • 17:08 - 17:11
    Je conclurai avec une citation
    apocryphe d'Einstein.
  • 17:11 - 17:13
    [Il n'y a que deux façons
    de vivre sa vie :
  • 17:13 - 17:16
    faire comme si tout était un miracle
    ou rien n'était un miracle]
  • 17:16 - 17:18
    C'est votre choix.
  • 17:19 - 17:21
    Vous pouvez vous focaliser
    sur le mauvais et l'effroyable,
  • 17:21 - 17:23
    et il y a certes des choses effrayantes.
  • 17:24 - 17:29
    Mais utilisez 10 ou 20%
    de votre cerveau à ça,
  • 17:29 - 17:30
    voire 30%.
  • 17:31 - 17:33
    Surtout, rappelez-vous,
  • 17:33 - 17:36
    nous vivons dans une ère
    de miracle et d'émerveillement.
  • 17:36 - 17:40
    Nous avons la chance de vivre maintenant
    et d'être les témoins de tout ça.
  • 17:40 - 17:43
    Nous avons la change d'interagir
    avec des personnes comme celles
  • 17:43 - 17:46
    qui construisent toutes ces choses
    et qui sont parmi nous.
  • 17:46 - 17:48
    Merci à vous tous pour ce que vous faites.
  • 17:49 - 17:53
    (Applaudissements)
Titel:
L'âge de l'émerveillement en génétique
Sprecher:
Juan Enriquez
Beschreibung:

Les outils de modification de séquence génomique tels que CRISPR rendent possible la programmation de la vie à son niveau le plus fondamental. Mais cela soulève de nombreuses questions : si nous pouvons créer des nouvelles espèces depuis zéro, que devrions-nous créer ? Devrions-nous remodeler l'humanité telle que nous la connaissons aujourd'hui ? Juan Enriquez esquisse les futurs possibles de l'édition génétique. Il explore un territoire d'incertitudes et de potentiels immenses de cette nouvelle frontière dans la biologie.

more » « less
Video Language:
English
Team:
closed TED
Projekt:
TEDTalks
Duration:
18:05

Untertitel in French

Revisionen