YouTube

Hast du ein YouTube-Benutzerkonto?

Neu: ermögliche zuschauererzeugte Übersetzungen und Untertitel auf deinem YouTube-Kanal!

French Untertitel

← Comment la lecture stimule la créativité et l'esprit critique | Hana Saleh | TEDxMisurata

Einbettcode generieren
10 Sprachen

Zeige Revision 7 erzeugt am 01/05/2020 von eric vautier.

  1. (Arabe) Que la paix soit avec vous.
  2. (Public) (Arabe)
    Que la paix soit avec vous.
  3. J'avais 17 ans quand je suis enfin rentrée
    en Libye pour de bon.
  4. J'ai grandi en Suisse
  5. et je crois que la pire épreuve
    à laquelle j'ai dû faire face étant enfant
  6. a été de savoir épeler le mot
    « Switzerland ».
  7. Même aujourd'hui, après des décennies,
    je suis devenue conférencière assistante
  8. et je méprise toujours autant ce mot.
  9. J'ai créé un raccourci pour ce mot
    dans mon téléphone
  10. en utilisant la translitération en anglais
    de « Sweesra », qui est la version arabe,
  11. et il l'écrit automatiquement pour moi.
  12. Dieu merci la technologie existe.
  13. On trouve tellement de mots intimidants
    dans presque toutes les langues,
  14. soit à cause de leur orthographe,
    soit de par leur signification,
  15. mais ce n'est pas une excuse
    pour ne pas les apprendre.
  16. On dit que la vie est une école
  17. et il existe plusieurs éléments
  18. qui participent à la formation
    des connaissances.
  19. Au début de notre vie,
    nous apprenons de nos parents
  20. mais pour des raisons très simples,
    ils ne peuvent pas tout nous transmettre.
  21. C'est sans doute la raison pour laquelle
    nous devons aller à l'école,
  22. afin d'apprendre d'autres individus
    spécialisés dans tel ou tel domaine.
  23. Par conséquent,
    nos compétences linguistiques se créent
  24. en assimilant les mots
    issus des supports de cours
  25. et des bouches de nos professeurs.
  26. On parle avec des mots,
  27. et en parlant, on s'exprime
    et on communique avec les autres.
  28. Mais nous ne sommes pas tous
    de grands orateurs.
  29. Pour ma part, je ne suis pas
    quelqu'un de spontané
  30. surtout lorsqu'il s'agit d'exprimer
    mes pensées ou mes émotions intimes.
  31. Quand j'étais petite, j'étais très timide,
    surtout avec les inconnus,
  32. et très vite, je me suis réfugiée
    dans l'écriture.
  33. Au collège, j'ai rédigé
    une courte dissertation sur mon enfance,
  34. et à la fin de la journée,
  35. j'ai appris que mon professeur l'avait lue
    presqu'à la moitié de l'école.
  36. Il m'a dit plus tard
  37. que ma carrière allait forcément
    avoir un lien avec l'écriture,
  38. et même à ce moment-là, j'avais plutôt
    la sensation qu'il disait vrai.
  39. J'ai réellement commencé à lire
    des romans au lycée.
  40. Mon premier roman classique
    était de Louisa May Alcott,
  41. « Les Quatre Filles du docteur March »
  42. suivi d'œuvres contemporaines,
    en l'occurrence de Mills & Boon.
  43. Quand j'avais 14 ans, j'étais obsédée
    par les bandes dessinées,
  44. comme la plupart des adolescents.
  45. Je lisais du Nabil Farouk.
  46. C'est l'auteur de « Adham Sabri:
    The Man of the Impossible. »
  47. Je lisais aussi les Archie Comics.
  48. Le personnage Betty Cooper m'inspirait
    pour écrire des journaux intimes,
  49. et je le fais toujours aujourd'hui.
  50. Quand je suis entrée à l'université,
  51. j'ai réalisé que j'avais certaines lacunes
    dans mes techniques d'écriture,
  52. à savoir dans l'organisation,
  53. la construction des phrases,
    mais également l'axe.
  54. À ce stade, je pensais avoir été
    une lectrice passionnée,
  55. et que ça ne devrait pas être
    un problème pour moi.
  56. Mais en fait, ça m'a poussée à changer
    mon approche vis-à-vis de la lecture.
  57. J'ai commencé à lire une fois étudiante,
  58. c'est-à-dire pas juste pour le plaisir
  59. mais aussi pour apprendre les astuces
    du métier auprès des meilleurs.
  60. Motivée par ma regrettée collègue
    et tutrice,
  61. Mme Sabah Kareem, que Dieu la bénisse,
  62. j'ai décidé de m'inscrire
    en Master de littérature
  63. et à la fin de l'année 2010,
  64. j'ai obtenu mon diplôme d'écriture
    pour la performance et la publication
  65. de l'Université de Leeds.
  66. J'ai eu l'immense chance
  67. de pouvoir explorer mes capacités
    en écrivant des nouvelles
  68. mais aussi en écrivant
    pour la scène et l'écran.
  69. L'écriture créative prône l'imagination
  70. alors pourquoi a-t-on l'impression
    que c'est un domaine isolé
  71. qu'on a du mal à explorer
  72. afin de lui donner la place
    pour se développer et s'épanouir ?
  73. J'aimerais vous parler de mon expérience
    d'enseignante d'écriture créative ici.
  74. Quand je dis ici, je veux dire
    la Libye en général
  75. car je crois que c'est un problème majeur
    dans presque toutes les régions de Libye :
  76. le problème d'apprendre une langue
    étrangère et de réellement la pratiquer.
  77. Au début des années 2010,
  78. peu après mon retour du Royaume-Uni,
  79. j'ai donné une présentation ce qu'est
    l'écriture créative pour la première fois
  80. à l'Université de Misurata.
  81. J'étais très enthousiaste
  82. mais visiblement les étudiants
    ne l'étaient pas.
  83. Un seul étudiant s'est inscrit
    pour le semestre.
  84. Alors le cours a dû être annulé.
  85. Mais le semestre suivant
    était assez prometteur ;
  86. j'avais 11 étudiants, pas mal,
  87. puis j'en ai eu 50
  88. pour finir avec un total colossal de 80
    pour un semestre.
  89. Pour l'écriture créative, le nombre
    d'étudiants peut poser problème
  90. surtout s'ils sont entassés
    dans une salle de 35 élèves.
  91. Mais la vraie difficulté, c'est lorsque
    vous vous rendez compte
  92. qu'ils ne comprennent pas le concept.
  93. Comment ça ?
  94. Très souvent, ils viennent vers moi
  95. et me disent de manière franche :
    « On déteste écrire. »
  96. Mais je pense que la vraie raison qui
    se cache derrière cette haine d'après eux
  97. c'est plutôt : « Je ne sais pas écrire »
  98. et « Pourquoi devrais-je écrire ?
    Je n'y suis pas obligé. »
  99. Alors « Comment écrire ? » contre
    « Pourquoi devrais-je écrire ? »
  100. Concernant la première question,
    je ne vais pas aborder l'illettrisme
  101. car il ne fait aucun doute
  102. que n'importe qui ayant été à l'école
    pendant un nombre considérable d'années
  103. sait forcément écrire.
  104. En ce qui concerne l'écriture créative,
    il s'agit d'écrire des nouvelles.
  105. Et pour cela, il faut avoir des idées.
  106. Normalement les idées
    viennent de l'inspiration
  107. et ce qui semble gêner mes étudiants,
    c'est leur inspiration restreinte.
  108. Ils se sont confinés, ou limités,
    eux-mêmes
  109. à un éventail de sujets et de thèmes
    très limité
  110. associé à un vocabulaire insuffisant.
  111. Personnellement,
  112. je ne suis pas très douée pour
    la création et la réalisation d'études
  113. mais d'après mon expérience de 3 ans dans
    l'enseignement de l'écriture créative,
  114. je crois que les sujets et thèmes que
    j'ai surtout rencontrés sont les suivants.
  115. Nous avons cinq colonnes.
  116. Commençons avec la pauvreté.
  117. La pauvreté qui est en fait un moyen
    de diriger le personnage principal
  118. et le faire accepter des emplois
    plutôt dégradants.
  119. Par exemple, travailler dans une cuisine,
  120. ou faire le ménage
  121. ou encore devenir un voyou.
  122. La deuxième colonne
  123. qui est d'ailleurs assez repris
    par les filles,
  124. c'est le mariage.
  125. Le personnage principal doit quitter
    celui qu'elle aime
  126. vous savez, pour se marier à un autre
  127. qui est soit plus riche ou qui a davantage
    d'influence dans la société.
  128. Le cancer remporte la première place
    en termes de maladie
  129. lorsqu'ils ont l'occasion
  130. de parler de quelqu'un qui tombe
    malade et finit par mourir.
  131. C'est le chemin le plus évident
    vers la mort.
  132. Ensuite on trouve l'accident de voiture.
  133. Je trouve ça assez surprenant
  134. qu'à chaque fois qu'ils veulent
    tuer les parents,
  135. ils le font avec un accident de voiture.
  136. Les conflits sociaux sont essentiellement
    causés par l'héritage,
  137. l'éternel méchant oncle,
  138. et les triangles amoureux à l'école.
  139. Certains d'entre vous doivent penser
    que finalement c'est normal
  140. étant donné leur éducation.
  141. En réalité, c'est normal
  142. car les gens ont tendance à écrire à
    propos de choses qu'ils connaissent bien.
  143. Mais le problème, c'est quand ils
    écrivent à propos de choses, d'histoires,
  144. car ils croient que c'est ce que
    les autres attendent d'eux.
  145. La limite vient de là.
  146. Imaginez, si on en revient à ce tableau,
  147. imaginez que ces cinq colonnes
    forment la structure de notre culture,
  148. incroyablement limitée
  149. et en même temps, c'est fatiguant
  150. quand on y est soumis chaque semestre.
  151. Lors d'un semestre, j'ai fermement
    annoncé à mes élèves :
  152. « S'il vous plait, ne tuez pas les parents
    dans un accident de voiture.
  153. Si vous ne les voulez pas dans l'histoire,
    laissez-les à la maison, sains et saufs,
  154. puis continuez sur quelque chose
    qui vaille le coup d'être raconté. »
  155. Nous devons faire preuve d'imagination,
    sortir de ce schéma culturel.
  156. Un jour, un collègue étranger m'a dit :
  157. « Nous avons affaire à des étudiants
    qui ont peu d'expérience dans la vie. »
  158. Il avait raison.
  159. Comment pouvons-nous leur demander
    de faire preuve de créativité
  160. si l'étendue de leur expérience
    ne représente que trois colonnes sur cinq.
  161. C'est pour cela que nous devons
    leur mettre un livre dans les mains.
  162. La lecture ne fait pas seulement
    de vous un meilleur écrivain :
  163. en vivant les vies de personnages fictifs,
  164. nous apprenons comment ils
    font face aux situations exceptionnelles
  165. et apprennent de leurs mésaventures.
  166. Nous plongeons également dans les
    différentes cultures de la vie, du monde
  167. et voilà notre billet gratuit :
  168. nous élargissons notre esprit
  169. et nous sommes pratiquement prêts
    pour l'extraordinaire.
  170. Donc si nous revenons à ce tableau
  171. et imaginons que nous ayons des étudiants
  172. qui ont lu des livres qui, en réalité,
    traitent de ces sujets et thèmes,
  173. quelles sont les possibilités,
  174. quelles sont les possibilités créatives
    qu'ils pourraient présenter ?
  175. Nous avons ici les cinq sujets
    que j'ai évoqués tout à l'heure,
  176. les cinq choses qui semblent se répéter
  177. et des exemples de romans
    qui traitent de ces sujets.
  178. « Hunger Games » est un très bon exemple
    qui parle de pauvreté
  179. écrit par Suzanne Collins.
  180. Le personnage principal est contraint
    de participer à un tournoi
  181. dans lequel les participants
    doivent s'entretuer pour gagner.
  182. C'est une idée.
  183. Le second exemple,
  184. c'est « Orgueil et Préjugés »
    de Jane Austen.
  185. Ce roman a été écrit
    il y a presque 200 ans,
  186. il y a deux siècles.
  187. Ce qui le rend si célèbre et vivant
    encore aujourd'hui -
  188. je veux dire pour le thème
    du mariage en particulier -
  189. c'est le personnage principal,
    Elizabeth Bennet,
  190. qui s'oppose au code social.
  191. Imaginez ce que cela représentait
    à l'époque.
  192. « Ma vie pour la tienne »
  193. traite brillamment de la maladie
  194. écrit par Jodi Picoult.
  195. En plus de parler du cancer,
  196. cela traite de la leucémie
    promyélocytaire aiguë,
  197. un cancer du sang et de la moelle osseuse.
  198. L'histoire porte également sur l'excès
    de drogue et sur une forme d'épilepsie.
  199. Je ne commenterai pas l'accident
    de voiture, mais ne tuez pas les parents.
  200. Pour continuer sur les conflits
    sociaux, la dernière colonne,
  201. c'est « In the Country of Men »,
    écrit par notre très cher Hisham Matar.
  202. L'histoire parle du chaos politique
  203. ayant eu des répercussions
    sur une vie domestique
  204. en référence à ce qu'il s'est passé ici
    en Libye dans les années 70.
  205. Avant de continuer,
  206. j'aimerais brièvement saluer le travail
    de certains de mes étudiants
  207. qui ont fait preuve d'une créativité
    incroyable dans leurs histoires.
  208. Un élève a écrit une histoire sur un
    Américain qui s'est converti à l'Islam
  209. après avoir vécu au sein d'un groupe
    de Touaregs ici en Libye.
  210. Un deuxième bon exemple, c'est un étudiant
    qui a écrit à propos du combat
  211. d'un homme essayant de fuir la guerre
    civile au Rwanda au début des années 90.
  212. Le troisième exemple dont j'aimerais
    vous parler
  213. parle d'une créature qui est née
    de la brume,
  214. c'est le dernier de son espèce
  215. et c'est le seul qui est capable
    de faire face au mal.
  216. Cela a été écrit par l'interprète
    qui traduit pour vous d'ailleurs.
  217. Donc pour revenir à ces deux questions.
  218. Comment écrire, maintenant
    que nous avons lu
  219. et que nous avons élargi notre esprit ?
  220. Bien sûr, il faut commencer par lire
    ce qui peut être intéressant pour vous
  221. et des auteurs dont
    vous appréciez le style d'écriture.
  222. Et ensuite vous pouvez commencer à écrire.
  223. Vous pouvez griffonner.
  224. Faire un brouillon.
  225. Refaire des brouillons,
    peut-être cent fois.
  226. Et voilà, vous savez faire.
  227. La deuxième question,
    pourquoi devrais-je ?
  228. En fait, vous n'êtes pas obligé d'écrire
  229. sauf si vous êtes un de mes étudiants
  230. alors vous devez le faire.
  231. Raconter des histoires, c'est un art.
  232. Cela vous permet de traduire
    vos pensées les plus profondes
  233. et peut-être votre philosophie de vie.
  234. Et c'est en fait la raison pour laquelle
    les gens adorent lire.
  235. La littérature doit être transmise
  236. pour que les générations coexistent
    et s'entremêlent.
  237. J'aimerais conclure avec une citation
    de Elif Shafak
  238. L'auteur de « The Forty Rules of Love ».
    [Les quarante règles de l'amour]
  239. Ok.
  240. « Relier les gens aux terres, aux régions
    et aux cultures lointaines n'est-elle pas
  241. l'une des grandes forces
    de la bonne littérature ? »
  242. En effet, elle l'est.
  243. Alors commençons à penser autrement.
  244. Merci.
  245. (Applaudissements)