Return to Video

Comment sauver une langue de l'extinction

  • 0:02 - 0:04
    Les langues ne meurent pas
    de manière naturelle.
  • 0:05 - 0:08
    Si leurs locuteurs natifs les abandonnent,
    c'est parce qu'on les y oblige.
  • 0:09 - 0:11
    Souvent, la pression est politique.
  • 0:12 - 0:13
    En 1892,
  • 0:13 - 0:15
    le général américain Richard Henry Pratt
  • 0:15 - 0:18
    a affirmé que tuer des cultures indigènes
  • 0:18 - 0:21
    était le seul moyen d'éviter
    de tuer les indigènes eux-mêmes.
  • 0:22 - 0:25
    « Tuez l'Indien », disait-il,
    « mais sauvez l'homme ».
  • 0:26 - 0:29
    Et jusqu'en 1978,
    c'est exactement ce qu'a fait l’État,
  • 0:29 - 0:32
    en séparant des enfants indigènes
    de leurs familles,
  • 0:32 - 0:36
    en les plaçant dans des internats
    où on leur donnait des noms anglais
  • 0:36 - 0:38
    et où on les punissait
    s'ils parlaient leur langue.
  • 0:39 - 0:42
    L'assimilation faisait partie du génocide.
  • 0:44 - 0:46
    Aujourd'hui, 7 000 langues sont parlées,
  • 0:46 - 0:49
    mais peu sont reconnues
    par l'État où on les parle
  • 0:49 - 0:50
    ou utilisées sur Internet.
  • 0:51 - 0:53
    Donc pour la vaste majorité des cultures,
  • 0:53 - 0:56
    la mondialisation reste
    profondément aliénante.
  • 0:57 - 1:00
    Elle implique d'abandonner sa langue
    pour celle de quelqu'un d'autre.
  • 1:02 - 1:03
    Et si rien ne change,
  • 1:03 - 1:07
    jusqu'à 3 000 langues
    pourraient avoir disparu dans 80 ans.
  • 1:08 - 1:10
    Mais les choses changent.
  • 1:10 - 1:12
    Partout dans le monde,
  • 1:12 - 1:14
    les gens revivifient
    des langues ancestrales
  • 1:14 - 1:16
    et reconstruisent leurs cultures.
  • 1:17 - 1:19
    Pour ce que nous en savons,
  • 1:19 - 1:21
    la revitalisation linguistique
    a commencé au 19e siècle,
  • 1:21 - 1:23
    quand, avec la montée de l'antisémitisme,
  • 1:23 - 1:27
    les Juifs se sont tournés
    vers l'hébreu, leur langue ancestrale,
  • 1:27 - 1:29
    afin de revitaliser leur culture.
  • 1:30 - 1:33
    Et bien qu'inusité
    depuis plus de 1 000 ans,
  • 1:33 - 1:36
    l'hébreu était préservé dans les livres
    religieux et philosophiques juifs.
  • 1:37 - 1:40
    Les militants juifs l'ont donc étudié
    et enseigné à leurs enfants,
  • 1:40 - 1:43
    élevant les premiers locuteurs natifs
    depuis près de 100 générations.
  • 1:44 - 1:48
    Aujourd'hui, c'est la langue maternelle
    de cinq millions de Juifs.
  • 1:48 - 1:50
    Et, du moins pour moi,
  • 1:50 - 1:53
    qui suis un membre assimilé anglophone
    de la diaspora juive,
  • 1:53 - 1:56
    un pilier de souveraineté culturelle.
  • 1:57 - 2:00
    Deux mille ans plus tard,
  • 2:00 - 2:01
    nous sommes encore là.
  • 2:03 - 2:04
    Jusqu'à récemment,
  • 2:04 - 2:07
    le réveil de l'hébreu était une anomalie.
  • 2:07 - 2:09
    Peu de langues ont été
    aussi bien préservées
  • 2:09 - 2:11
    et la création d'Israël,
  • 2:11 - 2:14
    le premier État juif en plus de 1 000 ans,
  • 2:14 - 2:16
    a favorisé l'usage quotidien de l'hébreu.
  • 2:17 - 2:21
    Autrement dit, la plupart des cultures
    n'ont juste pas eu cette chance.
  • 2:21 - 2:23
    (Vidéo) Bonsoir, je m'appelle Elizabeth,
  • 2:23 - 2:25
    et je vis en Cornouailles.
  • 2:25 - 2:26
    Ça, c'était du cornique,
  • 2:26 - 2:28
    la langue d'origine des Cornouailles,
  • 2:28 - 2:32
    qui aujourd'hui sont en théorie
    un comté du sud de l'Angleterre.
  • 2:33 - 2:36
    Au 20e siècle, les militants corniques
    se sont battus pour leur culture.
  • 2:37 - 2:39
    La langue était inutilisée
    depuis plus de 100 ans,
  • 2:39 - 2:43
    mais ils ont utilisé de vieux livres
    pour l'enseigner à leurs enfants.
  • 2:43 - 2:46
    Cependant, cette nouvelle génération
    de locuteurs du cornique
  • 2:46 - 2:47
    était disséminée en Cornouailles,
  • 2:47 - 2:50
    les empêchant
    d'utiliser fréquemment la langue.
  • 2:51 - 2:54
    Avant les années 90,
    le cornique avait été ranimé,
  • 2:54 - 2:55
    mais il ne prospérait pas.
  • 2:57 - 3:01
    Puis, au début des années 2000, ses
    locuteurs se sont retrouvés sur Internet.
  • 3:01 - 3:06
    Ils en ont profité
    pour se parler tous les jours.
  • 3:06 - 3:09
    À partir de là, ils ont organisé
    des événements réguliers
  • 3:09 - 3:12
    où ils pouvaient se rassembler
    et parler en public.
  • 3:12 - 3:15
    Aujourd'hui, des écoles
    enseignent le cornique.
  • 3:15 - 3:17
    Des panneaux sont écrits en cornique,
  • 3:17 - 3:19
    des publicités pour des glaces,
  • 3:19 - 3:22
    Wikipédia, et aussi des mèmes.
  • 3:22 - 3:26
    (Rires)
  • 3:26 - 3:28
    (Rires)
  • 3:30 - 3:33
    Et avec leur langue de nouveau intacte,
  • 3:33 - 3:35
    les Cornouaillais ont assuré
    leur reconnaissance
  • 3:35 - 3:38
    comme pays celtique avec l'Irlande,
    l'Écosse et le pays de Galles.
  • 3:39 - 3:41
    Ils ont défié des siècles
    d'assimilation forcée :
  • 3:41 - 3:44
    et ont dit : « Plus
    qu'un comté d'Angleterre,
  • 3:44 - 3:46
    nous sommes un peuple à part entière.
  • 3:46 - 3:47
    Et nous sommes encore là. »
  • 3:48 - 3:49
    Et ce ne sont pas les seuls.
  • 3:49 - 3:53
    La tribu Tunica-Biloxi de Louisiane
    revitalise sa langue ancestrale.
  • 3:54 - 3:56
    (Vidéo) Je m'appelle Teyanna.
  • 3:56 - 3:59
    Mes amis m'appellent « Tempête Douce ».
  • 4:00 - 4:02
    Ça a débuté dans les années 80,
  • 4:02 - 4:04
    lorsque Donna Pierite et sa famille
  • 4:04 - 4:06
    ont voyagé à Bâton-Rouge
    et à la Nouvelle-Orléans
  • 4:06 - 4:10
    pour photocopier des vieux dictionnaires
    dans des archives universitaires.
  • 4:11 - 4:13
    Leur but était d'étudier le tunica,
  • 4:13 - 4:17
    de l'enseigner aux enfants
    et de le partager avec la communauté.
  • 4:17 - 4:20
    Aujourd'hui, ils mènent
    la renaissance du tunica.
  • 4:21 - 4:26
    Depuis 2014, près de 100 locuteurs suivent
    des cours d'immersion linguistique,
  • 4:26 - 4:29
    et selon un recensement de 2017,
  • 4:29 - 4:31
    32 nouveaux locuteurs courants,
  • 4:32 - 4:34
    dont certains, comme Elisabeth,
    la fille de Donna,
  • 4:34 - 4:36
    enseignent le tunica à leurs enfants.
  • 4:36 - 4:38
    Ces nouveaux locuteurs créent du contenu,
  • 4:38 - 4:41
    des vidéos Facebook et aussi des mèmes.
  • 4:41 - 4:42
    (Rires)
  • 4:44 - 4:46
    (Rires)
  • 4:47 - 4:48
    (Rires)
  • 4:49 - 4:50
    Et plus ils publient,
  • 4:50 - 4:54
    plus ils inspirent
    d'autres Tunicas à s'impliquer.
  • 4:54 - 4:58
    Un membre de la tribu, vivant au Texas,
    a écrit à Elisabeth sur Facebook,
  • 4:58 - 5:01
    lui demandant comment dire
    « Que ces terres soient bénies ».
  • 5:02 - 5:03
    C'était pour une pancarte
  • 5:03 - 5:06
    afin de montrer à ses voisins
    que sa culture est vivante
  • 5:06 - 5:08
    et se développe actuellement.
  • 5:09 - 5:10
    L'hébreu, le cornique et le tunica
  • 5:11 - 5:15
    sont trois exemples d'une lame de fond
    d'activisme linguistique dans le monde.
  • 5:16 - 5:19
    Et qu'on parle le jersiais,
    dans les îles de la Manche,
  • 5:19 - 5:22
    ou la langue des signes
    kényane, à Nairobi,
  • 5:23 - 5:26
    toutes les communautés œuvrant
    à préserver ou à récupérer une langue
  • 5:26 - 5:29
    ont une chose en commun : les médias,
  • 5:29 - 5:32
    pour que leur langue
    puisse être partagée et enseignée.
  • 5:32 - 5:34
    Et avec la croissance d'Internet,
  • 5:34 - 5:37
    élargissant l'accès aux médias
    et à la création,
  • 5:38 - 5:41
    préserver et rétablir
    des langues anciennes
  • 5:41 - 5:43
    est maintenant
    plus envisageable que jamais.
  • 5:44 - 5:46
    Quelles sont vos langues ancestrales ?
  • 5:46 - 5:49
    Moi c'est l'hébreu, le yiddish,
    le hongrois et le gaélique écossais,
  • 5:49 - 5:51
    bien que j'aie grandi en anglais.
  • 5:52 - 5:55
    Et heureusement pour moi, chacune
    de ces langues est disponible en ligne.
  • 5:56 - 5:58
    Notamment l'hébreu :
    il était pré-installé sur mon iPhone,
  • 5:58 - 6:00
    il est inclus dans Google Translate
  • 6:00 - 6:02
    et il a même un correcteur automatique.
  • 6:02 - 6:05
    Et même si votre langue
    n'est pas à ce point disponible,
  • 6:05 - 6:07
    je vous encourage à chercher,
  • 6:07 - 6:11
    car peut-être quelqu'un, quelque part,
    a commencé à la mettre en ligne.
  • 6:12 - 6:16
    Récupérer sa langue
    et ré-adopter sa culture
  • 6:17 - 6:20
    est un puissant moyen d'être soi-même
    à l'âge de la mondialisation,
  • 6:21 - 6:23
    car comme j'ai récemment appris
    à le dire en hébreu :
  • 6:24 - 6:26
    « Anakhnu adayin kan. »
  • 6:27 - 6:28
    « Nous sommes encore là. »
  • 6:29 - 6:29
    Merci.
  • 6:30 - 6:33
    (Applaudissements)
Títol:
Comment sauver une langue de l'extinction
Speaker:
Daniel Bögre Udell
Descripció:

Jusqu'à 3 000 langues pourraient disparaître dans les 80 prochaines années, réduisant au silence des cultures entières. Dans cette brève conférence, le défenseur des langues Daniel Bögre Udell nous montre comment des gens de partout dans le monde trouvent de nouveaux moyens de revitaliser les langues ancestrales et de restaurer leurs traditions. Il nous encourage tous à faire des recherches sur les langues de nos ancêtres car « récupérer sa langue et ré-adopter sa culture est un puissant moyen d'être soi-même ».

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Projecte:
TEDTalks
Duration:
06:46

French subtitles

Revisions