Return to Video

Le président Obama prend la parole lors d'une cérémonie du souvenir pour Nelson Mandela

  • 0:04 - 0:07
    (La foule applaudit et l'encourage)
  • 0:07 - 0:09
    Merci.....
  • 0:09 - 0:15
    (La foule continue à crier sa joie...)
  • 0:15 - 0:15
    Merci....
  • 0:15 - 0:25
    Merci beaucoup...
  • 0:25 - 0:40
    Merci...
  • 0:40 - 0:46
    Graça Machel et toute la famille de Mandela...
  • 0:46 - 0:51
    Président Zuma et ses membres du gouvernement,
  • 0:51 - 1:00
    Messieurs et Mesdames les chefs d'Etats et de gouvernement, passés et présents, chers invités...
  • 1:00 - 1:11
    C'est un insigne honneur d'être parmi vous aujourd'hui pour célébrer une vie pas comme les autres.
  • 1:11 - 1:22
    Peuple d'Afrique du Sud [la foule l'acclame]
  • 1:22 - 1:35
    qui sont des personnes de toutes les races et de tous les horizons, le monde vous remercie de partager avec nous Nelson Mandela.
  • 1:35 - 1:44
    Son combat était votre combat. Son triomphe a été votre triomphe.
  • 1:44 - 1:57
    Votre dignité et votre espoir ont trouvé leur expression dans sa vie et votre liberté, votre démocratie est l'héritage qu'il vous a laissé et que vous chérissez.
  • 1:57 - 2:17
    Il est difficile de rendre hommage à n'importe quel homme, pour capturer en mots, pas seulement les faits et les dates qui font une vie, mais la vérité essentielle d'une personne,
  • 2:17 - 2:27
    leur joies privées et leurs peines ; les moments calmes et les qualités uniques qui illuminent l'âme de quelqu'un.
  • 2:27 - 2:35
    Et il est encore plus difficile de le faire pour un géant de l'histoire, qui a mené une nation vers la justice,
  • 2:35 - 2:40
    et en même temps a ému des milliards d'êtres dans le monde.
  • 2:40 - 2:52
    Né pendant la première guerre mondiale, loin du pouvoir, un garçon qui a grandi en élevant du bétail et qui fut instruit par les anciens de sa tribu de Thembu,
  • 2:52 - 3:05
    Madiba deviendrait finalement le dernier Grand libérateur du XXe siècle, et comme Gandhi, il mènerait un mouvement de résistance,
  • 3:05 - 3:10
    un mouvement qui, à ses débuts, avait peu de chances de réussir.
  • 3:10 - 3:21
    Comme le Dr King, il serait une caisse de résonance pour les revendications des opprimés et pour la nécessité morale d'une justice raciale.
  • 3:21 - 3:34
    Il endurerait un emprisonnement brutal qui a débuté à l'époque de Kennedy et Khrouchtchev et s'est terminé durant les derniers jours de la guerre froide.
  • 3:34 - 3:44
    Sortant de prison, sans utiliser d'armes, il se mit, comme Abraham Lincoln, à rassembler son pays alors qu'il menaçait de se diviser.
  • 3:44 - 3:55
    Et comme les fondateurs de l'Amérique, il a érigé un ordre constitutionnel afin de préserver la liberté pour les générations futures.
  • 3:55 - 4:08
    Un engagement envers la démocratie et le règne du droit, confirmé non seulement par son élection, mais aussi par sa volonté de démissionner du pouvoir après un seul mandat.
  • 4:08 - 4:13
    (les acclamations de la foule... continuent)
  • 4:13 - 4:25
    Compte tenu de la portée de sa vie, de la portée de ses réalisations,de l'adoration qu'il a amplement méritée
  • 4:25 - 4:33
    Il est tentant de se rappeler de Nelson Mandela comme dune icône, souriante et sereine,
  • 4:33 - 4:43
    détaché des petites affaires des hommes. Mais Madiba lui-même s'est fortement opposé à un tel un portrait, sans vie.
  • 4:43 - 4:53
    (Foule acclame...)
  • 4:53 - 5:06
    Au lieu de cela, Mandela a insisté sur le partage de ses doutes et de ses craintes, de ses erreurs de calcul ainsi que de ses victoires
  • 5:06 - 5:14
    « Je ne suis pas un saint », disait-il, « à moins que vous pensiez qu'un saint est un pêcheur qui continue d'essayer . »
  • 5:14 - 5:26
    C'est précisément parce qu'il pouvait admettre ses imperfections--parce qu'il pouvait être si plein de bonne humeur, et même malicieux,
  • 5:26 - 5:32
    malgré les lourdes charges qu' il a portées--qu'on l'aimait tellement.
  • 5:32 - 5:40
    Il n'était pas un buste en marbre ; c'était un homme de chair et de sang--un fils et un mari, un père et un ami.
  • 5:40 - 5:51
    Et c'est pourquoi nous avons tant appris de lui, et c'est pourquoi nous pouvons apprendre de lui encore. Car rien de ce qu'il a effectué n'était inévitable.
  • 5:51 - 6:04
    Tout au long de sa vie, nous voyons un homme qui a gagné sa place dans l'histoire par le biais de la lutte, de sa sagacité, de sa persistance et de sa foi.
  • 6:04 - 6:14
    Il nous a dit ce qui est possible non seulement dans les pages des livres d'histoire, mais dans nos propres vies aussi.
  • 6:14 - 6:24
    Mandela nous a montré le pouvoir de l'action ; le pouvoir de la prise de risques au nom de nos idéaux.
  • 6:24 - 6:37
    Madiba avait peut-être raison lorsqu'il disait qu'il avait hérité de son père, «'un caractère rebelle mais fier, d'un sentiment tenace d'équité » .
  • 6:37 - 6:42
    et nous savons qu'il a partagé avec des millions de noirs et de sud-africains de couleur la colère due à des milliers d'offenses,
  • 6:42 - 6:49
    à mille indignités, mille instants oubliés,
  • 6:49 - 6:54
    une volonté de combattre le système qui a emprisonné mon peuple, dit-il.
  • 6:54 - 7:17
    Mais comme les autres géants du début de l'ANC--les Sisulus et les Tambos, Madiba a muselé sa colère et canalisé son désir de se battre dans l'organisation, dans des plates-formes,
  • 7:17 - 7:25
    et dans des stratégies d'action, pour que les hommes et les femmes puissent défendre leur dignité donnée par Dieu.
  • 7:25 - 7:37
    En outre, il a accepté les conséquences de ses actes, sachant que tenir tête à l'injustice et à des intérêts puissants, cela a un prix.
  • 7:37 - 7:43
    "J'ai lutté contre la domination blanche et j'ai lutté contre la domination noire.
  • 7:43 - 7:55
    J'ai chéri l'idéal d'une société libre et démocratique dans laquelle toutes les personnes vivent ensemble en harmonie et [avec] des chances égales
  • 7:55 - 8:00
    C'est un idéal que j'espère un jour vivre et atteindre.
  • 8:00 - 8:05
    Mais si besoin , c'est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir. »
  • 8:05 - 8:11
    (Foule l'acclame...)
  • 8:11 - 8:21
    Mandela nous a appris le pouvoir de l'action, mais il nous a aussi appris la puissance des idées ;
  • 8:21 - 8:32
    l'importance de la raison et des arguments ; la nécessité d'étudier non seulement ceux avec qui vous êtes d'accord, mais aussi ceux avec qui vous ne l'êtes pas .
  • 8:32 - 8:40
    Il a compris que les idées ne peuvent être contenues par des murs de prison, ou effacées par la balle d'un sniper.
  • 8:40 - 8:51
    Il fit de son procès un réquisitoire contre l'apartheid, en raison de son éloquence et sa passion, mais aussi grace à sa formation en tant que défenseur.
  • 8:51 - 9:00
    Il a utilisé des décennies en prison pour affûter ses arguments, mais aussi pour faire passer sa soif de connaissances à d'autres dans le mouvement.
  • 9:00 - 9:04
    Et il a appris la langue et les coutumes de son oppresseur
  • 9:04 - 9:16
    pour qu'un jour il puisse mieux leur faire comprendre que leu propre liberté dépend de la sienne.
  • 9:16 - 9:23
    Mandela a démontré que l'action et les idées ne sont pas suffisants.
  • 9:23 - 9:30
    Peu importe leur justification, ils doivent être traduits en droit et en institutions.
  • 9:30 - 9:39
    Il était pratique, il testait ses convictions contre la surface dure des circonstances et de l'histoire.
  • 9:39 - 9:47
    Sur les principes fondamentaux, il était inflexible, ce qui explique pourquoi il pouvait repousser les offres de libération inconditionnelle,
  • 9:47 - 9:53
    Rappelant au régime de l'Apartheid que les « prisonniers ne peuvent pas conclure des contrats. »
  • 9:53 - 10:00
    Mais comme il l'a montré lors des laborieuses négociations pour le transfert du pouvoir et l'élaboration de nouvelles lois,
  • 10:00 - 10:06
    Il n'avait pas peur de faire des compromis pour un objectif plus large.
  • 10:06 - 10:16
    Et parce qu'il n'était pas seulement un leader d'un mouvement, mais un politicien habile, la Constitution qui en est sortie était digne de cette démocratie multiraciale,
  • 10:16 - 10:25
    fidèle à sa vision des lois qui protègent la minorité ainsi que droits de la majorité et les précieuses libertés de chaque Sud-africain .
  • 10:25 - 10:35
    Et enfin, Mandela a compris les liens qui unissent l'esprit humain.
  • 10:35 - 10:44
    Il y a un mot en Afrique du Sud--Ubuntu--
  • 10:44 - 10:49
    (Applaudissements de la foule...)
  • 10:49 - 10:53
    un mot qui capture le plus beau cadeau de Nelson Mandela :
  • 10:53 - 11:00
    il a réalisé que nous sommes tous unis par des liens invisibles à l'œil ;
  • 11:00 - 11:10
    qu'il y a une unité de l'humanité ; que nous nous réalisons en partageant avec les autres et en prenant soin de ceux qui nous entourent.
  • 11:10 - 11:22
    Nous ne pourrons jamais savoir si ce sens était inné en lui, ou s'il a été a été façonné dans une cellule sombre et solitaire.
  • 11:22 - 11:32
    Mais nous n'oublions pas ses gestes, grands et petits--présentant ses geôliers comme invités d'honneur lors de son investiture ;
  • 11:32 - 11:43
    lançant une balle dans un uniforme des Springbok ; transformant le chagrin de sa famille en un appel à lutter contre leHIV/sida--
  • 11:43 - 11:48
    tous ces gestes qui ont révélé la profondeur de son empathie et de sa compréhension.
  • 11:48 - 11:58
    Il a incarné non seulement Ubuntu, il a aussi appris à des millions de personnes comment trouver la vérité qui est en eux.
  • 11:58 - 12:01
    Il a fallu un homme comme Madiba pour libérer non seulement le prisonnier,
  • 12:01 - 12:11
    mais le geôlier, montrant ainsi que vous devez faire confiance à d'autres afin qu'ils puissent vous faire confiance ;
  • 12:11 - 12:17
    pour enseigner que la réconciliation ce n'est pas'ignorer un cruel passé,
  • 12:17 - 12:24
    mais un moyen de s'y confronter, en utilisant l'inclusion, la générosité et la vérité.
  • 12:24 - 12:31
    Il a changé les lois, mais il a aussi changé les cœurs.
  • 12:31 - 12:41
    Pour le peuple d'Afrique du Sud, pour ceux qu'il a inspirés dans le monde entier,
  • 12:41 - 12:51
    la mort de Madiba est à juste titre un moment de deuil et un moment pour célébrer une vie héroïque.
  • 12:51 - 12:57
    Mais selon moi, cela devrait également inciter chacun de nous à la réflexion personnelle.
  • 12:57 - 13:06
    Avec honnêteté, quel que soit notre situation, ou notre cadre de vie, nous devons nous demander :
  • 13:06 - 13:10
    Comment ai-je appliqué ses leçons dans ma propre vie ?
  • 13:10 - 13:10
    C'est une question que je pose moi-même, en tant qu'homme et en tant que président.
  • 13:10 - 13:27
    Nous savons que, comme l'Afrique du Sud, les États-Unis ont du surmonter des siècles de ségrégation raciale.
  • 13:27 - 13:28
    Comme ce fut le cas ici, il a fallu des sacrifices--le sacrifice d'innombrables personnes, connues et inconnues, pour voir pointer l'aube d'un jour nouveau.
  • 13:28 - 13:44
    Michelle et moi sommes bénéficiaires de cette lutte.
  • 13:44 - 13:54
    Mais en Amérique, en Afrique du Sud et dans les pays tout autour du globe,
  • 13:54 - 14:01
    Nous ne pouvons permettre que les progrès nous cachent le fait que notre travail n'est pas encore fait.
  • 14:01 - 14:01
    Les luttes qui suivent la victoire de l'égalité formelle ou du suffrage universel
  • 14:04 - 14:17
    ne sont peut-être pas aussi spectaculaires et aussi moralement évidentes que celles qui l'ont précédé, mais elles ne sont pas moins importantes.
  • 14:17 - 14:24
    Car partout dans le monde aujourd'hui, nous voyons toujours desenfants souffrant de la faim et la maladie.
  • 14:24 - 14:27
    Nous voyons encore des écoles délabrées.
  • 14:27 - 14:31
    Nous voyons encore des jeunes sans perspectives d'avenir.
  • 14:31 - 14:37
    Partout dans le monde aujourd'hui, les hommes et les femmes sont toujours emprisonnés pour leurs opinions politiques,
  • 14:37 - 14:42
    et sont toujours persécutés pour leur aspect physique, pour leurs croyances, et pour leurs préférences amoureuses.
  • 14:42 - 14:52
    Cela se passe aujourd'hui.
  • 14:52 - 14:56
    Et donc nous, aussi, devons agir au nom de la justice.
  • 14:56 - 15:01
    Nous devons aussi, agir au nom de la paix.
  • 15:01 - 15:07
    Il y a trop de gens qui embrassent joyeusement de la réconciliation raciale, l'héritage de Madiba
  • 15:07 - 15:16
    mais résistent passionnément devant de modestes réformes qui aideraient à résoudre la pauvreté chronique et les inégalités croissantes.
  • 15:16 - 15:22
    Il y a trop de dirigeants qui prétendent être solidaires avec la lutte de Madiba pour la liberté,
  • 15:22 - 15:30
    mais ne tolèrent pas la dissidence au sein de leur propre peuple.
  • 15:30 - 15:43
    Et il ya trop de gens qui vivent en marge,
  • 15:43 - 15:47
    se complaisant dans l'autosatisfaction ou le cynisme lorsque notre voix doit être entendue.
  • 15:47 - 15:54
    Les questions que nous rencontrons aujourd'hui--comment promouvoir l'égalité et la justice ;
  • 15:54 - 15:58
    Comment faire pour défendre la liberté et les droits de l'homme ;
  • 15:58 - 16:05
    Comment mettre fin aux guerres sectaires --ces choses n'ont pas de réponses faciles.
  • 16:05 - 16:13
    Mais il n'y avait pas de réponses faciles pour cet enfant né pendant la première guerre mondiale.
  • 16:13 - 16:19
    Nelson Mandela nous rappelle que les choses semblent toujours impossibles jusqu'à ce qu'elles soient faites.
  • 16:19 - 16:23
    L'Afrique du Sud nous montre que c'est vrai.
  • 16:23 - 16:31
    L'Afrique du Sud montre que nous pouvons changer, que nous pouvons choisir un monde défini non pas par nos différences, mais par nos espoirs communs.
  • 16:31 - 16:39
    Nous pouvons choisir un monde défini non pas par le conflit, mais par la paix, la justice et les chances à saisir.
  • 16:39 - 16:51
    Nous ne verrons plus jamais quelqu'un comme Nelson Mandela.
  • 16:51 - 17:04
    Mais permettez-moi de dire aux jeunes d'Afrique et aux jeunes dans le monde entier--vous, aussi, pouvez vous inspirer de sa vie.
  • 17:04 - 17:12
    Il y plus de 30 ans, encore étudiant, j'ai entendu parler de Nelson Mandela
  • 17:12 - 17:22
    et des luttes qui se déroulaient dans ce beau pays et il a provoqué quelque chose en moi.
  • 17:22 - 17:27
    Il m'a réveillé à mes responsabilités, celles que je dois à d'autres et à moi-même,
  • 17:27 - 17:33
    et m'a lancé dans ce voyage improbable qui fait que je me trouve ici aujourd'hui.
  • 17:33 - 17:44
    Et bien que je ne puisse jamais être à la hauteur de l' exemple de Madiba, il me donne envie d'être un homme meilleur.
  • 17:44 - 17:50
    Il parle à ce qu'il y a de meilleur en nous.
  • 17:50 - 17:55
    Après que ce grand libérateur soit mis en terre,
  • 17:55 - 18:07
    Quand nous serons retournés à nos villes et nos villages et à nos routines quotidiennes, nous devons rechercher sa force.
  • 18:07 - 18:15
    Nous devrons rechercher sa grandeur d'esprit, quelque part à en nous-mêmes.
  • 18:15 - 18:26
    Et lorsque la nuit sera sombre, que l'injustice pèsera lourd sur nos coeurs, lorsque nos plans les mieux conçus sembleront hors de notre portée,
  • 18:26 - 18:35
    Nous devrons penser à Madiba et les mots qui lui apportèrent le confort entre les quatre murs de sa cellule :
  • 18:35 - 18:43
    "Peu importe si la porte est étroite, si la punition est lourde,
  • 18:43 - 18:51
    Je suis le maître de mon destin : je suis le capitaine de mon âme. "
  • 18:51 - 18:56
    Et quelle âme magnifique c'était.
  • 18:56 - 18:58
    Il nous manquera énormément.
  • 18:58 - 19:01
    Que Dieu bénisse la mémoire de Nelson Mandela.
  • 19:01 - 19:05
    Que Dieu bénisse le peuple d'Afrique du Sud.
Títol:
Le président Obama prend la parole lors d'une cérémonie du souvenir pour Nelson Mandela
Descripció:

Le président Obama fait un discours lors d'une cérémonie du souvenir pour l'ancien président sud-africain Nelson Mandela. 10 décembre 2013.

more » « less
Video Language:
English
Team:
Volunteer
Duration:
19:15

French subtitles

Revisions