Return to Video

J'ai surmonté la douleur en dansant avec le feu

  • 0:01 - 0:03
    Quand j'avais six ans,
  • 0:03 - 0:05
    notre maison a brûlé
  • 0:05 - 0:06
    et ma mère est morte.
  • 0:07 - 0:09
    C'était une froide nuit
    de février du Michigan.
  • 0:09 - 0:11
    La cheminée avait été réparée depuis peu
  • 0:11 - 0:14
    et il y avait un bon feu dans le foyer.
  • 0:14 - 0:17
    Ma petite sœur et moi,
    assises à côté de notre chien,
  • 0:17 - 0:20
    utilisions notre nouvelle boîte
    de crayons de couleur,
  • 0:20 - 0:22
    quand Maman nous a dit d'aller dormir.
  • 0:22 - 0:24
    Nous avions prévu d'aller dans le nord
  • 0:24 - 0:26
    pour un week-end
    de motoneige et de traîneau,
  • 0:26 - 0:28
    mais il était déjà tard
    et il neigeait dehors.
  • 0:28 - 0:31
    Donc, nous avons décidé
    de partir le lendemain matin.
  • 0:31 - 0:34
    Nous sommes montées nous brosser
    les dents et nous mettre au lit.
  • 0:34 - 0:37
    La chambre de ma sœur
    était à côté des escaliers
  • 0:37 - 0:39
    et la mienne à l'autre bout du couloir.
  • 0:39 - 0:41
    Nos parents nous ont bordées
    et souhaité bonne nuit,
  • 0:41 - 0:44
    puis ils ont laissé la porte entrouverte
  • 0:44 - 0:46
    et le couloir allumé, comme toujours.
  • 0:47 - 0:50
    Je me suis réveillée
    en sueur en pleine nuit,
  • 0:50 - 0:53
    désorientée car je ne voyais plus
    la lumière du couloir.
  • 0:53 - 0:55
    J'ai commencé à crier
  • 0:55 - 0:58
    et finalement, j'ai entendu des voix
    que je n'oublierai jamais :
  • 0:58 - 1:00
    « Dave, c'est un incendie ! »
  • 1:00 - 1:03
    On a découvert plus tard
    que notre feu de cheminée
  • 1:03 - 1:06
    avait brûlé à travers une fissure
    non réparée dans le conduit,
  • 1:06 - 1:08
    faisant exploser les portes du foyer
  • 1:08 - 1:10
    et le feu s'est répandu dans le salon.
  • 1:11 - 1:14
    Je me souviens de ma mère qui courait
    vers la chambre de ma sœur
  • 1:14 - 1:16
    en la recherchant désespérément
  • 1:16 - 1:18
    pour la trouver enfin par terre.
  • 1:18 - 1:21
    J'ai rampé derrière elle à quatre pattes,
  • 1:21 - 1:23
    en essayant de ne pas respirer la fumée.
  • 1:24 - 1:26
    J'étais debout à côté
    de la chambre de ma sœur
  • 1:26 - 1:29
    en cherchant à allumer
    la lumière dans le couloir
  • 1:29 - 1:30
    mais elle était déjà allumée ;
  • 1:30 - 1:33
    à cause de la fumée si épaisse,
    je ne le voyais pas.
  • 1:35 - 1:38
    Je me rappelle avoir ressenti
    la chaleur du feu sur ma peau
  • 1:38 - 1:41
    et d'avoir entendu son bruit
    alors qu'il montait les escaliers.
  • 1:44 - 1:47
    Mon père a couru à la fenêtre
    de ma chambre pour s'échapper.
  • 1:47 - 1:50
    Mais elle était bloquée par le gel
    car on était en février.
  • 1:50 - 1:54
    Finalement il brisa la fenêtre
    et l'ouvrit de force,
  • 1:54 - 1:57
    ses bras et ses mains couverts
    de verre et de coupures.
  • 1:58 - 2:01
    Il nous a fait monter, ma sœur et moi,
    sur un auvent sous la fenêtre
  • 2:01 - 2:03
    et il nous a dit de crier à l'aide.
  • 2:03 - 2:04
    Ne voyant pas ma mère,
  • 2:04 - 2:08
    il pensait retourner
    dans les flammes pour la retrouver,
  • 2:08 - 2:11
    mais quand il nous vit ma sœur et moi
    blotties l'une contre l'autre sur le toit,
  • 2:11 - 2:14
    il sut que ni l'une ni l'autre
    ne pourrait s'en sortir
  • 2:14 - 2:16
    et il resta avec nous,
  • 2:16 - 2:18
    en appelant le nom de Maman
    par la fenêtre.
  • 2:20 - 2:21
    Après quelques minutes,
  • 2:21 - 2:25
    un homme qui passait en voiture
    dans la rue vit la fumée et le feu,
  • 2:25 - 2:26
    arriva sur notre pelouse,
  • 2:26 - 2:28
    grimpa sur le toit de sa voiture
  • 2:28 - 2:30
    et il nous dit de sauter dans ses bras.
  • 2:30 - 2:32
    On ne l'avait jamais vu,
  • 2:32 - 2:33
    et même s’il nous a sauvé la vie,
  • 2:33 - 2:35
    nous ne l'avons plus revu.
  • 2:35 - 2:37
    On nous a amenées chez un voisin
  • 2:37 - 2:40
    alors que mon père continuait
    d'attendre ma mère sur le toit,
  • 2:40 - 2:43
    en tendant ses bras et ses mains
    à travers la fenêtre
  • 2:43 - 2:44
    et dans les flammes,
  • 2:44 - 2:47
    en appelant son nom sans arrêt.
  • 2:49 - 2:51
    Il a raconté que lorsque
    les pompiers arrivèrent,
  • 2:51 - 2:55
    ils l'ont descendu avec l'échelle
    juste quand une fenêtre du bas se brisa
  • 2:55 - 2:57
    et prit feu.
  • 2:57 - 3:00
    Il fallut aux pompiers plus longtemps
    pour retrouver ma mère.
  • 3:00 - 3:03
    Elle était restée sur le sol
    de ma chambre tout le temps,
  • 3:03 - 3:06
    immobilisée par une armoire
    tombée sur sa jambe.
  • 3:07 - 3:09
    On pense qu'elle était retournée
    chercher notre chien,
  • 3:09 - 3:13
    mais quand les pompiers arrivèrent,
    il était trop tard.
  • 3:13 - 3:15
    Elle mourut sur le chemin de l'hôpital.
  • 3:17 - 3:19
    Papa était dans un état critique,
  • 3:19 - 3:23
    intoxiqué par la fumée, avec des brûlures
    et des coupures sur un tiers du corps.
  • 3:24 - 3:25
    Il a passé près d'un mois à l'hôpital,
  • 3:26 - 3:28
    manquant les funérailles de Maman,
  • 3:28 - 3:32
    et a subi de multiples et douloureuses
    opérations de greffe de peau.
  • 3:32 - 3:35
    Ma sœur et moi étions chez un voisin
    de l'autre côté de la rue,
  • 3:35 - 3:39
    mais nous passions nos heures assises
    devant la fenêtre de leur salon,
  • 3:39 - 3:42
    à fixer les ruines de notre maison brûlée.
  • 3:42 - 3:44
    Après quelques jours, il devint évident
  • 3:44 - 3:47
    que nous devions aller
    chez des amis de la famille.
  • 3:49 - 3:51
    Les années suivantes furent difficiles.
  • 3:51 - 3:53
    Père veuf avec deux petites filles,
  • 3:53 - 3:55
    Papa fit de son mieux pour nous aider
  • 3:55 - 3:59
    alors que nous essayions tous
    de faire le deuil et de nous en remettre.
  • 4:00 - 4:03
    Nous avons commencé à avancer
    dans cette nouvelle réalité.
  • 4:03 - 4:06
    Mon père acheta une nouvelle maison
    en bas de la rue, sans cheminée
  • 4:06 - 4:08
    et finit par se remarier.
  • 4:08 - 4:10
    Ma sœur et moi excellions à l'école.
  • 4:10 - 4:11
    J'étais pom-pom girl,
  • 4:11 - 4:14
    elle faisait du cheval
    et jouait dans un groupe.
  • 4:14 - 4:18
    Mais rien ne pouvait arrêter les
    déchirants cauchemars qui me hantaient.
  • 4:19 - 4:21
    Je rêvais du feu,
  • 4:21 - 4:24
    d'être piégée dans le feu
    sans pouvoir m'échapper.
  • 4:24 - 4:26
    Je me souviens, et même maintenant je sens
  • 4:26 - 4:29
    la terreur et la pression sur ma poitrine.
  • 4:29 - 4:34
    Ou pire, je rêvais que
    j'étais dehors à regarder l'incendie
  • 4:34 - 4:36
    en tentant de sauver
    les gens à l'intérieur.
  • 4:37 - 4:40
    Je me réveillais haletante,
  • 4:40 - 4:43
    les larmes coulaient
    sur mon visage et je sanglotais.
  • 4:47 - 4:49
    Quand j'ai eu quinze ans,
  • 4:49 - 4:51
    un ami à moi, un artiste très talentueux,
  • 4:51 - 4:53
    a peint deux portraits abstraits pour moi.
  • 4:53 - 4:55
    L’un réalisé en noir et blanc
  • 4:55 - 4:58
    représentait une fille apeurée
    recroquevillée dans un coin de la pièce,
  • 4:58 - 5:00
    entourée par les ténèbres.
  • 5:00 - 5:03
    L'autre était un arc-en-ciel
    débordant de couleurs ;
  • 5:03 - 5:05
    la fille au centre de la page,
  • 5:05 - 5:06
    avait les bras ouverts et tendus,
  • 5:06 - 5:09
    pleine de joie et de bonheur.
  • 5:10 - 5:11
    Il connaissait mon passé
  • 5:11 - 5:14
    et il savait bien que j'étais
    en conflit et perdue,
  • 5:14 - 5:16
    mais il a aussi vu mon potentiel
  • 5:16 - 5:19
    et il voulait me montrer
    ce qu’il avait vu.
  • 5:19 - 5:22
    Au bout de quelques années,
    j’ai compris que ces deux portraits
  • 5:22 - 5:25
    me montraient deux chemins
    complètement différents :
  • 5:25 - 5:27
    une vie de peur
  • 5:27 - 5:29
    ou la promesse et la chance
    d'un rétablissement.
  • 5:30 - 5:33
    Ce tableau plus brillant et coloré
    m'avait toujours fascinée,
  • 5:33 - 5:35
    mais je n'étais pas sûre
    de son sens pour moi
  • 5:35 - 5:40
    ou de comment transformer mon humeur
    d'alors en ce genre de joie et de bonheur.
  • 5:40 - 5:43
    En apparence, j'ai donc tourné la page
  • 5:43 - 5:45
    J'ai fini le lycée,
    je suis allée à la fac –
  • 5:45 - 5:47
    mais intérieurement,
  • 5:47 - 5:50
    je continuais à rebondir
    entre les hauts les plus élevés
  • 5:50 - 5:52
    et les bas les plus profonds,
  • 5:52 - 5:55
    comme une balle de ping-pong
    entre ces deux portraits.
  • 5:56 - 6:00
    En 2004, j'ai parcouru
    l'Amérique centrale avec une amie.
  • 6:00 - 6:02
    La première semaine,
    nous étions sur l'île de Roatán,
  • 6:02 - 6:04
    au large du Honduras.
  • 6:04 - 6:06
    Au bout de quelques jours,
    nous avons découvert
  • 6:06 - 6:10
    qu’un de nos nouveaux amis locaux
    était un danseur du feu.
  • 6:10 - 6:13
    Aucune de nous n'avait jamais vu
    une danse du feu avant,
  • 6:13 - 6:15
    alors un soir, nous sommes
    allées voir le spectacle.
  • 6:17 - 6:20
    Nous avons regardé, hypnotisées,
  • 6:20 - 6:24
    la façon dont lui et ses deux amis
    ont allumé leurs accessoires,
  • 6:24 - 6:25
    les ont jetés en l’air
  • 6:25 - 6:27
    en les faisant tournoyer
    autour de leurs corps.
  • 6:29 - 6:33
    Leurs mouvements étaient
    délibérés et contrôlés,
  • 6:33 - 6:36
    tout en restant gracieux
    et en rythme avec la musique.
  • 6:39 - 6:41
    J'étais complètement en extase.
  • 6:41 - 6:45
    Le lendemain, il proposa de nous
    apprendre la danse du feu ou le « spin » –
  • 6:45 - 6:47
    sans feu, bien sûr.
  • 6:47 - 6:49
    Il nous a montré la différence
    entre un bâton de feu,
  • 6:49 - 6:53
    qui est un long morceau de bois ou
    d'aluminium avec deux mèches en Kevlar,
  • 6:53 - 6:57
    et les bolas de feu, des mèches en Kevlar
    avec chaînes et boucles pour les doigts.
  • 6:58 - 7:01
    Après ce premier essai
    à faire tourner les bolas,
  • 7:01 - 7:04
    je savais que je voulais
    continuer à le pratiquer
  • 7:04 - 7:07
    dans l'espoir qu'un jour,
  • 7:07 - 7:11
    je puisse être assez courageuse
    pour essayer avec du feu.
  • 7:12 - 7:14
    Je peux deviner l'opinion des gens :
  • 7:14 - 7:18
    comment pouvais-je ne pas être terrifiée
    et m'enfuir en courant ?
  • 7:18 - 7:20
    Et franchement, je ne sais pas.
  • 7:21 - 7:24
    Peut-être c'est d'être pom-pom girl
    et de faire de la gymnastique et du piano
  • 7:24 - 7:26
    dans ma jeunesse.
  • 7:26 - 7:29
    Ces activités étaient
    très structurées et réglées,
  • 7:29 - 7:33
    alors que ce type d'art fluide
    ressemblait à une forme de méditation
  • 7:33 - 7:34
    mais avec un accent sur le feu,
  • 7:34 - 7:38
    la chose qui m'a le plus
    terrifiée toute ma vie.
  • 7:39 - 7:40
    Après ce premier essai,
  • 7:40 - 7:43
    mon amie et moi avons bricolé
    nos propres bolas faites maison
  • 7:43 - 7:46
    à base de chaussettes,
    de lacets et de balles de tennis.
  • 7:46 - 7:48
    Nous n'avons pas brûlé
    les lacets et les chaussettes,
  • 7:48 - 7:50
    ils ont juste servi pour l'exercice.
  • 7:50 - 7:52
    Mais à notre retour au Michigan,
  • 7:52 - 7:56
    nous avons décidé d'acheter
    nos propres vrais bolas de feu.
  • 7:56 - 7:57
    Et après quelques mois,
  • 7:57 - 8:00
    nous avons décidé que
    nous étions prêtes à les allumer.
  • 8:01 - 8:03
    Nous nous sommes couvertes
    de couches de coton,
  • 8:03 - 8:05
    avons pris un extincteur,
  • 8:05 - 8:07
    une serviette humide par sécurité,
  • 8:07 - 8:08
    préparé notre carburant,
  • 8:08 - 8:12
    échangé un discours d’encouragement
    très énergique, topé dans nos mains
  • 8:12 - 8:14
    et allumé ces bolas de feu.
  • 8:16 - 8:18
    C'était effrayant,
  • 8:19 - 8:21
    une partie de moi flippait
  • 8:21 - 8:24
    et pensait : « OK, attends –
    on doit y réfléchir
  • 8:24 - 8:26
    On devrait arrêter. »
  • 8:26 - 8:29
    Le bruit du feu qui s'abattait
    près de ma tête
  • 8:29 - 8:30
    était incroyablement fort
  • 8:30 - 8:32
    et me ramenait tout droit à mon enfance.
  • 8:33 - 8:36
    Mais c'était aussi
    incroyablement exaltant.
  • 8:38 - 8:41
    L'autre moitié de mon cerveau,
    la moitié créative, pensait :
  • 8:41 - 8:45
    « Je n'y crois pas !
    Je suis une danseuse du feu. »
  • 8:46 - 8:47
    Tous ceux qui font ça
  • 8:47 - 8:48
    ont une poussée d’adrénaline
  • 8:48 - 8:51
    pendant la danse du feu.
  • 8:51 - 8:55
    Comme ma vie avait été
    fortement affectée par le feu,
  • 8:55 - 8:58
    j’ai aussi ressenti un immense
    sentiment de libération
  • 8:58 - 9:01
    en arrivant à contrôler
    et à manipuler le feu.
  • 9:02 - 9:06
    J’ai pris une décision consciente
    pour sortir de la douleur.
  • 9:06 - 9:08
    Elle n'a pas été facile.
  • 9:08 - 9:11
    Une parole de Nirvana dit :
    « Le confort de la tristesse me manque »
  • 9:11 - 9:13
    et c’était exactement ça.
  • 9:13 - 9:15
    J’étais en contrôle de ma peine.
  • 9:15 - 9:18
    Je savais ce que ça m’apporterait
    et ce à quoi m'attendre,
  • 9:18 - 9:20
    je savais aussi
    au fond de moi qu'au final,
  • 9:20 - 9:25
    je devais faire ce travail très dur
    d'essayer de guérir de mon passé.
  • 9:25 - 9:28
    Alors j'ai continué à m’entraîner.
  • 9:28 - 9:31
    J'ai pris un sac en plastique,
    je l'ai coupé en lanières,
  • 9:31 - 9:32
    je les ai attachées au bout des bolas
  • 9:32 - 9:37
    pour reproduire le bruit du feu
    qui passait près de ma tête.
  • 9:37 - 9:39
    J'ai continué à allumer des bolas.
  • 9:40 - 9:42
    À un moment, quelque chose a changé.
  • 9:42 - 9:44
    Ma vision de la danse du feu est passée
  • 9:44 - 9:47
    de quelque chose d'inquiétant
  • 9:47 - 9:50
    à quelque chose qui m'apportait
    une forme de quiétude.
  • 9:52 - 9:53
    Sans m'en rendre compte,
  • 9:53 - 9:56
    j'avais engagé ma propre
    thérapie d’exposition,
  • 9:56 - 9:58
    un type de psychothérapie
  • 9:58 - 10:02
    où on s'expose délibérément à des choses
    qui ont causé un traumatisme
  • 10:02 - 10:04
    ou une frayeur.
  • 10:04 - 10:07
    Je m’étais exposée au feu
    de cette façon si particulière
  • 10:07 - 10:10
    et j'ai transformé
    ce que cela signifiait pour moi.
  • 10:11 - 10:12
    Mes cauchemars ont diminué
  • 10:12 - 10:16
    et maintenant, des années plus tard,
    ils ont presque complètement cessé.
  • 10:16 - 10:20
    Je ne dansais pas que pour moi, mais
    aussi à des événements et des spectacles.
  • 10:20 - 10:24
    J'ai lancé une troupe avec des amis
    qui vivaient à Dubaï,
  • 10:24 - 10:28
    j'ai créé de superbes œuvres d'art
    avec ma sœur qui est devenue photographe,
  • 10:28 - 10:30
    j'ai appris à des enfants à le faire
    à des anniversaires,
  • 10:30 - 10:33
    je me suis produite sur scène,
    à des festivals
  • 10:33 - 10:36
    et j’ai même appris à mes enfants
    les bases de cet art.
  • 10:37 - 10:38
    Et ça ne veut pas dire
  • 10:38 - 10:41
    que le feu ne m'inquiète plus.
  • 10:41 - 10:44
    Je peux m’entraîner un million de fois,
  • 10:44 - 10:45
    mais quand je le fais avec du feu,
  • 10:45 - 10:49
    je sens cette panique familière
    et cette pression dans ma poitrine.
  • 10:50 - 10:53
    J’ai toujours peur de vivre
    dans une maison à deux niveaux
  • 10:53 - 10:55
    ou d'avoir une cheminée.
  • 10:56 - 10:58
    Tous les soirs avant d'aller dormir,
  • 10:58 - 11:01
    j'ouvre un chemin entre
    la chambre des enfants
  • 11:01 - 11:02
    la nôtre
  • 11:02 - 11:03
    et toutes les sorties,
  • 11:03 - 11:05
    au cas où nous devrions partir vite.
  • 11:05 - 11:06
    Et ça m’a pris longtemps
  • 11:06 - 11:10
    pour accepter l’idée de fermer
    les portes des chambres la nuit
  • 11:10 - 11:12
    pour ralentir un incendie,
  • 11:12 - 11:15
    parce que j’ai toujours pensé que
    si je fermais les portes de mes enfants,
  • 11:15 - 11:18
    je ne pourrais peut-être pas les entendre
    comme ma mère m'a entendue.
  • 11:19 - 11:22
    Et évidemment, c’est mon histoire.
  • 11:22 - 11:24
    Je ne peux pas dire que j'ai la réponse
  • 11:24 - 11:26
    pour quelqu’un qui a
    un autre type de traumatisme.
  • 11:26 - 11:28
    Si la situation avait été inversée,
  • 11:28 - 11:30
    si j'avais perdu un enfant
    dans un incendie,
  • 11:30 - 11:33
    je doute que la danse du feu
    aurait été la solution,
  • 11:33 - 11:36
    ou que je serais capable
    de m’approcher du feu à nouveau.
  • 11:36 - 11:39
    Ce que je peux dire
    de ma propre expérience,
  • 11:39 - 11:42
    c'est qu'après avoir vécu
    un traumatisme ou des difficultés,
  • 11:42 - 11:45
    il faut choisir entre deux chemins.
  • 11:45 - 11:49
    Soit une vie de peur
    à se recroqueviller dans l'obscurité,
  • 11:49 - 11:52
    comme cette peinture
    en noir et blanc que j'ai décrite.
  • 11:52 - 11:54
    On peut avancer, mais en même temps,
  • 11:54 - 11:57
    on s'accroche encore à cette tristesse
    qui apporte du réconfort.
  • 11:58 - 12:01
    Soit sortir du deuil,
  • 12:01 - 12:03
    car il ne changera rien
    et n'annulera rien.
  • 12:04 - 12:05
    Ce sera difficile
  • 12:05 - 12:07
    Ce sera toujours difficile
  • 12:07 - 12:12
    avec un mélange de sommets de joie
    et de vallées profondes et sombres.
  • 12:13 - 12:16
    Mais ce choix permet de regarder
    vers l'avenir et d'aller de l'avant.
  • 12:17 - 12:19
    Quand j'ai appris à danser avec le feu,
  • 12:19 - 12:22
    j'ai appris à réconcilier
    la partie traumatisante de ma vie
  • 12:22 - 12:26
    avec la totalité de ma vie
    telle qu'elle se déroule encore.
  • 12:27 - 12:29
    Le feu est devenu plus
    qu'un simple traumatisme,
  • 12:29 - 12:31
    mais aussi une beauté et un art,
  • 12:31 - 12:34
    tout à la fois, tout comme la vie,
  • 12:34 - 12:36
    scintillante et ardente,
  • 12:36 - 12:39
    brûlante et éblouissante,
  • 12:40 - 12:45
    et d'une certaine manière, au milieu de
    tout cela, j'ai trouvé le moyen de danser
  • 12:45 - 12:46
    avec moi-même.
  • 12:46 - 12:48
    Merci.
Títol:
J'ai surmonté la douleur en dansant avec le feu
Speaker:
Danielle Torley
Descripció:

Après avoir perdu sa mère dans un incendie à l'âge de six ans, Danielle Torley était à la croisée des chemins : une vie de peur ou une vie de guérison et de rétablissement. Dans cette conférence inspirante elle décrit la conversion de sa douleur en beauté de la façon la plus inattendue, en dansant avec le feu.

more » « less
Video Language:
English
Team:
closed TED
Projecte:
TEDTalks
Duration:
13:02

French subtitles

Revisions