French subtítols

← Ce qu'il s'est passé quand nous avons réuni des étrangers pour parler de politique

Obtén el codi d'incrustació
27 llengües

Showing Revision 8 created 09/09/2019 by eric vautier.

  1. Voici Joanna.
  2. Joanna travaille
    dans une université en Pologne.
  3. Un samedi à 3h du matin,
  4. elle s'est levée, a préparé son sac à dos
  5. et a parcouru plus de 1 000 kilomètres
  6. pour avoir une discussion politique
  7. avec un inconnu.
  8. Son nom est Christof et il est
    responsable clientèle en Allemagne.
  9. Ils ne s'étaient jamais rencontrés.
  10. Ils savaient seulement
    qu'ils étaient en désaccord complet
  11. sur la politique européenne
  12. au sujet de la migration,
    de la relation avec la Russie et autres.
  13. Ils ont débattu
    pendant près d'une journée.
  14. Après cela, Joanna m'a envoyé
    un mail quelque peu énervant :
  15. « C'était vraiment cool,
    j'en ai apprécié chaque minute ! »
  16. (Rires)

  17. Voici Tom du Royaume-Uni
    et Nils d'Allemagne.

  18. Ils ne se connaissaient pas
  19. et ils sont tous deux supporters
    de leur équipe de football locale,
  20. vous le devinez aux écharpes :
    Borussia Dortmund et Tottenham Hotspurs.
  21. Ils se sont rencontrés
  22. là où leurs racines footballistiques
    ont été inventées :
  23. sur un terrain à Cambridge.
  24. Ils n'ont pas débattu de football
  25. mais au sujet du Brexit.
  26. Après avoir parlé de nombreuses heures
    de ce sujet conflictuel,
  27. ils ont aussi envoyé
    un mail plutôt inattendu :
  28. « C'était charmant et nous avons
    tous les deux beaucoup apprécié. »
  29. (Rires)

  30. Au printemps 2019,

  31. plus de 17 000 Européens issus de 33 pays
  32. se sont inscrits
    pour avoir un débat politique.
  33. Des milliers de gens
    ont traversé des frontières
  34. pour rencontrer un inconnu
    avec une opinion différente.
  35. Ils faisaient partie d'un projet
    appelé « L'Europe se parle ».
  36. Parler de politique avec des gens
    ayant des opinions différentes

  37. est devenu très difficile,
  38. pas seulement en Europe.
  39. Des familles se divisent,
    des amis ne se parlent plus.
  40. Nous restons dans nos bulles.
  41. Ce qu'on appelle les bulles de filtres
    sont amplifiées par les réseaux sociaux
  42. mais elles ne sont pas,
    fondamentalement, un produit numérique.
  43. La bulle de filtres a toujours existé.
  44. Elle est dans notre tête.
  45. Comme l'ont maintes fois montré
    de nombreuses études,

  46. nous, par exemple, ignorons les incidences
    qui contredisent nos convictions.
  47. Corriger les infox
    est assurément nécessaire
  48. mais cela n'est pas suffisant
    pour qu'une société divisée
  49. se repense.
  50. Heureusement, d'après
    au moins certaines recherches,
  51. il pourrait y avoir une façon plus simple
    d'avoir une nouvelle perspective :
  52. une discussion personnelle en tête-à-tête
  53. avec quelqu'un n'ayant pas votre opinion.
  54. Cela vous permet de voir
    le monde de façon nouvelle,
  55. à travers les yeux de quelqu'un d'autre.
  56. Je suis le rédacteur en chef
    de « Zeit Online »,

  57. l'un des plus grands organismes
    de presse en Allemagne.
  58. Nous avons lancé
    ce qui est devenu « Europe Talks »
  59. comme un exercice éditorial très modeste.
  60. Comme de nombreux journalistes,
  61. nous étions impressionnés
    par Trump et par le Brexit.
  62. L'Allemagne se divisait également,
    surtout autour des migrants.
  63. L'arrivée de plus d'un million
    de réfugiés en 2015 et 2016
  64. dominait le débat.
  65. Alors que nous pensions
    à notre prochaine élection en 2017,
  66. nous savions que nous devions réinventer
    la manière de traiter de la politique.
  67. Étant les geeks que nous sommes,
  68. nous avons proposé de nombreuses
    idées de produits numériques étranges,
  69. l'une d'entre elle était
    un Tinder pour la politique --
  70. (Rires)

  71. une plateforme de rencontres
    pour adversaires politiques,

  72. un outil qui pourrait aider à réunir
    des gens avec des opinions différentes.
  73. Nous avons décidé de la tester
  74. et avons lancé
  75. ce que les startuppers appellent
    un « produit minimum viable ».
  76. Il était très simple.
  77. Nous l'avons appelé
    « Deutschland spricht » -
  78. « L'Allemagne se parle » -
  79. et avons commencé en mai 2017.
  80. C'était très simple.
  81. Nous utilisions surtout
    des formulaires Google,
  82. un outil que chacun d'entre nous ici
    peut utiliser pour des sondages en ligne.
  83. Partout dans notre contenu,
    nous avons inclus des questions simples :
  84. « L'Allemagne a-t-elle accueilli
    trop de réfugiés ? »
  85. Vous répondez oui ou non.
  86. Nous vous posions plus de questions :
  87. « L'Occident traite-t-il
    la Russie justement ? »
  88. ou « Les couples gays
    devraient-ils pouvoir de se marier ? »
  89. Si vous répondiez à toutes ces questions,
    nous posions une autre question :
  90. « Voudriez-vous rencontrer un voisin
    en désaccord total avec vous ? »
  91. (Rires)

  92. C'était une expérience très simple
    sans aucun budget.

  93. Nous nous attendions à ce qu'environ
    une centaine de personnes s'inscrivent
  94. et nous avions prévu
    de les apparier à la main.
  95. Après un jour, 1 000 personnes
    s'étaient inscrites.
  96. Après quelques semaines,
    12 000 Allemands s'étaient inscrits
  97. pour rencontrer quelqu'un
    ayant une opinion différente.
  98. Nous avions donc un problème.
  99. (Rires)

  100. Nous avons rapidement pondu un algorithme

  101. qui déterminerait les couples parfaits :
  102. des gens vivant aussi près que possible
    ayant répondu aux questions
  103. aussi différemment que possible.
  104. Nous les avons présentés
    les uns aux autres par mail.
  105. Comme vous pouvez l'imaginer,
    nous avions de nombreuses inquiétudes.
  106. Peut-être que personne
    ne viendrait dans la vraie vie.
  107. Peut-être que toutes les discussions
    dans la vraie vie seraient horribles.
  108. Ou peut-être que nous avions
    un meurtrier à la hache.
  109. (Rires)

  110. Mais un dimanche de juin 2017,

  111. quelque chose de magnifique s'est produit.
  112. Des milliers d'Allemands
    se sont rencontrés par paires
  113. et ont parlé de politique
    de façon pacifique.
  114. Comme Anno,
  115. c'est un ancien policier qui est contre --
    ou était contre -- le mariage homosexuel,
  116. et Anne, c'est une ingénieure
    qui vit en concubinage
  117. avec une autre femme.
  118. Ils ont parlé pendant des heures
    de tous les sujets
  119. sur lesquels ils avaient
    des opinions différentes.
  120. A un moment donné,
    Anne nous a dit par la suite,
  121. il a réalisé qu'Anne était blessée
  122. par ses affirmations
    sur le mariage homosexuel
  123. alors il a remis en question
    ses propres suppositions.
  124. Après avoir parlé pendant trois heures,
  125. Anne a invité Anno à sa fête estivale
  126. et aujourd'hui, deux ans plus tard,
  127. ils se retrouvent encore
    de temps en temps et sont amis.
  128. Notre algorithme a apparié,
    par exemple, cet huissier de justice,

  129. qui est également porte-parole du parti
    populiste de droite AfD en Allemagne,
  130. et cette conseillère
    pour les femmes enceintes.
  131. Elle avait été membre active
    du parti vert.
  132. Nous avons apparié
    ce professeur et son étudiant.
  133. (Rires)

  134. C'est un algorithme.

  135. (Rires)

  136. Nous avons apparié
    un homme avec sa belle-fille

  137. car, évidemment, ils habitent à proximité
    mais ont des opinions très différentes.
  138. En règle générale,

  139. nous n'avons pas observé, enregistré,
    documenté les discussions
  140. car nous ne voulions pas
    que les gens jouent un rôle.
  141. Mais nous avons fait une exception.
  142. J'ai moi-même participé.
  143. Dans mon quartier branché de Berlin
    appelé Prenzlauer Berg,
  144. j'ai rencontré Mirko.
  145. Me voici parlant à Mirko.
    Mirko ne voulait pas être sur la photo.
  146. C'est un jeune opérateur d'usine
  147. et il ressemblait
    à tous les hipsters du coin,
  148. avec une barbe et un bonnet.
  149. Nous avons parlé durant des heures
  150. et j'ai trouvé que c'était
    quelqu'un de merveilleux.
  151. Malgré le fait que nous avions
    des opinions très différentes
  152. sur presque tous les sujets --
  153. à l'exception peut-être
    des droits des femmes,
  154. où je ne pouvais pas le comprendre --
  155. c'était très sympa.
  156. Après notre discussion,
    j'ai fait des recherches sur Mirko.
  157. J'ai découvert que durant son adolescence,
    il avait été néo-nazi.
  158. Je l'ai appelé et lui ai demandé :
  159. « Pourquoi ne me l'as-tu pas dit ? »
  160. Il a dit : « Je ne te l'ai pas dit
    car je veux passer à autre chose.
  161. Je ne veux plus en parler. »
  162. Je pensais que les gens
    avec une telle histoire

  163. ne pouvaient pas changer
  164. et j'ai dû repenser mes présomptions,
  165. comme de nombreux participants
    qui nous ont envoyé des mails
  166. ainsi que des selfies.
  167. Aucune violence n'a été constatée.

  168. (Rires)

  169. Nous ignorons juste si certains
    des couples se sont mariés.

  170. (Rires)

  171. Mais nous étions très enthousiastes
    et voulions recommencer.

  172. Dans la version 2.0,
  173. nous voulions accroître
    la diversité des participants
  174. car, évidemment, pour la première édition,
    c'étaient surtout nos lecteurs.
  175. Nous avons embarqué nos concurrents

  176. et avons demandé à d'autres
    organes de presse de se joindre à nous.
  177. Nous nous sommes coordonnés via Slack.
  178. Cette collaboration en temps réel entre
    11 grandes sociétés de presse allemandes,
  179. c'était une première en Allemagne.
  180. Les chiffres ont plus que doublé :
    28 000 personnes se sont inscrites.
  181. Et le président allemand --
  182. vous le voyez au milieu de la photo --
  183. est devenu notre parrain.
  184. Des milliers d'Allemands se sont
    de nouveau rencontrés durant l'été 2018
  185. pour parler à quelqu'un
    ayant une opinion différente.
  186. Nous avons invité certains couples
    à Berlin pour un événement spécial.
  187. Là-bas, cette photo a été prise.
  188. A ce jour, c'est mon symbole préféré
    de « L'Allemagne se parle ».
  189. Vous voyez Henrik, un conducteur de bus
    et entraîneur de boxe,
  190. et Engelbert, le directeur
    d'un centre d'aide à l'enfance.
  191. Ils ont répondu différemment
    aux sept questions que nous avions posées.
  192. Ils ne s'étaient jamais rencontrés
    avant ce jour-là,
  193. ils ont eu une discussion très intensive
  194. et ils se sont malgré tout bien entendus.
  195. Cette fois-ci, nous voulions aussi savoir

  196. si la discussion aurait
    une influence sur les participants.
  197. Nous avons demandé à des chercheurs
    d'interroger les participants.
  198. Deux tiers des participants ont dit
    qu'ils avaient appris quelque chose
  199. sur le comportement de leur partenaire.
  200. 60% ont convenu que
    leurs points de vue ont convergé.
  201. Le niveau de confiance dans la société
    semblait plus élevé après l'événement,
  202. d'après les chercheurs.
  203. 90% ont dit avoir apprécié
    leur conversation.
  204. 10% ont dit ne pas avoir
    apprécié leur conversation,
  205. desquels 80% simplement
    parce que leur partenaire n'est pas venu.
  206. (Rires)

  207. Après « L'Allemagne se parle »,
    nous avons été approchés

  208. par de nombreux
    organes de presse internationaux
  209. et nous avons décidé de créer
    une plateforme sérieuse et sécurisée.
  210. Nous l'avons appelée
    « Mon pays se parle ».
  211. Durant cette courte période,
    « Mon pays se parle » a déjà été utilisé
  212. pour plus d'une dizaine
    d'événements locaux et nationaux
  213. comme « Het grote gelijk » en Belgique,
    « Suomi puhuu » en Finlande
  214. ou « Britain Talks » au Royaume-Uni.
  215. Comme je l'ai évoqué au début, nous
    avons aussi lancé « L'Europe se parle »
  216. avec 15 partenaires
    médiatiques internationaux,
  217. du « Financial Times » au Royaume-Uni
    à « Helsingin Sanomat » en Finlande.
  218. Des milliers d'Européens
    ont rencontré un parfait inconnu
  219. pour débattre de politique.
  220. Jusqu'ici, nous avons été approchés
  221. par plus de 150 organes de presse
    à travers le monde
  222. et peut-être qu'il y aura un jour
    un genre de « Le monde se parle »
  223. avec des centaines de milliers
    de participants.
  224. Ce qui compte ici,
    ce ne sont pas les chiffres,

  225. évidemment.
  226. Ce qui compte, c'est...
  227. A chaque fois que
    deux personnes se rencontrent
  228. pour parler durant des heures
  229. sans personne d'autre pour écouter,
  230. elles changent.
  231. Nos sociétés changent aussi.
  232. Elles changent petit à petit,
    une discussion à la fois.
  233. Ce qui compte, c'est que nous réapprenons
  234. comment avoir
    ces discussions en tête-à-tête,
  235. sans personne d'autre,
  236. avec un inconnu.
  237. Pas seulement avec un inconnu
    à qui nous sommes présentés
  238. via un Tinder pour la politique,
  239. mais aussi avec un inconnu dans un bar,
    à la salle de sport ou à une conférence.
  240. S'il vous plaît, rencontrez quelqu'un,

  241. ayez un débat
  242. et profitez-en.
  243. Merci.

  244. (Applaudissements)

  245. Waouh !

  246. (Applaudissements)