YouTube

Teniu un compte YouTube?

New: enable viewer-created translations and captions on your YouTube channel!

French subtítols

← Le cannabis est-il mauvais pour votre cerveau ? - Anees Bahji

Obtén el codi d'incrustació
23 llengües

Showing Revision 5 created 01/05/2020 by eric vautier.

  1. En 1970, le cannabis était classifié
    comme drogue de la liste I
  2. aux États-Unis :
  3. la classification
    la plus stricte possible,
  4. signifiant qu'il était
    complètement illégal
  5. et n'avait aucun usage médical reconnu.
  6. Pendant des décennies,
    cette vision a persisté
  7. et a retardé la recherche
    sur les mécanismes et effets de la drogue.
  8. Aujourd'hui, les bienfaits thérapeutiques
    du cannabis sont largement reconnus
  9. et certaines nations
    ont légalisé l'usage médical
  10. ou vont dans cette direction.
  11. Mais une reconnaissance croissante
    de la valeur médicale du cannabis
  12. ne répond pas à la question :
  13. l'usage récréationnel de cannabis
    est-il mauvais pour votre cerveau ?
  14. Le cannabis agit sur le système
    cannabinoïde du corps

  15. qui a des récepteurs
    à travers le cerveau et le corps.
  16. Des molécules natives
    appelées endocannabinoïdes
  17. agissent également sur ces récepteurs.
  18. Nous ne comprenant pas complètement
    le système cannabinoïde
  19. mais il a une caractéristique qui offre
    un gros indice sur sa fonction.
  20. La plupart des neurotransmetteurs
    voyagent d'un neurone à l'autre
  21. à travers une synapse
    pour propager un message.
  22. Mais les endocannabinoïdes voyagent
    dans la direction opposée.
  23. Quand un message passe
    d'un neurone à l'autre,
  24. le neurone récepteur
    libère des endocannabinoïdes.
  25. Ces endocannabinoïdes voyagent à rebours
    pour influencer le neurone émetteur,
  26. lui offrant un retour
    de la part du neurone récepteur.
  27. Cela pousse les scientifiques à croire
    que le système endocannabinoïde
  28. sert principalement à moduler
    d'autres genres de signaux,
  29. en amplifiant certains
    et en atténuant d'autres.
  30. Un retour des endocannabinoïdes
    réduit les taux de signaux neuraux.

  31. Cependant, cela ne signifie pas
    nécessairement
  32. que cela réduit les comportements
    ou les perceptions.
  33. Par exemple, réduire un signal
    qui inhibe l'odorat
  34. pourrait rendre les odeurs plus intenses.
  35. Le cannabis contient
    deux composés actifs principaux :

  36. le tétrahydrocannabinol, ou THC,
    et le cannabidiol, ou CBD.
  37. On pense que le THC
    est principalement responsable
  38. des effets psychoactifs du cannabis
  39. sur le comportement,
    la cognition et la perception
  40. alors que le CBD est responsable
    des effets non psychoactifs.
  41. Comme les endocannabinoïdes,
  42. le THC réduit les signaux en se liant
    à des récepteurs cannabinoïdes.
  43. Mais il se lie à des récepteurs à travers
    tout ce système tentaculaire et diffus
  44. alors que les endocannabinoïdes
    sont libérés à un endroit précis
  45. en réponse à un stimulus précis.
  46. Cette activité généralisée

  47. associée au fait que
    le système cannabinoïde
  48. affecte indirectement
    de nombreux autres systèmes
  49. signifie que pour chaque personne,
    sa chimie cérébrale, sa génétique
  50. et son expérience de vie
    déterminent largement
  51. l'expérience qu'elle aura de cette drogue.
  52. Cela est beaucoup plus vrai
    avec le cannabis qu'avec d'autres drogues
  53. qui produisent leurs effets via un
    ou plusieurs chemins spécifiques.
  54. Les effets nuisibles, s'il y en a,
  55. varient considérablement
    d'une personne à l'autre.
  56. Si nous ne savons pas exactement
  57. comment le cannabis produit
    des effets nuisibles spécifiques,
  58. il y a des facteurs de risque clairs
  59. augmentant la probabilité
    que les gens les subissent.
  60. Le facteur de risque
    le plus clair est l'âge.

  61. Chez les gens de moins de 25 ans,
  62. les récepteurs cannabinoïdes sont
    plus concentrés dans la substance blanche
  63. que chez les gens de plus de 25 ans.
  64. La substance blanche est impliquée
    dans la communication,
  65. l'apprentissage, la mémoire
    et les émotions.
  66. Une consommation fréquente de cannabis
  67. peut perturber le développement
    de la substance blanche
  68. et affecter la capacité du cerveau
    à développer de nouvelles connexions.
  69. Cela peut nuire la capacité
    d'apprentissage à long terme
  70. et de résolution de problèmes.
  71. Pour l'instant, la sévérité de ces dégâts
    ou leur réversibilité ne sont pas claires.
  72. Même parmi les jeunes, le risque
    est plus élevé plus quelqu'un est jeune -
  73. bien plus élevé pour quelqu'un de 15 ans
    plutôt que 22 ans, par exemple.
  74. Le cannabis peut aussi entraîner

  75. des hallucinations
    ou des délires paranoïaques.
  76. Connus sous le nom de psychose
    due au cannabis,
  77. ces symptômes cessent généralement
  78. quand quelqu'un arrête
    de consommer du cannabis.
  79. Mais dans de rares cas,
    la psychose ne cesse pas,
  80. révélant un trouble
    psychotique persistant.
  81. Des antécédents familiaux
    de troubles psychotiques
  82. tels que de la schizophrénie
  83. sont le facteur de risque le plus clair,
    bien que pas le seul, pour cet effet.
  84. La psychose due au cannabis est aussi
    plus courante chez les jeunes adultes,
  85. même s'il faut remarquer
    que les troubles psychotiques
  86. font généralement surface
    vers cet âge dans tous les cas.
  87. Ce qui n'est pas clair dans ces cas,
    c'est si le trouble psychotique
  88. serait apparu sans
    consommation de cannabis -
  89. est-ce que la consommation
    de cannabis l'a déclenché plus tôt,
  90. est un catalyseur d'un seuil critique
    qui n'aurait autrement pas été atteint
  91. ou si la réaction au cannabis
    est simplement une indication
  92. d'un trouble sous-jacent.
  93. Certainement que le rôle du cannabis
    varie d'une personne à l'autre.
  94. A n'importe quel âge
    comme de nombreuses autres drogues,

  95. le cerveau et le corps deviennent
    moins sensibles au cannabis
  96. après des usages répétés,
  97. cela signifie qu'il en faut plus
    pour obtenir les mêmes effets.
  98. Heureusement, contrairement
    à beaucoup d'autres drogues,
  99. il n'y a pas de risque
    d'overdose mortelle pour le cannabis
  100. et même une forte consommation ne mène pas
  101. à des symptômes de sevrage
    invalidants ou potentiellement mortels
  102. si la consommation prend fin.
  103. Il y a cependant des formes plus subtiles
    de sevrage du cannabis,
  104. comprenant des troubles du sommeil,
    de l'irritabilité et un état dépressif
  105. qui passent en quelques semaines
    après l'arrêt de la consommation.
  106. Le cannabis est-il mauvais
    pour votre cerveau ?

  107. Cela dépend de qui vous êtes.
  108. Mais si certains facteurs de risque
    sont faciles à identifier,
  109. d'autres ne sont pas bien compris
  110. et il y a donc encore une possibilité
    de subir des effets négatifs
  111. même si vous n'avez aucun
    des facteurs de risque connus.