French subtítols

← Qu'y a-t-il après la tragédie ? Le pardon

Obtén el codi d'incrustació
25 llengües

Showing Revision 30 created 11/28/2018 by eric vautier.

  1. Azim Khamisa : Nous vivons tous
    des moments déterminants dans nos vies.
  2. Parfois ce sont des moments de joie
  3. et parfois ils sont déchirants,
  4. tragiques.
  5. Mais si durant de tels moments,
    nous faisons le bon choix,
  6. nous accomplissons un miracle
  7. pour nous et pour autrui.
  8. Mon fils unique Tariq,
    étudiant à l'université,

  9. bienveillant, généreux,
    bon écrivain et photographe,
  10. aspirait à travailler
    pour le National Geographic.
  11. Il était fiancé à une belle jeune fille
  12. et travaillait comme livreur de pizza
    les vendredis et samedis.
  13. Il fut attiré à une fausse adresse
  14. par un gang de jeunes.
  15. Et lors d'un rite d'initiation,
  16. un jeune de 14 ans
    lui a tiré dessus et l'a tué.
  17. La mort subite et insensée
  18. d'un être humain innocent et non armé ;
  19. le chagrin accablant d'une famille ;
  20. la confusion totale en essayant d'accepter
    une nouvelle et hideuse réalité.
  21. Il va sans dire que ma vie
    s'est brutalement arrêtée.
  22. Une des choses les plus difficiles
    que j'aie jamais eues à faire
  23. fut d'appeler sa mère
    qui vivait dans une autre ville.
  24. Comment annoncer à une mère
    qu'elle ne reverra plus jamais son fils,
  25. ne l'entendra plus rire
  26. ou ne l'embrassera plus ?
  27. Je suis musulman soufi pratiquant.

  28. Je médite deux heures par jour.
  29. Et parfois,
  30. au milieu d'un traumatisme
    ou d'une tragédie,
  31. une étincelle de clarté apparaît.
  32. Donc l'illumination que j'ai reçue
    pendant ma méditation,
  33. c'est qu'il y avait des victimes
    des deux côtés de l'arme.
  34. Il est facile de considérer mon fils
    comme la victime d'un enfant de 14 ans,
  35. mais plus difficile de voir qu'il était
    victime de la société américaine.
  36. Et cela soulève la question :
    qu'est-ce que la société américaine ?
  37. Eh bien, c'est vous et moi
  38. car je ne crois pas que la société
    soit juste le fruit du hasard.
  39. Je pense que nous sommes tous responsables
    de la société que nous avons créée.
  40. Et des enfants qui en tuent d'autres
    n'est pas le signe d'une société civile.
  41. Alors, neuf mois après la mort de Tariq,

  42. j'ai créé la fondation Tariq Khamisa
  43. et notre objectif principal
    à la fondation Tariq Khamisa
  44. est d'empêcher les enfants de s’entre-tuer
  45. en brisant le cycle
    de la violence chez les jeunes.
  46. Nous avons trois objectifs principaux.
  47. Le plus important, c'est de sauver
    la vie des enfants.
  48. C'est primordial.
    Nous en perdons tellement tous les jours.
  49. Notre second objectif,
  50. c'est de promouvoir les bons choix
    pour qu'ils ne quittent pas le bon chemin
  51. en choisissant une vie de crimes,
    de drogue, d'alcool et d'armes.
  52. Et notre troisième objectif,
    c'est de leur enseigner les principes
  53. de la non-violence,
    de l'empathie, de la compassion
  54. et du pardon.
  55. J'ai commencé avec
    une logique très simple :

  56. la violence est un comportement acquis.
  57. Aucun enfant ne naît violent.
  58. Si vous acceptez ce truisme,
  59. la non-violence peut aussi s'apprendre,
  60. mais il faut l'enseigner
  61. car les enfants ne l'apprendront pas
  62. machinalement.
  63. J'ai ensuite contacté
    mon frère, présent ici,

  64. tous les deux ayant perdu un fils.
  65. Mon fils est mort.
  66. Il a perdu son petit-fils
    dans une prison pour adultes.
  67. Alors, je lui ai demandé de me rejoindre.
  68. Et comme vous voyez, 22 ans plus tard,
    nous sommes toujours ensemble
  69. car moi je ne peux pas ressusciter Tariq
  70. et on ne peut pas libérer Tony de prison,
  71. mais la seule chose que nous pouvons faire
  72. c'est de nous assurer qu’aucun
    autre enfant de notre communauté
  73. ne meure ou ne finisse en prison.
  74. Avec l'aide de Dieu,

  75. la fondation Tariq Khamisa
    a connu un grand succès.
  76. Nous avons un modèle d'école sûre
  77. qui offre quatre programmes différents.
  78. Le premier est une conférence
    avec Ples et moi.
  79. Nous sommes présentés,
  80. le petit-fils de celui-ci a tué
    le fils de celui-là,
  81. mais ils sont ici ensemble.
  82. Nous avons un programme en classe,
  83. un programme extrascolaire
    et nous avons créé un club pour la paix.
  84. Et je suis ravi de vous dire
  85. qu'en plus d'enseigner
    ces principes de non-violence,
  86. nous sommes en mesure de réduire
    les renvois et exclusions de 70%,
  87. ce qui est énorme.
  88. (Applaudissements)

  89. C'est énorme.

  90. Cinq ans après la mort de Tariq,

  91. et pour que j'achève
    mon chemin vers le pardon,
  92. j'ai rendu visite à celui
    qui a tué mon fils.
  93. Il avait 19 ans.
  94. Et je me souviens de cette rencontre
    parce que nous étions --
  95. il a 37 ans et est toujours en prison --
  96. lors de cette rencontre,
    nous nous sommes fixés intensément.
  97. Je l'ai regardé, il m'a regardé,
  98. j'ai cherché dans ses yeux un meurtrier,
    mais je ne l'ai pas trouvé.
  99. Je suis allé au-delà de ce regard
  100. et j'ai touché son humanité,
  101. sa lumière n’était pas
    différente de la mienne
  102. ni de celle de n'importe qui d'autre.
  103. Je ne m'y attendais pas.
    Il avait des remords.
  104. Il était bien éduqué.
  105. Je peux dire que mon pardon l'a changé.
  106. Merci d'accueillir mon frère, Ples.

  107. (Applaudissements)

  108. Ples Felix : Tony est l'unique fils
    de mon unique fille.

  109. Quand Tony est né,
  110. ma fille avait 15 ans.
  111. Être mère est la tâche
    la plus difficile sur Terre.
  112. Il n'y a pas de tâche plus dure au monde
    que d’élever un être humain
  113. et s'assurer qu'il soit en sécurité,
  114. à même de réussir sa vie.
  115. Tony a connu beaucoup de violence
    durant son enfance.
  116. Il a vu un de ses cousins préférés
  117. être tué sous une pluie de balles -
  118. il appartenait à un gang de Los Angeles.
  119. Il a été traumatisé de bien des façons.
  120. Tony est venu vivre avec moi.
  121. Je voulais m'assurer qu'il ait
    tout ce dont un enfant avait besoin
  122. pour réussir.
  123. Mais ce soir-là,

  124. après des années passées avec moi,
  125. luttant pour tenter de réussir
  126. et de répondre à mes attentes
    de ce qu'est une personne qui réussit,
  127. ce soir-là, Tony s’est enfui de la maison,
  128. il est allé retrouver
    ceux qu'il considérait ses amis,
  129. on lui a proposé de la drogue
    et de l'alcool et il en a pris,
  130. pensant que cela le rendrait insouciant.
  131. Mais cela n'a fait
    qu'amplifier son anxiété,
  132. créant en lui une pensée...
  133. une pensée de mort.
  134. Ils ont fait un braquage.
  135. On lui a donné un pistolet de 9 mm.
  136. En présence d'un garçon
    de 18 ans lui donnant des ordres
  137. et deux garçons de 14 ans
    qu'il croyait être ses amis,
  138. il a tiré et tué Tariq Khamisa,
  139. le fils de cet homme.
  140. Aucun mot, aucun mot

  141. ne peut exprimer
  142. la perte d'un enfant.
  143. Quand j'ai compris que
    mon petit-fils était responsable
  144. du meurtre de cet être humain,
  145. je me suis rendu en salle de prière,
    comme mes parents me l'avaient appris,
  146. et j'ai commencé à prier et à méditer.
  147. La chose que nous partageons,
    M. Khamisa et moi,
  148. et que nous ne savions pas,
    à part être extraordinaires,
  149. est que nous méditons tous les deux.
  150. (Rires)

  151. Cela m'a beaucoup aidé

  152. car cela m'a offert l'opportunité
    de chercher conseils et clairvoyance
  153. pour soutenir cet homme
    et sa famille dans leur perte.
  154. Et mes prières furent exaucées
  155. car cet homme m'a invité
    chez lui, dans sa maison.
  156. J'ai rencontré sa mère, son père,
  157. sa femme, son frère et sa famille,
  158. et j'ai eu la chance d’être en présence
    de gens touchés par la grâce de Dieu,
  159. guidés par cet homme,
    qui dans un esprit de pardon,
  160. m'ont accueilli
    et m'ont donné l'opportunité
  161. de partager avec lui et avec les enfants
  162. l'importance de comprendre la nécessité
    d’être avec un adulte responsable,
  163. d'utiliser la colère de façon saine
  164. et d'apprendre à méditer.
  165. Les programmes mis en place
    à la fondation Tariq Khamisa
  166. donnent aux enfants
    beaucoup d'outils, de ressources
  167. dont ils pourront se servir
    durant leur vie.
  168. Nos enfants doivent savoir
    que des adultes aimants, attentionnés
  169. sont là pour eux et les aident
  170. mais il est aussi important
    qu'ils apprennent à méditer,
  171. à être en paix,
  172. centrés sur eux-mêmes
  173. et apprennent à interagir
    avec d'autres enfants
  174. avec empathie, gentillesse
  175. et dans l'amour.
  176. Il nous faut plus d'amour
    dans nos sociétés
  177. et c'est pourquoi nous sommes ici,
    pour partager l'amour avec eux,
  178. parce que nos enfants
    vont nous montrer la voie
  179. car nous dépendrons tous de nos enfants.
  180. Quand nous vieillirons et partirons
    à la retraite, ils nous remplaceront
  181. et nous rendrons tout l'amour
    que nous leur aurons appris.
  182. Que dieu vous bénisse. Merci.

  183. (Applaudissements)

  184. AK : Je suis né au Kenya,
    j'ai fait mes études en Angleterre

  185. et mon frère est baptiste.
  186. Je suis un musulman soufi.
  187. Il est afro-américain,
  188. mais je lui dis toujours que je suis
    l'Afro-Américain du groupe.
  189. Je suis né en Afrique, toi non.
  190. (Rires)

  191. Je suis naturalisé américain.

  192. Je suis un citoyen de première génération.
  193. Et je considérais qu'en tant
    que citoyen américain,
  194. je devais prendre
    ma part de responsabilité
  195. dans le meurtre de mon fils.
  196. Pourquoi ? Parce que c'est
    un enfant américain qui lui a tiré dessus.
  197. Vous pourriez prendre parti :
    il a tué mon unique fils,
  198. il devrait être pendu haut et court.
  199. Comment cela améliorera-t-il la société ?
  200. Vous vous demandez sûrement
    ce qu'il est arrivé à ce jeune homme.

  201. Il est toujours en prison.
    Ce 22 septembre, il a eu 37 ans,
  202. mais j'ai de bonnes nouvelles.
  203. Depuis 12 ans, nous essayons
    de le faire sortir.
  204. Finalement, il nous rejoindra dans un an.
  205. (Applaudissements)

  206. Je suis très heureux qu'il nous rejoigne,

  207. car je sais que nous l'avons sauvé,
  208. mais il va sauver des dizaines
    de milliers d'élèves
  209. quand il partagera son expérience
  210. dans les écoles dans lesquelles
    nous sommes régulièrement présents.
  211. Quand il dira aux enfants :
    « À 11 ans, j’étais dans un gang.
  212. À 14 ans, j'ai tué le fils de M. Khamisa.
  213. J'ai passé de nombreuses années en prison.
  214. Croyez-moi, ça n'en vaut pas la peine. »
  215. Croyez-vous que les enfants
    vont l’écouter ?
  216. Oui, car son intonation
  217. sera celle d’une personne
    qui a appuyé sur la gâchette.
  218. Et je sais qu'il voudrait
    remonter le temps.
  219. Bien sûr, ce n'est pas possible.
  220. Je le voudrais tant,
    avoir à nouveau mon fils.
  221. Mon frère aurait
    de nouveau son petit-fils.
  222. Donc je pense que cela démontre
    la force du pardon.
  223. Donc qu'avons-nous
    à retenir de tout cela ?

  224. Je voudrais finir notre rencontre
    par une citation,
  225. qui est le fondement
    de mon quatrième livre,
  226. dont, entre parenthèses,
  227. la préface a été écrite par Tony.
  228. Je vous en cite quelques paroles :
    la bienveillance crée l’amitié.
  229. On ne se fait pas d'amis en les bombardant
  230. mais en propageant la bienveillance.
  231. Ça devrait être évident.
  232. Donc la bienveillance crée l’amitié,
  233. l'amitié durable crée la confiance,
  234. la confiance crée l'empathie,
  235. l'empathie crée la compassion
  236. et la compassion crée la paix.
  237. C'est ma formule de la paix.
  238. La bienveillance, l’amitié, la confiance,
    l'empathie, la compassion et la paix.
  239. On me demande comment être bienveillant

  240. avec la personne qui a tué votre enfant.
  241. Je leur dis que ça passe par le pardon.
  242. Ça a marché pour moi.
  243. Ça a marché pour ma famille.
  244. Ça a marché pour Tony,
  245. pour sa famille.
  246. Ça peut marcher pour vous
    et votre famille,
  247. pour Israël et la Palestine,
    la Corée du Nord et du Sud,
  248. pour l'Irak, l'Afghanistan,
    l'Iran et la Syrie.
  249. Ça peut marcher pour les États-Unis.
  250. Laissez-moi vous dire ceci, mes sœurs

  251. et quelques frères -
  252. (Rires)

  253. la paix est possible.

  254. Comment je le sais ?
  255. Car je suis en paix.
  256. Merci beaucoup. Namaste.

  257. (Applaudissements)